Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Népal

Nepal
© UE/ECHO/Pierre Prakash
Introduction

En raison de sa situation géographique et des conditions climatiques variables, le Népal est l’un des pays au monde les plus sujets aux catastrophes naturelles. Le changement climatique et la croissance démographique ne font qu’exacerber l’impact de ces évènements naturels qui, chaque année, entraînent de lourdes pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels. L’Union européenne n’a de cesse de soutenir les initiatives s’attelant à atténuer les risques de catastrophe naturelle et à renforcer les capacités de préparation aux catastrophes des populations vulnérables. De plus, elle finance l’organisation de services d’urgence comme la fourniture d’abris de secours, de soins de santé, d’eau potable et d’un assainissement.

Quels sont les besoins ?

Chaque année, pendant la saison de la mousson, les glissements de terrain et inondations tuent des centaines de personnes au Népal. La menace latente d’un séisme, d’un débordement de lac glaciaire, d’une avalanche ou d’une vague de froid ou de chaleur est omniprésente.

D’après les Nations unies, le Népal est le 11e pays le plus vulnérable aux séismes au monde, et la capitale Katmandou, la ville la plus à risque.

Les aléas climatiques augmentent aussi la fréquence et l’intensité des évènements naturels, comme les inondations soudaines ou les glissements de terrain. Cela ajoute au fardeau de la population, et plus particulièrement celles et ceux déjà vulnérables et mal équipés pour faire face aux catastrophes de cet ordre.

Carte de Népal
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne est déterminée à continuer de soutenir les populations en détresse au Népal. En 2021, l’UE a alloué € 2 millions d’aide humanitaire à ce pays, portant ainsi son financement humanitaire en faveur du pays à un total de plus de € 109 millions depuis 2001, dont plus de € 32 millions alloués à des activités de préparation aux catastrophes et de réduction des risques de catastrophe.

En raison des risques accrus de catastrophe liés à la crise climatique, les fonds investis par l’UE au Népal ces dernières années ont principalement servi à soutenir des initiatives visant à renforcer la préparation aux catastrophes des institutions locales et à aider ces dernières à mettre en œuvre ce type de programmes. Le renforcement capacitaire d’urgence des autorités municipales rurales et urbaines dans la gestion de catastrophes naturelles comme les inondations, les glissements de terrain, les incendies et les séismes, figure parmi les premières priorités. Un des programmes en question se concentre sur l’évaluation des risques d’inondation futurs et l’aide préventive aux communautés concernées. En outre, les fonds octroyés permettent d’améliorer la préparation et les capacités de réponse du gouvernement népalais, afin de garantir que la réponse qu’il fournit soit efficace, dans les temps et ciblée, au lendemain d’une crise.

En réaction aux inondations généralisées, causées par la mousson, qui ont touché plusieurs pays d’Asie du Sud mi-2020 (y compris le Népal), l’UE a débloqué une aide d’urgence de € 150 000 pour répondre aux besoins les plus urgents des populations touchées. Cette aide se concentre sur l’acheminement de matériaux pour la construction d’abris d’urgence et d’articles ménagers de première nécessité, ainsi que sur l’organisation d’un accès à l’eau potable et aux infrastructures sanitaires.

L’UE est active au Népal depuis 2001, fournissant une aide humanitaire aux populations affectées par le conflit et les principales catastrophes naturelles qui ont touché ce pays, notamment le séisme de magnitude 7.8 qui a fait 9000 morts et détruit plus d’un demi-million d’habitations en 2015. Pendant le conflit interne au Népal et jusqu’en 2011, les actions humanitaires de l’UE ont permis d’aider des milliers de personnes affectées par le conflit, en particulier dans les zones rurales, en fournissant des soins de santé et des infrastructures hydrauliques et sanitaires. L’UE a aussi apporté son aide aux réfugiés bhoutanais présents dans le pays, pendant plus de 10 ans jusqu’en 2015.

Dernière mise à jour
23/03/2021