Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Kenya

© Brian Inganga / UE, 2019
Introduction

Le Kenya accueille près d’un demi-million de réfugiés et demandeurs d’asile qui dépendent entièrement de l’aide humanitaire pour subvenir à leurs besoins fondamentaux. Les criquets pèlerins, qui dévastent la Corne de l’Afrique depuis la fin de l’année 2019, ont proliféré au Kenya, en Somalie et en Éthiopie, et sont maintenant présents dans 18 des 47 comtés du Kenya, principalement dans les régions arides et semi-arides. Le Kenya est également l’un des pays touchés par la pandémie de coronavirus. L’Union européenne maintient son aide humanitaire de longue date en faveur des réfugiés au Kenya et intervient dans les situations d’urgence liées aux catastrophes dans le pays.

Quels sont les besoins ?

Les réfugiés et les demandeurs d’asile accueillis au Kenya proviennent principalement de Somalie, du Soudan du Sud et de la République démocratique du Congo. En raison de la politique de cantonnement suivie par le Kenya, les réfugiés sont principalement confinés dans des camps, et dépendent presque entièrement de l’aide humanitaire.

Les criquets pèlerins, déjà présents dans 18 comtés, constituent une grande menace pour l’agriculture et les moyens de subsistance pastoraux. En raison des pluies exceptionnelles survenues depuis octobre 2019, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a mis en garde contre la prolifération des criquets pèlerins dont la multiplication est favorisée par les conditions climatiques actuelles, ce qui pourrait conduire à de nouvelles invasions de ces insectes.

Le Kenya a enregistré son premier cas de coronavirus en mars 2020. Les mesures de prévention et de confinement peuvent avoir une incidence sur la sécurité alimentaire et l’économie, qui dépend largement des petites entreprises et des commerçants.

Depuis octobre 2019, de nombreuses régions du Kenya ont connu de fortes pluies, qui ont provoqué des inondations et des glissements de terrain dans plusieurs endroits du pays. Durant la longue saison des pluies (de mars à juin), des pluies torrentielles sans précédent ont provoqué des glissements de terrain et des crues soudaines, principalement dans la partie occidentale du pays, entraînant la mort de plus de 230 personnes, obligeant plus de 160 000 personnes à quitter leur foyer et détruisant les infrastructures essentielles.

Carte Kenya
En quoi consiste notre aide ?

Au fil des ans, l’Union européenne (UE) a maintenu son aide humanitaire en faveur des réfugiés au Kenya, tout en se concentrant sur le renforcement de la résilience des communautés dans les régions arides du nord du Kenya et sur la capacité des autorités en matière de préparation aux situations d’urgence. Depuis 2012, l’UE a alloué plus de 190 millions d’euros d’aide humanitaire au Kenya.

En 2020, elle contribue au financement de l’action humanitaire au Kenya à raison de 15 millions d’euros pour aider les réfugiés et répondre aux situations d’urgence liées à la sécurité alimentaire dans le pays. Sur les fonds alloués, 4 millions d’euros sont consacrés au soutien des personnes dans le besoin les plus touchées par les pénuries alimentaires et la perte de leurs moyens de subsistance causées par les essaims de criquets pèlerins. En outre, pour répondre à l’invasion de ces insectes en Afrique de l’Est, notamment au Kenya, l’UE a alloué en février une enveloppe de 11 millions d’euros à la FAO pour aider à lutter contre la prolifération de ceux-ci. À la suite des pluies torrentielles récentes qui ont provoqué des inondations et des glissements de terrain dévastateurs dans la région, l’UE a mobilisé 500,000 EUR d’aide d’urgence pour répondre aux besoins immédiats au Kenya.

Compte tenu des nouveaux défis posés par la pandémie de coronavirus, les actions menées dans le cadre des projets humanitaires financés par l’UE au Kenya comprennent l'adoption de mesures, et l'adaptation des mesures existantes, visant à assurer la sécurité des bénéficiaires et du personnel, tout en maintenant l'apport d'une aide vitale aux communautés vulnérables. Les actions déjà centrées sur le secteur de la santé continueront d’assurer aux réfugiés et aux communautés d’accueil un accès aux soins de santé ainsi qu’aux dispositifs de prévention des épidémies et de lutte contre celles-ci. Ces actions complètent les efforts actuellement déployés par le ministère kényan de la santé. De plus, l’UE soutient l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Kenya dans le cadre des mesures de détection précoce et de réaction face à la pandémie de coronavirus.

Dans les camps de réfugiés de Kakuma et de Dadaab, l’UE continue de soutenir la fourniture de services vitaux de base notamment dans les domaines suivants: aide alimentaire, soins de santé, nutrition, eau, assainissement et hygiène (WASH), protection et éducation.

Pour remplacer en partie la distribution de rations alimentaires en nature, l’UE finance des coupons alimentaires électroniques appelés «Bamba Chakula» («Obtenez votre nourriture» en swahili) et des transferts en espèces.  Ces deux modalités offrent davantage de possibilités aux réfugiés car les ménages peuvent ainsi choisir les vivres qu’ils achètent et diversifier leur alimentation tout en contribuant à la croissance économique locale.

L’aide de l’UE permet aux structures sanitaires de proposer des services complets, y compris des services hospitaliers qui prennent en charge à la fois les réfugiés et les communautés d’accueil. La priorité est également accordée à l’approvisionnement en eau potable, aux installations sanitaires et à la promotion de l’hygiène, qui permettent de prévenir les maladies. Des efforts sont déployés pour assurer une prise en charge des victimes de violences sexuelles et sexistes et travailler avec les communautés dans les camps afin de prévenir ces violences en amont.

En outre, l’UE contribue à l’éducation des réfugiés et des jeunes en offrant des possibilités d’apprentissage à plus de 135 000 élèves inscrits dans les écoles des camps de Dadaab et de Kakuma. Un programme spécial d’apprentissage accéléré a été conçu pour les jeunes et les adultes que le conflit a contraints d’interrompre leur cursus scolaire. Ce programme permet aux élèves de rattraper et de compléter le programme d'enseignement primaire en 3 ans seulement.

Dernière mise à jour
29/05/2020