Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Bangladesh

© Union européenne, 2020 (photographe: Peter Biro)
Introduction

Le Bangladesh continue de servir de refuge à plus de 884 000 réfugiés rohingyas qui ont fui la répression brutale et les discriminations généralisées dans l’État du Rakhine au Myanmar. Ces derniers vivent actuellement dans les camps de réfugiés du district de Cox’s Bazar.

Le Bangladesh est aussi l’un des pays les plus exposés aux risques de catastrophe naturelle au monde. Ces risques sont divers : cyclones, inondations, séismes, entre autres. La situation humanitaire du pays est également aggravée actuellement par la pandémie de COVID-19.

Quels sont les besoins ?

Depuis 40 ans, les Rohingyas – minorité ethnique, religieuse et linguistique – fuient les persécutions et les discriminations au Myanmar, cherchant refuge principalement au Bangladesh voisin.

À la suite des violentes répressions militaires dans le nord de l’État du Rakhine au Myanmar en août 2017, plus de 745 000 Rohingyas ont fui, passant la frontière en quête d’assistance et de protection. L'afflux de Rohingyas est tel qu’il fait peser un poids énorme sur les services existants dans le district bangladais de Cox’s Bazar, qui accueille actuellement 884 000 Rohingyas.

Étant la plus vaste population apatride au monde et la plupart d’entre eux ne bénéficiant pas du statut officiel de réfugié, les Rohingyas sont généralement dans l’incapacité de poursuivre des études ou d’exercer un emploi officiel. Ils demeurent vulnérables face aux risques d’exploitation et autres menaces à leur protection. Vivant dans des camps de réfugiés, ils sont entièrement tributaires de l’aide humanitaire.

Étant donnée sa situation géographique, le Bangladesh est sujet aux inondations, glissements de terrain et cyclones, ce qui en fait l’un des pays au monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique.

La fréquence, l’imprévisibilité et la gravité de ces catastrophes sont susceptibles d’être encore aggravées par (i) le réchauffement climatique, (ii) la croissance démographique, (iii) la dégradation de l’environnement et (iv) le mauvais entretien des infrastructures – autant de facteurs qui contribuent à renforcer les besoins humanitaires dans ce pays.

La rapide hausse du nombre de cas de COVID-19, couplée au lent déploiement de la vaccination, a eu un impact considérable sur les systèmes de santé et la situation socioéconomique du pays. La situation dans les camps de réfugiés de Cox’s Bazar est particulièrement inquiétante.

Carte Bangladesh
En quoi consiste notre aide ?

En 2021, l’Union européenne a investi plus de € 28 millions d’aide humanitaire pour répondre à la crise des réfugiés rohingyas et l’aggravation de la pandémie de COVID-19 au Bangladesh. Ces fonds viennent aussi soutenir les efforts menés pour réduire l’impact des catastrophes naturelles dans les régions les plus concernées du pays.

L’aide humanitaire fournie aux réfugiés rohingyas et aux communautés qui les accueillent comprend une aide alimentaire et nutritionnelle, un accès à l’eau potable, un assainissement, des soins de santé, une éducation, ainsi qu’une protection renforcée pour les groupes les plus vulnérables.

En réponse à la COVID-19, une part importante du financement, cette année, sert à soutenir les efforts déployés par le pays pour endiguer la pandémie, en particulier dans le district de Cox’s Bazar. Cette aide comprend un appui aux efforts de veille, de dépistage, de gestion et de prévention de la COVID-19, ainsi que le renforcement des capacités globales de réponse sanitaire dans les camps de réfugiés rohingyas et au sein des communautés d’accueil.

Dans d’autres régions du Bangladesh, l’UE vient en aide aux communautés sujettes aux risques de catastrophe naturelle, en soutenant notamment les actions précoces dans les zones sujettes aux inondations, en améliorant la préparation aux catastrophes dans les quartiers urbains congestionnés de Dhaka, et en soutenant les efforts de coordination.

L’UE est active au Bangladesh depuis 2002, tant pour des activités de préparation aux catastrophes que pour des opérations de réponse d’urgence, et pour un budget total de plus de € 310 millions. L’aide humanitaire de l’UE apporte une aide vitale aux centaines de milliers de réfugiés rohingyas résidant dans les camps et colonies des sous-districts d’Ukhia et de Teknaf. En outre, l’UE continue également de financer une aide d’urgence pour les personnes affectées par les catastrophes naturelles. En 2020, l’UE a débloqué € 2,3 millions pour répondre aux besoins humanitaires urgents au Bangladesh, où au moins 5,4 millions de personnes ont été touchées par le cyclone Amphan et d’importantes inondations causées par la mousson. L’aide apportée s’est concentrée sur des distributions urgentes de vivres et de matériaux pour la construction d’abris, et sur l’organisation d’un accès à l’eau potable et à de bonnes pratiques d’hygiène, tout en contribuant également à l’amélioration des conditions de vie de ceux qui ont perdu leur maison et leurs biens.

La préparation aux catastrophes, la réduction des risques de catastrophe et la résilience demeurent les priorités de l’UE au Bangladesh. Cela implique notamment de soutenir des initiatives décidées localement, comme la construction d’infrastructures résistantes aux inondations, la création de systèmes d’alerte précoce, ou encore la préparation aux catastrophes dans les écoles. L’UE, aux côtés de ses partenaires humanitaires, veille aussi à garantir que les moyens de subsistance des populations résistent mieux aux catastrophes naturelles, de sorte à réduire leur vulnérabilité face aux chocs et difficultés. Depuis 2001, l’UE a investi près de € 48 millions dans des activités de réduction des risques de catastrophe et de renforcement de la résilience au Bangladesh, dont € 4,5 millions en 2021.

Dernière mise à jour
20/08/2021