Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Mozambique

© PAM/Falume Bachir, 2020
Introduction

La fragile situation humanitaire dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique continue de se détériorer. Une escalade des violences a provoqué le déplacement de plus de 670 000 personnes à l’intérieur du pays. On estime qu’au moins 1,3 million de personnes nécessitent une aide humanitaire immédiate. Des millions de personnes se trouvent actuellement en situation d’insécurité alimentaire sévère en raison de l’insécurité, la sécheresse et l’impact socioéconomique de la COVID-19. Les fonds humanitaires de l’UE permettent d’aider les déplacés et populations d’accueil vulnérables, et de promouvoir une éducation en contexte d’urgence et une préparation aux catastrophes.

Quels sont les besoins ?

Le Mozambique doit faire face à des chocs multiples, notamment un conflit dans la province de Cabo Delgado dans le nord du pays, des catastrophes naturelles fréquentes, des épidémies de maladies et l’actuel impact de la COVID-19.

Le conflit armé dans le Cabo Delgado s’est intensifié en 2020, avec une augmentation significative du nombre et de l’ampleur des attaques des groupes armés et, consécutivement, de l’impact humanitaire.

Des évènements météorologiques extrêmes, notamment des inondations, cyclones et vagues de sécheresse ont lieu régulièrement, leur fréquence et leur intensité ne faisant qu’augmenter sous l’effet du changement climatique. Le pays ne s’est pas encore complètement remis des puissants cyclones Idai et Kenneth qui ont frappé le Mozambique en 2019. La population demeure donc très vulnérable aux évènements météorologiques de moindre ampleur mais fréquents. Plus récemment, la tempête tropicale Chalane et le cyclone tropical Eloise ont frappé le centre du Mozambique, respectivement en décembre 2020 et janvier 2021, apportant avec eux leur lot de vents violents et de fortes pluies.

D’après le dernier rapport IPC (Integrated Food Security Phase Classification), environ 2,9 millions de personnes se trouvent en situation d’insécurité alimentaire sévère (IPC phase 3 ou plus). L’augmentation de l’insécurité alimentaire depuis 2020 est attribuée à plusieurs facteurs, notamment l’insécurité et les conflits armés, la sécheresse et l’impact de la pandémie de coronavirus.

Map of Mozambique
En quoi consiste notre aide ?

En 2020, l’UE a consacré € 14,6 millions à la réponse aux besoins humanitaires au Mozambique. Cela comprend :

  • € 5 millions en faveur des populations affectées par le conflit dans le nord du Mozambique
  • € 6,1 millions pour de la préparation aux catastrophes et une éducation en contexte d’urgence
  • € 3,5 millions pour une aide alimentaire dans les régions affectées par la sécheresse.

Les fonds alloués aux populations affectées par le conflit dans le nord du pays comprennent une aide multisectorielle, avec la protection comme thème d’intervention global. Cette aide couvre un hébergement, des articles non-alimentaires, un accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, une aide alimentaire, des soins de santé, une coordination, une gestion de l’information, et un suivi de la situation humanitaire.

Tandis que l’aide d’urgence dans le nord du Mozambique est devenue une priorité sur le plan humanitaire, l’UE maintient aussi son soutien pour un renforcement de la préparation aux catastrophes dans l’ensemble du pays. Une préparation et une action rapide peuvent réduire l’impact des catastrophes naturelles et contribuer à sauver des vies et des propriétés. À cette fin, l’UE soutient des actions qui renforcent les capacités des communautés et aide les autorités nationales et locales de gestion des catastrophes à se préparer et répondre aux catastrophes.

Plusieurs projets financés par l’UE utilisent des technologies et approches innovantes, comme les drones, utilisés dans la réponse au cyclone Idai au Mozambique et au Malawi, pour cartographier les zones à haut risque, ou des messages SMS pour avertir les populations du danger imminent et permettre aux communautés de fournir des informations aux autorités chargées de la gestion des catastrophes.

L’UE soutient aussi des actions de préparation aux catastrophes dans les écoles au moyen d’installations d’apprentissage sécurisées, d’une formation des enseignants à la procédure d’alerte précoce et de l’apprentissage chez les enfants de comment se mettre en sécurité. S’appuyant sur les leçons tirées des inondations de 2019, la Commission européenne a aussi œuvré au pré-positionnement stratégique de stocks d’urgence en vue de faciliter et accélérer la réponse aux catastrophes naturelles.

Pour faire face aux répercussions de la COVID-19 et en atténuer les effets, les partenaires de l’aide humanitaire de l’UE adaptent leurs programmes pour fournir des équipements de protection individuelle, promouvoir une hygiène de base grâce au lavage des mains, et mener des actions de sensibilisation.

En outre, la Commission européenne débloque € 100 millions d’aide humanitaire en soutien au déploiement des campagnes de vaccination dans les pays d’Afrique dont les besoins humanitaires sont critiques et les systèmes de santé, fragiles. Au moins € 8 millions de ces fonds serviront à soutenir les campagnes de vaccination menées en faveur des plus vulnérables en Afrique de l’Est.

Dernière mise à jour
18/05/2021