Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

République Démocratique du Congo

DR Congo by Lucy Bamforth
© Medair/Lucy Bamforth
Introduction

Les besoins humanitaires en RDC ont atteint des proportions alarmantes. 2017 aura été l’une des années les plus violentes de l’histoire récente de la RDC, au vu notamment du conflit qui se poursuit dans la région du Kivu, de la reprise des combats au Tanganyika et d’un nouveau conflit brutal dans le Kasaï. Le nombre de Congolais contraints de fuir de chez eux a dépassé les 5 millions de personnes - soit le nombre le plus élevé de personnes déplacées en Afrique. Fin 2017, l’ONU a activé une intervention d’urgence du niveau le plus élevé prévu pour les crises humanitaires les plus critiques.

Quels sont les besoins ?

La RDC est l’un des pays les plus pauvres au monde malgré d’importantes ressources naturelles. Les tensions politiques et le déclin socio-économique sont exacerbés par une forte montée des violences. La complexe crise humanitaire que connaît la RDC est caractérisée par le conflit, les déplacements de population en masse, la malnutrition et les épidémies. Outre les millions de Congolais déplacés à l’intérieur du pays, la RDC accueille également plus de 537 000 réfugiés originaires des pays voisins.

Les provinces du Kivu et de l’Ituri sont le théâtre d’affrontements depuis plus de deux décennies. Des affrontements plus violents ont éclaté dans les provinces du Tanganyika, du Kasaï et de l’Ituri. Selon l’ONU, plus de 3 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence dans ces régions, notamment en matière de logement, d’eau, d’aide alimentaire et nutritionnelle, de santé et d’éducation. Au Kasaï, l’insécurité alimentaire est alarmante : 1,9 million de personnes ont besoin d’une assistance. Dans le Tanganyika, en moyenne 1000 personnes ont été déplacées chaque jour en 2017 et 900 000 personnes ont désormais besoin d’une aide vitale. De nouveaux affrontements dans le Sud-Kivu et l’Ituri ont conduit à un exode de masse vers le Burundi et l’Ouganda. Dans le Nord-Kivu, une myriade de groupes armés entrave l’acheminement de l’aide vers des centaines de milliers de personnes dans le besoin.

En conséquence de tout cela, mais aussi en raison de l’extrême pauvreté et de l’effondrement du système de santé, la population de la RDC est hautement exposée aux risques de malnutrition aiguë et d’épidémie.

Carte RDC
En quoi consiste notre aide ?

En 2017, la réponse de l’UE – à la fois des États membres et de la Commission européenne – aux différentes crises affectant la RDC atteignait environ € 163 millions, dont près de € 28 millions d’aide humanitaire alloués directement par la Commission européenne.

Les opérations humanitaires financées par le service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) se concentre sur une aide aux victimes des violences récentes voire encore en cours, de la malnutrition aiguë et des épidémies. Les conflits violents ont de lourdes conséquences pour les familles et les communautés d’accueil. Les constantes flambées de tensions ethniques, d’affrontements, d’homicides arbitraires et de violences sexuelles continuent d’imposer des souffrances indicibles à la population. La priorité de l’aide humanitaire de l’UE est donc de fournir aux victimes de violences et aux populations déplacées une protection et une aide vitale en temps opportun.

Les partenaires humanitaires de l’UE apportent également une réponse aux épidémies de maladies et au problème de malnutrition aiguë qui affectent le pays. Compte tenu de l’état de délabrement avancé du système de santé de la RDC, des maladies comme la malaria, le choléra, la fièvre jaune et la rougeole affectent des millions de Congolais chaque année.

La réaction de l’UE face aux crises nutritionnelles consiste à donner les moyens à ses partenaires d’intervenir dès l’apparition des premiers signes de niveaux d’urgence de malnutrition aiguë. Leur personnel qualifié forme les travailleurs de santé publique à un traitement efficace des enfants souffrant de malnutrition sévère au moyen d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, ainsi qu’aux soins spécialisés nécessaires pour les personnes souffrant de complications médicales. Néanmoins, au vu du nombre d’enfants de moins de cinq ans risquant une malnutrition aiguë sévère (1,9 million), le pays a besoin qu’on accorde considérablement plus d’attention à la prévention et au traitement de la dénutrition.

Les partenaires de l’UE sont les agences de l’ONU, la Croix-Rouge et des ONG diverses et variées. Ils implémentent une série d’actions : traitement des enfants souffrant de dénutrition sévère et organisation de soins de santé d’urgence, y compris des soins spécifiques pour les survivants de violences, sexuelles ou autres ; organisation d’une aide alimentaire, d’une aide de subsistance et d’une protection ; amélioration des conditions d’hygiène, assainissement et accès à l’eau potable ; garantie d’un accès à l’éducation et la formation professionnelle pour les enfants et jeunes contraints au déplacement ; organisation d’une réponse aux épidémies de maladies. En outre, la Commission gère son propre service aérien humanitaire (ECHO Flight) pour un coût annuel d’environ € 7 millions. ECHO Flight propose un service de transport sûr et gratuit vers les zones reculées aux partenaires d’ECHO et à la communauté humanitaire en général. ECHO Flight vole vers plus de 15 destinations en RDC.

Dernière mise à jour
13/03/2018