Que quoi s'agit-il?

Le dialogue interculturel est, en substance, l’échange de points de vue et d’avis entre différentes cultures.

À la différence du multiculturalisme, qui privilégie la préservation de cultures distinctes, le dialogue interculturel vise à établir des liens et des points communs entre différentes cultures, communautés et personnes, favorisant la compréhension et l'interaction.

Pourquoi est-ce nécessaire?

L’Union européenne compte 28 pays et bien davantage de groupes et d'identités culturels: le dialogue interculturel est donc essentiel pour éviter les conflits et la marginalisation des citoyens sur la base de leur identité culturelle.

Les mesures prises jusqu'à présent

La Commission prend et soutient diverses initiatives visant à favoriser le dialogue interculturel, notamment au moyen du programme Europe créative et du programme Culture qui l’a précédé. Ces initiatives s’appuient sur le succès de l’Année européenne 2008 du dialogue interculturel et, pour la période 2008-2013, de la plateforme pour une Europe interculturelle.

Le dialogue interculturel avec les Roms, la plus grande minorité ethnique d’Europe, constitue un domaine d’activité de longue date. La Commission a mis en place une série de projets et d’initiatives, notamment pour lutter contre la discrimination à l’encontre des Roms. De 2011 à 2014, un groupe d’experts nommés par les États membres s’est réuni en vue d’établir une coordination volontaire des politiques et a élaboré un rapport sur le rôle des institutions culturelles et artistiques publiques dans la promotion de la diversité culturelle et du dialogue interculturel.

En 2015, au vu du nombre sans précédent de réfugiés et de demandeurs d’asile qui sont arrivés dans l’UE, les ministres nationaux de la culture ont convenu de créer un nouveau groupe de coordination sur le dialogue interculturel, axé sur l’intégration des migrants et des réfugiés dans la société grâce aux arts et à la culture. Ce groupe a publié un rapport (synthèse) en 2017, qui contient 23 recommandations axées sur trois thèmes:

  • l’émancipation à travers le dialogue interculturel et les arts;
  • le travail intersectoriel et en partenariat;
  • l’évaluation des objectifs du dialogue interculturel et des projets menés dans ce domaine.

Le rapport comprend par ailleurs 46 études de cas, dont beaucoup figurent également sur le portail européen sur l’intégration. Ces études recensent plus de 400 bonnes pratiques liées au dialogue interculturel, et à la diversité et aux activités culturelles.

Le dialogue interculturel est également à l’ordre du jour du dialogue structuré de l’UE avec la société civile. Dans le cadre du programme des Voix de la culture, des discussions ont eu lieu avec les parties intéressées en 2016, sur deux thèmes:

Quelles sont les prochaines étapes?

Le programme Europe créative finance, dans l’UE et au-delà, des activités qui contribuent à promouvoir le dialogue interculturel, l’ouverture aux autres cultures et l’intégration des réfugiés et des migrants.  À la suite d’un appel à projets spécifique en 2016, 12 projets d’intégration des réfugiés sont financés à partir de 2017-2018..

La collaboration se poursuit entre les États membres, l’accent étant mis sur l’inclusion sociale. En s’appuyant sur les travaux de 2014 et de 2016 des groupes mentionnés ci-dessus, et comme indiqué dans le plan de travail 2015-2018 en faveur de la culture, un nouveau groupe de travail volontaire se réunira à compter 2017-2018 sur le thème «Renforcer la contribution de la culture à l’inclusion sociale».