Action pour le climat

Financement international de la lutte contre le changement climatique

Politique

D'importants moyens financiers seront nécessaires pour aider les pays en développement à faire face au changement climatique. L'Union européenne est le premier pourvoyeur mondial d’aide publique au développement (APD), comptant pour plus de la moitié de l'APD mondiale, et c'est aussi elle qui contribue le plus à financer la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement. Le changement climatique est de plus en plus intégré dans la stratégie de développement globale de l’Union.

L'Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC), qui est une initiative de l'UE, fournit un appui technique et financier aux pays en développement pour les aider à intégrer la lutte contre le changement climatique dans leurs politiques et leur budget de développement et à mettre en œuvre des projets de lutte contre le changement climatique sur le terrain. L’AMCC constitue également une plateforme de dialogue et d’échange d’expériences.

Accroître le financement de la lutte contre le changement climatique

Des pièces et une plante verte sur fond blanc © iStockphoto

Tout en continuant à investir dans des actions européennes en faveur du climat, l'UE accroît son financement pour aider les pays les plus pauvres et les plus vulnérables à s'adapter au changement climatique et à en atténuer les conséquences.

Concrètement,

  • l'UE consacrera au moins 20 % de son budget à l'action pour le climat d'ici à 2020;
  • au moins 14 milliards d'euros (2 milliards d'euros par an en moyenne) de subventions publiques serviront à soutenir des activités menées dans les pays en développement entre 2014 et 2020;
  • comparé au niveau moyen enregistré en 2012-2013, le financement international de la lutte contre le changement climatique va plus que doubler.

Pour la période 2010-2012, l'UE et ses États membres sont allés au-delà de leur engagement de fournir 7,2 milliards d'euros en faveur de mesures dites «à mise en œuvre rapide» pour des actions immédiates dans les pays en développement. Malgré des circonstances économiques difficiles, ils ont alloué un total de 7,34 milliards d'euros.

En 2013, l’aide financière apportée aux pays dans le besoin s’élevait à 9,5 milliards d’euros, provenant de fonds publics et d’autres institutions de financement du développement. En 2014, la contribution de l'UE et de ses États membres a atteint 14,5 milliards d'euros.

Pour soutenir davantage les pays les plus pauvres et les plus vulnérables, l'UE a lancé une nouvelle phase de l'Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC+), pour un montant attendu de quelque 350 millions d'euros pour 2014-2020. Cette somme aidera les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID) à s’adapter aux conséquences du changement climatique et à intégrer la résilience à ce changement dans leur cadre général de planification et de mise en œuvre du développement.

Contribuer à l’objectif de 100 milliards de dollars

L'UE demeure résolue à apporter sa juste contribution à l'objectif des pays développés de mobiliser conjointement 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour aider les pays en développement.

Dans le cadre de l'accord de Paris, l'échéance pour la réalisation de cet objectif a été reportée à 2025, après la définition d'un nouvel objectif commun.

Le financement proviendra d'un large éventail de sources (publiques, privées, bilatérales et multilatérales, y compris des sources innovantes) dans le cadre de mesures d'atténuation efficaces et d'une mise en œuvre transparente par les pays en développement.

L’UE appelle également les économies émergentes à contribuer en fonction de leurs capacités et responsabilités respectives.

L'UE et les États membres ont défini leurs stratégies et approches pour mobiliser davantage de fonds en faveur du climat d'ici à 2020. Cette augmentation du financement ira de pair avec d’importants travaux préparatoires, dans les pays développés comme dans les pays en développement.

Capitalisation du Fonds vert pour le climat

Le Fonds vert pour le climat a été créé en 2010 lors de la conférence de Cancún sur le climat (COP 16). Ce fonds des Nations unies a un rôle essentiel à jouer en orientant les ressources financières vers les pays en développement et en favorisant l'investissement privé en faveur du climat.

Les États membres de l'UE se sont engagés à verser près de la moitié des ressources du fonds, soit 4,7 milliards de dollars.

Le Fonds vient d'approuver ses huit premiers investissements. Au fil du temps, il vise à équilibrer le financement des mesures d’atténuation et celui des mesures d’adaptation.

Mobiliser les investissements en faveur du climat

Les pays doivent mobiliser davantage de fonds publics et privés pour assurer la transition vers une économie respectueuse du climat et stimuler une croissance économique durable. Le financement international de la lutte contre le changement climatique doit servir de levier pour encourager des investissements sobres en carbone et favorisant la résilience au changement climatique, en complément des ressources internes des pays en développement.

L’UE poursuit deux objectifs:

  • fournir des subventions directement aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables;
  • utiliser les subventions pour mobiliser des investissements privés en associant les subventions à des prêts et des capitaux propres publics et privés, y compris des banques bilatérales et multilatérales de développement.

Ainsi, depuis 2007, l'UE et les États membres ont mis en place plusieurs mécanismes mixtes qui associent subventions et prêts et couvrent différentes régions.

Grâce à ces mécanismes de financement mixte, l’UE a:

  • alloué des subventions à plus de 240 projets mixtes au cours de la période 2007-2014;
  • contribué à débloquer des investissements dans les pays partenaires en associant des subventions de l'UE à des fonds publics et privés: plus de 1 milliard d’euros de subventions de l’UE ont été consacrés à des projets verts pour un montant total de 25 milliards d’euros dans des pays à faible et moyen revenu.
Documentation
L'information que vous recherchez est disponible dans la (les) langue(s) suivante(s):English (en)