Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Algérie / Sahara occidental

Algeria by EU/ECHO / Caroline Gluck
© EU/ECHO / Caroline Gluck
Introduction

Le sort des réfugiés sahraouis est le résultat d’un conflit politique non résolu, porteur de conséquences humanitaires devant être adressées de façon conforme aux principes humanitaires de neutralité et d’impartialité. Les réfugiés sahraouis vivent dans cinq camps et ne disposent que d’un accès limité aux ressources provenant de l’extérieur. L’aide humanitaire demeure donc essentielle à leur survie.

Quels sont les besoins ?

L’accès aux ressources de base, comme les vivres, l’eau, les soins de santé, le logement et l’éducation est très limité. Le climat de cette région est très rude. Les camps, largement isolés, n’offrent pratiquement aucune opportunité d’emploi, ce qui rend les réfugiés dépendants aux envois de fonds et à l’aide internationale. En des lieux aussi reculés, la logistique joue également un rôle clé pour garantir la régularité des distributions d’articles de secours aux populations réfugiées. Outre l’aide humanitaire, des ressources supplémentaires à moyen terme sont nécessaires pour proposer des perspectives d’avenir à la deuxième génération de Sahraouis – celle née dans les camps du désert.

La cohésion sociale et la paix sont menacées au vu de la montée des frustrations chez les jeunes, qui manquent de perspectives d’avenir, en conséquence de l’impasse politique dans laquelle se trouve plongé ce conflit vieux de quatre décennies.

Une sensibilisation et un renforcement capacitaire sont grandement nécessaires dans les camps en ce qui concerne la réduction des risques de catastrophe. L’UE soutient des mesures adaptées de préparation aux catastrophes, ainsi que la préparation de plans d’urgence envisageant une diversité de risques potentiels. Un autre élément important est la sécurité des travailleurs humanitaires, qui s’est certes améliorée au cours de ces dernières années mais demeure un défi quotidien.

Carte Algérie - Sahara Occidental
En quoi consiste notre aide ?

La situation des réfugiés sahraouis est définie par la Commission européenne comme étant une ‘crise oubliée’, ce qui signifie qu’elle ne bénéficie que de peu de financement de la part de la communauté internationale.

Le service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) aide ces réfugiés depuis des décennies à couvrir leurs besoins fondamentaux et figure parmi les principaux bailleurs de fonds à cette crise, aux côtés de seulement quelques autres donateurs.

L’aide alimentaire est un élément majeur du financement humanitaire octroyé par l’UE : près de € 5 millions ont été consacrés à des distributions de vivres essentiels, organisées par le Programme alimentaire mondial (PAM). Le PAM pilote, en outre, un programme d’aide en espèces au sein des camps, où il distribue des coupons électroniques aux personnes dans le besoin. L’aide en espèces est plus rentable et permet de réduire les coûts logistiques comparativement aux aides en nature. Les réfugiés conservent leur dignité de choix et les espèces ainsi mises en circulation permettent de renforcer l’économie des camps et contribuent à la création d’emplois dans les magasins prenant part au programme.

L’accès à l’eau constitue une autre préoccupation majeure pour les réfugiés des camps. La Commission contribue à garantir que de l’eau potable leur soit disponible en quantité suffisante. Des projets ont été implémentés pour relier les camps directement aux sources d’eau, grâce à un réseau de canalisations et au camionnage de l’eau.

Un approvisionnement en médicaments de première nécessité et l’incinération des déchets médicaux sont aussi deux domaines bénéficiant d’un financement de la part de la Commission européenne. Une aide aux personnes en situation de handicap, aux personnes âgées et à leurs aides-soignants, ainsi qu’un renforcement capacitaire du personnel médical local sont aussi assurés. Des actions d’aide de subsistance permettent aussi aux réfugiés de renforcer leurs moyens pour subvenir aux besoins de leurs familles et les rendent moins dépendants de l’aide.

L’UE s’emploie enfin à soutenir le secteur de l’éducation, notamment en améliorant les infrastructures scolaires inadaptées, ainsi que les installations sanitaires de certaines écoles, tout en renforçant le niveau scolaire, faible en conséquence du manque de qualifications des enseignants et du personnel éducatif.

Dernière mise à jour
11/01/2018