Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

L’UE renforce son aide au Mali et en République centrafricaine à mesure que les besoins humanitaires grandissent

Refugiés Maliens dans le désert Mauritanien. Photo © EC/ECHO/Anouk Delafortrie

Au vu de l’aggravation des crises au Mali et en République centrafricaine, l’UE a débloqué € 9 millions supplémentaires de fonds humanitaires pour répondre aux besoins les plus urgents.

Cette nouvelle enveloppe porte l’aide humanitaire de l’UE aux régions de l’ouest et du centre de l’Afrique en 2017 à un total de près de € 254 millions depuis le début de l’année. Ce soutien vital vient en aide aux populations les plus vulnérables dans la région, contraintes au déplacement en raison du conflit.

De nombreuses personnes continuent de souffrir, alors que le conflit au Mali et en République centrafricaine les force à fuir de chez elles. L’UE s’engage à les aider. Aujourd’hui, nous avons pris la décision de renforcer notre aide humanitaire pour aider à sauver des vies dans ces deux pays. Notre aide permettra d’organiser l’acheminement de fournitures essentielles, de vivres et des soins de santé, et de soutenir les organisations humanitaires actives sur le terrain dans les zones concernées », a déclaré Christos Stylianides, commissaire européen à l’aide humanitaire et la gestion des crises.

Sur les € 9 millions supplémentaires alloués au total, € 5,5 millions serviront à répondre aux besoins urgents des populations affectées par la crise en Afrique centrafricaine, où près de la moitié de la population totale – soit 2,4 millions de personnes – a besoin d’une aide humanitaire, en raison aussi d’une reprise des violences dans différentes régions du pays. Les effets de cette crise sur le reste de la région demeurent aussi importants. On compte en effet plus de 480 000 réfugiés centrafricains au Cameroun, au Tchad, en République démocratique du Congo et en République du Congo.

€ 3,5 millions serviront, quant à eux, à répondre à la dégradation de la situation dans le nord et le centre du Mali sur le plan humanitaire et aux effets de cette crise sur les pays voisins (Burkina Faso et Mauritanie). De ce montant, € 1,8 million sera investi dans une aide alimentaire et nutritionnelle et des soins de santé pour les populations affectées par le conflit au Mali, ainsi que dans une solution rapide aux nouveaux déplacements de population. Plus d’1,5 million de personnes dépendent actuellement de l’aide humanitaire. Enfin, € 1,7 million servira à trouver des solutions aux manques constatés en matière d’aide alimentaire pour les réfugiés maliens dans les pays voisins (Burkina Faso et Mauritanie), et à l’organisation d’une éducation en contexte d’urgence. La Mauritanie et le Burkina Faso accueillent actuellement en effet plus de 83 000 réfugiés maliens.

Contexte

Les fonds annoncés aujourd’hui viennent s’ajouter aux aides précédemment allouées en 2017 aux régions de l’ouest et du centre de l’Afrique.

Le conflit généré par Boko Haram demeure le principal facteur responsable de la dégradation de la situation dans la région du lac Tchad. L’UE a déjà investi € 105 millions jusqu’ici cette année dans une réponse à cette crise. 5,1 millions de personnes se trouvent en situation de grave insécurité alimentaire dans cette région, 55 000 personnes étant confrontées à des conditions de famine dans le nord-est du Nigéria. Au Sahel aussi, l’UE fournit une aide d’urgence aux populations vulnérables du Niger, du Tchad, du Mali et du Burkina Faso.

Les fonds humanitaires de l’UE ont pour mission de garantir à l’ensemble des populations vulnérables l’organisation de services de base rapides et fondés sur des principes, en matière notamment de santé, d’accès à l’eau, d’hébergement, de nutrition, de protection et d’alimentation. L’accès aux communautés affectées dans ces régions demeure néanmoins restreint en de nombreux endroits, ce qui entrave la distribution sécurisée de l’aide humanitaire.

Date de publication
03/08/2017