Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Cameroun

Cameroon CAR refugees by Dominque Catton
© UE
Introduction

La situation humanitaire est de plus en plus fragile au Cameroun. Depuis 2017, les tensions dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest se sont intensifiées. Les violences et l’insécurité ambiante ont déraciné des centaines de milliers de personnes. Le Cameroun accueille plus de 354 300 réfugiés, principalement originaires du Nigéria et de République centrafricaine (RCA). Ces crises ont également un impact sur les communautés d’accueil, qui doivent partager leurs ressources déjà limitées et leurs services de base avec ces nouveaux arrivants. La pandémie de coronavirus risque de renforcer les besoins humanitaires et de mettre à rude épreuve un système de santé déjà fragilisé.

Quels sont les besoins ?

Dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest, les tensions politiques qui avaient démarré en octobre 2017 sous la forme de simples manifestations ont monté depuis 2018, se transformant en affrontements violents se soldant par une véritable crise humanitaire.

Ce conflit a fait fuir de chez elles plus de 737 000 personnes, tant à l’intérieur du Cameroun que vers le Nigéria voisin (OIM/HCR). Plus de 2,3 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire. L’accès humanitaire demeure un défi majeur en raison des difficultés administratives et des routes endommagées. Les mesures prises pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus ont fait apparaître de nouvelles difficultés pour acheminer l’aide humanitaire auprès des plus vulnérables.

Depuis 2013, les violences sectaires en République centrafricaine engendrent un afflux massif de réfugiés centrafricains vers l’est du Cameroun, région déjà chroniquement vulnérable. On compte actuellement plus de 293 000 réfugiés centrafricains au Cameroun. La plupart d’entre eux vivent au sein des communautés locales, renforçant le poids pesant sur les services de base locaux, comme les soins de santé ou l’éducation, et les ressources locales, comme le bois de chauffage, l’eau ou les terres.

Le conflit dans le nord-est du Nigéria continue d’affecter la région de l’extrême nord du Cameroun, dont les villages sont aléatoirement pillés ou brûlés, le bétail volé aux agriculteurs, et où des enlèvements contre rançon ont régulièrement lieu. Le Cameroun accueille plus de 113 000 réfugiés nigérians et plus de 297 000 Camerounais originaires de l’extrême nord du pays ont trouvé refuge ailleurs dans le pays. Les agriculteurs ne se sentent pas en sécurité et les familles risquent de subir des pénuries alimentaires. Les services de soins de santé dans la région ont dû être réduits au minimum. Au-delà de l’insécurité ambiante, la région de l’extrême nord est sujette aux aléas climatiques, comme les inondations par exemple.

Carte Cameroun
En quoi consiste notre aide ?

Depuis 2013, l’Union européenne a alloué un total de € 133,45 millions d’aide humanitaire au Cameroun, dont € 13,95 millions en 2020. Ces dernières années, l’UE a substantiellement augmenté son soutien pour répondre aux besoins grandissants et à la complexité croissante de la situation humanitaire de ce pays.

Les actions financées par l’UE au Cameroun apportent un soutien aux réfugiés originaires du Nigéria et de République centrafricaine (RCA), ainsi qu’aux Camerounais ayant trouvé refuge dans une autre région de leur pays et aux communautés qui les accueillent dans les régions de l’extrême nord, du sud-ouest et du nord-ouest. L’aide fournie se concentre sur l’organisation d’une aide alimentaire, d’un accès à l’eau potable et à un assainissement, de soins de santé de base, d’un hébergement, d’une aide de subsistance, d’une protection et d’une éducation.

En réaction à la pandémie de coronavirus, les projets humanitaires financés par l’UE au Cameroun adoptent de nouvelles mesures et adaptent les mesures déjà en place pour aider leurs bénéficiaires et leurs équipes à se protéger du virus. Ils continuent également de fournir une assistance vitale aux communautés vulnérables. Les actions qui se concentraient déjà avant la pandémie sur le secteur de la santé et sur l’organisation d’un accès à l’eau potable et à un assainissement tiennent désormais compte des nouveaux besoins induits par la pandémie, en accord avec le plan de réponse national du Cameroun à la Covid-19. L’UE a également débloqué des fonds en soutien aux actions de dépistage précoce et de réponse menées par l’OMS dans le pays ainsi qu’à ses efforts pour disposer d’une expertise adéquate sur le terrain.

Proposer une aide humanitaire immédiate aux réfugiés demeure crucial, mais étant donné la nature prolongée des déplacements, en particulier en ce qui concerne les réfugiés centrafricains, les efforts humanitaires visent également à améliorer leurs moyens de subsistance et ainsi renforcer leur autonomie. Ceci permettrait de contribuer à réduire la dépendance à l’aide humanitaire des réfugiés, ainsi que les tensions qui peuvent naître parfois entre les réfugiés et les communautés locales qui les accueillent et qui doivent soudain partager leurs maigres ressources.

Il importe d’établir un lien entre l’aide humanitaire immédiate et les actions de développement à long terme. Ceci comprend le soutien apporté aux systèmes d’éducation et de santé, ou encore le développement rural pour renforcer la résilience des communautés vulnérables, en particulier dans l’est du Cameroun.

L’Union européenne finance aussi le service aérien humanitaire des Nations unies (UNHAS) dans l’extrême nord du Cameroun, pour faciliter l’accès des organisations humanitaires aux populations dans le besoin.

Dernière mise à jour
18/06/2020