Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Protection

© Union européenne/ECHO/Anouk Delafortrie
Qu'Est-ce que c'est?

Assurer la protection des populations est un objectif central de l’action humanitaire. La protection est un concept large et abordé de différentes manières pouvant aller de l’organisation d’une aide humanitaire de base au renforcement des institutions et au déploiement de troupes de maintien de la paix. La Commission européenne définit la protection humanitaire comme la lutte contre les violences, la coercition, les privations et les abus délibérés à l’encontre des personnes, groupes et communautés, dans le contexte de crises humanitaires, et ce dans le respect des principes humanitaires et dans le cadre du droit international.

Le droit international définit le cadre mondial pour la protection des populations. Ce dernier comprend le code international des Droits de l’Homme, le Droit international humanitaire et le Droit international des réfugiés, qui définissent l’obligation qu’ont les États et les parties en guerre de fournir assistance et protection aux civils, et de prévenir et s’abstenir de tout comportement qui viendrait violer leurs droits.

Pourquoi est-ce important?

Dans le contexte des crises humanitaires, les populations ont généralement besoin d’une aide matérielle. Elles ont notamment besoin de vivres, d’eau, d’une assistance médicale et d’un soutien psychologique. Cependant, dans les situations de violence et de privation, elles ont aussi souvent besoin d’une aide plus large, allant au-delà des besoins matériels pour adresser les problèmes liés à leur sécurité et leur dignité personnelles.

Les interventions de protection financées par l’UE ont pour but de prévenir, réduire et répondre aux risques et conséquences des violences, privations et abus.

En quoi consiste notre aide ?

La protection est inscrite dans le mandat de la Direction générale de la Commission européenne chargée de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO), tel que défini par le règlement humanitaire du Conseil européen (1996) et confirmé par le Consensus européen sur l’aide humanitaire (2007).

Le document de travail des services de la Commission, intitulé ‘Protection humanitaire : Améliorer les résultats des actions de protection pour réduire les risques pour les personnes lors de crises humanitaires’ et publié en mai 2016, définit et décrit les objectifs du travail mené par la Commission européenne en matière de protection humanitaire. Il fournit des conseils pour analyser les risques en matière de protection, programmer des actions de protection en contexte de crise humanitaire, mesurer l’effet et les résultats des interventions et organiser des activités de renforcement capacitaire.

La protection humanitaire est à la fois un secteur à part entière et une question transversale. Deux approches sont ainsi principalement mobilisées :

  • des actions de protection ciblées, comme par exemple une aide juridique pour l’obtention de papiers ou d’un statut légal, des actions de prévention et de lutte contre la violence, y compris les violences sexistes, des actions de protection de l’enfance, des mesures contre les mines
  • l’intégration de la protection dans d’autres mesures, en mettant l’accent sur les principes de protection et en promouvant un accès certain, une sécurité et une dignité certaines, une responsabilisation des acteurs, une participation et une autonomisation de tous, peu importe le genre, l’âge et la diversité des groupes, dans tous les projets d’aide humanitaire, indépendamment du secteur concerné

Initiatives de protection financées par l’UE

  • En Ukraine, une aide et un conseil juridiques sont fournis aux populations vivant près de la ligne de contact ou dans les zones situées hors du contrôle du gouvernement. Cela permet à ces personnes d’avoir, par exemple, accès à une pension, une sécurité d’occupation, ou encore des actes de naissance ou de décès, des certificats d’invalidité, etc. Les personnes âgées à mobilité réduite et les personnes handicapées vivant dans ces zones bénéficient aussi de soins à domicile et d’un soutien psychosocial.

  • Dans la région des Grands Lacs, et plus particulièrement dans l’est du Congo, plus de 5 millions de personnes ont été contraintes au déplacement à l’intérieur de leur pays en conséquence du conflit armé qui y sévit. Dans ce contexte, les interventions en matière de protection visent à disséminer et promouvoir le respect du Droit international humanitaire et du code international des Droits de l’Homme parmi les groupes armés, les communautés et les autorités publiques. L’objectif est d’améliorer ou restaurer l’accès humanitaire et l’environnement en matière de protection pour les civils affectés par le conflit. Les activités menées se concentrent également sur l’organisation d’un suivi de la protection, pour se tenir au courant des nouvelles vagues de déplacement et nouvelles formes d’abus ou violations, et de services de protection complets pour les victimes de violences, y compris les violences sexistes, et de protection de l’enfance. La promotion d’un accès concret à la sécurité et la sûreté, l’organisation de services de santé physique et mentale et de services psychosociaux, d’une assistance juridique, et d’une aide en espèces pour favoriser la réintégration des personnes, sont quelques-unes des principales actions menées.

  • En Somalie, un système national de suivi de la protection (SPSM) a été établi pour améliorer la collecte et l’analyse systématiques et régulières des informations afin d’identifier les tendances et les modèles de violation des droits et les risques de protection pour les communautés affectées. Cela a pour but d’informer le processus de programmation et de plaidoyer pour le rendre plus efficace. Le suivi est effectué au moyen d’entretiens mensuels structurés selon le même ensemble d’informations clés et représentatifs d’une diversité de profils selon l’âge, le genre, le handicap, le statut de déplacement, le rôle exercé dans la communauté et le milieu social. Cela permet d’analyser et comparer les tendances en matière de protection dans la durée, d’identifier les nouvelles formes de violation, de comprendre les vulnérabilités propres à chaque groupe face à des abus spécifiques, d’identifier leurs stratégies d’adaptation, de même que les collecteurs et diviseurs.

  • La plupart des déplacés, réfugiés et migrants ayant fui la crise au Venezuela ne disposent ni des informations nécessaires pour faire jouer leurs droits, ni des documents nécessaires pour régulariser leur séjour dans les pays qui les accueillent. Cela impacte gravement la jouissance de leurs droits, la protection de l’unité familiale et leur accès aux services de base. L’aide fournie en matière de protection comprend des conseils personnalisés et des sessions juridiques individuelles, un accès aux informations légales nécessaires, ainsi qu’un volet de sensibilisation pour une meilleure diffusion d’informations vérifiées et correctes sur les droits de chacun, l’accès aux documents de l’état civil et à une protection internationale, et une aide juridique directe pour accompagner les demandeurs d’asile dans la préparation de leur demande et/ou de leur appel.
Dernière mise à jour
26/08/2020