Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Afrique australe et l'océan Indien

Malawi by Save The Children
© Save The Children
Introduction

Dans la région de l’Afrique australe et de l’océan Indien, ces deux dernières années ont été marquées par des pénuries alimentaires généralisées suite à la pire sécheresse que la région ait connue depuis 35 ans. En conséquence, près de 14 millions de personnes à travers l’ensemble de la région ont eu besoin d’une aide alimentaire d’urgence en 2017. Cette même année, six des 15 pays composant cette région ont connu des conditions météorologiques extrêmes (sécheresse, pluies excessives, inondations et cyclones).

Quels sont les besoins ?

La région de l’Afrique australe et de l’océan Indien est sujette à des catastrophes naturelles récurrentes, à savoir notamment des cyclones, des inondations et des vagues de sécheresse. Le changement climatique a rendu ces catastrophes moins prévisibles, renforçant aussi leur intensité et leur ampleur. Les deux dernières saisons des pluies ont été mauvaises, entraînant une réduction de la production agricole et animale, des pénuries en eau et une hausse des tarifs alimentaires.

Une amélioration des conditions météorologiques en 2017 a permis une augmentation de la production et des disponibilités agricoles, et les prévisions demeurent favorables pour les mois à venir. Néanmoins, en raison d’une sévère sécheresse, un nombre considérable de familles n’ont pas été en mesure de récolter suffisamment de vivres pour couvrir leurs besoins nutritionnels quotidiens. Ces familles connaissent donc des pénuries alimentaires pendant l’actuelle période de soudure s’étendant de décembre 2017 à avril 2018.

À Madagascar, on estime qu’un million de personnes auront probablement besoin d’une aide alimentaire d’urgence. Un nombre important de personnes au Lesotho, au Malawi, au Mozambique et au Zimbabwe devraient également se retrouver en situation de crise en matière de sécurité alimentaire. La malnutrition chronique est un problème très répandu et la malnutrition aiguë sévère est particulièrement inquiétante dans le sud de Madagascar.

Depuis août 2017, Madagascar est aussi confronté à une épidémie de peste, totalisant déjà 100 décès et 1554 cas déclarés.

Carte régionale
En quoi consiste notre aide ?

Depuis 2012, la Commission européenne soutient la région de l’Afrique australe et de l’océan Indien, y ayant déjà investi près de € 125 millions d’aide humanitaire, de secours d’urgence et de préparation aux catastrophes. L’aide fournie par l’UE a contribué au renforcement de la résilience des communautés les plus vulnérables ainsi qu’au renforcement de leurs capacités à faire face aux vagues de sécheresse récurrentes et autres catastrophes naturelles.

La Commission européenne surveille la situation humanitaire dans la région et répond aux besoins urgents en apportant son soutien à diverses agences de l’ONU, au mouvement de la Croix-Rouge et à d’autres organisations non-gouvernementales. La plupart des fonds alloués par la Commission sont investis dans l’organisation d’une aide alimentaire sous forme d’assistance en espèces, d’une aide nutritionnelle et de soins de santé, ainsi que dans des mesures de préparation aux catastrophes, d’accès à l’eau potable et d’assainissement, et dans l’organisation d’un hébergement.

Plus de 13 millions de personnes ont bénéficié de ces aides depuis 2016, lorsque le Zimbabwe, le Malawi, le Mozambique, le Lesotho et le Swaziland ont déclaré l’état d’urgence et demandé une aide internationale en faveur des populations affectées par la sécheresse. La sécheresse a suscité une réponse humanitaire à grande échelle dans la région jusque mi-2017 mais ses effets continuent de se faire sentir. En 2016-2017, la Commission a alloué à ses partenaires actifs au Lesotho, à Madagascar, au Malawi et au Mozambique, plus de € 80,3 millions pour l’organisation de distributions d’aide alimentaire et de secours d’urgence.

La Commission apporte son soutien aux activités de réduction des risques de catastrophes (RRC) organisées dans la région depuis 2008. Ces mesures visent à renforcer les capacités de gestion des risques des communautés et institutions locales. En 2017, € 5 millions ont été spécifiquement alloués à des activités de réduction des risques de catastrophe, en mettant l’accent sur des activités de préparation aux crises au Lesotho, au Malawi, au Mozambique et à Madagascar. Des activités de sensibilisation ont été menées auprès des écoliers et des familles, pour qu’ils soient mieux préparés en cas de catastrophe. Les agriculteurs ont été formés à de meilleures pratiques agricoles, par exemple des méthodes d’irrigation permettant de gagner du temps, le stockage des réserves alimentaires et la bonne gestion des petites entreprises afin de diminuer leur dépendance à l’aide. Des technologies innovantes ont été introduites dans ces pays, comme la cartographie par drones pour les zones les plus sujettes aux catastrophes naturelles. L’UE a aussi financé des projets à petite échelle de soutien aux réfugiés au Malawi (€ 300 000), et d’endiguement de l’épidémie de peste à Madagascar (€ 300 000).

Dernière mise à jour
05/01/2018