Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Burkina Faso

© WFP/Eugene Kabore, 2020
Introduction

La situation humanitaire se détériore rapidement et sévèrement au Burkina Faso, pays fragile figurant parmi les dix pays les plus pauvres au monde. Le conflit interne s’est intensifié, s’étendant aux régions du nord, de l’ouest, de l’est et du sud du pays. Les violences armées ont provoqué des déplacements de population en masse, tandis que les civils sont de plus en plus pris pour cible. L’état d’urgence demeure en vigueur dans 14 des 45 provinces du pays.

Quels sont les besoins ?

Le conflit affecte la plupart des régions du Burkina Faso, en particulier le nord et le nord-ouest du pays, à proximité de la frontière avec le Mali. En 2019 uniquement, plus de 900 incidents sécuritaires ont été signalés. Depuis le milieu de l’année 2018, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays a plus que décuplé, en raison d’une escalade du conflit opposant groupes armés non-étatiques et forces gouvernementales et d’une augmentation des attaques intercommunautaires. En 2019, les attaques violentes ont coûté la vie à près de 2190 personnes, dont 60% de civils.

La violence généralisée affecte les moyens de subsistance des populations. L’accès aux champs et aux marchés devient de plus en plus difficile, mettant en péril la capacité des populations à subvenir à leurs besoins alimentaires. Ayant perdu leurs sources de revenus, tant les réfugiés que les personnes déplacées à l’intérieur du pays sont fortement tributaires de l’aide humanitaire.

Le conflit a aussi durement touché les secteurs de l’éducation et la santé. Bien avant que toutes les écoles soient fermées pour cause de pandémie de coronavirus, quelque 350 000 enfants n’avaient déjà pas accès à une éducation. Les structures sanitaires sont menacées : plus de 130 centres de santé locaux sont fermés ou assurent un service minimum, limitant l’accès aux soins de santé pour 1,5 millions de personnes.

La pandémie de coronavirus n’est qu’un défi de plus pour un système de santé déjà fragile au Burkina Faso.

La précarité de la situation en matière de sécurité complique de plus en plus l’accès des travailleurs humanitaires aux personnes qui ont le plus besoin d’aide, ne faisant qu’intensifier encore les besoins dans ces communautés difficiles à atteindre. En 2019, 40 incidents sécuritaires ont touché des travailleurs humanitaires.
 

Carte Burkina Faso
En quoi consiste notre aide ?

En 2020, l’UE soutient l’action humanitaire au Burkina Faso à hauteur de € 22,5 millions. Ce montant comprend € 10 millions de fonds additionnels récemment mobilisés pour aider les organisations humanitaires au Burkina Faso à renforcer leur réponse aux besoins humanitaires grandissants générés par le conflit. Cette enveloppe permettra également de les aider à adapter leurs projets aux nouveaux besoins générés par la pandémie de coronavirus.

L’action humanitaire de l’UE dans le pays se concentre sur l’organisation d’une aide humanitaire pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les populations qui les accueillent affectées par le conflit armé, l’organisation d’une réponse à la crise alimentaire et nutritionnelle, et le renforcement des capacités des organisations locales à se préparer et répondre aux urgences. En réponse à la pandémie de coronavirus, les projets humanitaires financés par l’UE ont adapté leurs activités pour mieux protéger les bénéficiaires et les équipes. Les activités qui se concentraient déjà sur le secteur de la santé et l’organisation d’un accès à l’eau potable et d’un assainissement prennent désormais en compte les nouveaux besoins générés par la pandémie, conformément au plan de réponse du pays face à la Covid-19. L’UE a aussi alloué des fonds aux activités de l’OMS dans le pays concernant le dépistage précoce et les actions de réponse, et la mise à disposition d’une expertise adaptée sur le terrain. 

Les Burkinabés déracinés dans leur pays et les communautés qui les accueillent bénéficient d’une aide alimentaire, d’un hébergement et d’articles de première nécessité. L’amélioration de l’accès aux soins de santé et l’organisation d’une aide en matière de santé mentale pour aider les populations à surmonter le traumatisme du conflit sont également des priorités. L’aide fournie par l’UE prévoit l’organisation d’une éducation dans un contexte où les écoles ont fermé et où enseignants comme élèves sont menacés par les groupes armés. 

L’aide humanitaire de l’UE finance également l’acheminement d’une aide alimentaire d’urgence pendant la période de soudure – moment critique qui sépare les récoltes, qui s’étend généralement de juin à septembre et durant lequel les réserves alimentaires sont épuisées. Parallèlement, les enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition bénéficient de soins nutritionnels gratuits.

L’aide de l’UE au Burkina Faso soutient aussi le secteur de la réduction des risques de catastrophe. Les programmes en cours comprennent l’amélioration des capacités de préparation des communautés face aux risques sanitaires et un renforcement des dispositifs nationaux de réaction pour la prévention et la gestion des crises alimentaires et nutritionnelles. Afin de renforcer la résilience des populations face aux crises, l’UE associe son aide humanitaire d’urgence à une aide au développement à plus long terme. L’aide au développement ainsi fournie par l’UE au Burkina Faso vient soutenir le programme national facilitant l’accès des enfants de moins de cinq ans aux soins de santé gratuits. Ceci permet de garantir que les interventions vitales en matière de malnutrition soient maintenues au-delà des simples mesures d’urgence immédiates et à court terme, financées par l’aide humanitaire. 
 

Dernière mise à jour
22/06/2020