Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Iran

Iran_Pierre_Prakash
© UE/ECHO/Pierre Prakash
Introduction

40 ans de conflit en Afghanistan ont mené à des déplacements en masse d’Afghans vers les pays voisins. L’Iran accueille, à lui seul, environ trois millions de réfugiés afghans. Près d’un million d’entre eux sont enregistrés auprès du gouvernement iranien et ont dès lors droit à une protection et une aide. Près de deux millions d’Afghans présents en Iran n’ont par contre pas de papiers et aucun statut aux yeux de l’État qui ne prévoit aucune aide pour eux. Environ 800 000 personnes sur ces deux millions de sans-papiers vivent dans une situation d’extrême vulnérabilité.

Quels sont les besoins ?

La plupart des réfugiés vivent parmi les communautés qui les accueillent, tandis que 3% d’entre eux seulement résident dans les 18 camps de réfugiés du pays. Ne disposant d’aucun statut légal, les réfugiés afghans sans-papiers sont constamment soumis au risque de déportation et n’ont pas accès aux services de base, notamment en matière de soins de santé, d’éducation et d’emploi déclaré. De plus, les actuelles ressources combinées de l’Agence iranienne pour les réfugiés (BAFIA) et des bailleurs de fonds internationaux ne permettent de subventionner des services de santé que pour 10 à 20% des réfugiés enregistrés les plus vulnérables.

Le décret du Guide Suprême de mai 2015 autorise tous les enfants présents sur le territoire iranien, quel que soit leur statut légal, à accéder à l’enseignement officiel. Depuis la publication de ce décret, au moins 77 000 garçons et filles afghans sans-papiers ont pu s’inscrire à l’école, d’après l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Néanmoins, en pratique, même si l’éducation publique est gratuite, de nombreux obstacles continuent d’entraver l’accès de ces enfants à l’éducation, étant donné que les enfants sans-papiers doivent tout de même payer pour obtenir leurs carte d’étudiant et livres scolaires, et ils doivent également surmonter divers obstacles linguistiques et sociaux. Souvent ces enfants ne parlent que pashtun et parfois ils sont aussi la première source de revenus de leur famille. La scolarisation de leurs enfants offre aux familles de réfugiés sans-papiers une certaine protection contre le risque de déportation, mais cela n’améliore toujours pas leur accès à d’autres services de base.

Map_Iran_FR
En quoi consiste notre aide ?

L’aide de l’UE en Iran se fait actuellement par l’intermédiaire de trois organisations internationales non-gouvernementales (OING) et une agence de l’ONU qui soutiennent BAFIA dans l’octroi d’un pack d’aide de base aux réfugiés les plus vulnérables. Au départ, ce pack d’aide visait surtout à fournir aux réfugiés enregistrés une protection, un logement, un accès à l’eau potable et à l’assainissement, une aide alimentaire et un accès aux services éducatifs et de santé de base. Les aides fournies comprennent l’octroi d’une allocation en espèces aux réfugiés les plus vulnérables pour les aider à payer la prime de l’assurance publique universelle proposée par le gouvernement. Cela permet aux réfugiés afghans enregistrés d’accéder au même plan d’aide sanitaire complet que celui auquel ont accès les citoyens iraniens.

Des efforts ont également été fournis pour permettre aux enfants des familles de réfugiés sans-papiers de bénéficier de l’accès à l’éducation prévu par le Guide Suprême depuis 2015. Ces efforts comprennent une aide directe pour faire aller les enfants à l’école, ainsi qu’une aide pour s’assurer qu’ils restent scolarisés en aidant leurs familles à accéder à des sources alternatives de revenus.

En 2017, l’UE a investi près de € 10 millions dans l’organisation d’une aide essentielle pour les réfugiés afghans se trouvant en Iran. Près de la moitié de ce montant a été investi dans un appui en faveur de l’intégration des enfants réfugiés afghans dans le système éducatif iranien. La direction générale de la Commission européenne pour le développement a également ajouté l’Iran à la liste des bénéficiaires de son paquet d’aide de € 200 millions visant à soutenir les pays de cette région face aux problèmes chroniques de déplacement de population. En outre, l’Agence de l’ONU pour les réfugiés et la Commission européenne offrent à l’Iran une plateforme pour sensibiliser les États membres de l’UE et d’autres potentiels bailleurs de fonds à la situation précaire dans laquelle se trouvent les réfugiés afghans.

L’UE finance depuis 1997 des projets humanitaires ciblant les réfugiés afghans en Iran. Elle a déjà contribué près de € 51 millions d’aide humanitaire au total à la cause des réfugiés afghans et aux efforts de réponse aux catastrophes naturelles. Ce montant comprend les € 5 millions débloqués en 2018 pour l’organisation d’une aide vitale pour les personnes les plus démunies du pays.

Par le passé, l’UE a aussi débloqué de l’aide humanitaire pour l’organisation de secours d’urgence au lendemain des séismes de 1997, 2002 et 2003. En avril 2016, l’UE et l’Iran sont convenus de renforcer leur coopération bilatérale, en vue d’améliorer la prévention, la détection et la réponse apportée aux catastrophes naturelles.

Dernière mise à jour
24/06/2018