Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Sahel

Crèdit photo: EU/ECHO
Introduction

La résurgence et la propagation des conflits au second semestre 2018, conjuguées aux effets durables des précipitations irrégulières et des prix élevés des denrées alimentaires dans certaines régions, continuent de menacer la vie de millions de personnes au Sahel. Des enquêtes récentes sur la nutrition montrent une détérioration de la situation dans tous les pays du Sahel, avec une malnutrition sévère dépassant les seuils d’urgence enregistrés dans plusieurs régions de Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Quels sont les besoins ?

Les effets combinés des conditions météorologiques extrêmes, des conflits armés, de l’insécurité élevée et des prix volatils contribuent de plus en plus à une grave insécurité alimentaire et à la malnutrition dans de nombreuses régions du Sahel.

La propagation des conflits armés au Mali et dans le bassin du lac Tchad complique la fourniture de services de base à la population. Les besoins en matière de protection sont en hausse, la violence à l’égard des femmes et la protection des enfants faisant partie des enjeux. Les moyens de subsistance et le commerce restent gravement perturbés par les effets de l’insécurité. Outre les conséquences humanitaires sur la population locale, l’insécurité aggrave l’accès humanitaire et empêche la fourniture d’une aide d’urgence aux personnes dans le besoin.

En 2019, pour la troisième année consécutive, la crise alimentaire se poursuivra dans les régions touchées par les conflits armés (au Mali, au Burkina Faso, au Niger et dans le bassin du lac Tchad). Fin 2018, on a estimé à 4,2 millions le nombre de personnes qui, dans huit pays, avaient besoin d’une aide alimentaire immédiate pour éviter la famine; les femmes et les enfants étaient les plus durement touchés. Ce nombre pourrait doubler dans les prochains mois si aucune aide n’est fournie.

Jusqu’à 2,8 millions d’enfants risquent de souffrir de malnutrition aiguë sévère et auront besoin d’un traitement vital en 2019. Le taux global de malnutrition aiguë est supérieur à 10 % dans tous les pays du Sahel et dépasse le seuil d’urgence international (15 %) dans plusieurs régions de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Sahel carte du region
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne est l’un des principaux pourvoyeurs d'aide humanitaire au Sahel. Elle fournit une aide nutritionnelle et alimentaire d’urgence aux populations confrontées à la famine (y compris le traitement des enfants souffrant de malnutrition) et une assistance aux personnes touchées par les conflits et l’insécurité.

En 2018, l'Union européenne a fourni une aide humanitaire de 273 millions d’euros à la région, dont 101 millions d’euros d’aide alimentaire et 62 millions d’euros d’aide nutritionnelle. En outre, un soutien a été apporté aux initiatives de réduction des risques de catastrophe visant à aider les pays à mieux se préparer aux catastrophes naturelles liées au climat et à leurs effets sur la sécurité alimentaire et à réduire leurs effets.

L'UE finance actuellement l'aide alimentaire sous forme de transferts d’argent, de coupons et de rations alimentaires pour les familles, d'aliments thérapeutiques prêts à l'emploi ainsi que de médicaments essentiels pour traiter les enfants souffrant d’une grave malnutrition. L’aide humanitaire de l’UE contribue à équiper les centres de soins de santé de systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement, à former le personnel et à assurer le dépistage des enfants présentant un risque de malnutrition.

Bien que les besoins humanitaires soient énormes cette année dans la région, des efforts conjoints avec les partenaires de développement sont nécessaires pour aider à renforcer la résilience à long terme. L’«Alliance globale pour l’initiative Résilience» (AGIR) a été lancée lors de la crise alimentaire et nutritionnelle de 2012 au Sahel, dans le but d’atteindre l’objectif «Faim zéro» dans la région du Sahel d’ici 2032.

L’UE a été étroitement associée à la création d’AGIR et continue d’y apporter son soutien. La dynamique créée par AGIR a poussé dix pays de la région à adopter des priorités nationales en matière de résilience. Ces pays attendent un soutien global de la part de la communauté humanitaire internationale afin de traduire ces priorités en actions concrètes. L’UE travaille également activement à l’établissement d'un lien entre aide humanitaire et développement afin de répondre aux besoins des populations vulnérables par une approche plus durable et à long terme.

Dernière mise à jour
06/02/2019