Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Crise des réfugiés en Europe

Réfugiés et migrants en Serbie. © European Union/ECHO/Fabrice Martin

Quels sont les besoins ?

Le monde est confronté à une crise de déplacement de populations sans précédent. Aujourd’hui, plus de 65 millions de personnes ont été contraintes au déplacement, en conséquence de conflits violents ou de catastrophes naturelles.

En 2015, plus d’un million de personnes – réfugiés, déplacés et autres migrants – ont fait route vers l’UE, fuyant un conflit dans leur pays ou cherchant de meilleures perspectives économiques. Alors que les chiffres font état d’une tendance à la baisse en 2016, en juin, quelque 156 000 personnes ont gagné l’Europe (source : HCR).

Beaucoup de ceux qui arrivent dans l’UE après un périlleux voyage, par voie terrestre ou maritime, nécessitent une aide humanitaire de base, notamment en matière d’accès à l’eau potable, aux soins de santé, à un logement d’urgence et à une aide juridique. On compte beaucoup d’enfants parmi ces populations déplacées, qui nécessitent une protection spéciale.

Les flux migratoires impactent les pays par lesquels ces populations transitent, à savoir notamment la Turquie, la Grèce et la Libye, leurs capacités d’intervention d’urgence nationales s’en trouvant parfois dépassées.

Réponse de l’UE en matière d’aide humanitaire et de protection civile

La Commission européenne a adopté une approche globale pour gérer la crise des réfugiés en Europe, au moyen de son Agenda européen en matière de migration, qui s’appuie sur les divers outils et instruments disponibles au niveau de l’UE et des États membres.

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et la protection civile soutient les réfugiés et leurs communautés d’accueil de quatre façons.

Aide d’urgence au sein de l’UE

En avril 2016, la Commission européenne a annoncé une enveloppe humanitaire initiale de € 83 millions pour des projets de secours d’urgence à destination des réfugiés en Grèce. Ces projets viennent répondre aux besoins humanitaires les plus urgents d’environ 50 000 réfugiés et migrants actuellement accueillis sur plus de 30 sites différents en Grèce.

Ces fonds d’urgence sont mis à disposition d’États membres dont les propres capacités de réponse se trouvent dépassées par des circonstances exceptionnelles et urgentes, comme ce soudain afflux de réfugiés. Cette aide vient compléter les actions menées par les États membres et est fournie en étroite coordination avec les pays concernés, ainsi qu’avec les organisations humanitaires partenaires de la Commission européenne, comme les agences de l’ONU, des organisations non-gouvernementales et des organisations internationales. Ces fonds peuvent être mobilisés pour l’organisation d’une aide de première nécessité, notamment sur le plan alimentaire, médical et du logement. 

Un financement humanitaire en soutien aux pays de transit

La Commission soutient les réfugiés en Turquie qui ont fui les violences en Syrie et en Irak, en concentrant son aide en particulier sur les populations vulnérables vivant hors des camps. Depuis le début de la crise en Syrie en 2011, la Commission a octroyé € 455 millions au total à la Turquie - aide humanitaire et aide à long terme confondues.

En novembre 2015, l’UE a lancé un fonds pour les réfugiés de Turquie. Institutions européennes et États membres se sont engagés à débloquer jusqu’à € 3 milliards, qui seront gérés via ce fonds. À ce jour, plus de € 240 millions ont déjà été investis dans divers projets.

Depuis le début de la crise des réfugiés, la Commission a octroyé plus de € 22,5 millions d’aide humanitaire aux Balkans occidentaux, notamment la Serbie et l’ancienne République yougoslave de Macédoine. L’aide est fournie aux populations les plus vulnérables par l’intermédiaire d’organisations humanitaires partenaires et consiste en une aide d’urgence (aide alimentaire, eau, hygiène, articles non-alimentaires, santé, protection de base) distribuée aux points de transit, comme les frontières et les centres d’enregistrement.

En Libye, la Commission a investi plus de € 8 millions d’aide humanitaire depuis mi-2014, venant en aide aux populations déplacées à l’intérieur du pays et d’autres catégories de population vulnérables. Elle y organise une protection, des soins de santé, une aide en espèces, une assistance psychosociale, ainsi que des distributions d’articles non-alimentaires et hygiéniques.

Un mécanisme européen de protection civile à disposition des États membres et des pays voisins

Au travers du mécanisme européen de protection civile, la Commission coordonne l’acheminement de matériaux d’aide immédiate pour aider les États membres et pays voisins qui doivent gérer les plus forts pics de migration de cette crise des réfugiés et dont les capacités d’intervention immédiate se trouvent dépassées. L’aide, octroyée sur base des demandes introduites par les pays affectés, dépend des contributions volontaires des pays participants au mécanisme.

Le mécanisme a été activé à plusieurs reprises en 2015, pour faire face à l’afflux croissant de réfugiés, et demeure actif en 2016 dans certains États participant au mécanisme. La Hongrie, la Serbie, la Slovénie, la Croatie et la Grèce ont reçu des matériaux d’aide, notamment des tentes pour l’hiver, des lits et des couvertures, de la part des pays participant au mécanisme, pour les aider à mieux faire face à l’arrivée de réfugiés et demandeurs d’asile.

Le mécanisme est coordonné par le Centre de coordination des interventions d’urgence (ERCC) de la Commission européenne, qui surveille de près l’évolution de la crise des réfugiés et s’assure que la réponse européenne soit cohérente et efficace.

Aide du mécanisme européen de protection civile : état des lieux

Une intensification de l’aide humanitaire en cas de crise majeure

L’UE, aux côtés de ses États membres, est un bailleur de fonds humanitaires de premier plan dans l’ensemble des pays et régions d’où sont originaires les réfugiés affluant actuellement dans l’UE (Syrie, Irak, Afghanistan, Pakistan, Corne de l’Afrique et Sahel). En 2015, la Commission européenne a injecté plus de 72 % de son budget humanitaire annuel (plus d’€ 1 milliard) dans des projets d’aide aux réfugiés et déplacés.

La Commission a accru ses ressources ciblant les réfugiés et populations déplacées à l’intérieur de leur pays, de € 200 millions en 2015 et € 300 millions en 2016. Ces fonds sont octroyés à l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM) et d’autres organisations (y compris la Croix-Rouge et des ONG internationales) qui viennent en aide aux réfugiés, en particulier en Syrie et dans sa région. Lors de la conférence des donateurs qui s’est tenue à Londres début février 2016, l’UE et ses États membres se sont engagés à débloquer € 3 milliards pour venir en aide au peuple syrien en Syrie et aux réfugiés syriens, ainsi qu’aux communautés qui les accueillent dans les pays voisins.

L’aide humanitaire de l’UE ne vient pas répondre aux causes profondes des déplacements de population et migrations, que sont les conflits, les abus des droits de l’Homme, la pauvreté ou le changement climatique. Cette aide porte secours aux populations, où qu’elles soient, prises au piège par ou fuyant les catastrophes, que ces dernières soient de cause humaine ou naturelle. L’aide humanitaire de l’UE va directement aux populations en détresse, indépendamment de leur nationalité, religion, genre, origine ethnique ou appartenance politique.

Octroyée dans le respect des principes humanitaires d’indépendance, d’impartialité, de neutralité et d’humanité, l’aide humanitaire de l’UE n’est pas un outil de gestion des migrations. L’aide humanitaire va aux victimes des conflits et catastrophes naturelles, sur base uniquement de critères de vulnérabilité et d’évaluation des besoins.

Dernière mise à jour
26/04/2016