Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Sahel

Crèdit photo: EU/ECHO
Introduction

Du fait de l’irrégularité des pluies, de l’insécurité prolongée et du prix élevé des denrées alimentaires, la région du Sahel est confrontée à la pire crise alimentaire jamais connue en quatre ans. La situation s’est rapidement dégradée étant donné que des milliers de familles ont épuisé leurs réserves alimentaires plusieurs mois plus tôt que d’habitude. La situation est particulièrement inquiétante en Mauritanie, au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad, lesquels ont enregistré une hausse de 50 % par rapport à l’an dernier du nombre de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire d’urgence.

Quels sont les besoins ?

La situation humanitaire dans le Sahel est extrêmement fragile. Les populations du Sahel ont dû faire face à des conditions climatiques extrêmes conjuguées aux conflits, ce qui appelle une réponse humanitaire complexe.

Le Sahel souffre d’une crise alimentaire et nutritionnelle due à des conditions climatiques extrêmes. Près de 11,8 millions de personnes dans huit pays différents ont besoin d’une aide alimentaire et nutritionnelle d’urgence pour éviter d’être exposés à une famine aiguë. Les femmes et les enfants sont les plus durement touchés. Jusqu’à 4,2 millions d’enfants risquent de souffrir de malnutrition et ont besoin d’un traitement vital, soit 20 % de plus que l’année dernière. Cette année, des pluies irrégulières ont également contraint environ 2,5 millions d’éleveurs à déplacer leurs troupeaux – une pratique appelée «transhumance» – de manière précoce, à la recherche d’eau et de pâturages à la fin de la saison agricole. Il s’agit là de la transhumance de bétail la plus précoce observée depuis 30 ans.

Les conflits et l’insécurité dans la région du lac Tchad, ainsi qu’au Mali et dans les régions voisines du Burkina Faso et du Niger ont entraîné en outre des déplacements forcés de populations. Des milliers de familles ont été forcées de quitter leur foyer pour échapper à l’insécurité, alors que des milliers d’autres n’ont eu d’autre choix que de réduire leur nombre de repas et leurs soins de santé ou encore de retirer leurs enfants de l’école. Dans certaines régions, plus de 50 % des populations affectées ont déjà recours à des mesures d’urgence, comme la vente de leurs biens les plus précieux, notamment leur bétail.

Sahel carte du region
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne est l’un des principaux pourvoyeurs d'aide humanitaire au Sahel. En 2017, l'Union européenne a débloqué 240 millions d’EUR en faveur d’une aide humanitaire à cette région. Ce montant englobait 90,2 millions d’EUR pour une aide alimentaire, 56,7 millions d’EUR pour une aide nutritionnelle, 22,5 millions d’EUR pour des soins de santé, 21,7 millions d’EUR pour une aide en matière d’eau, d’assainissement et de logement, et 11 millions d’EUR pour des mesures de protection. 

Pour 2018, la réponse humanitaire totale de l’UE en faveur des pays du Sahel représente un montant de plus de 270 millions d’EUR. Ce montant comprend une contribution du département britannique pour le développement international (DFID), avec lequel l’UE met œuvre, depuis 2015, un programme conjoint intitulé «Aide humanitaire pour les urgences au Sahel» (Providing Humanitarian Assistance to Sahel Emergencies – PHASE).

Grâce à ces efforts conjugués, l’Union européenne continue de fournir une aide nutritionnelle et alimentaire d’urgence aux populations confrontées à la famine (y compris le traitement des enfants malnutris) et une assistance aux personnes touchées par les conflits et l’insécurité. 

En 2018, l’UE prévoit de venir en aide à plus d’un million de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire d’urgence, tout en fournissant des traitements à plus de 300 000 enfants souffrant de malnutrition. Les activités actuellement financées par l’UE comprennent une aide alimentaire sous la forme de transferts en espèces, de coupons alimentaires ou de rations alimentaires pour les familles, ainsi que d'aliments thérapeutiques prêts à l’emploi et de médicaments essentiels pour améliorer la santé des enfants souffrant de malnutrition.

L’aide humanitaire de l’UE permet également de doter les centres de santé de systèmes d’approvisionnement en eau et d’hygiène, de former le personnel et d’assurer le dépistage des enfants présentant un risque de malnutrition.

Alors que les besoins humanitaires sont immenses dans la région cette année, des efforts conjoints avec les partenaires de développement sont nécessaires pour contribuer à renforcer la résilience de cette région sur le long terme. L’«Alliance globale pour l’initiative Résilience» (AGIR) a été lancée lors de la crise alimentaire et nutritionnelle de 2012 au Sahel, dans le but d’atteindre l’objectif «Zéro faim» dans la région du Sahel d’ici 2032. L’UE a été étroitement associée à la création d’AGIR et continue d’y apporter son soutien. La dynamique créée par AGIR a poussé dix pays de la région à adopter des priorités nationales en matière de résilience. Ces pays attendent un soutien global de la part de la communauté humanitaire internationale afin de traduire ces priorités en actions concrètes. L’UE travaille également activement à l’établissement du lien entre l’aide humanitaire et le développement afin de répondre aux besoins des populations vulnérables d’une manière plus durable et à long terme.

L’UE est également engagée dans des initiatives de réduction des risques de catastrophes susceptibles d'aider les communautés locales à éviter les catastrophes naturelles ou à mieux s’y préparer.

Dernière mise à jour
29/10/2018