Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Afrique australe et l'océan Indien

Malawi by Save The Children
© Save The Children
Introduction

Les chocs climatiques, en plus des défis économiques et politiques, des insectes et maladies qui ravagent les cultures, et du conflit, continuent d’affecter des millions de personnes dans la région de l’Afrique australe et de l’océan Indien. En raison de la faiblesse des pluies et de mauvaises récoltes, de vastes régions souffrent actuellement d’une sécheresse grave et prolongée qui met les stocks alimentaires à rude épreuve. Outre l’aide vitale qu’elle fournit, l’UE soutient les efforts entrepris pour renforcer les capacités des communautés et des autorités en charge de la gestion des catastrophes afin qu’elles puissent mieux faire face aux risques naturels récurrents dans la région.

Quels sont les besoins ?

Les phénomènes météorologiques extrêmes sont fréquents dans la région de l’Afrique australe et de l’océan Indien. Ils se multiplient et s’intensifient d’autant plus sous l’effet du changement climatique. La région se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale et a été secouée par de multiples chocs aux effets cumulateurs, comme notamment les puissants cyclones Idai et Kenneth de 2019, la sécheresse actuelle et l’irrégularité des précipitations.  

Une sécheresse durable qui sévit dans de vastes régions du sud-est de l’Afrique compromet la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de près de 15 millions de personnes. La sécheresse actuelle a été précédée d’inondations ; les familles se retrouvent donc en difficulté pour trouver de quoi se nourrir et ont peu de temps à chaque choc pour se remettre avant que le suivant ne sévisse. Les effets de la sécheresse se font sentir en Angola, au Botswana, en Eswatini, au Lesotho, à Madagascar, au Malawi, au Mozambique, en Namibie, en Zambie et au Zimbabwe. En 2019, la région a enregistré ses plus faibles pluies saisonnières depuis 1981, année où l’on a commencé à consigner ces mesures.

La pandémie de coronavirus ne fait que renforcer les difficultés quotidiennes des personnes dans le besoin en Afrique australe. Bien que différents pays disposent de moyens différents pour faire face au virus, la situation évolue rapidement.

La province de Cabo Delgado dans le nord du Mozambique est également affectée par des violences armées depuis près de trois ans. Les groupes armés attaquent les villages et les civils, causant morts et déplacements et aggravant la situation sur le plan humanitaire. Depuis début 2020, les attaques ont augmenté de façon spectaculaire, forçant quelque 211 000 personnes au déplacement depuis le mois de mai. La plupart des déplacés vivent parmi les populations qui les accueillent, faisant peser un poids supplémentaire sur des ressources déjà rares étant donné que la plupart des ces familles d’accueil sont elles-mêmes en situation d’insécurité alimentaire.

En quoi consiste notre aide ?

Le financement de l’UE dans la région de l’Afrique australe et de l’océan Indien est alloué à des secours d’urgence, à une aide alimentaire, à une éducation en contexte d’urgence et à des efforts de préparation aux catastrophes. En 2020, l’UE consacre € 64,7 millions à l’action humanitaire menée dans la région. Une part significative de ces fonds est spécifiquement dédiée aux efforts pour faire face aux conséquences de la sécheresse qui s’abat sur cette région.

Via son aide humanitaire, l’UE accorde la priorité à l’organisation d’une aide rapide sous forme de transferts monétaires d’urgence pour les personnes vulnérables affectées par les catastrophes. Cela permet d’éviter que ces personnes aient à vendre leurs biens lorsque la nourriture vient à manquer et soient ainsi d’autant plus fragilisés lorsque survient la prochaine catastrophe. En réaction à l’actuelle sécheresse qui frappe la région, l’UE contribue à répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels dans les régions affectées et aide aussi les petits agriculteurs à restaurer leurs moyens de subsistance.

Alors que la situation se dégrade sur le plan sécuritaire dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, l’UE vient en aide aux personnes déplacées vulnérables en leur proposant un hébergement, des vivres et un accès aux soins de santé.

L’UE a aussi réservé des fonds destinés à soutenir les systèmes de santé locaux dans leur préparation et prévention du coronavirus, en accord avec les plans de réponse nationaux de chaque pays. Grâce à ces aides, les partenaires bénéficiant d’un financement de l’UE dans la région incluent dans leurs projets des activités de prévention et de contrôle du coronavirus, des campagnes de diffusion de l’information, des distributions d’équipements de protection individuelle (EPI), des mesures pour promouvoir l’accès à l’eau potable et à l’hygiène, et des sessions de sensibilisation des familles à l’hygiène.

Une bonne préparation et une action rapide peuvent permettre de réduire l’impact des catastrophes naturelles ainsi que les pertes en vies humaines, en moyens de subsistance et en biens. À cette fin, l’UE soutient des actions de renforcement capacitaire des communautés et des autorités locales et nationales de gestion des catastrophes, afin qu’elles puissent mieux se préparer et répondre aux catastrophes. Plusieurs projets financés par l’UE utilisent les technologies et des approches innovantes, comme les drones (utilisés notamment lors de la réponse au cyclone Idai au Mozambique et au Malawi) pour cartographier les zones à haut risque, ou la messagerie mobile pour alerter les communautés en cas de danger imminent. Une attention croissante est accordée aux efforts de préparation aux catastrophes dans les écoles, grâce à la promotion d’installations d’apprentissage sécurisées, à la formation des enseignants aux systèmes d’alerte précoce, et à l’enseignement aux enfants des méthodes pour rester en sécurité. Le fait d’entreposer des stocks d’urgence au préalable sur le terrain permet aussi de réagir plus rapidement et plus facilement, d’un point de vue logistique, en cas de catastrophe naturelle soudaine.

Dernière mise à jour
20/07/2020