Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Préparation aux catastrophes

© CE/ECHO/Silvio Balladares
Qu'Est-ce que c'est?

La préparation aux catastrophes désigne les mesures prises par des gouvernements, des organisations, des collectivités ou des individus afin de se préparer aux catastrophes naturelles ou d’origine humaine et d’en atténuer les effets. Des initiatives simples peuvent grandement y contribuer, par exemple des formations ou des exercices sur le terrain, la mise en place de systèmes d’alerte rapide, la planification d’urgence ou la création d'abris sûrs. La préparation aux catastrophes joue également un rôle important dans le renforcement de la résilience des communautés vulnérables.

Pourquoi est-ce important?

En raison de l’augmentation de la population mondiale, des mégapoles, du changement climatique et de la pauvreté, de plus en plus de personnes sont confrontées aux effets des catastrophes. En particulier, les États fragiles et les situations de conflits induisent de nombreux risques de catastrophes et sont chaque année en grande partie responsables des victimes de celles-ci. Les pays en proie à de violents conflits ou dont la gouvernance est fragile sont moins à même de faire face aux catastrophes et de s’adapter au changement climatique.

Toutefois, les catastrophes naturelles sont souvent prévisibles et récurrentes; les données mettent en évidence les lieux dans lesquels les populations sont vulnérables, à quels risques elles sont exposées et la raison pour laquelle elles le sont. Au niveau international, les efforts devraient viser à aider les gouvernements et les sociétés à lutter contre l’extrême pauvreté et la vulnérabilité, à investir dans la gestion des risques et à renforcer les capacités d’actions préventives et précoces, plutôt qu'à mener des interventions d'urgence coûteuses. L’amélioration des connaissances, des pratiques et des mécanismes de réponse, grâce à des actions de préparation, peut sauver des vies et améliorer la capacité des communautés à se reconstruire après une catastrophe. En outre, les programmes de préparation aux catastrophes ont un bon rapport coût-efficacité et permettent d’économiser les fonds destinés à l'aide. En moyenne, chaque euro consacré à des activités de réduction des risques et de préparation aux catastrophes permet d’économiser entre quatre et sept euros qui seraient dépensés au lendemain d’une catastrophe.

Ces notions sont reconnues et solidement ancrées dans des engagements internationaux, notamment le cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, les négociations sur le climat, le programme de développement durable à l’horizon 2030, le nouveau programme pour les villes et les engagements pris dans le cadre du «grand compromis».

En quoi consiste notre aide ?

La Commission européenne joue un rôle de premier plan dans la promotion de la réduction des risques et des actions préventives. En 2016, la Commission européenne a convenu d’un plan d’action sur la mise en œuvre du cadre de Sendai, soutenant une démarche fondée sur la connaissance des risques de catastrophe pour toutes les politiques de l’UE. L’UE met l’accent sur la vulnérabilité et pas seulement sur les risques. Elle poursuit une approche plus large de l’atténuation des risques, prenant en considération les vulnérabilités d’origine humaine et garantissant des actions qui tiennent compte des conflits.

Ces dernières années, la gestion des risques et la résilience ont été systématiquement intégrées aux programmes d’aide humanitaire et aux projets de l’UE, dans tous les secteurs. En 2017, 65 % de tous les projets humanitaires financés par l’UE comprenaient un volet sur la préparation aux catastrophes.

En outre, l’UE alloue une partie de son budget annuel consacré à l’aide humanitaire (50 millions d’EUR en 2018) à des projets ciblés de préparation aux catastrophes, mettant l’accent sur la priorité n° 4 du cadre de Sendai (améliorer la préparation aux catastrophes pour intervenir de manière efficace en appliquant une stratégie multirisques). Ce financement renforce la capacité des systèmes de préparation aux catastrophes nationaux et locaux afin qu’ils interviennent plus rapidement et plus efficacement, de sorte que le dispositif d’urgence soit «aussi local que possible, aussi international que nécessaire».

L’UE investit dans des systèmes d’alerte rapide, le suivi et le renforcement des capacités de réaction nationales et locales, comme en témoigne la réponse de l’UE au phénomène El Niño en 2015 et 2016. L’UE soutient les partenaires dans la conception de méthodes d'atténuation des risques d'un bon rapport coût-efficacitéet dans la collecte d’éléments de preuve permettant de justifier la préparation à une action rapide.

Parmi les exemples de préparation aux catastrophes dans les interventions d’aide humanitaire financées par l’UE figure notamment ce qui suit:

  • le renforcement des capacités de réaction des premiers intervenants aux niveaux régional, national et local après le passage d’ouragans dans les Caraïbes en 2017 et l'élaboration de stratégies de renforcement de la résilience;
  • la mise en place de mécanismes et de filets de protection sociale ciblés, à même de répondre aux chocs et de satisfaire rapidement aux besoins dans un certain nombre de pays (par exemple, le Niger, la Somalie, le Burkina Faso et le Malawi), conjointement avec les partenaires du développement;
  • la préparation au choléra au Yémen;
  • le développement de systèmes de réponse rapide sur la base des prévisions météorologiques et des risques au Viêt Nam.

Chacune des stratégies de préparation aux catastrophes et allocations de fonds comprend une stratégie de sortie bien définie, dans laquelle les capacités locales sont jugées adéquates ou dans laquelle les gouvernements locaux ou les partenaires du développement sont en mesure de prendre la relève.

De plus, l’UE soutient les structures gouvernementales locales et nationales dans tous les pays du monde et poursuit un dialogue avec celles-ci grâce au mécanisme de protection civile de l’Union, notamment dans les domaines de la prévention et de la préparation aux catastrophes.

Enfin, l’initiative des volontaires de l’aide de l’UE, qui offre aux citoyens européens l’occasion de participer à des projets d’aide humanitaire, vise à renforcer la capacité et la résilience des communautés vulnérables dans les pays tiers grâce à la mise en œuvre d’actions conjointes entre des opérateurs humanitaires expérimentés et des organisations locales.

Dernière mise à jour
11/02/2019