Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Réserve européenne de protection civile

water_purification_haiti
© Ministère de l'Intérieur/Formations Militaires de la Sécurité Civile
Qu'Est-ce que c'est?

La réserve européenne de protection civile a été créée pour renforcer la coopération européenne en matière de protection civile et permettre une réaction européenne plus rapide, mieux coordonnée et plus efficace en cas de catastrophe naturelle ou d’origine humaine. Cette réserve rassemble les ressources de 23 États participants, prêtes à être mobilisées rapidement dans la zone sinistrée. Il peut s’agir d’équipes médicales ou de sauvetage, d’experts, de matériel spécialisé ou de moyens de transport. Dès qu’une catastrophe survient et qu’une demande d’aide est réceptionnée via le mécanisme européen de protection civile, la réserve peut être mobilisée pour venir en aide.

Pourquoi est-ce important?

Selon les prévisions, le changement climatique va continuer d’aggraver les conséquences des catastrophes naturelles et d’origine humaine. Quand de telles catastrophes se produisent, des équipes d’intervention, du matériel technique et d’autres ressources doivent être déployés dans les plus brefs délais pour soutenir les efforts de secours. Être bien préparé à intervenir immédiatement lors d’une catastrophe est crucial si l’on veut sauver des vies et minimiser les dégâts.

La réserve européenne de protection civile permet des interventions européennes mieux organisées et plus cohérentes. La Commission européenne a mis au point une procédure de certification et d’enregistrement afin de s’assurer que les ressources apportées à la réserve respectent des normes communes élevées. Les équipes doivent notamment participer à des exercices de simulation de catastrophe afin d’être formées à travailler avec leurs pairs et avec d’autres équipes en cas d’intervention d’urgence. La certification contribue à garantir le bon fonctionnement des capacités de réaction européennes lors des déploiements internationaux, en étroite coordination avec les autorités du pays d’accueil et les autres capacités déployées. La certification est effectuée par la Commission européenne, avec le soutien d’experts désignés par les États participants.

En quoi consiste notre aide ?

Les vingt-trois États participants ont apporté 106 capacités de réaction spécialisées à la réserve. Ces ressources ne sont déployées que pour des interventions d’urgence à la suite d’une demande d’aide introduite par l’intermédiaire du mécanisme européen de protection civile.

La Commission européenne apporte son soutien financier aux capacités inscrites dans la réserve lorsqu’elles sont mobilisées pour des interventions d’urgence. En outre, un soutien financier est également disponible pour la mise à niveau ou la réparation des capacités de réaction engagées dans la réserve. Les ressources qui ne fonctionnent bien que dans un État participant peuvent être ainsi adaptées aux normes internationales.

En plus des modules, des experts individuels peuvent également être déployés pour aider les communautés à mieux se préparer aux catastrophes.

Les ressources de la réserve européenne de protection civile ont été mobilisées à plusieurs reprises ces dernières années dans le cadre d’opérations de secours telles que :

Le cyclone Idai qui a fait de nombreuses victimes et dévasté une grande partie du Mozambique

En mars 2019, le cyclone Idai a frappé le Mozambique, tuant plus de 600 personnes, sans parler des conséquences dévastatrices pour les survivants. À la suite de l’activation du mécanisme européen de protection civile, neuf États membres de l’UE (Allemagne, Autriche, Danemark, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Portugal et Royaume-Uni) ont offert une aide immédiate. Grâce aux modules préenregistrés dans la réserve européenne de protection civile, des équipes médicales, du matériel de purification de l’eau et une équipe de soutien à la mise en place d’un système de communication sont arrivés rapidement sur les lieux pour aider les personnes dans le besoin.

Incendies de forêt dans le nord de l’Europe en 2018

Lorsque des incendies de forêt se sont déclarés en Suède en juillet 2018, le Centre de coordination de la réaction d’urgence (ERCC) a coordonné le déploiement de sept avions, six hélicoptères, 67 véhicules et plus de 360 intervenants venus d’Italie, de France, d’Allemagne, de Lituanie, du Danemark, du Portugal et de Pologne. Les ressources de la réserve ont été déployées. En outre, la Commission a cofinancé les frais de transport à hauteur de 1,15 million d’euros et le programme Copernicus a produit près de 40 cartes satellites.

Urgences sanitaires en Afrique centrale et occidentale de 2014 à 2018

En 2017, le Corps médical européen a été déployé en Angola et en République démocratique du Congo (RDC) en réponse à l’épidémie de fièvre jaune, et en Ouganda en réponse à l’épidémie de fièvre de Marburg. Le Corps médical européen a été créé pour pallier le manque de personnel médical constaté lors de l’épidémie du virus Ébola en Afrique de l’Ouest. Depuis l’épidémie d’Ebola de 2018 en RDC, la Commission européenne soutient les autorités nationales et les partenaires internationaux pour endiguer la propagation de la maladie. Un soutien logistique a été fourni par le service aérien humanitaire de la Commission, ECHO Flight, et le mécanisme européen de protection civile a été activé à la demande de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le déploiement du personnel et de matériel médical.

L’ouragan Matthew en Haïti en 2016

Peu après le passage de l’ouragan Matthew, Haïti a activé le mécanisme européen de protection civile pour demander une aide internationale. En réponse, le Centre de coordination de la réaction d’urgence a coordonné l’envoi de l’aide apportée à Haïti par la réserve, à savoir deux unités d’épuration des eaux. Ces dernières ont été déployées au cœur de la zone de crise à Haïti et ont été exploitées par 60 secouristes appartenant au corps militaire français de protection civile. Ils ont ainsi filtré plus de 1,2 million de litres d’eau potable afin d’enrayer la propagation de maladies comme le choléra. Les équipes françaises ont collaboré avec l’UNICEF, les autorités haïtiennes et diverses ONG nationales et internationales. 

Dernière mise à jour
05/06/2019