Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Algérie

Sahrawi refugees in Algeria
© UE/ECHO
Introduction

Un conflit politique non résolu depuis plus de 4 décennies a laissé pour compte des dizaines de milliers de réfugiés sahraouis dans le Sahara occidental. Ces derniers vivent actuellement dans 5 camps situés dans le sud-ouest de l’Algérie, avec un accès limité aux ressources extérieures, rendant l’aide humanitaire indispensable à leur survie. L’UE répond à cette crise conformément aux principes humanitaires de neutralité et d’impartialité.

Quels sont les besoins ?

Les Sahraouis dépendent largement de l’aide internationale pour survivre. Dans la région reculée où sont établis les camps de réfugiés, l’accès aux ressources de base comme la nourriture, l’eau, les soins de santé, un logement et une éducation, est limité. Le climat extrêmement rude du désert ne fait qu’exacerber la situation.

Selon le Programme alimentaire mondial, la malnutrition est en hausse chez les enfants réfugiés sahraouis, avec un taux global de malnutrition aiguë de 7,6% chez les moins de 5 ans, contre 4,7% en 2016. La moitié des enfants et des femmes souffrent également d’anémie.

Les camps, largement isolés, n’offrent pratiquement aucune perspective d’emploi, rendant les réfugiés dépendants aux envois de fonds et à l’aide humanitaire. En des lieux aussi reculés, la logistique joue également un rôle clé pour garantir des distributions régulières d’aide aux populations réfugiées.

La cohésion sociale et la paix sont extrêmement fragiles dans les camps, les jeunes étant de plus en plus frustrés par l’absence d’opportunités ou de changements due à l’impasse politique dans laquelle se trouve le pays. L’organisation d’activités de subsistance est dès lors cruciale pour faire baisser le risque de radicalisation ou de troubles sociaux. Les camps de réfugiés sahraouis situés en plein désert sont sujets aux catastrophes naturelles, comme des crues soudaines ou des tempêtes de sable. En février 2020, le pays signalait son premier cas de coronavirus, menant ensuite à l’adoption de mesures temporaires – un couvre-feu notamment – à travers tout le pays, camps inclus.

Carte Algérie
En quoi consiste notre aide ?

En raison du manque de régularité dans l’intérêt des donateurs et de la faiblesse de la couverture médiatique, la situation des réfugiés sahraouis est considérée comme étant une ‘crise oubliée’. Le travail de mobilisation auprès des bailleurs de fonds est donc essentiel pour que cette crise soit mieux reconnue et que plus de fonds puissent être levés, tout en en améliorant la complémentarité.

L’UE est le principal bailleur de fonds dans cette crise. En 2020, elle y a engagé € 9 millions de fonds humanitaires, dont € 5,4 millions ont servi à procurer des vivres et à lutter contre la croissante malnutrition sévissant chez les femmes et enfants réfugiés sahraouis qui vivent dans les camps.

L’UE soutient la réponse apportée aux deux principaux besoins dans les camps : le besoin en vivres et le besoin en eau potable. Actuellement, l’UE fournit de l’eau potable, y compris un approvisionnement en eau potable par camion. Une stratégie dont la mise en œuvre est prévue pour les prochaines années prévoit l’extension du réseau hydraulique. Ceci permettrait de réduire la dépendance à l’eau livrée par camion, qui s’avère être un système bien moins efficace.

L’aide humanitaire de l’UE fournit également des médicaments essentiels qui couvrent 80% des besoins de la population des camps en matière de santé. Une attention particulière est prêtée aux personnes handicapées afin d’atténuer leurs souffrances, d’améliorer leur bien-être et de favoriser leur intégration au sein de la communauté.

L’UE s’emploie à améliorer le secteur de l’éducation, notamment en ce qui concerne le mauvais état des infrastructures et des installations sanitaires dans les écoles. Améliorer la qualité de l’éducation grâce à une meilleure formation des enseignants et du personnel éducatif est aussi une priorité.

En réponse à la pandémie de coronavirus, les organisations partenaires de l’UE ont adapté leurs activités afin de limiter l’impact de la pandémie sur les opérations humanitaires et de protéger leur personnel et leurs bénéficiaires. L’UE a alloué près de € 500 000 au renforcement des services d’urgence des hôpitaux locaux et à l’installation de stations de lavage des mains.

Dernière mise à jour
01/02/2021