Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Kenya

© Brian Inganga / UE, 2019
Introduction

Le Kenya accueille plus de 500 000 réfugiés et demandeurs d’asile qui dépendent entièrement de l’aide humanitaire pour subvenir à leurs besoins fondamentaux. Depuis la fin de l’année 2019, le Kenya est affecté par une ‘triple menace’ : la plus vaste invasion de criquets pèlerins depuis 60 ans, les inondations qui ont caractérisé les saisons des pluies courte et longue, et les mesures restrictives liées à la COVID-19. L’Union européenne maintient son aide humanitaire de longue date en faveur des réfugiés au Kenya et intervient dans les situations d’urgence liées aux catastrophes dans le pays.

Quels sont les besoins ?

Les réfugiés et les demandeurs d’asile accueillis au Kenya sont principalement originaires de Somalie, du Soudan du Sud et de la République démocratique du Congo. Ils sont principalement confinés dans des camps et dépendent presque entièrement de l’aide humanitaire.

Au début de l’année 2021, une évaluation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle a révélé qu’environ 1,4 million de personnes – principalement situées dans les zones arides et semi-arides – étaient confrontées à une insécurité alimentaire aiguë. Ceci est dû aux mauvaises pluies depuis fin 2020 qui se sont soldées par de maigres récoltes et des conditions déclinantes pour le bétail. Le rapport a en outre indiqué que la situation était susceptible de se dégrader au cours du premier semestre 2021 en raison d’un possible retard de la longue saison des pluies (mars-mai) dans la plupart des régions du Kenya.

Le Kenya a enregistré son premier cas de coronavirus en mars 2020 et est gravement affecté par une nouvelle vague de cas enregistrés dans les premiers mois de l’année 2021. Plus de 1600 personnes sont jusqu’ici décédées du virus. Les mesures de prévention et de confinement ont eu une incidence sur la sécurité alimentaire et l’économie qui dépend largement de petites entreprises et commerçants.

Depuis octobre 2019, de nombreuses régions du Kenya ont connu de fortes pluies, qui ont provoqué des inondations et des glissements de terrain dans plusieurs endroits du pays. La longue saison des pluies de 2020 s’est traduite par des pluies torrentielles sans précédent qui ont causé des glissements de terrain et des crues soudaines, principalement dans la partie occidentale du pays, coûtant la vie à plus de 230 personnes, obligeant plus de 160 000 personnes à quitter leur foyer et détruisant des infrastructures essentielles.

Carte Kenya
En quoi consiste notre aide ?

Au fil des ans, l’Union européenne (UE) a maintenu son aide humanitaire en faveur des réfugiés au Kenya. Les actions humanitaires de l’UE ont permis de :

  • renforcer la résilience des communautés dans les régions arides du nord du Kenya
  • aider les autorités en matière de préparation aux situations d’urgence
  • répondre aux crises d’insécurité alimentaire pour la plupart des populations vulnérables vivant dans les zones arides et semi-arides du pays.

En 2021, l’UE contribue au financement de l’action humanitaire au Kenya à raison de € 15 millions, aidant en priorité les réfugiés. Dans les camps de réfugiés de Kakuma et de Dadaab, l’UE continue de soutenir la fourniture d’une aide vitale de base, notamment dans les domaines suivants: aide alimentaire, soins de santé, nutrition, eau, assainissement et hygiène (WASH), protection et éducation.

Depuis 2012, l’UE a alloué plus de € 200 millions d’aide humanitaire au Kenya.

Pour remplacer en partie la distribution de rations alimentaires en nature, l’UE finance des coupons alimentaires électroniques appelés ‘Bamba Chakula’ (‘Obtenez votre nourriture’ en swahili) et des transferts en espèces. Ces deux modalités offrent davantage de possibilités aux réfugiés car les ménages peuvent ainsi choisir les vivres qu’ils achètent et diversifier leur alimentation tout en contribuant à la croissance économique locale.

L’aide humanitaire de l’UE permet aux structures sanitaires de proposer des services complets, y compris des services hospitaliers qui prennent en charge à la fois les réfugiés et les communautés d’accueil. Notre aide comprend un approvisionnement en eau potable, des installations sanitaires et une promotion de l’hygiène, car ces mesures permettent de prévenir les maladies. Nous proposons également des soins aux victimes de violences sexuelles et sexistes et travaillons avec les communautés dans les camps afin de prévenir ces violences en amont.

En outre, l’UE contribue à l’éducation des réfugiés et des jeunes en offrant des possibilités d’apprentissage à plus de 135 000 élèves inscrits dans les écoles des camps de Dadaab et de Kakuma. En 2020, les écoles des camps de réfugiés ont dû fermer leurs portes pendant environ 10 mois et n’ont rouvert qu’au début du mois de janvier 2021. La situation est encore pire pour les filles et autres groupes vulnérables d’élèves, comme les enfants handicapés, qui sont souvent laissés pour compte dans un contexte éducatif toujours plus précaire en termes de ressources.

En outre, la Commission européenne débloque € 100 millions d’aide humanitaire en soutien au déploiement des campagnes de vaccination dans les pays d’Afrique dont les besoins humanitaires sont critiques et les systèmes de santé, fragiles. Au moins € 14 millions de ces fonds serviront à soutenir les campagnes de vaccination menées en faveur des plus vulnérables en Afrique de l’Est.

Dernière mise à jour
18/05/2021