Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Soudan du Sud

South Sudan by Albert Gonzalez Farran of Medair
© Albert Gonzalez Farran / Medair
Introduction

Malgré un nouvel accord de paix visant à mettre fin à la guerre civile qui sévit depuis cinq ans, les combats se poursuivent dans la plus jeune nation du monde. L’acheminement de l’aide humanitaire est entravé au détriment de millions de personnes dans le besoin. Les deux tiers de la population sont confrontés à des risques de graves pénuries alimentaires. Cette crise imputable à l’homme a également des répercussions sur les pays de la région, où près de 2,5 millions de Sud-Soudanais sont allés chercher refuge. L’UE continue de contribuer à la fourniture d'une aide vitale au Soudan du Sud et aux réfugiés dans les pays voisins.

Quels sont les besoins ?

Des années de conflit et d’effondrement économique ont provoqué des déplacements et une détresse incommensurable parmi la population civile. La destruction des biens et des récoltes a anéanti les moyens de subsistance et le commerce local. Un an après l'apparition de poches de famine dans le pays, la famine et la malnutrition demeurent à des niveaux sans précédent.

Les soins de santé et l’éducation sont réduits à néant. On estime que plus de 80 % des comtés du Soudan du Sud ne disposent pas de services de santé adéquats, voire de services de ce type. En 2017, 150 foyers de maladies ont été détectés dans tout le pays. Jusqu’à 2,4 millions d’enfants sud-soudanais sont privés d’éducation, ce qui constitue l’une des plus fortes proportions d’enfants non scolarisés dans le monde. La crise imputable à l’homme au Soudan du Sud se caractérise par de graves violations et abus contre les civils, de sorte que 6,4 millions de personnes ont besoin d’une protection, dans de nombreux cas également contre des violences sexuelles très répandues.

En raison des déplacements de population et de la destruction des installations hydrauliques et sanitaires, 5,6 millions de personnes ont besoin de toute urgence d’un accès à l’eau potable, en particulier les populations qui ont fui vers des zones marécageuses et sont donc plus vulnérables aux épidémies. Le conflit a déclenché un exode massif vers l’Ouganda, le Kenya, l’Éthiopie et le Soudan. Le nombre de Sud-Soudanais déplacés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, dépasse les 4 millions de personnes.

Carte Sudan du Sud
En quoi consiste notre aide ?

Depuis le début de l’année 2017, l’Union européenne a fourni plus de 317 millions d’euros pour aider des millions de Sud-Soudanais affectés par le conflit: 127 millions d’euros en faveur d'une aide vitale au Soudan du Sud et 190 millions d’euros pour des mesures régionales d'aide aux réfugiés.

L’UE donne la priorité à l'appui aux équipes d’intervention d’urgence qui ont la flexibilité nécessaire pour pouvoir agir rapidement et répondre à de nouvelles crises dans différentes régions du pays. Ces équipes fournissent des abris, une aide alimentaire, des soins de santé, un accès à l’eau potable et à l’assainissement, des articles ménagers de première nécessité et une éducation. Sur les 1,9 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays, près de 200 000 vivent aux abords des bases de maintien de la paix de l’ONU, sur ce qu’on appelle des sites de protection des civils. L’UE soutient les organisations chargées de fournir des services de base, un abri et une protection dans ces camps.

Au vu des taux d’urgence de malnutrition signalés en divers endroits et des estimations prévoyant que 250 000 enfants souffriront de malnutrition sévère en 2018, l’UE finance, dans le cadre de son aide humanitaire, des centres nutritionnels où les enfants et les mères peuvent bénéficier de soins et traitements adaptés.

L’UE a considérablement contribué à l’effort humanitaire en 2017, année au cours de laquelle 1,8 million d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole, plus de 180 000 enfants ont bénéficié d’un traitement contre la malnutrition aiguë sévère, et 300 000 enfants ont pu avoir accès à une éducation.

L’UE contribue à étendre l’aide alimentaire et les interventions nutritionnelles dans les zones difficiles d’accès, en particulier dans les régions du Jonglei, du Haut-Nil et de l'Équatoria. Les fonds de l’UE ont aussi permis de garantir que les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi requis pour le traitement de la malnutrition sévère soient disponibles tout au long de l'année 2018. La protection des enfants, des jeunes filles et des femmes constitue une priorité pour l’UE compte tenu de l’extrême violence dont ils sont victimes. En 2018, les partenaires humanitaires de l’UE ont réussi à obtenir la libération de près de 1 000 enfants des rangs des groupes armés.

Plus d'une centaine de travailleurs humanitaires ont été tués depuis le début de la guerre civile en 2013 et le nombre d'enlèvements de travailleurs humanitaires ne cesse d'augmenter. l’UE continue à appeler l’ensemble des parties au conflit à garantir un accès humanitaire libre, sécurisé et durable dans toutes les régions du pays, et à éliminer les obstacles à l’acheminement de l’aide.

Près de 2,5 millions de Sud-Soudanais ont fui vers les pays voisins. L’UE soutient les réfugiés en fournissant une aide alimentaire, des abris, des soins de santé et nutritionnels, une aide psychosociale et une éducation. Environ la moitié des réfugiés sud-soudanais ont moins de 18 ans et beaucoup ne sont pas accompagnés. L’UE finance également des programmes spécifiques de protection des mineurs non-accompagnés et des survivants de violences sexuelles et fondées sur le genre.

Dernière mise à jour
18/10/2018