Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Corne de l'Afrique

Horn of Africa - Somalia by Concern Worldwide
© Concern Worldwide
Introduction

L’UE a considérablement accru son soutien humanitaire aux millions de réfugiés et déplacés de la région au cours de l’année écoulée. Les efforts déployés ont contribué à l’évitement d’une famine. Après de fortes pluies, des inondations ont eu lieu de manière généralisée dans toute la Corne de l’Afrique. Ces inondations font suite à des années de sécheresse cyclique et de conflits intenses en de nombreux endroits de la région. En réponse aux inondations, l’UE a débloqué des fonds supplémentaires pour venir en aide aux victimes des inondations au Kenya et en Éthiopie, tandis que les partenaires humanitaires actifs en Somalie y ont apporté des secours d’urgence.

Quels sont les besoins ?

À travers toute la région de la Corne de l’Afrique, 13 millions de personnes souffrent de graves pénuries alimentaires et ont besoin d’une aide humanitaire. Les fortes pluies tombées en Éthiopie, au Kenya et en Somalie ont provoqué des inondations dévastatrices. 170 personnes ont perdu la vie et plus de 700 000 autres ont été contraintes de se déplacer. Les inondations ont détruit les terres arables, noyé le bétail et englouti les stocks alimentaires, rendant la vie des communautés déjà affectées par les violences et les pénuries alimentaires encore plus difficile. Les risques de propagation de maladies d’origine hydrique, comme le choléra, sont particulièrement élevés.

La région compte 7 millions de personnes déplacées, à l’intérieur des frontières de leur pays ou réfugiées dans d’autres pays de la région. La majorité d’entre elles dépendent de l’aide humanitaire pour survivre. Maintenir une aide humanitaire continue dans la région est essentiel pour lutter contre la faim, en particulier en Somalie et en Éthiopie. L’Ouganda accueille 1,4 million de réfugiés et a connu un afflux de 100 000 réfugiés en provenance du Soudan du Sud et de la RDC depuis le début de l’année 2018. Au Kenya, des comtés jusqu’à récemment encore affectés par d’importants problèmes de sécheresse sont maintenant sous les eaux. En Somalie, plus de 250 000 déplacés sont sujets à des crues soudaines. Dans la région somali de l’Éthiopie, où 1,7 million de personnes ont déjà été contraintes au déplacement par les conflits communautaires et la sécheresse, les inondations ont déraciné 150 000 personnes supplémentaires. L’ONU estime à 1,2 million le nombre d’enfants et de femmes enceintes ou qui allaitent qui auront probablement souffert de malnutrition aiguë entre septembre 2017 et septembre 2018.

Carte Corne de l'Afrique
En quoi consiste notre aide ?

En 2017, la Commission européenne a alloué plus de € 225 million d’aide humanitaire aux populations dans le besoin de la région de la Corne de l’Afrique. Ce soutien humanitaire vient en aide non seulement à des millions de personnes déracinées et vivant en tant que déplacés dans leur pays ou réfugiés dans d’autres pays de la région, mais aussi à des personnes dont le quotidien a été gravement impacté par la sécheresse et le conflit. Les fonds octroyés sont investis dans une aide alimentaire, sous forme d’espèces lorsque cela est possible, dans des soins de santé et nutritionnels, dans l’établissement d’un accès à l’eau, un assainissement et des logements, ainsi que dans une aide de subsistance et une éducation. Protéger les personnes vulnérables des violences fondées sur le genre et autres menaces demeure une priorité de l’aide humanitaire de l’UE dans cette région.

Suite aux pluies diluviennes de 2018, l’UE a débloqué respectivement € 1,5 million et € 2 millions pour le Kenya et l’Éthiopie, afin de porter secours aux populations affectées. En Somalie, les partenaires humanitaires de l’UE ont pu réagir rapidement aux inondations grâce à la flexibilité des financements européens. En Ouganda, pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés de toute l’Afrique, plusieurs partenaires fournissent des secours vitaux, une protection et une éducation dans les camps de réfugiés sud-soudanais et congolais.

En réponse à la grave crise alimentaire qui sévit dans toute la région, le service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes a concentré ses efforts sur un renforcement de l’aide alimentaire. La réponse humanitaire internationale déclenchée par l’alerte de pré-famine lancée en Somalie au début de l’année 2017 a permis d’éviter la famine. Six agences humanitaires internationales continuent de collaborer sous le ‘Cash consortium’, initiative financée par l’UE dont la mission est de fournir une aide en espèces aux Somaliens les plus vulnérables pour les aider à couvrir leurs frais ménagers de base. En outre, le camionnage de l’eau permet d’apporter de l’eau potable aux différentes communautés.

Les communautés pastorales, les populations déplacées, les réfugiés - et les rapatriés dans le cas de la Somalie – sont les plus affectés par la sécheresse et les inondations. Leurs moyens de subsistance ont été détruits. Ces communautés sont constamment en mouvement avec peu ou pas de biens en leur possession et se retrouvent donc au cœur des efforts humanitaires. Outre une aide alimentaire, au logement et en eau, les fonds de l’UE ont aussi permis d’organiser des distributions d’articles ménagers de première nécessité, comme des jerricans, des bâches et des tapis de sol, au profit des familles déracinées. À travers la région, les efforts se poursuivent pour mieux lier aide humanitaire et aide au développement dès qu’une crise émerge ou s’étend dans la durée (crise des réfugiés), ou même dès qu’une crise peut être anticipée (sécheresse et inondations récurrentes). L’objectif de ces efforts est de concevoir des programmes qui aident les populations à devenir plus autonomes et moins dépendantes de l’aide humanitaire sur le long terme.

Malgré la sécheresse et le conflit en Somalie, les rapatriements volontaires de réfugiés depuis le Kenya se poursuivent. L’UE défend l’idée que tout rapatriement doit se faire sur une base volontaire et informée, en toute sécurité, dans le respect de la dignité des individus et dans une perspective de durabilité.

Dernière mise à jour
13/06/2018