Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Mali

©EU/ECHO/I.Coello
Introduction

Au Mali, la situation humanitaire n’a de cesse d’empirer en raison des conflits armés, des affrontements intercommunautaires et de l’insécurité alimentaire. Près de 3,2 millions de personnes (16 % de la population) sont touchées par ces crises. Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays a plus que doublé en 2018 et s’élève actuellement à 140 000. L’insécurité qui règne dans le nord du Mali s’est progressivement étendue au centre du pays ainsi que le long de sa frontière avec le Niger et le Burkina Faso.

Quels sont les besoins ?

Les habitants du centre et du nord du Mali sont victimes des conséquences d'un conflit qui a éclaté en 2012 et d'une succession de crises alimentaires qui viennent éroder les moyens de subsistance des familles les plus pauvres.

En 2018, le Mali a connu une forte augmentation de la violence et de l’insécurité, avec des cas de graves violations du Droit international humanitaire. L’insécurité qui règne au nord du Mali a progressivement gagné le centre du pays en raison de la multiplication des conflits inter-ethniques alimentés par des groupes armés. Le nombre de déplacés internes enregistrés a plus que doublé au cours de l’année 2018 et s’élève désormais à 140 000. On estime cependant que de nombreux déplacés internes ne sont pas encore enregistrés dans les zones touchées par le conflit. En outre, plus de 137 000 Maliens sont réfugiés au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie, et 26 000 réfugiés en provenance de ces trois pays se trouvent au Mali, dont un tiers est arrivé en 2018.

L’an dernier, l’irrégularité de la saison des pluies est venue accroître les besoins déjà immenses découlant du conflit. La production agricole a été fortement affectée par ce dérèglement climatique et par conséquent, les populations ont eu du mal à manger à leur faim et à subvenir à leurs besoins. L’accès à l’éducation au Mali est de plus en plus difficile : pour la seule année 2018, plus de 800 écoles ont été fermées. On estime qu’environ 450 000 enfants sont déscolarisés en raison de la crise. L’insécurité qui règne dans le pays menace enfin la sécurité des travailleurs humanitaires et entrave leur accès aux populations dans le besoin. Les incidents de sécurité affectant les ONG humanitaires ont sensiblement augmenté au cours de ces dernières années. En 2018, on dénombrait environ 215 incidents de ce type, contre 116 en 2016.

mali_fr
En quoi consiste notre aide ?

L’UE est l’un des principaux pourvoyeurs d’aide humanitaire au Mali : depuis le début de la crise en 2012, près de 300 millions d’euros d’aide humanitaire ont été mobilisés par l’UE dans le pays. Pour la seule année 2018, cette aide s’élevait à près de 41,4 millions d’euros et une aide supplémentaire de 20 millions d’euros a été destinée aux réfugiés maliens vivant dans les trois pays voisins. Ainsi, au total, 61 millions d’euros d’aide humanitaire ont été alloués en 2018 pour l’ensemble de la crise régionale.

Au cours de l’année 2018, la réponse humanitaire de l’UE a été renforcée à plusieurs reprises afin de répondre aux crises alimentaires et nutritionnelles provoquées par la sécheresse, le prix élevé des denrées alimentaires et les perturbations causées par le conflit. En outre, le déplacement forcé des populations et la difficile période entre les récoltes - aussi appelée « période de soudure » - ont généré de nouveaux besoins humanitaires. L’aide s’est traduite par la fourniture d’hébergements, de produits de première nécessité, de rations alimentaires, d’eau et d’installations sanitaires, d’une aide alimentaire via des bons et des transferts en espèces, de soins de santé, de nutrition et d’éducation pour les enfants déscolarisés en raison des crises.

Dans le nord du Mali, environ la moitié des centres de santé qui fournissent des médicaments et des soins essentiels sont gérés par des partenaires humanitaires financés par l’UE. Chaque année, l’UE contribue sensiblement au traitement de la malnutrition aiguë sévère dans l’ensemble du pays. Un financement a ainsi été destiné à l’achat et à la fourniture d’aliments thérapeutiques et de médicaments essentiels pour les enfants souffrant de cette forme de sous-alimentation. Les 76 millions d’euros investis dans la nutrition entre 2011 et 2018 ont fourni le traitement nécessaire à plus de 600 000 enfants souffrant de malnutrition grave au cours de cette période.

Le service humanitaire aérien de l’UE, les vols ECHO, a été utilisé pour déployer les travailleurs humanitaires et livrer des provisions dans les zones les plus inaccessibles du nord du Mali. En outre, l’UE apporte également un soutien financier au service humanitaire aérien des Nations unies (UNHAS).

L’UE a également maintenu un fort plaidoyer humanitaire concernant la crise régionale au Mali, considérée comme une crise « oubliée » puisqu’elle ne reçoit que peu d’aide ou d’attention internationale, en dépit des besoins croissants. Dans le même temps, des efforts ont été déployés pour utiliser différents instruments d’aide qui favorisent le lien entre l’aide humanitaire à court terme - qui ne peut traiter que les conséquences d’une crise - et le développement à moyen terme - qui s’attaque aux causes profondes de la crise. À titre d’exemple, dans le nord du Mali, des actions complémentaires sont mises en œuvre simultanément par les opérations d’aide humanitaire de l’UE, sous la forme d’une aide alimentaire aux plus vulnérables, et par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique, qui promeut la résilience alimentaire et nutritionnelle à long terme au sein des communautés.

Dernière mise à jour
11/03/2019