Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Afghanistan

Afghanistan by Pierre Prakash
© EU/ECHO/Pierre Prakash
Introduction

L’insécurité durable et l’intensification du conflit continuent d’engendrer souffrances et déplacements à grande échelle dans l’ensemble de l’Afghanistan et sa région. Le manque de protection des civils souligne l’urgence de rappeler le droit international humanitaire à l’ensemble des parties au conflit. Les besoins humanitaires sont de surcroît renforcés par les risques de catastrophe naturelle et l’impact du changement climatique.

Quels sont les besoins ?

Les affrontements intenses se poursuivent entre les forces gouvernementales, soutenues par les forces militaires internationales, et les groupes d’opposition armés, et ce sont les civils qui portent le poids de ce conflit. Selon les Nations unies, plus de 10 400 civils ont été tués ou blessés en 2017, dont plus de 30% étaient des enfants. Le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime qu’au moins 479 000 personnes supplémentaires ont été déplacées depuis janvier 2017. Ces personnes ont besoin d’une assistance humanitaire et d’une protection contre les violences. Elles ont besoin de toute urgence de services de base, notamment en matière d’accès aux soins de santé, à l’eau et au logement. Au niveau national, huit millions d’Afghans sont en situation d’insécurité alimentaire. Pour le moment, le pays enregistre une baisse de 70% de ses précipitations, par rapport à la même période l’an dernier. Les projections actuelles pour les périodes de sécheresse durable prévoient un déficit alimentaire agrégé pour 2018. La résilience de millions d’Afghans est de surcroît érodée par les risques réguliers de catastrophe naturelle, notamment les inondations, les glissements de terrain et les séismes. Les Nations unies estiment que plus de 250 000 personnes sont affectées par les catastrophes naturelles chaque année en Afghanistan.

Quelque 5,8 millions de réfugiés afghans sont rentrés au pays depuis 2002. Au cours de l’année 2017, ce sont environ 650 000 Afghans qui sont rentrés chez eux, souvent après plusieurs décennies d’exil, en raison de divers facteurs, notamment une dégradation de l’espace de protection au Pakistan et en Iran. L’afflux de rapatriés a mis à rude épreuve les capacités des services existants et suscité des inquiétudes quant aux capacités de réintégration et conditions de vie décentes de ces rapatriés. Entretemps, 5 millions d’autres Afghans, dont 2,7 millions non-enregistrés et ne disposant d’aucun statut légal, sont encore réfugiés dans les pays voisins (Iran et Pakistan).

Carte Afghanistan
En quoi consiste notre aide ?

Au vu de l’intensité du conflit et de l’ampleur des besoins humanitaires, le service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) se concentrera sur l’organisation d’interventions vitales. En janvier 2018, ECHO a débloqué € 26 millions pour garantir des secours d’urgence plus que nécessaires aux populations vulnérables affectées par le conflit. Les interventions financées se concentrent sur l’organisation de soins médicaux d’urgence et de transferts en espèces multisectoriels, ainsi que sur l’organisation d’une protection. L’UE soutient également l’éducation en contexte d’urgence des enfants déscolarisés en conséquence du conflit ou de leur déplacement. Afin de faciliter l’implémentation d’interventions se fondant sur les principes humanitaires, l’UE finance aussi des vols humanitaires, la circulation d’informations clés en matière de sécurité et une coordination de l’action humanitaire.

L’UE finance le mécanisme de réaction d’urgence (ERM) qui garantit l’octroi d’une aide d’urgence (souvent en espèces) aux personnes récemment déplacées. Une petite partie de ces bénéficiaires sont des personnes ayant été affectées par les catastrophes naturelles. Depuis le début de l’année 2017, quelque 300 000 personnes à travers le pays ont bénéficié d’une aide de l’ERM.

En outre, l’UE finance des services de santé vitaux pour les victimes du conflit et soutient les services de santé des zones où les soins de santé publics classiques ont été perturbés par les opérations armées.

En 2016 et 2017, € 1,95 million a été alloué à l’organisation d’une éducation en contexte d’urgence à destination des enfants vulnérabilisés, y compris les enfants pakistanais réfugiés dans le pays. Cette initiative a été implémentée dans les provinces affectées par le conflit, à savoir Khost, Nangarhar, Jawzian et Kandahar, au profit de 11 500 étudiants et plus de 200 enseignants.

La Commission européenne finance des interventions humanitaires en Afghanistan depuis 1994, pour un montant total de plus de € 775 millions à ce jour. Ces fonds sont strictement alloués selon les principes humanitaires d’indépendance, d’impartialité et de neutralité, afin d’assurer l’accès à ces aides aux personnes en ayant le plus besoin.

Dernière mise à jour
19/03/2018