Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

rescEU : un nouveau système européen de lutte contre les catastrophes naturelles

Civil Protection Portugal
« Les tragédies de l’été dernier et des années précédentes ont montré que notre système d’intervention actuel en cas de catastrophe a atteint ses limites dans sa forme actuelle reposant sur le bon vouloir de chacun », a déclaré le commissaire Stylianides, alors que l’UE annonçait ses plans pour renforcer son action en matière de protection civile. © AP

La Commission européenne a annoncé aujourd’hui de nouveaux plans ambitieux pour renforcer les capacités de l’Europe à faire face aux catastrophes naturelles.

Ce qu’elle propose constitue un élément central du programme du président Juncker pour une Europe qui protège. Cette initiative intervient dans le contexte des catastrophes naturelles, plus complexes et plus fréquentes, qui ont frappé de nombreux pays européens ces dernières années. Un élément essentiel de la proposition est la création de ‘rescEU’ - une réserve de moyens au niveau européen en matière de protection civile, comprenant des avions canadairs, des pompes hydrauliques spéciales, des équipes de recherche et sauvetage en milieu urbain, ainsi que des hôpitaux de terrain et des équipes médicales d’urgence. Ces éléments viendront compléter les moyens d’intervention nationaux et seront gérés par la Commission européenne pour aider les pays affectés par les catastrophes naturelles, comme des inondations, incendies forestiers, séismes ou épidémies. Sur la seule année 2017, plus de 200 personnes ont trouvé la mort dans des catastrophes naturelles en Europe, et plus d’un million d’hectares de forêt ont été détruits.

Le président Jean-Claude Juncker a déclaré : « L’Europe ne peut pas rester en marge lorsque nos États membres sont frappés par des catastrophes naturelles et ont besoin de soutien. Aucun pays européen n’est à l’abri des catastrophes naturelles, qui sont hélas devenues monnaie courante. Lorsqu’une catastrophe survient, je veux que l’Union européenne ait plus à offrir que des condoléances. L’Europe est un continent de solidarité et nous devons être mieux préparés que jamais, et soutenir plus rapidement nos États membres se trouvant en première ligne. »

« Les tragédies de l'été dernier et des années précédentes ont montré que notre système d'intervention actuel en cas de catastrophe a atteint ses limites dans sa forme actuelle reposant sur le bon vouloir de chacun. Les défis à relever ne sont plus les mêmes, et nous devons nous aussi changer. C'est une question de solidarité et de responsabilité partagée à tous les niveaux. C'est ce que les citoyens européens attendent de nous et je me tourne à présent vers les gouvernements européens et le Parlement européen pour qu'ils adhèrent à cette proposition », a déclaré Christos Stylianides, commissaire à l’aide humanitaire et la gestion des crises.

La proposition de la Commission s'articule autour de deux axes complémentaires d'action : créer une réponse collective plus forte au niveau européen et renforcer les moyens de prévention et de préparation aux catastrophes.

  • Renforcement capacitaire de l’action européenne : rescEU
    Une réserve de ressources assurant une réaction de l'UE en matière protection civile va être créée pour aider les États membres à faire face aux catastrophes lorsque leurs capacités nationales sont dépassées. Cette réserve, baptisée ‘rescEU’, comprendra des ressources comme des avions canadairs et des équipements de pompage hydraulique, qui viendront compléter les ressources nationales disponibles. L'ensemble des coûts et ressources de rescEU seront entièrement couverts grâce à un financement de l’UE, et la Commission conservera le contrôle opérationnel de ces ressources et décidera de leur déploiement.
    Parallèlement, la Commission aidera les États membres à renforcer leurs capacités nationales en finançant les coûts d'adaptation, de réparation, de transport et d'exploitation de leurs ressources existantes (à l'heure actuelle, seuls les frais de transport sont couverts). Les ressources seront intégrées à une réserve partagée de ressources permettant d’intervenir en urgence dans le cadre du mécanisme européen de protection civile et seront mises à disposition pour un déploiement en cas de catastrophe.
  • Renforcement de la prévention et préparation aux catastrophes
    Dans le cadre de la proposition présentée aujourd'hui, les États membres seront invités à partager leurs stratégies nationales en matière de prévention et de préparation, afin de recenser et d'éliminer collectivement les failles éventuelles.
    La proposition renforce coopération et cohérence avec les autres politiques de l'UE en matière de prévention et de préparation, à savoir notamment la stratégie de l'UE en matière d’adaptation au changement climatique, les Fonds structurels et d'investissement européens, la législation environnementale (par exemple les plans de gestion des inondations et les solutions fondées sur les écosystèmes), la recherche et l'innovation, et les politiques visant à lutter contre les graves menaces sanitaires transfrontières, etc.

Enfin, la proposition harmonisera et simplifiera les procédures administratives afin de réduire le délai nécessaire pour déployer une aide vitale.

Contexte

Le mécanisme européen de protection civile fonctionne actuellement sur une base volontaire, c’est-à-dire que l'UE coordonne les contributions volontaires des États participants, au profit du pays ayant requis une aide. Les offres d'assistance sont coordonnées par le Centre européen de coordination des interventions d'urgence, basé à Bruxelles. Ces dernières années, les conditions météorologiques extrêmes et d'autres phénomènes ont mis à rude épreuve la capacité des États membres à s'entraider, notamment lorsque plusieurs d'entre eux se trouvent simultanément confrontés au même type de catastrophe. Dans ces cas-là, l'UE ne dispose d’aucune réserve de moyens pour aider les États membres dépassés par les évènements.

2017 a été marquée par une série de catastrophes. Au total, plus de 200 personnes ont trouvé la mort dans des catastrophes naturelles en Europe au cours de cette année. Mais les catastrophes naturelles ont également une incidence économique importante. Depuis 1980, outre le coût des catastrophes sur le plan humain, les États membres de l'UE ont aussi perdu plus de € 360 milliards en conséquence de phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes. Le Portugal, à lui seul, a connu un préjudice économique directement lié aux incendies forestiers survenus entre juin et septembre, estimé à près de € 600 millions, soit 0,34 % de son revenu national brut.

Depuis son lancement en 2001, le mécanisme européen de protection civile a permis de surveiller de près plus de 400 catastrophes et enregistré plus de 250 demandes d'assistance. Le mécanisme peut être activé en réponse à tout type de catastrophes, qu’elles soient de cause humaine ou naturelle, mais également soutenir les activités de prévention et préparation aux catastrophes.

Le mécanisme européen de protection civile inclut tous les États membres de l'UE ainsi que plusieurs autres États participants situés en dehors de l'UE, à savoir l'Islande, la Norvège, la Serbie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro et la Turquie. Le système ‘rescEU’ sera étendu à l’ensemble des pays participants, en signe de solidarité européenne.

Date de publication
23/11/2017