Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Nutrition

south_sudan_nutrion_unicef
© UNICEF
Qu'Est-ce que c'est?

La dénutrition est un état de santé qui affecte principalement les jeunes enfants et les femmes. Elle peut se présenter sous forme chronique ou aiguë, ou bien sous les deux formes associées chez un même individu. La dénutrition peut être causée par une multitude de facteurs (notamment les difficultés à se procurer des aliments nutritifs et le manque d’installations d’eau et d’assainissement, les pratiques inadéquates en matière de soins et les problèmes d’accès aux services de santé). Ces facteurs sont souvent structurels et liés à des niveaux élevés de pauvreté. Ils sont aggravés en temps de crise (naturelle ou d’origine humaine).

Pourquoi est-ce important?

La dénutrition a des effets dévastateurs sur la survie et le développement des enfants: près de la moitié du nombre total de décès d’enfants de moins cinq ans sont dus à la dénutrition. Les enfants souffrant de dénutrition sont davantage susceptibles de tomber malades car leur système immunitaire ne se développe pas correctement et ne peut donc pas les défendre contre les maladies et les infections. Ne pas traiter la dénutrition compromet l’efficacité des efforts visant à lutter contre d’autres maladies telles que le paludisme, la diarrhée et la pneumonie. Cela a également des effets irréversibles sur la croissance et le développement cognitif de centaines de millions d’enfants.

Au niveau mondial, on estime que 51 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de dénutrition aiguë, également appelée «émaciation». On parle d’émaciation chez un enfant qui est trop maigre par rapport à sa taille. L’émaciation est le résultat d’une perte de poids rapide ou d’une incapacité à prendre du poids. Un enfant qui est modérément ou gravement émacié risque davantage de mourir, mais peut être soigné.

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de l’émaciation et sont souvent observés en même temps: une consommation alimentaire trop faible, de mauvaises pratiques de soin et un assainissement inadapté, et des problèmes d’accès aux soins de santé. Bien qu’ils puissent être observés dans tous les contextes et qu’ils soient souvent liés à des niveaux élevés de pauvreté, ces facteurs sont aggravés en cas de crise humanitaire où l’accès aux services et marchés existants est perturbé.

En quoi consiste notre aide ?

Traitement

La dénutrition aiguë sévère est mortelle, mais guérissable. Depuis l’adoption en 2006 d’un protocole de prise en charge communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) par l’UNICEF, l’OMS et le PAM, des protocoles nationaux ont été adoptés dans de nombreux pays en développement. Toutefois, leur mise en œuvre demeure inégale en raison des ressources limitées.

En temps de crise, si le taux de dénutrition aiguë dépasse le seuil d’urgence, la Commission européenne et ses partenaires humanitaires interviennent et soutiennent la mise en place de programmes de nutrition, soit directement dans les situations d’urgence complexes, soit par une stratégie de résilience et le renforcement des systèmes existants.

Le financement de l’UE alloué aux programmes de nutrition a considérablement augmenté ces dix dernières années et s’élevait à près de 130 millions d’euros en 2017. Ces fonds fournissent l’essentiel des produits alimentaires spécialisés (aliments thérapeutiques prêts à l’emploi) utilisés pour le traitement de la malnutrition aiguë sévère. L’expertise interne en matière de nutrition a également été renforcée ces dernières années, avec la mise en place d’experts thématiques régionaux dans six bureaux d’appui régionaux, d’un expert international dédié et d’un groupe de travail sur la nutrition. Tous veillent à ce que la dénutrition continue de figurer au premier rang des priorités de la Commission européenne et à ce que des moyens soient consacrés à des programmes de nutrition de qualité.

Prévention

Dans le cadre de sa stratégie de résilience, la Commission vise également à intégrer la dimension de la nutrition dans ses programmes afin d’optimiser les effets sur la nutrition des interventions humanitaires et de renforcer le lien entre les programmes humanitaires et de développement.

L’objectif ultime est de lutter de manière durable contre les facteurs de dénutrition. Les stratégies préventives consistent notamment à permettre aux communautés touchées d’avoir accès à de l’eau potable et à des installations sanitaires; à permettre aux enfants, aux femmes enceintes et allaitantes d’accéder gratuitement à des soins de santé; et à aider les ménages à retrouver leurs moyens de subsistance après une catastrophe.

Les services d’aide humanitaire et d’aide au développement de la Commission européenne coopèrent étroitement afin de garantir la cohérence de leurs interventions dans le domaine de la nutrition.

Innovation

En 2017, 20 % des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont reçu des soins adaptés. Parallèlement aux efforts déployés pour augmenter les ressources et sensibiliser davantage à l’ampleur et aux conséquences de la dénutrition, la Commission européenne et ses partenaires ont élaboré et mis en œuvre un agenda technique.

Des approches innovantes et des travaux de recherche au niveau opérationnel examinent comment optimiser la performance et la rentabilité des protocoles de traitement et comment trouver des stratégies qui ont un effet significatif sur la prévention.

Dernière mise à jour
16/10/2018