Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Myanmar/Birmanie

Myanmar
© Kaung Hter / IRC
Introduction

Le Myanmar doit faire face à de multiples conflits opposant forces militaires et groupes ethniques armés. Les conflits sont marqués par des violations généralisées du droit international humanitaire et des droits de l’Homme, engendrant des besoins humanitaires importants. Plus de 318 000 personnes, déplacées par le conflit, vivent actuellement dans les camps des États du Kachin, du Shan, du Rakhine, du Chin et du Kayin, avec un accès limité aux services de base. Les restrictions d’accès dans plusieurs zones entravent les efforts des organisations humanitaires internationales pour livrer une aide cruciale aux personnes dans le besoin. Les risques de catastrophes naturelles récurrents renforcent également la vulnérabilité des personnes vivant dans les zones sujettes à ce genre de catastrophes.

Quels sont les besoins ?

Les Nations unies estiment que plus de 986 000 personnes ont actuellement besoin d’une aide humanitaire dans ce pays, et ce chiffre comprend les déplacés des États déchirés par les conflits (Kachin, Kayin, Shan et Rakhine). 

Les violences dans le nord du Rakhine ont commencé le 25 août 2017 et ont déjà contraint plus de 740 000 Rohingyas à fuir vers le Bangladesh voisin. Environ 600 000 Rohingyas apatrides se trouvent toujours dans l’État du Rakhine. 129 000 d’entre eux ont été confinés dans des camps et privés de leurs droits fondamentaux, notamment en matière de libre circulation et d’accès aux moyens de subsistance. Les restrictions d’accès à de vastes zones de l’État du Rakhine posent un défi majeur et entravent sérieusement l’acheminement de l’aide humanitaire pourtant indispensable dans cette région. En outre, les combats opposant actuellement l’armée du Myanmar et l’armée d’Arakan, un groupe armé du Rakhine, ont entraîné le déplacement de près de 90 000 personnes non-rohingyas dans les États du Rakhine et du Chin, depuis décembre 2018.

Dans les États du Kachin, du Kayin et du Shan, les conflits armés durables ont également fait des ravages auprès des populations locales. À ce jour, plus de 112 000 personnes sont toujours en situation de déplacement par suite des affrontements entre groupes armés et forces de l’ordre. Les limitations d’accès restreignent considérablement les opérations humanitaires, en particulier dans les zones échappant au contrôle du gouvernement. 

Carte Myanmar
En quoi consiste notre aide ?

En 2020, l’Union européenne (UE) a débloqué € 14 millions d’aide humanitaire pour répondre aux besoins immédiats des communautés déplacées et affectées par le conflit au Myanmar. En décembre 2019, € 10 millions supplémentaires avaient été mobilisés pour répondre aux besoins cruciaux du peuple Rohingya et des communautés qui les accueillent, au Myanmar comme au Bangladesh. Dans l’État du Rakhine, l’UE travaille avec des partenaires humanitaires de confiance pour répondre aux besoins de protection, d’alimentation, de nutrition et de santé des personnes les plus vulnérables, en particulier dans les cantons du nord. À la suite des violences d’août 2017, l’UE a intensifié son aide humanitaire sous forme de vivres, de soins nutritionnels et de santé, d’eau, de mesures d’assainissement, de coordination et de protection, y compris une éducation des populations aux risques liés aux mines. 

L’UE fournit également une aide humanitaire aux personnes affectées par le conflit dans les États du Kachin et du Shan (nord). Outre l’organisation d’une aide alimentaire, médicale et sanitaire pour les populations vivant dans les camps de déplacés, l’UE contribue aussi aux efforts de sensibilisation aux mines terrestres et aux efforts de protection, et soutient actuellement la programmation d’une éducation en contexte d’urgence pour aider les enfants touchés par le conflit à reprendre le chemin des bancs de l’école dans un cadre sécurisé.

L’UE a également réagi à un certain nombre de catastrophes naturelles qui ont touché le Myanmar au cours des deux dernières décennies. Plus récemment, l’UE a alloué € 85 000 à une aide pour les familles affectées par un glissement de terrain meurtrier qui a fait plus de 170 morts dans l’État du Kachin. Cette aide se concentre sur l’organisation de premier secours et d’un appui psychologique. Des aides en espèces sont aussi fournies aux familles dont les chefs de famille ont été tués ou blessés lors de la catastrophe. Plus tôt, en août 2018, au lendemain d’inondations généralisées provoquées par les fortes pluies de la mousson, l’UE a alloué € 130 000 d’aide humanitaire à la Société de la Croix-Rouge du Myanmar. Cette aide a permis de répondre aux besoins les plus urgents des populations les plus sévèrement touchées via des aides en espèces polyvalentes et des distributions de kits d’hygiène. 

La réduction des risques de catastrophe est également une priorité de l’aide humanitaire de l’UE ; elle se concentre sur le développement de la résilience des communautés se trouvant confrontées à des catastrophes naturelles récurrentes, en renforçant notamment les capacités locales d’alerte et réponse précoces. Conformément aux engagements de l’UE, la Commission européenne veille à ce que toutes ses actions pertinentes conduisent à une réduction des risques de catastrophe et à une amélioration des ressources des communautés pour qu’elles soient d’autant mieux préparées aux risques naturels. Depuis 2010, plus de € 14 millions ont été spécifiquement alloués aux zones côtières sujettes aux inondations et aux zones urbaines sujettes aux séismes. 

La Commission européenne est active au Myanmar depuis 1994. Elle y a financé des programmes de secours d’urgence pour aider les victimes de conflits et de catastrophes naturelles, pour un montant total de plus de € 267 millions. Depuis 2013, € 4,65 millions ont été investis au total dans une éducation d’urgence au profit des enfants affectés par les conflits, dont € 2 millions en 2019.

Dernière mise à jour
30/09/2020