Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Bangladesh

Bangladesh
© UE/ECHO/Pierre Prakash
Introduction

Pendant des décennies, le Bangladesh a offert un havre de paix aux réfugiés rohingyas fuyant le Myanmar (Birmanie). Néanmoins, à la suite de la répression militaire généralisée dans l’État de Rakhine au Myanmar (Birmanie) en août 2017, l’afflux massif de réfugiés rohingyas a aggravé la situation humanitaire au Bangladesh.

Quels sont les besoins ?

Depuis 40 ans, les Rohingyas – minorité ethnique, religieuse et linguistique – fuient les persécutions et les discriminations au Myanmar (Birmanie), cherchant refuge principalement au Bangladesh, pays voisin. À la suite des violentes répressions militaires dans le nord de l’État de Rakhine au Myanmar (Birmanie) en août 2017, plus de 745 000 Rohingyas ont fui, passant la frontière en quête d’assistance et de protection.

L'afflux de Rohingyas est tel qu’il fait peser un poids énorme sur les services existants dans le district de Cox’s Bazar, rendant nécessaire le renforcement massif de l’aide pour répondre à ces nouveaux besoins. Étant la plus vaste population apatride au monde et la plupart d’entre eux ne bénéficiant pas du statut officiel de réfugié, ils sont généralement dans l’incapacité de poursuivre des études ou d’exercer un emploi officiel et demeurent donc vulnérables face aux risques d’exploitation et autres menaces à leur protection. Le nombre de Rohingyas vivant actuellement au Bangladesh, entièrement tributaires de l’aide humanitaire, est estimé à environ 900 000 personnes.

Le pays présentant pour l’essentiel une faible altitude et se situant au confluent de deux grands fleuves (le Gange et le Brahmapoutre), la majeure partie de son territoire est aussi sujette aux inondations, aux glissements de terrain et aux cyclones saisonniers, ce qui en fait l’un des pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique. La fréquence et les niveaux d’imprévisibilité et de gravité de ces catastrophes sont susceptibles d’être encore aggravés par le réchauffement climatique, la croissance démographique, la dégradation de l’environnement et le mauvais entretien des infrastructures – autant de facteurs qui contribuent à renforcer les besoins humanitaires.

Carte Bangladesh
En quoi consiste notre aide ?

En 2020, l’Union européenne (UE) a investi près de € 30,4 millions d’aide humanitaire dans la réponse humanitaire à la crise des réfugiés rohingyas et dans la réponse aux catastrophes dans d’autres parties du pays. Ce montant comprend près de € 27 millions d’aide humanitaire, couvrant l’organisation d’une aide alimentaire et nutritionnelle, d’une aide en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement, de soins de santé, d’une éducation, et d’une protection des groupes les plus vulnérables.

Une partie de ces fonds sert à renforcer la réponse au coronavirus dans le Cox’s Bazar, tout en contribuant au plan de réponse national du pays face au coronavirus, avec le soutien de l’Organisation mondiale de la santé. Le reste du financement est utilisé pour intensifier les mesures de préparation aux risques naturels, en particulier pendant la saison des pluies, qui entraînent généralement des inondations, glissements de terrain, cyclones et raz de marée dans ce qui est actuellement le camp de réfugiés le plus densément peuplé du monde. Ces fonds servent également à renforcer la préparation aux futurs séismes dans les zones urbaines de la capitale congestionnée de Dhaka, ainsi que les actions rapides dans les régions bangladaises sujettes aux inondations.

L’UE est active au Bangladesh depuis 2002, tant pour des activités de préparation aux catastrophes que pour des opérations de réaction d’urgence, et y a consacré un budget total de plus de € 274,4 millions. L’aide humanitaire de l’UE apporte une aide vitale aux centaines de milliers de réfugiés rohingyas résidant dans les camps et campements improvisés des sous-districts d’Ukhia et de Teknaf. En outre, l’UE continue également de financer une aide d’urgence pour les personnes touchées par les catastrophes naturelles.

En août 2020, l’UE a alloué € 1,65 million à la réponse aux inondations de mousson qui ont dévasté l’Asie du Sud, dont € 1 million est consacré à l’organisation d’une aide humanitaire d’urgence pour répondre aux besoins au Bangladesh, où au moins 5,4 millions de personnes ont été touchées par ces inondations. L’aide se concentre sur la distribution d’une aide alimentaire d’urgence, de matériaux pour la construction d’abris et l’organisation d’un accès à l’eau potable et à de bonnes pratiques en matière d’hygiène, tout en contribuant également à l’amélioration des conditions de vie de ceux ayant perdu leur maison et leurs biens.

La préparation aux catastrophes, la réduction des risques de catastrophe et la résilience demeurent les priorités de l’UE au Bangladesh. Cela implique notamment de soutenir des initiatives décidées localement, comme la construction d’infrastructures résistantes aux inondations, la création de systèmes d’alerte précoce, ou encore la préparation aux catastrophes dans les écoles. L’UE, aux côtés de ses partenaires humanitaires, veille aussi à garantir que les moyens de subsistance des populations soient plus résistants aux catastrophes naturelles, de sorte à réduire leur vulnérabilité aux chocs et aux difficultés. Depuis 2001, l’UE a investi plus de € 39 millions dans des activités de réduction des risques de catastrophe et de renforcement de la résilience au Bangladesh, dont € 3,5 millions en 2020.

Dernière mise à jour
21/09/2020