Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Afghanistan

Afghanistan by Pierre Prakash
© EU/ECHO/Pierre Prakash
Introduction

L’aggravation du conflit et l’insécurité chronique qui règne en Afghanistan continuent de causer des graves souffrances et des déplacements massifs de population à travers le pays et dans les pays voisins. Le manque de protection de la population civile traduit par ailleurs le besoin urgent de promouvoir le droit humanitaire international auprès de toutes les parties impliquées dans le conflit. Le risque élevé de catastrophes naturelles et l’impact du changement climatique ne font qu’accentuer les besoins humanitaires dans le pays.

Quels sont les besoins ?

Selon les Nations unies, plus de 10 000 civils ont été tués ou blessés en 2018 (soit une augmentation de 40 % du nombre de victimes civiles) et 740 000 personnes ont été déplacées entre janvier 2018 et février 2019. Le conflit continue de limiter l’accès de la population aux services de base et aux secours vitaux, en entrainant la fermeture d’établissements publics de santé et d’éducation et en freinant l’accès des travailleurs humanitaires.

En 2018, l’Afghanistan a connu une grave sécheresse : les deux tiers de son territoire et plus de 10 millions de personnes ont été sévèrement touchées. Les Nations unies estiment que les catastrophes naturelles affectent 250 000 personnes supplémentaires chaque année en Afghanistan. Début mars 2019, d’importantes inondations ont frappé 14 provinces. Selon les Nations unies, plus de 122 000 personnes ont été identifiées comme étant affectées et ayant besoin d’une aide humanitaire. À la suite des inondations, 63 personnes ont été tuées et 31 autres ont été blessées. La province de Farah a été la plus sévèrement touchée avec près de 52 000 personnes ayant besoin d’une aide humanitaire.

Depuis 2002, quelque 5,8 millions de réfugiés afghans sont rentrés en Afghanistan, dont plus de 800 000 en 2018. Les moyens dont disposent les services existants sont insuffisants pour répondre à un tel afflux et permettre aux réfugiés afghans de se réintégrer et bénéficier de conditions de vie décentes. Par ailleurs, plus de cinq millions d’Afghans sont toujours réfugiés en l’Iran et au Pakistan et plus de la moitié d’entre eux (2,7 millions) n’est pas enregistrée et ne dispose d’aucun statut juridique.

Carte Afghanistan
En quoi consiste notre aide ?

En raison de l’intensité du conflit et de l’importance des besoins humanitaires, la priorité essentielle de la Commission européenne est d’apporter des secours d’urgence. En 2018, le service de protection civile et d’aide humanitaire de l’UE (ECHO) a mobilisé 46 millions d’euros pour assurer une aide d’urgence aux personnes les plus vulnérables, y compris aux victimes de la grave sécheresse qui affecte encore une grande partie du pays. L’aide est principalement destinée aux hébergements d’urgence, à l’aide alimentaire, aux soins médicaux, à l’assistance en espèces, à la protection des enfants et des victimes de violences de genre. En mars 2019, la Commission européenne a annoncé 27 millions d’euros supplémentaires d’aide humanitaire en faveur des populations en détresse en Afghanistan, dont 2 millions d’euros seront destinés aux familles les plus vulnérables touchées par les inondations dévastatrices du début du mois de mars et qui continuent d’affecter une grande partie du pays.

ECHO finance également des projets d’éducation en contexte d’urgence pour les enfants qui ont été contraints de quitter l’école en raison du conflit. L’Union Européenne participe également à l’organisation de vols humanitaires, à la fourniture d’informations relatives à la sécurité aux ONG et à la coordination de l’intervention humanitaire.

L’UE finance le mécanisme de réaction d’urgence, qui assure un acheminement rapide et flexible de l’aide d’urgence aux personnes récemment déplacées. L’aide se traduit principalement par une assistance en espèces sans conditions et par la mise en place d’infrastructures pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène au cours des deux premiers mois de déplacement.  L’objectif est de faciliter l’adaptations des personnes nouvellement déplacées. En 2018, le mécanisme de réaction rapide a été activé pour plus de 321 000 personnes, une augmentation par rapport à 2017 en raison de l’ampleur des déplacements liés à la sécheresse.

Les opérations de protection civile et d’aide humanitaire de l’UE (ECHO) soutiennent enfin les services de santé vitaux pour les victimes du conflit, tout en garantissant l’accès aux soins de santé aux personnes vivant dans des zones où les services de l’État ne fonctionnent pas correctement. Les services de santé continuent en outre de signaler des niveaux élevés d’admission pour des cas de traumatismes liés au conflit. Le financement de la Commission est destiné à la fourniture de soins d’urgence et d’une aide psychologique à près de 5 000 Afghans chaque mois. L’UE soutient également les interventions en matière de nutrition dans un pays où plus d’1,5 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë.

L’UE finance des opérations humanitaires en Afghanistan depuis 1994, avec un total de 821 millions d’euros alloués à ce jour. Les fonds sont versés strictement sur la base des principes humanitaires d’indépendance, d’impartialité et de neutralité, afin d’assurer l’accès aux personnes dans le besoin.

Dernière mise à jour
20/03/2019