Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Myanmar/Birmanie

Myanmar
© Kaung Hter / IRC
Introduction

Le Myanmar est le pays d’Asie du Sud-Est le plus exposé aux risques de crise humanitaire et le 12e pays le plus à risque dans le monde (InfoRM). Plus de 237 000 personnes résident actuellement dans des camps de déplacés et ne disposent que d’un accès limité aux services de base. Les restrictions en matière d’accès humanitaire dans certaines zones empêchent les organisations humanitaires internationales de fournir une aide cruciale aux populations dans le besoin. Les récurrentes catastrophes naturelles fragilisent également les résidents des zones particulièrement sujettes aux catastrophes.

Quels sont les besoins ?

Les Nations unies estiment que plus de 941 000 personnes dans le pays ont actuellement besoin d’une aide humanitaire, y compris les déplacés des États du Rakhine, du Kachin et du Shan, déchirés par le conflit. Les violences dans le nord du Rakhine, qui ont commencé le 25 août 2017, ont jusqu’ici poussé plus de 700 000 personnes appartenant à la minorité musulmane des Rohingyas à fuir et passer la frontière avec le Bangladesh.  Quelques 600 000 Rohingyas apatrides continuent de vivre dans l’État de Rakhine, dont 126 000 sont confinés dans des camps depuis 2012. Ces personnes demeurent privées de leurs droits fondamentaux, notamment leur liberté de circulation.    

Les restrictions d’accès imposées à de vastes zones de cet État, en particulier dans la région du nord, continuent de poser problème et ont sérieusement entravé la livraison d’une aide humanitaire pourtant indispensable dans cette région. En août 2017, l’Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA) a attaqué plusieurs postes de garde-frontières, ce qui a suscité une campagne de riposte militaire disproportionnée qui s’est soldée par le déplacement forcé de plus de 700 000 personnes vers le Bangladesh.

Dans les États du Kachin et du Shan, les conflits armés durables pèsent aussi fortement sur les populations locales. À ce jour, 106 000 personnes demeurent déplacées des suites des affrontements entre les groupes armés et les forces de sécurité. L’accès humanitaire est limité, ce qui pèse lourdement sur les opérations humanitaires.

Carte Myanmar
En quoi consiste notre aide ?

En 2018, l’Union européenne a débloqué € 11 millions d’aide humanitaire pour répondre aux besoins humanitaires immédiats des familles affectées, tant par les catastrophes naturelles que le conflit au Myanmar. L’UE, avec ses partenaires humanitaires, intervient dans l’État du Rakhine depuis de nombreuses années pour apporter une protection, une aide alimentaire et nutritionnelle, et des soins de santé, aux populations les plus vulnérables, en particulier dans les cantons du nord. Suite aux épisodes violents de juin 2012 et octobre 2016, ayant résulté en des déplacements massifs de population, l’UE a étendu son aide humanitaire à l’ensemble des personnes déplacées dans le besoin ; et elle demeure engagée à faire de même pour les victimes des violences d’août 2017, pour lesquelles il est urgent d’assurer un accès humanitaire. L’UE assure une aide en matière de logement, d’alimentation, de nutrition, de soins de santé, d’eau et d’assainissement, d’aide de subsistance, de coordination de l’aide, d’éducation et de protection.

L’UE fournit également une aide humanitaire aux personnes contraintes au déplacement par le conflit dans les États du Kachin et du Shan du Nord. Outre l’aide alimentaire, au logement et de santé qu’elle fournit aux populations vivant dans les camps de PDI, l’UE finance également des projets de sensibilisation aux mines et de réhabilitation des victimes de mines anti-personnel, et soutient le Réseau indigène du Myanmar pour l’éducation.

L’UE a également répondu à diverses catastrophes naturelles qui ont eu lieu au Myanmar au cours des vingt dernières années. Au lendemain des inondations de grande ampleur provoquées par de violentes pluies de mousson en août 2018, l’UE a acheminé 130 000 EUR d’aide humanitaire par l’intermédiaire de la Société de la Croix-Rouge du Myanmar, afin de répondre aux besoins les plus pressants des populations les plus touchées grâce à des aides en espèces et à des distributions de kits d’hygiène. Fin mai 2017, lorsque le cyclone Mora a dévasté plusieurs régions de la côte ouest du pays, l’État du Rakhine fut l’État le plus gravement touché. L’UE a alors immédiatement débloqué € 500 000 d’aide d’urgence pour secourir les communautés affectées.

Une autre priorité humanitaire de l’UE au Myanmar est la réduction des risques de catastrophe, afin de renforcer la résilience des communautés les plus vulnérables, exposées à de récurrentes catastrophes naturelles.

Conformément aux engagements internationaux de l’UE, le service d’aide humanitaire de la Commission européenne veille à ce que toutes les actions pertinentes qu’il mène conduisent à une réduction des risques de catastrophe et à une amélioration des ressources des communautés afin qu’elles soient mieux préparées aux catastrophes naturelles.. Dans ce contexte, 11.65 millions d’EUR ont été alloués depuis 2010 aux régions côtières sujettes aux inondations ainsi qu’ à les mesures de prevention contre les risques sismiques en milieu urbain, en particulier dans la capitale financière de Yangon.

La Commission européenne, par l’intermédiaire de son service européen de protection civile et d’aide humanitaire, est opérationnelle au Myanmar depuis 1994. Elle y a financé des programmes de secours d’urgence pour venir en aide aux victimes du conflit et des catastrophes naturelles, pour un budget total excédant les € 240 millions. Depuis 2013, un total de € 2,65 millions a également été consacré à l’éducation en contexte d’urgence des enfants affectés par le conflit.

Dernière mise à jour
22/01/2019