Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Amérique latine et Caraïbes

© 2019 UE (Photo N. Mazars)

La région de l’Amérique latine et des Caraïbes – l’une des zones les plus sujettes aux catastrophes dans le monde et parmi les plus touchées par la violence et les déplacements forcés – abrite près de 650 millions de personnes. L’aide humanitaire de l’UE se concentre sur les populations les plus touchées par les catastrophes naturelles et les crises causées par l’homme, y compris la violence et les déplacements de population, ainsi que sur la préparation des communautés à faire face à différents types de catastrophes.

Les sécheresses, inondations, ouragans, glissements de terrain, tremblements de terre et éruptions volcaniques dévastent régulièrement les infrastructures, causant des pertes considérables de vies et des moyens de subsistance. Le phénomène Niño – un réchauffement anormal de l’océan Pacifique qui fait des ravages sur les schémas météorologiques mondiaux – est un événement météorologique catastrophique.

D’année en année, les saisons des ouragans deviennent de plus en plus extrêmes. En 2020, la saison des ouragans de l’Atlantique a été la plus intense jamais enregistrée avec 30 tempêtes nommées et 13 ouragans. Deux ouragans majeurs – ETA et IOTA – ont frappé à 15 jours d’intervalle en novembre, le mois traditionnellement considéré comme la fin de la saison des ouragans. Leur impact a laissé des millions de personnes en Amérique centrale dans le besoin d’une aide humanitaire.

En 2017, une autre saison extrême des ouragans a détruit de grandes parties des Caraïbes, quand Irma et Maria – deux cyclones à force maximale de catégorie cinq – se sont abattus sur les îles de la Dominique, de Cuba et d’Antigua-et-Barbuda.

Les conflits et la violence sévissent également dans plusieurs pays d’Amérique latine et des Caraïbes. En dépit de l’accord de paix conclu en 2016, la nouvelle dynamique du conflit interne qui sévit de longue date en Colombie a entraîné un nouveau déplacement interne et un nombre croissant de communautés n’ont plus accès aux services de base. Depuis le début, ce conflit a généré un chiffre officiel stupéfiant de 7,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI), le plus grand nombre au monde.

La crise qui a frappé le Venezuela provoque toujours la fuite de ses citoyens à fuir et s’est transformé en l’un des plus grands exodes de personnes de l’histoire de l’Amérique latine. Près de 5,5 millions de migrants et réfugiés vénézuéliens sont dispersés dans le monde et 4,5 millions d’entre eux se trouvent en Amérique latine, où ils vivent souvent dans des situations de vulnérabilité.

Le «triangle nord» de l’Amérique centrale du Honduras, d’El Salvador et du Guatemala observe des taux de violence et des effets humanitaires similaires à des zones de guerre. La violence armée entraîne le déplacement forcé de milliers de familles et d’enfants vulnérables.

Avec plus de 15 millions de cas, la pandémie mondiale de coronavirus a durement touché l’Amérique latine et les Caraïbes, aggravant les difficultés et augmentant la vulnérabilité de toutes les personnes qui avaient déjà besoin d’une aide humanitaire.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) indique que la pandémie et les mesures de confinement qui en ont résulté ont contribué à une forte augmentation de l’insécurité alimentaire dans la région, où plus de 17 millions de personnes sont entrées dans une situation de pauvreté et de famine.

L’Amérique centrale est la zone la plus précaire en matière d’alimentation, les cultures et les moyens de subsistance étant affectés par des sécheresses récurrentes. Jusqu’à 4,4 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire dans le «corridor sec», une bande aride de 1 600 kilomètres de terres traversant le Guatemala, le Honduras et El Salvador. La crise alimentaire affecte également gravement Haïti, où l’on estime qu’un million de personnes ont cruellement besoin d’une aide alimentaire.

L’Union européenne a apporté son assistance dans le cadre de toutes les catastrophes majeures récentes, comme les ouragans, les séismes, les éruptions volcaniques et le tsunami.

L’UE continue d’aider les communautés touchées par le conflit en Colombie et par la violence en Amérique centrale et au Mexique, ainsi que les populations vulnérables touchées par les conséquences de la situation complexe au Venezuela, qui a touché plus de 17 pays de la région.

En savoir plus sur :

Dernière mise à jour
02/02/2021