Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Ouganda

South Sudanese refugees at Koluba transit centre. ©EU/ECHO/Anouk Delafortrie
Des réfugiés sud-soudanais au centre de transit de Koluba. © UE/ECHO/Anouk Delafortrie
Introduction

Selon les chiffres publiés le 31 janvier 2019, l’Ouganda accueille actuellement plus de 1,2 million de réfugiés. Il compte l’une des plus grandes populations de réfugiés d’Afrique, avec plus de 794 000 réfugiés du Soudan du Sud, 319 000 réfugiés de la République démocratique du Congo et 92 000 réfugiés provenant d’autres pays, notamment du Burundi, du Rwanda et de l’Érythrée. Le nombre impressionnant d’arrivées a mis sous pression la politique progressiste de l’Ouganda concernant les réfugiés.

Quels sont les besoins ?

Les combats interethniques qui ont éclaté dans l’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), fin 2017, ont conduit des milliers de Congolais à chercher refuge en Ouganda. En 2018, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), environ 120 000 réfugiés ont fui la RDC vers l’Ouganda, ce qui représente plus de 75 % des nouveaux arrivants dans le pays.

En outre, les cinq années de guerre intense et les échecs répétés des accords de paix au Soudan du Sud ont poussé des centaines de milliers de personnes à fuir le pays et à chercher refuge en Ouganda. Depuis la signature de l’accord revitalisé sur la résolution du conflit en République du Soudan du Sud au milieu de l’année 2018, les affrontements entre factions armées auraient diminué. Les arrivées de réfugiés en provenance du Soudan du Sud ont commencé à se stabiliser depuis janvier 2018. Ceci peut s’expliquer par une réduction des combats à proximité de la frontière ougandaise. Toutefois, des risques de déplacements supplémentaires sont toujours présents, compte tenu des incertitudes persistantes au Soudan du Sud.

L’Ouganda est également un refuge pour les personnes fuyant d’autres pays victimes de conflits et de la faim, tels que la Somalie et le Burundi, ce qui fait de l’Ouganda, avec le Soudan, le pays abritant l’une des plus grandes populations de réfugiés en Afrique.

L’augmentation du nombre d’arrivées de réfugiés dans un laps de temps aussi court a gravement entravé la fourniture de l’aide humanitaire. De nouveaux camps ont été créés et ceux qui existaient ont été agrandis pour accueillir les nouveaux arrivants. Toutefois, les besoins étaient toujours supérieurs à l’aide disponible dans de nombreux endroits. Il y avait, à l’époque, une pénurie de terrains alternatifs disponibles pour accueillir les nouveaux arrivants. Bien que les réfugiés en Ouganda soient libres de se déplacer et de travailler, leurs possibilités de recourir à d’autres moyens de subsistance sont extrêmement limitées.

Ouganda
En quoi consiste notre aide ?

En 2017 et 2018, l’Union européenne a alloué plus de 85 millions d’euros d’aide humanitaire pour aider l’Ouganda à répondre aux besoins des réfugiés et à intensifier sa préparation à la lutte contre l’épidémie d’Ebola. Compte tenu du risque réel de propagation du virus Ebola de la République démocratique du Congo vers l'Ouganda en raison de l’importance des mouvements transfrontières, l’UE a fourni des fonds humanitaires afin de renforcer les capacités du système de santé ougandais et d’aider à la préparation et à la surveillance afin d'assurer la détection précoce des cas et à prévenir la transmission.

L’Union européenne fournit des fonds humanitaires pour répondre aux besoins de plus d’un million de réfugiés qui se sont installés dans les régions du Nil occidental, du centre-ouest et du sud-ouest de l’Ouganda. Depuis 2017, l’aide humanitaire de l’UE a donné la priorité à la fourniture d’une aide d’urgence de qualité et rapide aux réfugiés nouvellement arrivés, en particulier à ceux en provenance du Soudan du Sud et de la RDC. Le financement de l’UE permet aux organisations humanitaires en Ouganda de fournir une protection, un abri, une aide alimentaire, des soins de santé, un accès à l’eau potable et aux services d’assainissement, de la nourriture et une aide à l’éducation aux réfugiés et à leurs communautés d’accueil. D’autres financements ciblant les établissements de santé contribueront également à renforcer les capacités, la qualité et la disponibilité des services, notamment en ce qui concerne la préparation et la réaction en cas d’épidémie.

L’aide alimentaire de l’UE en Ouganda est constituée par des transferts d’argent qui permettent aux réfugiés de faire leurs propres choix pour répondre à leurs besoins fondamentaux, tout en stimulant l’économie locale. Avec un très grand nombre d’enfants déscolarisés, l’aide humanitaire met également l’accent sur la fourniture d’une éducation et d’une protection adaptées aux enfants réfugiés et aux enfants issus de communautés locales. Des programmes d'apprentissage sont en place pour aider les enfants réfugiés à rattraper le retard scolaire dû aux crises qu'ils ont eu à subir.

En plus de fournir une aide humanitaire, l’Union européenne accroît également la résilience et l’autosuffisance des populations les plus vulnérables, les rendant ainsi moins dépendantes à l'égard de l’aide dans la durée. Cela est particulièrement vrai dans le contexte ougandais, où les réfugiés peuvent se déplacer librement, travailler et créer des entreprises. À cette fin, en septembre 2018, les services de la Commission européenne, le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) et les États membres de l’UE ont convenu de mettre en œuvre conjointement un plan d’action visant à trouver des solutions durables pour les personnes touchées par des déplacements forcés (tant les réfugiés que les communautés d’accueil) et à élaborer une réponse globale de l’UE. Ce plan comporte des mesures axées sur le renforcement de l'autonomie, l'accès aux services de base, les possibilités d'emploi, la mise en place d'institutions et de structures locales durables et la lutte contre les facteurs de déplacement. Le processus repose sur le renforcement de la coopération entre les acteurs humanitaires, les acteurs du développement et les acteurs politiques/diplomatiques pour aller au-delà des résultats à court terme et travailler de manière à renforcer mutuellement les objectifs à long terme. Ces actions s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre par l’Ouganda du cadre d’action global pour les réfugiés qui vise à contribuer à la mise en place d’une approche durable de la situation des réfugiés en Ouganda.

Dernière mise à jour
26/02/2019