Pourquoi?

L'Année européenne du patrimoine culturel vise à stimuler le débat, la recherche et l’échange de bonnes pratiques sur la qualité de la conservation du patrimoine culturel et les interventions contemporaines dans ce domaine.

Celles-ci englobent des actions qui ont ou pourraient avoir une incidence sur les structures, les lieux ou les sites présentant un intérêt sur le plan du patrimoine, et entraîner de ce fait des changements ou des modifications physiques.

L'UE soutient le patrimoine culturel au moyen de plusieurs programmes, notamment les fonds structurels. Mais les investissements peuvent également mettre ce patrimoine en danger, en particulier lorsque, en voulant lui donner une «seconde vie», les aspects concernant la reconstruction et l'authenticité ne sont pas correctement abordés. Des interventions de ce type peuvent balayer des siècles d'histoire et de valeur culturelle.

Cette initiative vise à trouver le bon équilibre entre, d'une part, la qualité de la conservation et la sauvegarde et, d'autre part, les conceptions dynamiques de la restauration et de la conservation, ainsi que la réutilisation et la valorisation innovantes du patrimoine culturel.

Pour qui?

Les responsables politiques, les spécialistes du patrimoine culturel, les organisations de gestion du patrimoine culturel et la société civile.

Que comprend l'initiative?

L'initiative comporte 2 volets:

Volet 1: la recherche et l'échange de bonnes pratiques

S'appuyant sur la «Charte de Venise» de 1964 – qui reste l'une des références majeures en matière de conservation –, un groupe d’experts coordonné par l'ICOMOS (Conseil international des monuments et des sites) est en train de préparer, en étroite collaboration avec la Commission européenne, un document actualisé sur les normes de qualité et les orientations pour les interventions portant sur le patrimoine culturel en Europe. Ce document vise à garantir que les décisions concernant toute modification majeure apportée à l'environnement historique se fondent sur une évaluation correcte de cet environnement.

Un atelier réunissant 40 à 50 participants a permis de nourrir les travaux du groupe grâce aux leçons tirées d'exemples et de cas concrets de bonnes et de mauvaises pratiques concernant les interventions sur le patrimoine financées par l'UE.


DATES CLÉS


• Février-avril 2018
Réunions du groupe d'experts
• 29-30 mai 2018
Atelier de l'ICOMOS à Paris (France)

Volet 2: consultation et recherche de consensus

La Commission européenne consultera un groupe de parties prenantes plus étendu (dont l'UNESCO, l'ICCROM, l'ICOM, Europa Nostra et d'autres membres du comité de l’Année européenne du patrimoine culturel), afin de dégager un large consensus sur les principes majeurs concernant la qualité des interventions sur le patrimoine culturel.

Le document qui en résultera servira à orienter le futur débat sur l'utilisation des fonds de l'UE dans ce domaine.
Des liens seront établis avec d’autres normes, notamment avec les travaux du comité technique sur les normes européennes en matière de patrimoine culturel (CEN/TC 346) publiées par le Comité européen de normalisation.


DATES CLÉS


• Été 2018
Consultations et recherche de consensus
• 20 juin 2018
Discussion en atelier sur la réutilisation adaptative, lors du sommet européen sur le patrimoine culturel organisé à Berlin (Allemagne)
• 22-23 novembre 2018
Document final, contenant les principes partagés, débattu et validé lors de la conférence à Venise (Italie)

Partenaires

  • Une collaboration intersectorielle a été mise en place au sein de la Commission européenne entre les services chargés de la culture, de la jeunesse, du sport, du développement régional, de la politique urbaine, de la recherche et de l’innovation
  • ICOMOS, UNESCO, ICCROM, ICOM, Europa Nostra et d'autres membres du comité des parties prenantes de l’Année européenne du patrimoine culturel
  • CEN (Comité européen de normalisation)
  • European Heritage Legal Forum

Find out more

En savoir plus