Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Numérisation

© Pablo Tosco/Oxfam Intermón
© Pablo Tosco/Oxfam Intermón
Qu'Est-ce que c'est?

Les technologies numériques sont la clé d’une aide humanitaire efficace et rapide; elles permettent aux organisations d’améliorer la collaboration et la communication et de fournir en cas d’urgence une réponse adaptée aux besoins des bénéficiaires.

Pourquoi est-ce important?

Le secteur humanitaire teste et adopte de plus en plus les technologies numériques pour améliorer la vitesse, l’efficacité et l’efficience des opérations humanitaires, conformément aux engagements de la «Grande Négociation». En outre, les technologies numériques profitent directement aux personnes nécessitant une aide humanitaire puisqu’elles leur permettent de s’exprimer et d’accéder aux informations et aux services.

Pourtant, la fracture numérique est encore énorme: 52 % de la population mondiale n’est toujours pas connectée à internet. Ce clivage est particulièrement élevé entre les sexes et entre les pays développés et moins développés. En outre, la protection des données est un enjeu particulièrement préoccupant au vu de la sensibilité de certaines données humanitaires. Il convient d’anticiper les problèmes relatifs à la protection des données tout en garantissant un partage des données non sensibles pour renforcer l’efficience et l’efficacité de l’aide humanitaire.

En quoi consiste notre aide ?

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile figure parmi les plus grands bailleurs d’aide humanitaire au monde et, à ce titre, il considère la numérisation comme un sujet prioritaire. En tant qu’organisation de gestion des crises, la direction générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire emploie de nouvelles technologies pour concentrer l’aide là où elle est le plus nécessaire.

L’aide en espèces est l’un des domaines par lesquels la numérisation a pu s’engouffrer dans la sphère humanitaire. Les espèces peuvent désormais être versées en toute sécurité, souvent sur la base de données biométriques et par l’intermédiaire de différents systèmes (fournisseurs de services financiers ou téléphone portable, par exemple) qui garantissent que l’aide parviendra directement aux personnes concernées et en temps voulu.

Le service de gestion des crises Copernicus de la Commission européenne fournit des informations géospatiales précises, dérivées de l’imagerie satellite et des sources de données ouvertes, à tous les acteurs impliqués dans la gestion des catastrophes d’origine naturelle et humaine, des situations d’urgence et des crises humanitaires.

Simultanément, la Commission européenne reconnaît que l’utilisation de technologies numériques dans les opérations humanitaires doit être centrée sur les personnes et ancrée dans les principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance.

Voici les priorités de la Commission européenne en ce qui concerne l’adoption de technologies numériques pour l’aide humanitaire:

  • Garantir la protection et l’éthique des données: afin de s’assurer du respect du règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE par toutes les parties fournissant de l’aide aux populations affectées, il faut que tout le secteur humanitaire en partage une interprétation commune.
  • Renforcer la collaboration: pour que la numérisation progresse dans le secteur humanitaire, il faut développer les échanges de données (dans le respect des normes de protection des données), garantir l’interopérabilité des systèmes et des bases de données et promouvoir le partage de tous les enseignements tirés des meilleures pratiques (comme des pires).
  • Mettre l’accent sur l’impact et l’efficience: les technologies numériques ont démontré des effets positifs lorsqu’elles sont intégrées dans la solution apportée à un problème humanitaire clairement défini. Le secteur humanitaire est parfois réticent à adopter les toutes dernières tendances de la numérisation. Dans ce cas, un soutien au développement des compétences numériques s’impose. 

Afin d’optimiser les avantages de la numérisation pour l’aide humanitaire, la Commission Européenne identifiera et ciblera les technologies numériques susceptibles de générer de vrais changements pour les populations affectées. Le service à l’aide humanitaire et à la protection civile endossera le rôle de chef de file: il recueillera le savoir-faire technique nécessaire et fera le lien avec les autres services de la Commission européenne pour créer des synergies et stimuler l’efficacité.

Dernière mise à jour
21/09/2018