Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Lorsque sévissent des catastrophes, l’UE vient en aide

Les catastrophes naturelles et de cause humaine s’intensifient dans le monde entier. La pandémie de coronavirus n’est que la dernière d’une série d’urgences qui ont placé l’humanité sous un stress sévère. Comme pour d’autres crises et risques naturels, ce sont les populations qui en paient le prix le plus élevé.

Chaque fois qu’une catastrophe ou une urgence humanitaire a lieu, l’UE fournit assistance aux pays et populations concernés. C’est pourquoi, plus que jamais, l’UE vient en aide lorsque sévissent des catastrophes.

Avec l’équivalent de € 4 par citoyen européen par année, l’UE se classe parmi les plus importants bailleurs de fonds humanitaires au monde.

Sur base des principes humanitaires internationaux, l’UE fournit une aide humanitaire axée sur les besoins pour sauver et préserver des vies, prévenir et atténuer les souffrances humaines et préserver l’intégrité et la dignité des populations touchées par les catastrophes climatiques.

Le réseau d’experts de l’UE est basé de manière permanente dans 40 pays sur l’ensemble des continents. C’est ainsi que l’UE a déjà été en mesure d’apporter son soutien dans 110 pays, aidant de la sorte des millions de personnes dans le besoin.

Au cours de l’année écoulée, nos collègues ont aidé des millions de personnes à se remettre de catastrophes à travers le monde.

Michael et les opérations de pont aérien contre le coronavirus

Le coronavirus a plongé de nombreux pays dans le besoin d’une aide d’urgence, y compris en termes de matériel et personnel médicaux. Depuis mai 2020, l’UE a mobilisé plus de 70 vols du pont aérien humanitaire depuis l’Europe vers des régions gravement touchées par le virus en Afrique, en Asie et dans les Amériques.

Michael n’est que l’une des nombreuses personnes ayant contribué au transport de plus de 1100 tonnes d’équipement médical et plus de 1700 soignants et travailleurs humanitaires. Il a participé au vol du pont aérien humanitaire vers le Soudan du Sud, qui transportait à son bord du matériel humanitaire et médical nécessaire pour soutenir la réponse nationale à la pandémie.

Pour tout vol arrivant au Soudan du Sud, plusieurs niveaux d’approbation sont requis auprès de diverses autorités. Le rôle de Michael a été crucial pour garantir que l’ensemble des autorisations requises pour l’opération de ces vols humanitaires soient fournies aux partenaires humanitaires locaux.

Michael estime que « pour vaincre le coronavirus, nous devons travailler ensemble et être solidaires avec les plus vulnérables ».

Noel aux Bahamas

Le cyclone tropical Dorian a frappé les Bahamas l’après-midi du 1 septembre 2019. L’ouragan a ralenti et a passé environ 30 heures à marteler les îles avec des tempêtes et des vents puissants. Ceci a causé des dégâts considérables sur l’île de Grand Bahamas et la dévastation des îles Abacos.

Noel est arrivé à la suite de l’ouragan et a contribué à la coordination de la réponse de l’UE avec les autorités des Bahamas et les partenaires humanitaires. Noel a visité des foyers collectifs et des communautés dévastées pour veiller à ce que les personnes qui ont perdu leur maison reçoivent une assistance rapide et de qualité, dans la mesure où elles devaient être dans une environnement protégé suite à la catastrophe. D’après Noel : « Ceci a été la plus grande expression de solidarité de l’UE en réponse à une catastrophe naturelle que j’ai jamais vue dans les Caraïbes ».

L’UE a mobilisé 500,000 € au titre de l’aide humanitaire par l’intermédiaire de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin de répondre aux besoins les plus urgents. À travers le mécanisme de protection civile de l’UE, les Pays-Bas ont déployé deux navires avec un équipage de 550 marines néerlandais, 50 français et 50 marins allemands qui ont travaillé sur les opérations de secours du 11 au 20 septembre 2019.

Alfonso en Bolivie

En août et septembre 2019, de vastes zones de l’Amérique du Sud, en particulier du bassin amazonien, ont connu des incendies de forêt importants. Tout comme le Brésil, la Bolivie a également connu des incendies plus importants que la moyenne. Les agriculteurs et bûcherons locaux mettent le feu à la forêt tropicale et les terrains asséchés aux alentours chaque année, afin de libérer des terres pour un usage industriel ou agricole dans les années à venir. Cependant, les effets du changement climatique, tels que la hausse des températures et l’augmentation de la sécheresse, ont aggravé ces incendies.

L’UE a également offert des efforts visant à arrêter la propagation de ces incendies dans la région de Chiquitania. 4,300 personnes, y compris des bénévoles, les services professionnels et l’armée, ont participé à des opérations d’intervention. Alfonso faisait partie de l’équipe qui a coordonné la réponse. Entant qu’agent de liaison, son rôle et sa position consistaient à assurer un bon déroulement de la mission et à coordonner les dynamiques internes de l’équipe. Il a soutenu les autorités boliviennes en facilitant l’assistance en nature fournie à la Bolivie par d’autres États membres, tels que la France, le

Danemark et l’Espagne. Il a également coordonné la mise à disposition de cartes et d’informations sur les incendies de forêt, afin de prendre les bonnes décisions.

Hugo au Paraguay

Au cours des dernières années, le Gran Chaco américain au Paraguay a été de plus en plus touché par les conséquences du changement climatique : la fréquence des précipitations a diminué et s’est concentrée, alternant avec des sécheresses récurrentes. Ces phénomènes ont des effets dévastateurs sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et sur l’accès à l’eau, ce qui nuit aux moyens de subsistance de milliers de familles avec un haut niveau de vulnérabilité.

Pour résoudre ce problème, les efforts se sont concentrés sur la réduction du risque d’insécurité alimentaire dans la région centrale, où se concentre un pourcentage élevé de communautés autochtones extrêmement vulnérables.

L’agronome Hugo Baez s’est rendu sur le terrain pour renforcer la résilience de la communauté locale en adaptant leurs modes de vie dès l’adversité naturelle. Hugo a promu une stratégie spécifique de gestion de la sécheresse pour les agriculteurs, qui comprenait : des outils de conservation de l’eau, des parcelles de culture gérées par la communauté, protégées par de larges auvents circulaires d’Algarrobo, une plantation polyvalente de Moringa et l’introduction de l’élevage du bétail.

Urko au Guatemala

Le Guatemala fait partie du « couloir sec » en Amérique centrale. Celui-ci connait un régime imprévisible de précipitations et est donc fréquemment touché par des sécheresses graves. Ces fortes périodes de sécheresse détruisent les réserves alimentaires que les communautés rurales s’apprêtent normalement à constituer pour nourrir leur famille tout au long de l’année.

Urko contribue à fournir une aide alimentaire immédiate et à offrir des moyens de subsistance afin de renforcer la résilience des communautés régulièrement touchées par la sécheresse. Il est essential de rester continuellement impliqué dans les situations d’urgence pendant les crises afin d’éviter une nouvelle détérioration de la situation. Urko a pour objectif de veiller à ce que suffisamment d’assistance alimentaire et de besoins nutritionnels soient couverts, d’aider et de prévenir une nouvelle érosion de la situation dans les années à venir.

Sylvie au Laos

De fortes inondations au Laos ont touché le secteur agricole du pays, en particulier les cultures, le bétail et la pêche. En fait, les effets de La Niña apportent de l’eau chaude à la mer avoisinante du Laos, ce qui provoque de violentes pluies. La recherche montre à présent que les effets du changement climatique rendent les inondations beaucoup plus probables.

Sylvie se tient prête à intervenir avant le début de la saison des inondations. Elle fournit des vaccins et des traitements, des médicaments, des fournitures médicales, des équipements et des dispositifs pour lutter contre les maladies infectieuses associées aux inondations. Des mesures et activités de réduction des risques de catastrophe sont nécessaires pour accroître la résilience des communautés locales aux futurs chocs potentiels. Le renforcement de la résilience est une première étape fondamentale pour éviter des difficultés similaires pour ces personnes, due aux inondations, des dépressions tropicales et des typhons qui sont très fréquents dans cette région.

Erika et Johannes au Mozambique

Le cyclone Idai est l’un des pires cyclones tropicaux à avoir touché l’Afrique. Le 14 mars 2019, il a touché terre au Mozambique, entraînant des destructions massives qui ont blessé 1,600 personnes et causé la mort de près de 600 personnes.

Erika et Johannes ont été déployés pour évaluer les besoins du pays et coordonner les interventions sur le terrain. Ils ont travaillé dans un moyeu commun avec d’autres organisations humanitaires, telles que l’ONU. En dépit des difficultés rencontrées, notamment pour comprendre l’urgence et se faire une idée de la situation ou pour s’adapter au climat politique du pays, Johannes peut affirmer avec fierté que toute l’équipe s’est bien débrouillée et a fait une énorme différence. « Nous avons soulagé une partie du stress des autorités nationales et avons assumé la responsabilité de la bonne arrivée de l’aide en provenance d’Europe. »

Dernière mise à jour
04/09/2020