Press conference by Joe Borg on reducing unwanted catches and eliminating discards in European fisheries

Type: Complete press conference   Référence:   Durée: 15:42  Lieu:
EC Midday press briefings of 26/04/2018

Only the original language version is authentic and it prevails in the event of its differing from the translated versions.
PDF version

HEURE DESCRIPTION DUREE
00:00:00 Projection d'une vidéo sur la problématique (12:56:52)Joe Borg, membre de la CE chargé de la Pêche et des Affaires maritimes, (en ANGLAIS) disant que les rejets réduisent la productivité future des mers, peuvent affecter d'autres organismes marin, ébranlent la durabilité biologique et économique des pêcheries et peuvent aussi avoir un impact sur l'environnement au sens plus large et sur la conservation de la biodiversité; disant que des mesures sont déjà en place afin de minimiser les prises accessoires; disant que plutôt que d'étendre l'application des mesures existantes, la CE veut développer un système de gestion qui se fonde sur les résultats; disant que ce système serait défini en termes de prises accessoires maximales acceptées, combinées avec une obligation de débarquer toutes les prises; disant que cela devrait encourager les pêcheurs à trouver les solutions techniques les plus appropriées pour réduire les prises accessoires; disant que des mesures complémentaires pourraient être envisagées, comme procéder à des clôtures temporaires de régions où il y a des juvéniles rassemblés; disant que la communication de la CE a été publiée afin de consulter les parties intéressées sur la meilleure manière de procéder afin d'éliminer les rejets dans les pêcheries européennes; disant qu'il faudra trouver la forme des systèmes de gestion; disant que la CE va aussi se pencher sur les effets d'une interdiction des rejets sur les quotas alloués aux Etats membres; disant que l'objectif est de proposer les premières règlementations dès 2008; disant que l'industrie est déjà impliquée et soutient les efforts pour essayer de trouver le moyen de réduire les prises accessoires.Questions des journalistes (13:05:32) 00:40:26
00:00:00 Dimitrij Rupel, ministre slovène des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, disant (en SLOVENE) que la présidence slovène a l'intention de travailler dans la transparence et remercie la présidence portugaise pour son travail; que certains temps forts sont déjà au programme: la ratification du Traité de Lisbonne, le sommet UE/Afrique; que le slogan de la présidence Slovéne est: "Si.Nergie pour l'Europe"; que les points suivants seront au coeur des débats: la stratégie de Lisbonne, le paquet "Energie-climat", le sommet UE/Amérique latine au Pérou et la politique européenne de voisinage (Méditerranée, Caucase); que la Slovénie sera très attentive à la situation des Balkans occidentaux et du Kosovo et veillera au suivi de l'intégration à l'UE de la Serbie et du Monténégro; revient sur l'historique de la situation au Kosovo; que l'UE et le Kosovo doivent se mettre d'accord sur les choses à entreprendre ensemble; que le dialogue interculturel sera au coeur des discussions; que la Slovénie souhaite s'établir comme un pays de dialogue ouvert, de tolérance et d'amitié avec ses voisins, et résolument tourné vers l'Europe.Questions des journalistes (11:38:48:00) 01:12:21
00:00:00 Josef Pröll, ministre fédéral autrichien de l'Agriculture et des Forêts, de l'Environnement et de la Gestion de l'eau et président en exercice du Conseil, (en ALLEMAND) sur les points traités: REACH, Life+, la directive sur la gestion des inondations, la qualité de l'air, OGM; sur la directive sur la gestion des inondations qui a recueilli un accord unanime; sur les 3 étapes définies: identification des zones à risque, élaboration de cartes détaillées et élaboration commune de plans de gestion des risques d'ici 2015; sur le recyclage des déchets; sur la stratégie thématique pour l'environnement urbain; sur les OGMStavros Dimas, membre de la CE chargé de l’Environnement, (en ANGLAIS) se réjouissant des progrès rapides sur la directive inondations; sur la qualité de l'airQuestions des journalistes (13:35:25) 00:39:09
00:00:00 Jean-Claude Juncker, Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois et président de l'Eurogroupe, (en FRANCAIS) sur les dossiers en cours pendant les 6 mois à venir; sur le dispositif du FMI pour les consultations multilatérales; sur la situation budgétaire en 2006 et les prévisions pour 2007 disant que les gouvernement sont peu enclins à consolider leur situation budgtétaire; sur les budgets italien et portugais; sur l'entrée de la slovénie dans la zone euroJoaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) sur la conjoncture dans la zone euro; sur la situation budgétaire des Etats membres qui est une source de préoccupation; sur le budget italienQuestions des journalistes (22:43:32) 00:33:51
00:00:00 Ulla-Maj Wideroos, ministre finlandaise adjointe des Finances et présidente en exercice du Conseil, (en FINNOIS) disant que le budget 2007 est le premier à être adopté dans le cadre des nouvelles perspectives financières; sur l'avant-projet de budget adopté par le Conseil qui lui semble tout à fait réaliste (+2,3% des crédits de paiement et +3,7% des crédits d'engagement); disant que des priorités positives ont été définies; disant qu'il faut une gestion financière plus efficace; disant qu'il faut diminuer le nombre de fonctionnaires et que, pour ce faire, les personnes qui partent à la retraite ne seront pas toutes remplacées; néanmoins, le nombre de fonctionnaires sera plus élevé en 2013 qu'en 2007 notamment à cause de l'élargissement; disant qu'il faut améliorer la productivité de l'administrationJanusz Lewandowski, membre du PE, (en ANGLAIS) disant qu'il n'y a pas de budget standard; sur les divergences entre le PE et le Conseil disant que le PE estime qu'il y a une surévaluation du budget; Dalia Grybauskaitė, membre de la CE chargée de la Programmation financière et du Budget, (en ANGLAIS) disant que c'est encore le début de la procédure et que chacun maintient encore ses positions; disant qu'il ne sera pas facile de dégager un accord; sur la réforme de l'administration; disant qu'on ne peut pas comparer l'administration publique européenne à une administration nationale car la 1re a d'autres contraintes (multilinguisme, etc...)Questions des journalistes (13:13:23) 00:32:58
00:00:00 Erkki Tuomioja, ministre finlandais des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, donne les points qui ont été traités (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) à savoir, l'immigration, les négociations OMC, le Soudan et le Darfour, les Balkans occidentaux ainsi que principalement l'Iran et le processus de paix au Moyen-Orient. Pour parvenir à une paix, il faut trouver une solution adaptée pour tous les partenaires concernés. Il parle ensuite de la sécurité des citoyens européens au Liban.Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'Union européenne et Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) du Soudan et du Darfour. Une force de maintien va être déployée par les Nations unies en septembre. Il parle ensuite de l'Iran et puis du Liban et des possibilités de départs de la part des européens. Benita Ferrero-Walder, membre de la CE chargé de l'Elargissement, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que la situation au Proche-Orient est la plus dangereuse qui ait pû exister depuis plusieurs années. Il faut y trouver des solutions afin que cela ne devienne pas une crise humanitaire majeure.Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que les Balkans occidentaux montrent le signe d'une certaine stabilisation et intégration, ce qui était le but de l'UE.Questions (17:36:13:03) 00:43:07
00:00:00 José Manuel Barroso, président de la CE, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que le message est clair, il est temps de passer la vitesse supérieure. Un vent nouveau souffle sur Bruxelles et les capitales nationales depuis que nous avons relancé la stratégie de Lisbonne l'an dernier. Un cap a été franchi dans nos activités. Nous avons parcouru un long chemin depuis l'an dernier et les fondations qui conviennent sont à présent en place. Le fait que 25 programmes nationaux de réforme soient présentés en dit long sur le nouveau degré d'engagement national. Les projecteurs sont désormais braqués sur la concrétisation. À présent, les États membres doivent se mettre au poste de pilotage et accélérer les réformes. L'ambition est claire. Il faut viser des universités de premier plan, une main-d'œuvre ayant un haut niveau de formation et d'instruction, des régimes de sécurité sociale et de retraite qui soient solides, des industries parmi les plus compétitives et un environnement sain. Les quatre domaines d'actions prioritaires sur lesquels les dirigeants européens sont invités à s'engager à prendre des mesures supplémentaires sont: 1. Investissement dans l'éducation et la recherche; 2. Allègement des contraintes des PME et libération du potentiel des entreprises; 3. Insertion dans le monde du travail; 4. Energie efficace, sûre et durable.Günter Verheugen, vice-président de la CE chargé des Entreprises et de l'Industrie, fait (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) quelques considérations d'ordre politique. Il s'agit du premier rapport d'un nouveau cycle car il se concentre sur les grands défis identifiés: recherche et innovation, compétence, achèvement du marché intérieur, meilleur environnement pour les PME; il faut absolument une croissance additionnelle et plus d'emplois. Le rapport a comme message politique que l'Europe va dans la bonne direction et possède les moyens pour passer à la vitesse supérieure pour chacun.Questions (14:28:43:17) 00:50:57
00:00:00 Louis Michel, membre de la CE chargé du Développement et de l'Aide humanitaire, explique (en FRANCAIS) que l’infrastructure est un élément essentiel du développement durable, de la croissance économique et de la lutte contre la pauvreté, dans le droit fil des objectifs du millénaire pour le développement. Aucune croissance stable n’est possible sans un solide réseau d’infrastructures de transport, d’énergie, d’eau et de technologies de l’information et de la communication. Le fonds fiduciaire est un outil innovant qui peut être déterminant dans la volonté de soutenir une action depuis longtemps sollicitée par l’Afrique. Il est impossible à un bailleur de fonds seul de relever l'énorme défi de financer les infrastructures de base du continent. Aussi, il faut joindre les efforts, chacun dans sa compétence. Tous les États membre doivent mobiliser un montant important dans le cadre de leurs engagements récents afin d’augmenter l’aide attribuée à ce projet ambitieux.Philippe Maystadt, président de la Banque européenne d'investissement, dit (en FRANCAIS) que d'une part, cette initiative va permettre de donner une plus grande visibilité à l'aide européenne et d'autre part, pour la BEI, elle va lui permettre de mettre d'avantage son expertise au service de l'Afrique, principalement dans le domaine de l'infrastructure. Le partenariat entre la Commission européenne et les États membre de l’UE, en tant que donateurs d’aide non remboursable, d’une part, et le BEI et les institutions de financement du développement, d’autre part, permettra d’augmenter les volumes de ressources et entraînera une progression considérable des financements destinés à l’infrastructure. L’association des subventions et des prêts se fera sous forme de bonification d’intérêts, de garantie de risques ou d’autres outils appropriés.Questions (13:03:57:19) 00:37:20
00:00:00 Karl-Heinz Grasser, ministre fédéral autrichien des Finances et président en exercice du Conseil, parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) du compromis qui a été décidé concernant les taux de TVA réduits, ce qui est une bonne chose pour la croissance et la compétitivité en Europe. Ensuite, il parle de la nomination de Jürgen Stark comme membre du directoire de la BCE. En outre, il aborde les débats sur des programmes de stabilité et de convergence.Joaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) de trois programmes de stabilité (Belgique, Luxembourg, Autriche) et de trois programmes de convergence (Estonie, Lituanie and Slovénie). Il parle ensuite du rapport sur le vieillissement présenté par la CE et le SPE et qui devrait permettre de comparer l'évolution du vieillissement de la population dans les différents pays et ce qui en découle.Questions (13:08:02:02) 00:39:12
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Viviane Reding, membre de la CE chargée de la Société de l'information et des Médias, (en ANGLAIS) disant que ce rapport fait le point sur l'état du marché 8 ans après sa libéralisation; disant qu'il faut favoriser les investissements et l'innovation; sur l'importance des communications électroniques; sur la large bande qui connaît une croissance très forte; sur le marché de la téléphonie mobile; sur le marché du téléphone fixe où la concurrence implique des prix plus bas; sur les procédures engagées contre pas mal d'Etats membres; expliquant pourquoi il faut autant de réglementation; sur la portabilité du numéro; sur le roamingQuestions des journalistes (11:49:50) 00:39:37
00:00:00 Josef Pröll, ministre fédéral autrichien de l'Agriculture et président en exercice du Conseil, dit (en ALLEMAND, traduit en FRANCAIS) que les points suivants ont été traités: un accord politique sur la réforme du sucre; une stratégie communautaire sur la bioénergie, la biomasse et les biocarburants; la protection et le bien-être des animaux pour la période 2006-2010; la grippe aviaire.Mariann Fischer Boel, membre de la CE chargée de l’Agriculture et du Développement rural, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) combien elle est contente que la réforme du sucre a été décidée; elle parle de la méthode de réforme; elle parle ensuite des énergies renouvelables; enfin, elle aborde le sujet de la grippe aviaire et dit que la CE suit de près l'évolution.Questions (19:06:36) 00:35:31
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Ursula Plassnik, ministre fédérale autrichienne des Affaires étrangères et présidente en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur l'affaire des caricatures de Mahomet disant que les deux parties doivent être plus conscientes de ce qui les unit et non de ce qui les divise; disant que la liberté d'expression est un droit fondamental; disant que les actes violents ne sont pas justifiables; disant que le Conseil exprime sa solidarité avec les pays attaqués; sur le Proche-Orient disant que le Conseil a répété sa position quand aux attentes envers le nouveau gouvernement palestinien; sur la Serbie-et-Monténégro et sa coopération avec le TPIY; sur la République démocratique du Congo; sur Chypre; sur le protocole d'accord signé avec la SuisseBenita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, (en ANGLAIS) sur l'adoption d'un paquet d'assistance financière à la Palestine pour satisfaire les besoins fondamentaux de la population; sur le fonds Banque mondialeOlli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) sur l'adoption du règlement pour le développement de la communauté turco-chypriote; sur les négociations avec la Serbie-et-Monténégro et la coopération avec le TPIYQuestions des journalistes (17:03:15) 00:37:41
00:00:00 Liese Prokop, ministre fédérale autrichienne de l'Intérieur et présidente en exercice du Conseil, (en ALLEMAND) faisant le bilan suite au dernier Conseil "Justice et affaires intérieures" sous présidence autrichienne; sur la déclaration de Vienne sur la sécurité; sur le suivi de Hampton Court; sur le renforcement d'Europol; sur les politiques d'asile et d'immigration; sur la protection civileFranco Frattini, vice-président de la CE chargé de la Justice, de la Liberté et de la Sécurité, (en ANGLAIS) sur l'accord politique sur la base juridique du système d'information Schengen "SIS2"; sur la décision de la Cour de justice concernant le transfert de données dans le transport aérien; sur les visas européens; sur la création d'un mécanisme de protection civile européenneMax-Peter Ratzel, directeur d'Europol, (en ANGLAIS) sur le rapport sur l'évaluation de la menace que représente la criminalité organisée (EMCO); sur les quatre catégories de crime organisé: groupe à base territoriale, groupe homogène avec même origine ethnique, réseau dynamique et groupe avec principe d'organisation très stricte; sur la diversification des schémas régionauxQuestions des journalistes (15:49:50) 00:40:14
00:00:00 Aldo Ajello, envoyé spécial de l'UE dans la région des Grands Lacs, parle (en FRANCAIS) de la situation politique en RDC aujourd'hui et du calendrier des élections, notamment les élections présidentielles et provinciales. Il parle ensuite de l'atmosphère politique à Kinshasa qui est assez tendue.Karlheinz Viereck, major-général, commandant de l’opération EUFOR R.D.Congo, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) qu'une excellente équipe a été mise en place pour mener une opération à bien. Le QG sera à Kinshasa et la mission permettra de créer le noeud d'opérations politiques et économiques. Il parle également du planning de collaboration qui a été instauré. Il ajoute que pour mener une opération à bien, il faut être sur le terrain, montrer sa crédibilité et être professionnel.Christian Damay, général, commandant de l’opération EUFOR R.D.Congo, dit (en FRANCAIS) que la collaboration avec Karlheinz Viereck est excellente et qu'il est entièrement d'accord avec tout ce qu'il a dit. Il ajoute que la force sera complètement opérationnelle le 30 juillet.Questions (11:27:29) 00:52:04
00:00:00 José Manuel Barroso, président de la CE, (en ANGLAIS) sur le risque de paralysie de l'Europe qui a été évité malgré le pessimisme; sur les avancées de l'UE en un an (directive sur les services, REACH, nouvelles politiques); disant qu'il faut répondre aux besoins des citoyens; sur la révision du marché intérieur; disant que le Traité de Nice ne suffit pas et qu'il faut un Traité constitutionnelQuestions des journalistes (13:13:45) 00:43:55
00:00:00 Benita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, (en ANGLAIS) disant que depuis l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, l'UE fait partie de la région de la mer Noire; disant que l'UE doit être prête à développer des contacts plus étroits avec les organisations régionales, en particulier l'Organisation de la coopération économique de la mer Noire; disant que la CE a l'intention d'obtenir le statut d'observateur auprès de cette organisation; disant que la "synergie de la mer Noire" viendra développer les programmes de coopération communautaires sectoriels spécifiques déjà en cours; sur le programme de travail pour les années à venir, disant qu'il faudra développer une dimension pétrolière écologique et durable dans la région ainsi qu'un dialogue régional global sur la sécurité énergétique, rationaliser les différentes activités de coopération en matière de transports avec une claire répartition du travail, diffuser le modèle de la coopération mer Noire/Danube à d'autres domaines environnementaux, développer des activités régionales pour lutter contre le changement climatique, reconstituer les stocks halieutiques au niveau régional et mettre en œuvre un programme de coopération transfrontalier en mer Noire; disant que la CE veut aussi renforcer la société civile et promouvoir les contacts entre villes, communautés, universités; disant qu'une coopération régionale renforcée pourrait contribuer à mieux résoudre les conflits politiques de longue date dans cette région.Questions des journalistes (11:53:36) 00:22:20
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Soundbite by José Manuel Barroso, President of the EC (in ENGLISH): First I would like to thank you all for the warm welcome I have received here today.I am very pleased to be in Jericho, one of the most historic towns in the world and one of the most important Palestinian cities today. And I am very pleased to inaugurate the Palestine College for Police Sciences alongside the Prime Minister.The EU is strongly committed to a two-state solution. Heeding the aspirations of the Palestinians for statehood is a crucial element for lasting peace, stability and prosperity in the region.This is why we have been firmly supporting the Palestinian state-building process, aiming at a Palestinian state based on the rule of law and respect of human rights.We have been doing it not just through words but also deeds. The European Union is the largest donor to the Palestinian Authority contributing over half of total international financial assistance. This college is in itself a concrete illustration of our support in developing future state institutions. Security is essential for democracy, stability and economic development. Over the last years, the security situation in the West Bank has considerably improved. But it is also important that, in parallel, human rights are fully observed and respected. It is important that the Palestinian authorities uphold these values, in particular the right to peaceful protest and demonstration, the freedom of expression and of the media; as well as the proper treatment of arrested persons and of detainees.Mechanisms for civilian oversight of the security forces need to be reinforced. We stand ready to pursue our support to the Palestinian Authority in this direction. The construction of this college is also a good example of the strong co-ordination that exists between the European Union, its Member States and other donors in their support to the Palestinian Authority. While the European Commission contributed over 20% of the €15 million cost of this facility, its opening today would not have been possible without the bilateral contributions of Denmark, Finland, Germany, the Netherlands, Sweden, the United Kingdom, as well as Canada.We have been honouring our commitments even in times of economic turbulence. We call also on other donors, especially donors in the region, to do the same and maintain their financial support to the Palestinian Authority.I know that you did not waste any time and that the College is already working. Allow me therefore to congratulate the first graduates, among them 20 women who have celebrated the completion of their training last April. I am confident that the Palestine College for Police Sciences will quickly establish itself as a reference institution for training officers and staff of the Palestinian Civil Police, enabling them to better serve the citizens, and gain the respect and trust of the Palestinian people. 00:04:11
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Diemut Theato, membre du PE, (en ALLEMAND) introduisant la conférence de pressePaulo Casaca, membre du PE, (en PORTUGAIS) se félicitant du consensus atteint au sein du PE en ce qui concerne la procédure de décharge 2001María Antonia Avilés Perea, membre du PE, (en ESPAGNOL) disant que le PE a approuvé les comptes de toutes les institutions excepté le Comité des régionsBart Staes, membre du PE, (en NEERLANDAIS) sur les décisions concernant le PE (politique des bâtiments)Freddy Blak, membre du PE, (en DANOIS) sur la décharge 2001et la réaction des journalistesMichaele Schreyer, membre de la CE chargée du Budget, (en ALLEMAND) remerciant le PE pour sa coopérationOle B. Sørensen, membre du PE, (en DANOIS) disant qu'il est heureux du résultat de son rapport sur l'octroi de la décharge à la Commission sur l'exécution du budget du Fonds européens de développement pour l'exercice 2001Questions des journalistes (18:19:58) 00:26:51
00:00:00 David Byrne, membre de la CE chargé de la Santé et de la Protection des consommateurs, (en ANGLAIS) disant que cela fait 3 ans que le Livre blanc sur la sécurité des aliments a été adopté; d'autres mesures ont été adoptées depuis et certaines sont déjà entrées en vigueur; aujourd'hui, une proposition sur l'hygiène des aliments pour animaux a été adoptée; disant que cette proposition apportera un tas d'améliorations notamment au niveau de la traçabilité et de l'hygiène; sur la mise en place d'une liste positive pour les aliments pour animauxQuestions des journalistes (11:43:58) 00:19:27
00:00:00 Girolamo Sirchia, ministre italien de la Santé et président en exercice du Conseil, (en ITALIEN) sur la lutte contre la paludisme; sur la promotion des modes de vie sains; sur le dépistage du cancer; sur la mise sur pied d'un centre pour la prévention et le contrôle des maladies transmissibles; sur l'équilibre qui doit être respecté entre l'intérêt du patient et l'intérêt de l'industrie dans le domaine pharmaceutique; sur les normes plus strictes pour les dispositifs médicauxDavid Byrne, membre de la CE chargé de la Santé et de la Protection des consommateurs, (en ANGLAIS) sur la crise du SRAS et la mise sur pied d'un centre pour la prévention et le contrôle des maladies transmissibles; sur le dépistage du cancer; sur la promotion des modes de vie sains; sur la lutte anti-tabac; sur le rapport du G10 MédicamentsQuestions des journalistes (13:27:11) 00:29:03
00:00:00 Romano Prodi, président de la CE, (en ITALIEN) sur les orientations préliminaires adoptées par la CE sur la sécurité des frontières de l'UE contre toute type de menace externe (crime organisé, immigration, terrorisme); sur le fait que jusqu'à présent, chaque Etat membre avait le contrôle exclusif de ses frontières; sur le corps de police européen; António Vitorino, membre de la CE chargé de la Justice et des Affaires intérieures (en FRANCAIS) sur le fait que cette communication répond à une attente des citoyens; sur la création d'une instance d'experts des frontières extérieures; sur l'importance de la coopération entre les garde-frontières et la policeQuestions des journalistes (12:42:40) 00:22:40
00:00:00 Javier Solana, secrétaire général du Conseil et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) sur le résultats des discussions entre la Serbie et le Monténégro; sur les conséquences de l'accord 00:18:00
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Josep Piqué i Camps, ministre espagnol des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ESPAGNOL) sur les sujets abordés lors de la session plénière du PE: les deux sujets principaux étaient l'élargissement et les relations trans-atlantiques; la situation au Proche-Orient a également été abordée 00:22:39
00:00:00 Josep Piqué i Camps, ministre espagnol des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ESPAGNOL) sur les sujets discutés: relations UE-Ukraine, justice et affaires intérieures, relations commerciales, énergie, environnement; sur l'ambiance contructive du conseil de coopérationVasyl Rogovyi, vice-Premier ministre ukrainien, (en UKRAINIEN) sur l'ambiance contructive du conseil de coopération; sur la volonté de l'Ukraine de se rapprocher des organisations internationales 00:15:50
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:07
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Michaele Schreyer, membre de la CE chargée du Budget, (en ALLEMAND) sur l'adoption de l'avant-projet de budget rectificatif 2002 et la nouvelle décision sur les ressources propres (13:16:00); disant que les Etats membres conserveront 25% des recettes perçues aux frontières (13:17:10); disant que la part de la TVA dans le budget diminue et que la part du PIB augmente (13:17:25); sur l'excédent du budget 2001 qui sera utilisé pour baisser les contributions des Etats membres (13:18:30)Questions des journalistes (13:26:50) 00:16:37
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:06:28
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 outside and inside shots of the EP (33 shots) 00:09:58
00:00:00 Arrivals on the border of Blace 00:00:19
00:00:00 Exterior shot of the Breydel 00:00:11
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Speech by José Manuel Barroso, President of the EC, (in ENGLISH):Ladies and Gentlemen, It is a great pleasure for me to be with you. I arrived slightly late because I had the historic visit of the President of Myanmar – the first time a President of Myanmar visits the European Union. My apologies, but it was indeed a very substantive meeting. And I also heard the last minutes of your panel discussion and let me tell you that on the next opportunity I would also like to participate in such a panel. As probably some of you know, I am really very committed, as well as the European Commission, to this issue of development in Africa and through our development policy cooperation, our trade policy, our support to regional integration and also the support for agriculture, I believe there is a green revolution going on in many parts of Africa. And we are also proud to have made some contribution to that, namely through the food facility that the European Union announced some years ago. I know it was a very concrete support to many many farmers in Africa. 00:01:31
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of delegations from the Member States: - Fernando Móran López, Spanish Minister for Foreign Affairs (04:27:40) - Manuel Marín, Spanish Secretary of State for Relations with the EEC (04:28:21) - Carlos Romero-Herrera, Spanish Minister for Agriculture (04:28:35) - Roy Jenkins, former President of the CEC; Simone Veil and Piet Dankert, Member of the European Parliament (04:29:00) - Felipe González, Spanish Prime Minister (04:29:49) - Niels Ersbøll, Secretary-General of the Council of the European Union (04:30:17) - Jacques Delors, President of the CEC, and Lorenzo Natali, Vice-President of the CEC in charge of Cooperation and Development and Enlargement (04:30:36) - Léo Tindemans, Belgian Minister for Foreign Affairs, and Wilfried Martens, Belgian Prime Minister (04:30:50) - Uffe Elleman-Jensen, Danish Minister for Foreign Affairs, and Poul Schlüter, Danish Prime Minister (04:30:53) - Hans-Dietrich Genscher, German Federal Minister for Foreign Affairs (04:31:15) - Theodoros Pangalos, Greek Under-Secretary of State for Foreign Affairs, and Yannis Charalambopoulos, Greek Minister for Foreign Affairs (04:31:26) - Catherine Lalumière, French Minister for Foreign Affairs; Roland Dumas, French Minister for External Relations, and Laurent Fabius, French Prime Minister (04:31:53) - Peter Barry, Irish Minister for Foreign Affairs, and Garret FitzGerald, Irish Taoiseach (04:32:27) - Giulio Andreotti, Italian Minister for Foreign Affairs, and Bettino Craxi, Italian Prime Minister (04:33:00) - Ruud Lubbers, Dutch Prime Minister, and Hans van den Broek, Dutch Minister for Foreign Affairs (04:33:35) - Mario Soares, Portuguese Prime Minister (in the centre) (04:34:06) - Geoffrey Howe, British Secretary of State for Foreign and Commonwealth Affairs (3rd on the left) (04:34:40) (35 shots) 00:07:55
00:00:00 Titre 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Statement by Aidas Palubinskas, Press Officer at the European Court of Auditors, (in ENGLISH) that it will be possible to ask questions electronically via Twitter and through emails, which is a first for the Court of Auditors; explaining the sequence of the presentation. 00:02:15
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Statement by Matina Stevis, Journalist at The Wall Street Journal and Moderator of the panel debate, (in ENGLISH):The feeling in my hometown, Athens, and in your hometown, Lisbon, is not just that these are provinces of the European Union. It is that they are the backwater of the European Union. The role of the institutions, the role of the Commission, within the context of this crisis can surely not just be to provide intellectual leadership or aspiration. Surely it must be to be relevant to the citizens in Athens and Lisbon or in Nicosia and to be strong. I've heard you and others describe the Commission as the guardian of the Treaty. It means nothing to an Athenian that you are the guardian of the Treaty. The Treaty means nothing. You are to be the guardian of that citizen, of your compatriot in Lisbon. So, it is the moment for the European institutions to decide whether they will be strong and relevant or weak and irrelevant. That is an existential moment for you, Sir, as well as for the Union itself. 00:03:41
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Soundbite by Andris Piebalgs, Member of the EC in charge of Development (in ENGLISH): Your Royal Highness, Special Envoy, Baroness Ashton, Commissioner Vassiliou, Commissioner Georgieva, Ministers, Distinguished Guests, Ladies and Gentlemen, Welcome to this High-level Conference. We have come together today to step up our efforts in education, turning from challenges into opportunities.Universality and aimsDelivering education is a universal principle requiring universal involvement. That’s why we’re gathered here today. I hope to see us break new ground in pinpointing specific areas of consensus and lines of action. We have two main aims: first, to look at how countries, with support from international partners, can overcome barriers to equitable and good quality education; and second, to reflect on how we can secure a strong place for education in the on-going debate around the post-2015 global development framework.Education state of playEducation matters, for millions of reasons: for the 61 million children with no schooling; for the 250 million children who fail to reach grade 4 or lack basic reading and numeracy skills by that grade; and for the 775 million adults who are illiterate. And education matters to people worldwide. When asked about their aspirations and priorities for the post-2015 development framework the world is seeking to shape, they put education top of the list. They are right to do so. Education is the best possible investment against exclusion, inequalities and poverty. It is estimated that if all children in poor countries could read, global poverty would fall by 12 per cent. Every dollar invested in education and skills generates returns at least 10 times greater for economic growth. Education is key to nation-building, conflict prevention, democratic development and active citizenship. We know all this. But knowledge won’t make the many education challenges we face go away. Building opportunities in education requires complex solutions tailored to national education systems. Meanwhile, donors have cut funding for education in the on-going financial crisis. Further commitments are needed, but the ministers present here today will be the first to tell you that we can’t achieve the impossible with limited resources, and with other development priorities to pursue. EU commitmentHence the need for concerted action. For its part, the EU is serious about tackling education and development challenges. As a member of the UN High-level Panel on the Post-2015 Development Agenda I have stressed the EU’s commitment to education, especially as it relates to poverty, sustainability and equity, and the priority that education figures centre stage in the Post MDG Agenda. We need to get things right, within the education community and beyond. This will mean linking our work on education to areas like broader governance, health and employment and supporting reform efforts, especially in difficult circumstances. Your Royal Highness, Ladies and Gentlemen, I am confident that all of us at this timely conference have what it takes to move the international debate on education and development forward, in the lead-up to the September 2013 UN General Assembly and with the post-2015 framework in our sights. So let’s get to work.Thank you. 00:05:27
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Statement by Catherine Ashton, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, (in ENGLISH) that she met with Tomislav Nikolić, President of Serbia, and Atifete Jahjaga, President of Kosovo, on that day in the context of the efforts for the normalisation of relations between the two sides; after meeting with them separately, she held a joint meeting with the two Presidents; this took place in a positive and constructive atmosphere; they discussed the on-going dialogue, facilitated by her, between Ivica Dacic, Serbian Prime Minister, and Hashim Thaçi, Kosovan Prime Minister; this dialogue has already produced a number of significant achievements thanks to the constructive engagement from both sides; they are tackling the issue of northern Kosovo and the coming weeks will be critical; both Presidents have assured her of their support and their commitment to this dialogue and their European agendas; she reaffirmed the European perspective for Serbia and Kosovo and encouraged both sides to continue with the efforts needed for further progress towards the EU, along the lines of the December Conclusions of the Council of the EU. 00:01:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Introduction remarks by Alexandre Polack, Spokesperson of Andris Piebalgs, Member of the EC in charge of Development 00:00:38
00:00:00 Soundbite by the moderator (in ENGLISH, FRENCH and DUTCH) giving some introductory words to open the European Inventor Award 2013 00:02:17
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Soundbite by Cecilia Malmström, Member of the EC in charge of Home Affairs, (in ENGLISH): Thank you very much Viviane Reding, Vice-President of the EC in charge of Justice, for your initiative today. Ladies and Gentlemen, Madame, it is a great honour to be here to talk about this very serious subject; Female Genital Mutilation (FGM). When I first came into contact with this phenomenon, that was almost twenty years ago when I was working in Sweden where we had a large Somali community and they were actually working just when Sweden had entered the European Union in order to try to abolish this practise and to inform their sisters and brothers on the best ways to do that. I have heard so many horrible stories on suffering, on pain, on child birth, on humiliation, on infections and lack of decent and normal sexual lives. This is indeed a terrible violation of human rights, of women rights and it is recognised by EU law. I am very happy to tell you that we are right now very advanced in working to set up a common European asylum system. This has been the goal of the European Union for many years and we have been negotiating for many years as well. We are very close now to get an agreement on the whole set of practise and in these laws and rules and directives as we call them here, on procedures, on reception conditions, on qualifications, there are particular room considered to gender related issues whereas if a woman risks being subject to practise of FGM or if a child, a girl risks being sent by or taking away from the country in the EU, she or that family will be considered as a subject to international protection. That will be regulated in all the directives in little different ways giving them right to consideration, rights for a special treatment, properly preparation, effective possibilities to put their case in front of experts being able to explain all this. We are right now also setting up contact committees and a training scheme to share the knowledge of this practise and to prepare Member States. Some have already prepared it, some need more time in order to do this. This is very important and it will also mark the EU's commitments in order to say no to this practise to protect women and children who risk to be subject to this and I hope that, together with the dialogue, with Non Governmental Organisations (NGO's), with many of you, the EU Parliament, other representatives here around the table, the work that Viviane Reding is doing and of course the Institute to present the very interesting report - thank you so much for that as well – I think we can put up a strong EU response to do our outmost to fight this practise. Thank you very much and I am really honoured to be here. I want to apologize that I need to leave in 25 minutes to go to the EU Parliament thank you. 00:03:25
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Generic and title 00:00:15
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Statement by Karel De Gucht, Member of the EC in charge of Trade, (in ENGLISH) that the discussions on market access were concluded; there are some policy issues to be resolved; on the most favoured nation clause; on export duties. 00:02:38
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Poul Nielson, Member of the EC in charge of Development and Humanitarian Aid, (in ENGLISH) on the possibility for the Commission to review relations with Zimbabwe of the situation would deteriorate 00:00:29
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Credits and title 00:00:20
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Norbert Glante (SOC, D) in German, on the internal market 00:00:21
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Opening of the ceremony of the European Year for Active Ageing and Solidarity between Generations Awards by Mary McCaughey, Head of Information and Communication at Eurofound, and moderator of the event, and opening statement (in ENGLISH) by Lenia Samuel, Hors Classe Adviser to the DG "Employment, Social Affairs and Inclusion" of the EC. 00:06:41
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Manuel Marín, vice-président de la CE chargé des Relations extérieures avec les pays de la Méditerranée du Sud, du Moyen- et du Proche-Orient, de l'Amérique latine et de l'Asie (sauf le Japon, la Chine, la Corée, Hong-Kong, Macao et Taiwan), y inclus les questions d'aide au développement, (en ESPAGNOL) sur une proposition de la CE visant à régler les relations commerciales avec les pays tiers, via une clause sociale et une clause environnementale; disant que ces clauses ont fait l'objet de débats et d'oppositions, parfois fortes, au sein de forums internationaux; disant que pour tous les pays tiers qui bénéficient déjà du système de préférences généralisées et qui veulent négocier avec l'UE en termes de protection de l'environnement ou de normes sociales, la CE propose une concession supplémentaire à ce qui existe déjà; disant que la proposition consiste à doubler les préférences existantes en ce qui concerne les produits industriels et à augmenter de 2/3 les préférences existantes en ce qui concerne la production agricole; disant que ce nouveau système est soumis à une condition importante: seuls les pays qui acceptent de respecter 3 conventions de l'OIT relatives à la liberté syndicale, aux négociations collectives et au travail des enfants et les normes de l'organisation internationale des bois tropicaux pourront bénéficier de ces nouvelles facilités; sur la procédure qui sera suivieQuestions des journalistes (12:53:40) 00:36:08
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Soundbite by Connie Hedegaard, Member of the EC in charge of Climate Action (in ENGLISH) saying that the EU budget should be more targeted towards the green economy, Connie Hedegaard told a gathering of business leaders in Brussels.Connie Hedegaard saying that according to a recent study, the green sector proved to be the most resilient in times of crisis, and also the one which created one of the highest numbers of job positions. She said that investment in the green economy should be made now, rather than waiting until the economic crisis is over, because nothing has made more sense in long-term and created so many jobs in short-term, as has, for example, energy efficiency.She added that while the European Union itself did not have the authority to decide on the structure of education, but the European Commission identified three major areas for potential job creation; namely health, ICT and green economy. She said that the EC was constantly sending signals to Member States on how to enhance labour force.Connie Hedegaard also said that the current EU budget is not targeting the green economy enough, but she was convinced that the next EU budget should and would be more targeted.In addition, she also said that there was a common area of interest between the EU and business on green economy being more visible in the next EU budget, and that, at present, the EU budget subsidised mainly SMEs, rather than multinational companies, because they lack big research departments.Lastly, she said that young people in Europe needed stimulation to be more entrepreneurial and to found their own businesses. In her opinion, this was the major difference with the US, where youngsters were encouraged to make their own companies and pursue a career in business. 00:05:17
00:00:00 Déclaration de Sharon Bowles, membre du PE et présidente de la Commission des affaires économiques et monétaires (en ANGLAIS) sur le système bancaire parallèle. 00:14:57
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 General view of Les Halles de Schaerbeek's entrance 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Statement by Jeremy Wates, Secretary General of the European Environmental Bureau (EEB), (in ENGLISH) welcoming people to the award ceremony of the photo story competition ‘ImaginAIR’ organised by the European Environment Agency (EEA). 00:00:36
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Titre 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Soundbite by Ann Mettler, Executive Director and co-Founder of The Lisbon Council, (in ENGLISH) giving some welcoming words to open the public presentation of the Leaders Club Manifesto "A manifesto for entrepreneurship and innovation to power growth in the EU" 00:03:47
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Andris Piebalgs, Member of the EC in charge of Development, and Dileita Mohamed Dileita, Djiboutian Prime Minister, arriving and signing a financial agreement at the European Commission in Brussels. 00:01:25
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Statement by Catherine Ashton, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, (in ENGLISH): Today we had the 8th meeting with the dialogue between Pristina and Belgrade. Both Prime Ministers, to whom I again pay tribute, were joined by their Deputy Prime Ministers in what was a session that lasted over 12 hours. This is the last time we will meet formally. A number of proposals were put on the table and the gap between them is very narrow but deep. They will now both go back and consult with their colleagues in their capitals and will let me know in the next few days their decision. I wish them a good journey home and every possible success in reaching a conclusion. 00:00:40
00:00:00 Statement by Ahmet Davutoğlu, Turkish Minister for Foreign Affairs, (in TURKISH) on the agenda of his meeting with Catherine Ashton, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC: saying that they discussed bilateral relations and Turkey's accession negotiations with the EU, the free trade agreement between the EU and the United States, Cyprus, the negotiations between Iran and P5+1, the dialogue between Belgrade and Pristina, Syria, Palestine, north Africa and especially Egypt. 00:07:19
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Soundbite by Andris Piebalgs, Member of the EC in charge of Development(in ENGLISH) saying that he is very happy to welcome all of the participants to launch of the European Report on Development. The presence here today shows that this year’s report has hit the nail on the head by dealing with one of the “hottest” topics for the global community at the moment: the post-2015 development agenda. Saying that it also shows that, in only four years, the ERD has succeeded in demonstrating its credibility as a valuable contributor to the debate on development policy. Saying that before going further, he wants to thank the authors of the report: he has been sincerely impressed with the wealth and breadth of knowledge the report puts forward, and by the quality of the analysis it presents. He is confident it will give them the opportunity to discuss in depth how they can shape the development framework of tomorrow. And the issues involved here are weighty, to say the least. Saing that of course they are not starting from scratch. The development policies of today have done much to take the development cause forward. Likewise, the MDGs have been a global rallying call for fighting poverty. They proved that setting clear human development goals and targets can have enormous effect. Impressive progress has already been registered, and they hope to achieve even more by 2015. Yet millions of people worldwide will still be living below what should be considered a decent standard of living. In some countries and among some populations the situation is particularly difficult. Low-income fragile and conflict-afflicted states are badly off-track in meeting progress towards the MDGs. In short, they are left with unfinished business to attend to. In parallel, and linked to the discussion on post-2015, is the global debate on sustainable development. Saying that it is increasingly clear – and it is his personal conviction – that efforts to end poverty must go hand-in-hand with global and national action on sustainability. As last year’s ERD report clearly showed, global problems like climate change, lack of energy access and scarcity of resources such as land and water threaten to destroy any gains made in fighting poverty, with the poorest countries hardest hit again. So a post-2015 framework must embody both poverty eradication and sustainable development. As the world’s largest collective donor of development aid and a world leader in fighting climate change and promoting the low-carbon economy, the EU takes its responsibilities in taking up the twin challenges of poverty eradication and sustainable development very seriously. That’s what has prompted the European Commission to formulate a single, overarching vision for an EU position on the post-2015 framework which brings together the strands of poverty, sustainability, equity and security. The result? A comprehensive and coherent response to future challenges called A Decent Life for All: ending poverty and giving the world a sustainable future. It is a vision that he believes can work. It is a vision that he knows enjoys strong support in many quarters. But equally there are others who are not yet convinced that they need this kind of comprehensive approach. He travelled last month to India and Bali, in the framework of his participation to the UN High Level Panel on the post-2015 agenda. He can tell that, for different reasons, India or Brazil for instance are still very much focused on sheer poverty alleviation and believe that sustainability issues should be dealt with in a separate agenda. Saying that they therefore have still some work to do to persuade them of the merits in their vision. 00:17:34
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Mot de bienvenue d'Aart Jan de Geus, président du Conseil d'administration et PDG de la Fondation Bertelsmann, (en ANGLAIS) sur les objectifs du dialogue du groupe de réflexion de Bruxelles; sur ce qui a été accompli depuis la conférence de 2012; sur le thème de la conférence; souhaitant la bienvenue à José Manuel Barroso, président de la CE, et le remerciant pour sa participation; donnant un aperçu du programme de la conférence. 00:09:57
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Speech by José Manuel Barroso, President of the EC, (in ENGLISH):Madame Chairperson, Doctor Dlamini-Zuma, Vice-Chairman, Commissioners, Excellencies, Distinguished guests, Dear Friends,It is for me a pleasure to be back to Africa, to Addis Ababa and to the new headquarters of the African Union. And this very important meeting between the two Commissions takes place just weeks before the celebrations of the 50th anniversary of the African Union. May I, in advance of the celebrations convey to you and to all Africans on my own behalf and on behalf of the European Commission and the European Union my most sincere and warmest congratulations for the historic achievements of the Africans in the African Union. Excellencies, Ladies and Gentlemen, This is the 6th College-to-College (C2C) meeting between the African Union and the European Union Commissions. An event which symbolises the cooperation, convergence and concord between our two sister organisations, which have been driving regional integration in both Europe and Africa. 00:01:34
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Soundbite by Alfonso Pantisano, Moderator, (in ENGLISH) giving some introductory words to the BEST CAP Communication Projects - Award Ceremony, held in Brussels 00:01:14
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Speech by Werner Faymann, Austrian Federal Chancellor, (in ENGLISH) saying that the waste of natural resources caused by economic catching up of former emerging countries is a major topic; if we want to fight climate change we have to establish real projects; international agreements and conferences are important, commitments to energy efficiency and greenhouse gas reduction are important, but even more important is that we bring concrete projects to life; and it is important to rely on sustainable technology; nuclear power is no alternative; therefore, it is important to support research for alternative renewable energies; we need a new triple A for an ecologically responsible environmentally sound economy. 00:07:13
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Exterior views of Marriott Hotel in Brussels; EU flag 00:00:40
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Exterior and interior views of the Autoworld in Brussels 00:00:36
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Donald Tusk, President of the European Council 00:02:25
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Alexander Micovčin, Ambassador and Deputy Permanent Representative of Slovakia to the EU, and Taukelina Finikaso, Tuvaluan Minister for the Environment, Foreign Affairs, Labour and Trade, prior the signature ceremony 00:00:18
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Katrina Sichel, TV Producer and Presenter, (in ENGLISH) giving some introductory words to start the opening ceremony of the European Development Days 2016 on Sustainable Development Goals in Action: Our World, Our Dignity, Our Future 00:02:43
00:00:00 SOUNDBITE by Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and President of the Council, (in ENGLISH) saying that they had very good cooperation with the Slovak Presidency in order to prepare this informal meeting; Talking about the topics on the agenda: the attempted coup in Turkey, the full implementation of Minsk Agreement in Ukraine, the full implementation of the Global Strategy which was adopted in Summer 2015; Saying that on 3 September 2016 they will have a meeting with all the candidates countries to the EU for an exchange on how to prevent and counter radicalisation; Saying that they have a very dense agenda and she hopes that it will be successful. 00:04:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Johannes Hahn, Member of the EC in charge of European Neighbourhood Policy and Enlargement Negotiations, and Hashim Thaci, President of Kosovo*, to the press conference* This designation is without prejudice to positions on status, and is in line with UNSCR 1244/1999 and the International Court of Justice Opinion on the Kosovo declaration of independence. 00:02:48
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Travelling back of the European Commission Berlaymont building in Brussels at night - the French flag is projected on the building to pay tribute to the victims of the terrorist attack in Nice on 14h July 2016 00:00:33
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Speech by Vytenis Andriukaitis, Member of the EC in charge of Health and Food Safety (in ENGLISH):I was born in Stalin Goulag and grew there in the Polar Circle, and when I saw for the first time such potatoes, such an amount of potatoes would help our family to stay alive for 5 days. Today we are wasting 1 kilo of food everyday per family, is it unethical, immoral or unbelievable.I am therefore delighted to be here with you today to inaugurate the very first meeting of the EU Platform on Food Losses and Food Waste.This Platform has been established by the Commission to lead EU efforts to fight food losses and waste from farm to fork and make solid progress towards achieving the Sustainable Development Goal of halving food waste between now and 2030.Food waste is also closely related to other Sustainable Development Goals – zero hunger, good health and well-being, and life on land among others.This is why I am certain that everyone here in this room shares the sense of urgency to tackle food waste.This needless loss of precious natural and nutritional resources in the food value chain is unethical and immoral. It is shameful to throw away food in the world where more than eight hundred million people go to bed hungry.It carries substantial environmental, economic and indeed -humanitarian consequences that are simply unacceptable.By clarifying and monitoring resource flows in the food value chain, including food waste, we can help to identify input materials for other industrial uses, thereby promoting bio-economy.Social innovation initiatives – aiming for instance to facilitate the use and re-use of surplus food – create new business models and job opportunities to address new needs and service requirements.Let me mention that our work on food reformulation in order to propose healthier and more sustainable food product compositions goes hand in hand with the work done on food waste. Indeed, solutions proposed can lead to better product quality and shelf life.We all know the facts. In the EU, around 88 million tonnes of food waste are generated annually with related costs estimated at EUR 143 billion.88 million tonnes is a huge number. Even replacing it with elephants, airplanes or Eiffel Towers it remains just as incomprehensible. Imagine though, the quantity of food equivalent in weight to 96 (ninety-six) Atomiums is wasted in the EU – in just one day!And while 20% of food produced in the EU is lost or wasted, at the same time 55 million people are not able to afford a quality meal every second day. Not to mention animals slaughtered in vain or climate-changing CO2 emissions irretrievably emitted.So who is responsible and what can we do?We are all responsible. Every person – and every country— needs to minimize food waste as part of the fight against poverty and hunger. Fighting food waste requires us to "rethink" collectively how we produce, market, distribute and consume food.We all can do our part – as individuals at home; as stakeholders – retailers, producers, restaurant owners, farmers or community leaders – we can all contribute to reducing this enormous problem.So I would like us to agree that we all have the mission to fight this battle and to become – using a nice expression which I recently learned in a food waste restaurant in Finland – a "food rescuer"! There are many good examples in other Member States, too. But what I particularly liked about this one was that there was a social aspect to it: jobs created for the young and the long-term unemployed.I am confident that this new Platform, which brings together both public and private interests, will allow many good practices like this one to emerge and help strengthen co-operation and accelerate our progress towards meeting the Sustainable Development Goal targets for food waste reduction in the EU – in particular to cut by 50% both retail and consumer food waste by 2030.The Commission's Communication on the Circular Economy called on Member States to meet those targets and all of them committed to do so.This commitment is clearly expressed in the Commission's proposal for the revision of waste legislation which would require Member States to: reduce food waste at each stage of the food supply chain (including households); monitor food waste levels; and report back on progress.The proposal also provides a legal base for adoption by the Commission of a methodology to measure food waste in the EU.********************************************************************Let me briefly set out 5 key areas of action as we look to the future:First, the Commission will elaborate a common EU methodology to measure food waste consistently in cooperation with Member States and stakeholders.In doing so, we will build on the excellent work of the EU-funded research project FUSIONS – whose manual can be used by Member States, in cooperation with stakeholders, to quantify food waste levels at each stage of the supply chain.Second, surplus food that is safe should, as a priority, be made available to people in need. At the moment, it is often easier to waste food than to give it away and this is simply unacceptable.For this reason, the Commission will develop, in co-operation with Member States and stakeholders, guidelines to facilitate food donation in the EU. The new guidelines will clarify – as and where necessary – the food safety and food hygiene regulations with which food business operators must comply, as well as the fiscal rules applicable to food donation.Third, the Commission will clarify and – wherever possible – lift any barriers which prevent the safe use of food resources along the food and feed chain.I refer here, for instance, to the use of so-called "former foodstuffs" (such as unsold bread or broken biscuits) which are safe to eat but are no longer marketed for human consumption, as a possible resource for animal feed.We need to ensure that such valorisation is not considered as "waste" anywhere in the EU and also ensure proper traceability of such food resources, so that they can be safely used in animal feed production.Fourth, the Commission will also examine ways to improve the use of date marking in the food chain; and also its understanding by consumers."Best before" and "use by" dates found on food labelling guide not only consumers' choice and use of foods, but more generally are a crucial element of food supply chain management.The Commission has recently launched new research to map date marking practices by food business operators and control authorities. Together with consumer research and other findings, this study will help inform future policies on date marking.Last but certainly not least the reason why we are here today. The Commission has established this new Platform on Food Losses and Food Waste bringing together Member State experts, EU bodies, international organisations and all actors across the food value chain including Non-Governmental Organisations.This Platform will help us to define the measures needed to achieve the food waste Sustainable Development Goals. In fact, it aims to help us get there faster by: facilitating inter-sector co-operation; sharing best practices and results; and evaluating progress made over time.The Platform will represent the cornerstone of the outlined strategy to fight food waste by providing advice, experience and expertise to the Commission and Member States with the view to improve the coherent implementation and application of EU legislation, programmes and policies.To fight food waste and promote the circular economy, we need to redesign our food supply chain, minimising waste and optimising resource use to generate value for consumers, producers and society.This requires a shared understanding of the issues at stake and close cooperation between all concerned to implement real and lasting change.********************************************************************I am confident that the EU Platform on Food Losses and Food Waste can and will deliver – to provide the forum needed to accelerate our progress towards the SDG food waste target.I am myself personally committed to this goal as member of the global Champions coalition of high level executives charged with mobilising action worldwide to achieve this SDG food waste target by 2030.In this capacity, I would like to lay down a challenge to all Platform members.While activity in relation to food waste prevention has grown in recent years, today only a few Member States have put in place national food waste prevention programmes and set targets to achieve food waste reduction in cooperation with all concerned.By the end of my mandate in 2019, I would like the EU to be the region leading global efforts to fight food waste with active national food waste prevention programmes in place in all countries and involving all key stakeholders.********************************************************************Ladies and Gentlemen,Rethinking our food systems might seem a daunting task, requiring actual superpowers. It certainly requires commitment, creativity and co-operation.The EU Platform on Food Losses and Food Waste brings together a wealth of broad expertise and experience from the scientific community, government, business and civil society.I thank you in advance for your active involvement which will help foster the cross-fertilisation of ideas, and support the definition of multi-sectorial solutions and the business cases needed to build healthy and sustainable food systems – where food waste is minimised and value gained from food produced is maximised.I will follow the Platform's work closely and look forward to hearing your reflections and contributions.And don't forget: be a hero – rescue food, rescue people, rescue planet!Thank you. 00:13:40
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Entrance (2 shots) 00:00:07
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Ban Ki-moon, Secretary General of the United Nations, to the joint press point at the European Commission in Brussels, Belgium 00:00:21
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Johannes Hahn, Member of the EC in charge of European Neighbourhood Policy and Enlargement Negotiations, (in ENGLISH) reminded that job creation was the biggest challenge in the region and a top priority of the European Neighbourhood Policy. He said that at least 5 million new jobs need to be created every year to employ a growing workforce and to ensure social inclusion. To reach this target, economic growth in the region should accelerate to above 6%.He pointed to another key issue, support for micro, small and medium-sized enterprises (MSMEs), especially in terms of access to finance. He explained that 6 million MSMEs in the region represent the largest opportunity for economic growth and job creation, since they account for 90% of total employment.Johannes Hahn also stressed the importance of developing trade among Southern partners and encouraging foreign direct investment to the Southern Neighbourhood Region. He believes that digital technology, which is now part of everybody’s daily life, can help promote private sector-led growth and employment.Finally, he reminded that the EU had invested 1 billion euro in economic development since 2011, added to the 2 billion euros per year that are provided within the Neighbourhood Investment Facility for project financing in the Southern Neighbourhood. He concluded by saying that support for economic stabilisation and development has been an important pillar of the Euro Mediterranean Partnership in the past and remains a key priority for the future. 00:16:28
00:00:00 Introduction words by the Moderator (in SLOVAK)English translation. 00:02:01
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:03
00:00:00 SOUNDBITE by Johannes Hahn, Member of the EC in charge of European Neighbourhood Policy and Enlargement Negotiations, (in ENGLISH) talking about the Maltese Presidency from the beginning of 2017, saying that it is a very important phase because between 2014 and 2019, Malta is the only Mediterranean country chairing the EU, so there are high expectations. Saying that this is also about dealing with the neighbours in the south and a presidency is usually dealing with topics that are also in their particular interest. Saying he will use this opportunity to share his political priorities for the coming months and also saying a few words about the situation in the EU. Saying that there were a lot of complains after outcome of the Brexit referendum, that the oldest category of participants in the referendum have voted with a 2/3 majority in favour of leaving, while the youngest category voted to stay in the EU. Asking the young people to participate when their future is being discussed and underlining that it is not sufficient to participate in social media, but it is important to go into the voting booths. Saying that the events in Nice and in Turkey, even if different one form another, are reminders of the challenges we are all facing. Saying that EU will continue to support the countries close to its borders, and that the EU will enhance the dialogue in key areas including economic development, security, energy security, connectivity, migration and mobility and also governance. Saying that the core objective of the Revised European Neighbourhood policy is the stabilisation. The Commission is already discussing partnership priorities with Lebanon, Jordan and Egypt and started exploratory contacts on how enhance the future relations with Algeria and Tunisia. In addition, The Commission is also negotiating the so called compacts with Lebanon and Jordan to help them address the consequences of the Syrian crisis with a particular emphasis on the impact of hosting huge numbers of refugees. Saying that the EU has speeded the international response to the Syrian crisis having collectively mobilised already over 6.6 billion euros. Thanks Malta because its contribution to the trust fund in Africa is per capita the highest contribution of a European member state country, but for the Syrian trust fund there is still come room for improvement. Saying that we should look ahead to the first half of 2017 because Malta's EU Presidency can make a major contribution in a number of key areas. At a regional level he welcomes the great support that Malta is providing in number of UFM ministerial meetings foreseen during the Maltese EU Presidency. Saying that he appreciates the support provided by Malta to cooperate between the EU and the League of Arab States, especially by hosting the League of Arab States Liaison Office. Saying that Malta has proved to be committed to work for a durable solution for the many challenges facing the region that is so full of contradictions: natural beauty and deep poverty; vast culture and intense conflict; cradle of civilisation and source of so many divisions. 00:28:30
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, Martin Schulz, President of the EP, Christian Kern, Austrian Federal Chancellor, and Reinhold Mitterlehner, Austrian Federal Vice-Chancellor 00:01:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Welcoming words by Rik Torfs, Rector of the Catholic University of Leuven (Katholieke Universiteit Leuven - KU Leuven) 00:02:39
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 General atmosphere and arrivals at the meeting room 00:02:31
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and President of the Council, and Boyko Borissov, Bulgarian Prime Minister Bulgarian Prime Minister, and handshake 00:00:12
00:00:00 TITLE 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Michael Chan, Minister for International Trade of the Canadian Province of Ontario, (in ENGLISH) on the benefits of CETA [Comprehensive Economic and Trade Agreement], the relations between the European Union and Canada, the trade situation in the country. Highlighting that Canada and the EU must keep working together and to be innovative. 00:04:21
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Full shot of the arrival of Jyrki Katainen, Vice-President of the EC in charge of Jobs, Growth, Investment and Competitiveness, and Ma Kai, Chinese Vice-Prime Minister, to the press corner 00:00:07
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Valdis Dombrovskis, Vice-President of the EC in charge of the Euro, Social Dialogue, Financial Stability, Financial Services and Capital Markets Union, Marianne Thyssen, Member of the EC in charge of Employment, Social Affairs, Skills and Labour Mobility, and Maltese Minister for Education and Employment and Evarist Bartolo, President in office of the Council 00:00:41
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Julian King, Member of the EC in charge of the Security Union, (in ENGLISH): Thank you very much to the president and all the team here for the invitation and for the welcome today. I started 3 weeks ago in this new role as the commissioner for the Security Union and there are many strands of work but one of the key strands is to close down the space in which terrorists can operate and that evolves legislations, reinforced implementation but it also involves working with EU agencies. And Eurojust is one of the key agencies. So I am very glad to be here right at the start of my time. Obviously there is a role here in tackling serious crimes, drugs, and fraud, but your job also has a role in tackling terrorism, in multilateral cooperation, cooperation that goes beyond bilateral cooperation between 2 countries. It is the heart of that multilateral effort when it involves prosecutors, and different judicial systems. We had discussed upstairs some of the critical examples and I've said that the testimony was very powerful following the horrible recent attacks in Belgium and in France, the authorities involves reached out very quickly to Eurojust asking for their help and they got that help. In many cases you need judicial support or judicial approval for effective investigations and for effective prosecutions. Without the assistance of Eurojust, that wouldn't happen as quickly or as effectively as it does now. So, the work that Eurojust is doing is extremely important, it deserves wider understanding and anything I can do to help them promote that understanding, I should be very happy to do. 00:02:37
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, (in ENGLISH): For me, it was very important to come here because we always work on the situation of the refugees, we often talk about that but we do not always remember that it is not numbers it is people, children, women, men having escaped from work, having seen terrible things and living very difficult conditions. I would like to thank the UNHCR and all the humanitarian agencies and NGO's that are working to make the situation more sustainable for the refugees themselves, for the local communities here in Lebanon and elsewhere. A lot of this work is also done thanks to the EU contribution. We are proud to work for this. We know that it is never enough and that we have to increase the level of assistance. What I found here today is people that are still keeping in their eyes a lot of life and hope and desire to go back to their country and rebuild it. They only demand peace and security and I think it is our duty of Europeans and the international community to help them refind a country and bring peace in Syria. That is what we are trying to do with our diplomatic work. They deserve it. 00:01:28
00:00:00 At the metro station Maelbeek, Jean-Claude Juncker, President of the EC, Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, Charles Michel, Belgian Prime Minister, Manuel Valls, French Prime Minister, Harlem Désir, French Secretary of State for European Affairs attached to the Minister for Foreign Affairs and International Development, and Klaus Welle, Secretary-General of the EP (Luxembourg) paying tribute to the victims of the terrorist attacks which happened in Brussels on 22 March 2016. 00:00:13
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Charles Michel, Belgian Prime Minister, at the European Commission in Brussels, Belgium 00:00:17
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and President of the Council, walking out of the Council building 00:00:11
00:00:00 SOUNDBITE by Andrus Ansip, Vice-President of the EC in charge of Digital Single Market, (in ENGLISH): Honourable President, Honourable Members of the European Parliament.Today, the European Commission made a major advance towards creating a true Digital Single Market for Europe, with two new packages of initiatives.The first will boost cross-border online trading across Europe: removing barriers, raising consumer confidence and ending discrimination.The second responds to new digital realities, with a modern policy approach to online platforms and broadcasting rules.Both packages reflect commitments that the Commission made in its DSM strategy that I presented to this House in Strasbourg one year ago.Both are vital for a properly functioning DSM across all countries of the European Union.Let me begin with the e-commerce package.We want to open up the e-commerce market so that it becomes truly pan-European, with fair conditions for consumers and business across the EU's internal borders.While more and more goods and services are traded over the internet, cross-border online sales within the EU are only growing slowly.This should change. Consumers as well as businesses deserve better. They should not be limited to their domestic markets.They should be able to make the best of the opportunities offered by Europe's single market in the digital age.Our package addresses three main areas:- first: it will prevent unjustified discrimination, online as well as offline.In a true single market, you should not be discriminated against based on your nationality, residence or place of establishment.However, that does not mean making companies sell or deliver goods in every EU market.But if a consumer comes to their online store, they should be treated as if they were locals – not treated differently. But this would not include the obligation to deliver: traders would not be required to deliver cross-border but sell to them as to customers from their own country.- second: it will increase transparency of parcel delivery prices, encourage competition, and make regulatory oversight of cross-border parcel delivery services more effective.This will help consumers get a better and affordable deal, also a wider choice.It will help small e-retailers to reach new customers.It will create more business for delivery providers.And to be clear: there is no intention of imposing a single price across Europe.- third: our package will raise consumer and SME trust in e-commerce by clarifying the nature of unfair commercial practices and strengthening the enforcement of consumer rights across borders.It will also strengthen cooperation between national consumer protection authorities.Together, these measures aim to remove the main barriers to e-commerce.President, Honourable MembersOnline platforms are a new reality to which Europe should respond - and should embrace.In a short time, they have transformed our daily lives: how we sell, shop and travel; how we learn, create and are entertained. They bring many benefits to consumers, to wider society, to industry, business and SMEs.The guiding principle and objective is to create the right conditions for platforms to innovate, scale up and grow in the DSM.But they should do so in a fair and open atmosphere.That means equal conditions for fair and open competition.Everyone involved in the market – traditional and online service providers – should play by the same rules, with no discrimination.Our assessment has shown that platforms are innovative, have a positive impact on our economy, and increase competitiveness.It shows that the EU is quite good in areas such as the app economy, health, finance and the collaborative economy.In order to thrive, all platforms - including European ones - need a legal environment that gives them certainty.This is why we are very clear in our communication: there will be no horizontal new regulation or regulator for platforms.We will not change the current e-commerce framework and its liability provisions.Of course, platforms - as well as all internet providers and online intermediaries - have to respect EU law and fundamental rights.They also have to act responsibly regarding content, and keep their activities transparent. These are important principles.This is why we are taking a problem-driven approach.It means that if we see an issue with platforms in relation to copyright, we solve it in our copyright rules.If there is an issue related to telecoms, we solve it in our telecom package.The first steps in this have already been taken today, with our proposal on the audio-visual media services directive, where online platforms are a part of this instrument's new scope.The principles that I mentioned also apply to broadcasting, where the significant presence of online platforms and video-on-demand providers has transformed viewing habits and behaviour.Today's rules need to change to reflect this new reality – and make sure that everyone follows the same rules.Since it has worked well, there is no need to change the 'country of origin' principle. Media service providers will continue to be subject to the rules of the country where they are based. Our proposal will also bring more flexibility to advertising rules, and bolster our efforts to promote European creative work by raising its prominence.It will strengthen protection of minors who go online to view content. It will strengthen the role played by national media regulators.I look forward to working closely with the European Parliament so that together, we can turn these two important packages of proposals into a reality.They are essential for building the DSM that Europe needs: one where all Europeans will gain.Thank you. 01:08:43
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Andrus Ansip, Vice-President of the EC in charge of Digital Single Market, Carlo d'Asaro Biondo, President for Strategic Relationships of Google in Europe, Middle East and Africa, Gavin Patterson, CEO of BT Group plc, Giuseppe Recchi, Executive Chairman of Telecom Italia, and Nic Fildes, Telecoms Correspondent at Financial Times (FT), to the #FTTech panel in the framework of FT-ETNO Summit 2016 held in Brussels, Belgium 00:00:32
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Alexis Tsipras, Greek Prime Minister 00:00:23
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Jens Stoltenberg, Secretary General of the North Atlantic Treaty Organization (NATO), being welcomed by Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC and President of the Council, to a joint doorstep in the framework of the Informal EU Defence Ministers meeting, held in Bratislava, Slovakia 00:00:34
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Cecilia Malmström, Member of the EC in charge of Trade, Anders Fogh Rasmussen, Adviser of Petro Poroshenko, President of Ukraine, and Petro Poroshenko, President of Ukraine 00:00:43
00:00:00 Full shot of the arrival of Frans Timmermans, First Vice-President of the EC in charge of Better Regulation, Inter-Institutional Relations, the Rule of Law and the Charter of Fundamental Rights, and Mina Andreeva, Deputy Chief Spokesperson of the EC, to the press conference, and introductory remarks 00:00:21
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, John Kerry, US Secretary of State, Barack Obama, President of the United States, Donald Tusk, President of the European Council, Jean-Claude Juncker, President of the EC, and participants to the EU-US Leaders' Summit in Warsaw, Poland 00:03:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Georges Dassis, President of the European Economic and Social Committee (EESC) introducing the participants of the meeting with the Greek Economic and Social Committee 00:02:19
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Full shot of the arrival of the speakers to the press room 00:01:07
00:00:00 SOUNDBITE by Federica Mogherini (in FRENCH): Thank you very much. French? English? Not Arabic! I can start in French and then continue a bit in English. For my Arabic I am working it a bit - my frequent visits here in Beirut can help me in this context. It is true, dear Minister, dear friend, this is my fourth visit in recent years, because I see not only the friendship between our peoples - Europeans and Lebanese - but also the strategic interest That Europe has to support Lebanon, its institutions, and all Lebanese. It is a commitment that Europe reconfirms today even more than before. During all my previous visits, I remember very well that one of the fundamental questions we raised was that of the election of the President of Lebanon and today it is true that we welcome the fact that President Aoun has been elected, that a new government, with its head of government, Mr Hariri, is working, that Parliament, as far as I know, is working at a very intense pace. This I think is very important for all the people of Lebanon to benefit from institutions that are inclusive and function well for the good of the country and the people. 00:01:45
00:00:00 Introductory remarks (in FRENCH) by Andrus Ansip, Vice-President of the EC in charge of Digital Single Market, apologizing that he cannot give his speech in French 00:00:22
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Josepf Muscat, Maltese Prime Minister 00:00:11
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and President of the Council, (in ENGLISH) : I want to debrief you shortly on the two main points that we had on the agenda today with the EU Foreign Ministers, leaving the third - issue of Turkey - for tomorrow's final press conference I will hold together with the Foreign Minister [of Slovakia, Miroslav Lajčák]. This is simply because I will have a meeting with the EU Minister of Turkey [Ömer Çelik] in a few minutes from now and we will have the meeting with him tomorrow morning at breakfast so it seems only logical to me that we will leave all the comments on that for tomorrow.On the other two points on the agenda today, which are not less relevant than this one, we first discussed ways in which the European Union can further support the full implementation of the Minsk agreements. We always refer to the absolute need for parties to fully implement the agreements, which we consider as the key reference and the key way of solving the conflict. We see in these hours in the east of Ukraine a ceasefire that is holding and we hope that this can constitute a good basis not only for the restart of the school year, but also for a continuation of the situation in this respect. And we also heard from the French [Jean-Marc Ayrault] and the German [Frank-Walter Steinmeier] Foreign Ministers, to whom I am very grateful, an assessment on the state of play on the Minsk implementation. We discussed together ways in which the European Union can support further, in a more visible but also constant way, both the Normandy format and the different work that is done especially in the framework of the OSCE.We agreed generally on all sides that Minsk and the Normandy format constitute a framework to deal with the crisis in eastern Ukraine and that obviously we are not content with the present state of implementation of the accords. But we all agreed on the fact that these accords have helped to diffuse a very hot conflict in the past and that they constitute the basis we all support actively for the future. So full support to the Normandy format, full support to the Minsk implementation. As I told you this morning, we discussed concrete ideas on how the European Union can do more in this respect, in particular providing support to holding local elections in certain areas of the Donetsk and Luhansk regions once the conditions established by the OSCE/ODIHR are met, giving some attention in particular to the intended OSCE police mission. We also discussed the possibility of enhancing our support to the OSCE Special Monitoring Mission, which we are already doing, but we can do more. And we explored possibilities for increasing our support on the ground: short-term, with actions like financial and technical support to activities to improve the living conditions of the population, especially in the energy sector. Today the Vice-President [of the European Commission] Maroš Šefčovič was in Kyiv discussing the energy cooperation. You know that the European Union facilitates the trilateral energy talks with Russia and Ukraine. This is a field where we can definitely do more. But also we discussed the possibility for the European Union to play a leading role in the reconstruction of the country, in particular certain regions after the full implementation of Minsk is reached. Obviously we have also explored possibilities to have more economic projects and more humanitarian projects so as to help in the immediate term. We know very well that these kind of activities, including some technical support to activities like de-mining or supporting local governance, are key because they can be a basis for hope for the local populations and so encouraging the confidence-building measures. So, what I can stress tonight is definitely the full, determined support to the Normandy format, to the full implementation of Minsk, and an increased engagement by the European Union in support of the ongoing format and in support of the Minsk agreements. Obviously – this is something I don't need to mention and is an ongoing effort - we will continue to talk about this publicly and privately both with our Ukrainian friends and Russian counterparts, as the European Union and Member States. 00:06:13
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Official greetings by Jens Stoltenberg, Secretary General of the North Atlantic Treaty Organization (NATO), and Andrzej Duda, President of Poland, of Allied and Partner Heads of State and/or Government or Heads of Allied and Partner Delegations and Heads of International Organizations participating in the NATO Summit in Warsaw, Poland 00:01:17
00:00:00 SOUNDBITE by Vladimír Bilčík, Head of the EU Programme at the Research Centre of the Slovak Foreign Policy Association (SFPA) introducing Maroš Šefčovič, Vice-President of the EC in charge of Energy Union, to the opening debate at the European Summit of Regions and Cities "Invest and Connect" held in Bratislava, Slovakia 00:00:27
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Ministerial meeting E3+3+Iran with Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, and Mohammad Javad Zarif, Iranian Minister for Foreign Affairs, in the framework of the 71st Regular Session of the United Nations General Assembly held in New York (3 shots) 00:00:00
00:00:00 Title 00:00:00
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC and President of the Council, and Peter Gajdoš, Slovak Minister for Defense, to the joint press conference in Bratislava, Slovakia 00:01:15
00:00:00 Medium shot of Anthony Luzzatto Gardner, Head of the Mission of the United States to the EU, and Carlos Moedas, Member of the EC in charge of Research, Science and Innovation, listening to the introductory remarks by Lucia Caudet, Spokesperson of the EC 00:00:08
00:00:00 Full shot of the arrival of Hanno Pevkur, Estonian Minister for the Interior, and Dimitris Avramopoulos, Member of the EC in charge of Migration, Home Affairs and Citizenship, to the press room 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Generic and title: NEW SKILLS AGENDA FOR EUROPE 00:00:20
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 TITLE 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Dimitris Avramopoulos, Member of the EC in charge of Migration, Home Affairs and Citizenship, (in ENGLISH): Today we come together one year after President Juncker organised the Western Balkans summit on migration flows.We are all committed to continue working closely and hand in hand in a coordinated and joint way.The migration challenges know no national borders – we are all part of the European family, and the only solution is a joint one.We've come a long way since last year.The numbers have dropped dramatically: from thousands per day to some hundred per day.Therefore, today the picture is very different thanks, first and foremost, to the cooperation with Turkey.For the Commission, the continued implementation of EU-Turkey Statement is a priority and remains our Plan A.Better managing our external borders is also crucial. Border management has been strengthened with the reinforced presence of Frontex at different border sections.Moreover, we are working tirelessly to ensure that our new European Border and Coast Guard will become fully operational very soon.I will go to Bulgaria on 6 October to officially launch the European Border and Coast Guard.The most affected countries because of the migration challenges are not left alone. The Commission continues to support them both financially and structurally:- we allocated additional funding to Bulgaria recently- we also offer financial support to Serbia and the Former Yugoslav Republic of MacedoniaOn prevention of irregular migration which puts lives in danger and on return of irregular migrants, we want to resolve the persistent bottlenecks. Our new Partnership Framework with third countries of origin and transit will serve to improve the situation in the countries of origin and transit, address the root causes of irregular migration as well as return and readmission .Furthermore, a European Return Office will be established within the new European Border and Coast Guard.We are also stepping up the fight against migrant smuggling together with Europol.Ultimately, to ensure success, we have to pursue a comprehensive approach Europe-wide, based on fundaments of solidarity and responsibility-sharing: support frontline countries comprehensively including through relocation. Solidarity is the bedrock of our policy! Support our Western Balkan partners to manage their borders and to better manage migration, including reception, returns but also smuggling.As I said in the beginning: the only solution is a joint solution with all of us working closely together. This was exactly the spirit that prevailed today in this meeting. 00:03:58
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Maroš Šefčovič, Vice-President of the EC in charge of Energy Union, and Bertrand Piccard, President and Initiator of the Solar Impulse project, in the press room (2 shots) 00:00:11
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Jean-Claude Juncker, President of the EC, (in LUXEMBOURGISH) answering to the question of a journalist 00:00:27
00:00:00 Medium long shot of the platform with Johannes Hahn, Member of the EC in charge of European Neighbourhood Policy and Enlargement Negotiations, Miroslav Lajcak, Slovak Deputy Prime Minister and Minister of Foreign Affairs and Jadranka Joksimović, Serbian Minister without portfolio responsible for European integration and general view of the press conference room (2 shots) 00:00:03
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Titre 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Dimitris Avramopoulos, Member of the EC in charge of Migration, Home Affairs and Citizenship (in ENGLISH): Well this is the beginning of the process of how do we envisage the future of Europe. It was, and it is the moment to start reflecting and considering about our common house that is Europe. Let's hope that this dialog will give fruitful results. It is the moment that the European project is at stake and do we have to defend it. I'm personally committed to this dialog, and I believe that the outcome will be positive and we will respond to the questions of the younger generations where Europe is heading towards. Europe, it is difficult to become a federal system, but at least, we can adopt, this is my opinion, federal type of functional cooperation and in a filter of migration, security, foreign affairs and economy. So, we are in front of challenging times and the Commission is taking up its responsibilities, and this is the ambition of the paper has it has been studied and present today by President Juncker. Thank you. 00:01:34
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 TITLE 00:00:05
00:00:00 TITLE 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Enda Kenny, Irish Prime Minister (Taoiseach, and Jean-Claude Juncker, President of the EC in the Berlaymont building 00:00:23
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Credits and title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 General view of the meeting 00:00:39
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Almazbek Atambaïev, President of Kyrgyzstan, and Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC 00:00:28
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Hashim Thaçi, President of Kosovo, and of Jean-Claude Juncker, President of the EC 00:00:07
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 TITLE 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Opening of the ceremony 00:00:31
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 General views of the Hellenic Parliament: A Member of the Greek Parliament opening the debate 00:03:51
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, SOUNDBITE (in FRENCH) saying that he regrets the departure of Martin Schulz, President of the EP in 2017. 00:00:37
00:00:00 Close shot on the banner of the event:8th Annual Assembly of the Eastern Partnership Civil Society Forum - Building a Common Secure and Democratic Future - 28-29 November 2016 Brussels 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and President of the Council, (in ITALIAN) on the agenda of the Foreign Affairs Council 00:02:31
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Medium shot of the arrival of the EC delegation led by Vĕra Jourová, Member of the EC in charge of Justice, Consumers and Gender Equality (2 shots) 00:00:14
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Frans Timmermans, First Vice-President of the EC in charge of Better Regulation, Inter-Institutional Relations, the Rule of Law and the Charter of Fundamental Rights, 00:01:48
00:00:00 Cutaways of cameramen at the joint press briefing ahead of the G7 in Ise-Shima, Japan (4 shots) 00:00:36
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Volodymyr Groysman, Ukrainian Prime Minister, (in UKRAINIAN) saying that they had a very productive meeting; Saying that they talked about energy efficiency and energy independence of Ukrain; Saying that they expect that a new energy strategy will be approved in September and that they will sign a Memorandum of Cooperation in the Energy fields with the European Union before the end of 2016; Saying that they also talked about the creation of the energy funds; Saying that they have to turn Ukraine from energy importer into energy exporter; Saying that the Government has a targeted programme of social support to protect everyone from the increase market energy price. 00:04:24
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:20
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Patrice Talon, President of Benin, and Jean-Claude Juncker, President of the EC (2 shots) 00:00:41
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Panel indicating women in transport 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Reporting from the parallel sessions: the rapporteurs of the six working groups which discussed the key questions in details present in a nutshell the big challenges identified and the recommendations, moderated by Paweł Świeboda, Deputy Head of the European Political Strategy Centre (EPSC) 00:36:46
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Robert Fico, Slovak Prime Minister (2 shots) 00:00:46
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Margaritis Schinas, European Commission's Chief Spokesperson, and Deputy Director-General of DG Communication of the EC, and Valdis Dombrovskis, Vice-President of the EC in charge of the Euro and Social Dialogue, in the press room 00:00:07
00:00:00 Credits and Title 00:00:20
00:00:00 SOUNDBITE by Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, (in ENGLISH): In times of multiple crises we tend to focus on the most recent one. But particularly in times like this we cannot lose sight of the conflict in Israel and Palestine. We need to shake life back into the peace process and do it as a matter of urgency because violence is on the rise every single day with victims on both sides. And we risk a new escalation and the very chance of peace is slipping away. And we cannot afford it. Too many Israelis and too many Palestinians are losing hope, but despair can only lead to more violence. And we have a responsibility to give credibility to the perspective of peace. This is why the European Union has invested so much in the Quartet on the Middle East, working together with the United States, Russia and the United Nations. And this is why we have words on the reports that we present today. For the first time in over a decade, together with our international partners, we have set out what the threats to peace are, and what needs to be done to recreate the conditions for meaningful final status of negotiations. First, the parties must work to de-escalate tensions and strengthen security cooperation. The Israeli policy of settlement construction and expansion has to come to an end. The Palestinians have to combat terrorism and refrain from all incitements of violence. The militancy built up in Gaza has to stop, while the movement restrictions need to be lifted quickly. Second, both sides have to move towards a two-state solution on the ground. This means to empower the Palestinians to take full control of their lives. And it also means to take into account the Israelis' legitimate security concerns. Only the two sides can take responsibility for peace. The international community cannot substitute the parties. Only direct negotiations can lead to peace. But we need the political leaders to show their commitment and implement the recommendations of the report in full. At the same time, regional players have a key role to play. The Arab peace initiative offers a vision for a comprehensive vision of the Arab- Israeli conflict. And in times of regional turmoil, some new opportunities for peace have also raised and no one can afford to miss this opportunities. So starting with the small steps, and moving towards a real political process, we need this work to begin, with the Israelis and the Palestinians, with key Arab players, and with the whole international community. And the European Union will continue to play its role at full. 00:03:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and President of the Council, and Yun Byung-se, South Korean Minister for Foreign Affairs, and handshake 00:00:13
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Karmenu Vella, Member of the EC in charge of Environment, Maritime Affairs and Fisheries, (in ENGLISH) saying that every year the European Commission organises an event here to draw attention to a particularly hot topic on fisheries. Saying that he can think of few topics that require more urgent attention than the state of fish stocks in the Mediterranean Sea.The Mediterranean is part of the EU shared heritage. It is part of EU cultural heritage, going all the way back to the odyssey of Ulysses. And it is part of EU economic heritage, a veritable hub of trade and economic growth. This was just as true in Marco Polo's time as it is today.For millennia, Mediterranean fishermen have used the bountiful resources of the sea to forge their livelihoods. Fish and seafood have been a staple of the Mediterranean diet. They provide a dependable source of income for coastal communities.Now this very vital resource EU communities depend on – their bread and butter – is in serious danger, putting thousands of jobs at risk as a core part of EU industry is eroded away.Some may prefer to take an easy way out – to step back and simply let market forces push a dying generation of small-scale fishermen to seek sometimes desperate alternatives. Apart from the jobs at stake, Europe is losing a vital source of its food supply, further unsettling its security and leading to the tragedies Europe sees unfolding on a daily basis.Saying that Europe must do better because the solutions are out there. But with more than 90 percent of assessed fish stocks severely over-exploited, escalating costs and eroding profits, Europe needs to take action and to take it now.Member States have established fishing protected areas. They have adopted more than 40 national management plans.The EU is increasing financial support to foster scientific cooperation around the Mediterranean basin. Europe has reformed its Common Fisheries Policy. Europe has a science-based policy that looks for long-term conservation measures, adapts to different sub-regions, and works in synergy with regional organisations.Europe needs to face up to its responsibilities: as policy makers, fishermen, scientists and civil society, including consumers. Experience shows that we can be successful – when we tackle challenges collectively. Take the outstanding recovery of bluefin tuna in the Mediterranean. Nevertheless, even with this success, Europe needs to ensure fairer distribution of the rewards amongst those that have also made sacrifices but continue to face mounting pressures.Many Mediterranean stocks are shared with non-EU countries. That is why he has invited the Fisheries Ministers of all Mediterranean countries to come together and share their views at a ministerial conference this afternoon. Saying that he would like to build a sustainable future for our fisheries. Saying that in high-level seminar in Catania two months ago, he explained that despite everything, the recovery potential of Mediterranean stocks remains high. Saying that he hopes that they will adopt a ministerial declaration on sustainable fishing in the Mediterranean, to follow up on the commitments. 00:09:27
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 On-stage converstation with Frans Timmermans, First Vice-President of the EC in charge of Better Regulation, Inter-Institutional Relations, the Rule of Law and the Charter of Fundamental Rights, and Béatrice Delvaux, Editorial writer of the Belgian newspaper "Le Soir", (in ENGLISH) on the inauguration of the Chair in European Values, held at BOZAR in Brussels, Belgium 00:38:29
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Discussion between François Hollande, President of the French Republic, and Alexis Tsipras, Greek Prime Minister 00:00:08
00:00:00 Arrival of Thomas de Maizière, German Federal Minister for the Interior, and Dimitris Avramopoulos, Member of the EC in charge of Migration, Home Affairs and Citizenship, to the press conference 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Jyrki Katainen, Vice-President of the EC in charge of Jobs, Growth, Investment and Competitiveness, in the press room 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Giorgi Kvirikashvili, Georgian Prime Minister, Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Natasha Bertaud, Coordinating Spokesperson of the EC for the Activities of the President of the EC and Policies of the First Vice-President, Spokesperson for Better Regulation, Inter-institutional Affairs, Migration, Home Affairs and Citizenship, in the press room 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Almazbek Atambaïev, President of Kyrgyzstan, and Jean-Claude Juncker, President of the EC 00:00:17
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Maroš Šefčovič, Vice-President of the EC in charge of Energy Union, and Marc Lemaître, Director-General of DG "Regional and Urban Policy" of the EC, to the meeting room 00:00:02
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Pierre Moscovici, Member of the EC in charge of Economic and Financial Affairs, Taxation and Customs (in FRENCH):Well, I'm very happy to participate at this presentation of the White Paper by the President of the Commission. Europe is going to be sixty years, and we know that it confronts existential questions which are due, both, because of the crisis of the sixties, and also of internal and external challenges which it is faced with. We must be aware there is a rise of populism which is taping our citizens, questions in Europe. In this context, the Commission wished to assume its responsibilities and asked the debate. Yes, this sixtieth birthday deserve a debate. The Commission wished to present some orientations on the possible futures of the European Union. Each of this orientation having its inconvenient and its value, we can either continue like today step by step or return at competences more national, be restricted at the indoor market, why not untie Europe, that's an option I struggle but it is on the table. Then, there is, of course, the option which has my sympathy, the one of a spurt pro-European for a Europe who can better defend its citizens, better protect them, to move towards more democracy and more economic dynamism, especially within the Euro zone. Now, that the debate begins, the Commission offers this raw material which I find rich either in the diagnostic or in the examination of the solutions, I think, now, it is to our citizens to debate, to pronounce. A lot of elections take place in 2017, in a country I know well, we can see some debate on Europe, between ones who are against, ones who want to go back, ones who want to change it, who want to go forward. These proposals, these analyses from the Commission are there to let anyone to sum up and then it is for each one to fight for its convictions and to convince. 00:02:02
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Peter Woodward, Moderator of the Stakeholder conference on circular economy, (in ENGLISH) giving some introductive words for the last session of the conferencen and inviting Jyrki Katainen, Vice-President of the EC in charge of Jobs, Growth, Investment and Competitiveness, to take the floor 00:02:12
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 The EU relocation programme - EU Member States welcome and protect you 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of the speakers to the press corner 00:00:07
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Marianne Thyssen, Member of the EC in charge of Employment, Social Affairs, Skills and Labour Mobility, (in ENGLISH): Welcome back everybody. I would like to thank the Maltese Ministers for steering a very rich discussion on a range of files – I wish to highlight two of them.This afternoon, we discussed how reforms in the field of employment and social affairs are helping to deliver on growth and jobs.We had the opportunity to exchange views on successful practices and on what remains to be done. All our efforts are focussed on helping people to enter or re-enter the labour market, especially the young. This year, I am happy to say that the implementation of policy reforms through the European Semester is clearly bearing fruit.Employment has never been so high in Europe: 232 million Europeans have a job. Since 2014 at least 5 million jobs have been created. Wages are rising. Unemployment is falling and now stands at 8.2% in the EU. Also youth unemployment and long term unemployment are dropping. And the number of people at risk of poverty or social exclusion has decreased in Europe, even if the level remains high. So while we are driving in the right direction, we are not at the end of the road. Unemployment, poverty and inequality remain key concerns in some countries. The Commission's work on a European Pillar of Social Rights will support further reform. We are now finalising our proposal for the Pillar that will be presented in the coming weeks.Another area where the EU is fortunately making good progress is health and safety at the work place. Over the last 25 years, the EU has been a front-runner in setting high standards of worker protection against health and safety risks. Between 2008 and 2013, the number of fatal accidents per year dropped by 1,000 for the EU28.While this is what we want to see, we also realise that small and medium-sized enterprises (SMEs) have sometimes difficulties implementing these standards. Data shows that many SMEs are not even aware of certain work-related risks. I discussed the way forward with ministers today.Exemptions for such companies are not the right way forward. Workers deserve the same protection everywhere, regardless if they are employed at a big or a small enterprise.Therefore, we want to reach out to SMEs with clear guidance for putting safety and health measures for their staff into practice. For example, my services have published a guidance paper for employers with practical tips regarding risk assessment and they are working on other similar tools, such as an interactive e-guide on work-related vehicle safety.By addressing occupational safety and health in SMEs we have an opportunity to make a real difference for millions of EU workers. 00:03:59
00:00:00 Arrival of Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, and SOUNDBITE (in ENGLISH) saying that they had an excellent session of Foreign and Defence Ministers of the European Union. That they have taken the first operational decisions in the defence field. They decided to establish a military planning and conduct capability which will command the EU non-executive military missions. They also decided to create a civilian/military joint support coordination cell and they decided to continue the work together in the coming weeks. 00:07:35
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Introduction words by the moderator 00:01:00
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Bert Koenders, Dutch Minister for Foreign Affairs, giving a closing statement on Transatlantic data flows at the plenary session of the European Parliament in Brussels, Belgium 00:12:47
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:02:13
00:00:00 SOUNDBITE by Daniel Calleja Crespo, Director-General of DG Environment of the EC, (in ENGLISH) inviting Karmenu Vella to give the closing remarks 00:00:16
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:14
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:12
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Medium long shot of the arrival of Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, to the press conference 00:00:13
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Jeroen Dijsselbloem, Dutch Minister for Finance and President of the Eurogroup, (in ENGLISH) on the Anti Tax Avoidance Package and on the VAT Action Plan 00:07:03
00:00:00 Carlos Moedas, Member of the EC in charge of Research, Science and Innovation, and Sander Dekker, Dutch Secretary of State for Education, Culture and Science, being introduced to the press conference on the Competitiveness Council focusing on Research and Innovation, held in Brussels, Belgium 00:00:40
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Frans Timmermans, First Vice-President of the EC in charge of Better Regulation, Inter-Institutional Relations, the Rule of Law and the Charter of Fundamental Rights, being given the floor at the pleanary session of the EP in Brussels, Belgium 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Joint arrival of Algirdas Butkevičius, Lithuanian Prime Minister, andJean-Claude Juncker, President of the EC, and handshake (2 shots) 00:00:33
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Günther Oettinger, Member of the EC in charge of Digital Economy and Society, (in ENGLISH): I am happy to be here today with you to celebrate World Press Freedom Day to honour those who make a difference in protecting and defending media freedom and pluralism. The name you chose for this event - "Difference Day" - is therefore fitting. So many individuals and organisations do really make a difference, in Europe and beyond, in defending and enhancing these crucial values. I am thinking of the journalists who – in spite of the immense pressures they face – keep on working passionately in the pursuit of the highest ideals of their profession. These journalists are sometimes victims of threats, underpaid, or faced with precarious working conditions. I am also thinking of the media organisations that continue to guarantee that the journalism they broadcast or publish is free and unbiased: companies that carry on investing in high quality and innovative journalism, taking full advantage of the great opportunities of the digital world. They keep on supporting investigative journalism, which is very important, for example, in the fight against fraud and corruption. But I am also thinking of the academic community who informs the debate with data and analysis on media freedom and pluralism, which is an important contribution to our debate. And there are the many activists of civil society organisations that restlessly keep on pushing for high media freedom standards and for the right of everyone to express her- or himself freely. Elected representatives – including the Members of the European Parliament present here today – play an important role, too, by using their political influence and visibility to reinforce media freedom and pluralism. Last but not least, I am thinking of the citizens who not only consume but also increasingly produce media content, for example through social media. They contribute in this way directly to an open, democratic society and to a wider sharing of information. In some countries, these citizens take serious personal risks when tweeting or posting their opinions online. They keep reminding us how important it is for them – and for all of us – to be able to rely on a free and pluralistic media environment. What about the European Union and more specifically the European Commission? Can we also make a difference when it comes to media freedom and pluralism? As Commissioner in charge of media freedom and pluralism, I am convinced that the EU – and the Commission in particular - can, should, and actually does make a difference. I will try to explain to you how in a moment. Of course, it is mainly for Member States themselves to ensure media freedom and pluralism within their respective countries. However, as these values are fundamental for the functioning of modern democracies, the Commission also takes an active role in this area. Firstly, we are following with great interest developments in the Member States and will not hesitate to act as a watchdog for media freedom and pluralism, when EU law is at stake. We are also very serious about media freedom considerations in our legislative endeavours, in particular as regards the independence of national audiovisual regulators. I am convinced that national audiovisual regulators can only be fully effective when they are truly independent from governments. This is a crucial aspect, and I therefore consider the upcoming revision of the EU Audiovisual Media Services Directive an opportunity to strengthen the independence requirements for media regulators. The Commission also acts as a facilitator, encouraging and helping – including through financial support – public and private organisations or NGOs to enhance media freedom and pluralism. For example, we finance two independent projects coordinated by the Leipzig-based European Centre for Press and Media Freedom. These projects address media freedom violations in the EU and neighbouring countries. They observe, research, register, and report violations to both the public and the relevant authorities. And they organise help for threatened journalists, including legal support. Another EU-financed project is the online platform that maps violations of media freedom and pluralism in the EU and beyond. This innovative, crowd-sourced tool shows violations almost in real-time, making it possible to see that daily attacks against media freedom and threats to journalists are still a sad reality. The Media Pluralism Monitor tool is another EU-financed pilot project that makes an important contribution to having a clearer picture on potential risks to media pluralism. It is run independently by the European University Institute in Florence to identify dangers to media pluralism in Member States. The tool is currently being applied in all EU Member States and two candidate countries, Turkey and Montenegro. These projects have worked and continue to work in coordination and cooperation with other initiatives in the field of media freedom and pluralism, for example those carried out by the Council of Europe. I know that you will be learning more about some of these projects throughout the day. Last, but not least, I would like say a few words on copyright, which is a fundamental tool to protect fruit of journalistic work. As many of you know, the Commission is currently preparing a modernisation of copyright rules to create a modern, more European copyright framework. Our current copyright rules were drafted at a time where many of today's possibilities to disseminate and share ideas and knowledge did not exist. I strongly believe that copyright is also of paramount importance for the issues that we talked about today, namely how to guarantee press freedom and how to encourage quality journalism, including online. An independent and pluralistic publishing sector is of particular importance for the creation of high-quality journalism in the digital age. Equally, it is indispensable for our society, cultural Diversity and democratic participation. Journalists and those that invest in their work – publishers - must be able to keep on playing their fundamental role to ensure high quality news reporting in our societies. We are therefore currently gathering views about the role of publishers in the copyright value chain, and for this purpose we launched a public consultation on 23 March 2016. This consultation aims at gathering views on the challenges faced by publishers in the digital environment as a result of the current copyright legal framework. We are also asking about the impact that a possible change in EU law to grant publishers a new neighbouring right would have on them and on the whole publishing value chain. We are also looking specifically at the position of authors and creators, including of course that of journalists. How can we help them to conclude fair contracts? How can we make sure that they receive a fair share of the benefits which their creativity will generate on online platforms? These are the questions that the Commission is looking into at the moment. I am determined to find answers to all these difficult questions in time for them to be part of our copyright modernisation package that we will adopt later this year. Ladies and gentlemen, We are here to celebrate those who – day after day, article after article, tweet after tweet – take a stand to defend their freedom to report facts and make their voice and opinions heard. They enrich the public arena with their ideas and opinions, and they improve the quality of political debate in our democratic society. We celebrate those women and men who stand up to political and commercial pressure, who face financial difficulties and who are sometimes under serious threat, including in Europe. We salute, support, and encourage their actions. We must remain vigilant and, when necessary, act promptly to defend media freedom and pluralism. 00:13:16
00:00:00 Arrival of Pierre Moscovici, Member of the EC in charge of Economic and Financial Affairs, Taxation and Customs 00:00:02
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Werner Hoyer, President of the European Investment Bank (EIB), (in ENGLISH) saying that Europe needed to wake up to the challenge of digitalisation or risk seeing its industries swept away by competitors. Saying that we are running the risk of being left behind. If we don't speed up with our infrastructure in data transmission - which is not only a question of networks but also data processing capacity - we will be lost. That's the difference between the third and fourth industrial revolutions. In the fourth, we do not talk about amenities for consumers but basic industrial necessities which industry needs to compete in the next decades. It's time to wake up and speed up. He is reiterating the need to overcome non-financial barriers to make a success of the Investment Plan for Europe. 00:20:41
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Frans Timmermans, First Vice-President of the EC in charge of Better Regulation, Inter-Institutional Relations, the Rule of Law and the Charter of Fundamental Rights, Donald Tusk, President of the European Council, Angela Merkel, German Federal Chancellor, and Ahmet Davutoğlu, Turkish Prime Minister, by bus. 00:03:34
00:00:00 SOUNDBITE by Georges Dassis, President of the European Economic and Social Committee (EESC), (in FRENCH) giving some welcoming words to open the "Civil Society Forum - Neighbourhood South" 00:10:38
00:00:00 SOUNDBITE by Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, (in ENGLISH): It is such an honour for me to join this Global Forum. When I think of the speakers in the past editions – from Yitzhak Rabin and Shimon Peres to so many US Presidents – I can only feel humbled, and grateful, for your invitation.I’m also particularly happy to be here with Susan and Claudia. In our meetings it happens so often to be the only woman in the room. Today AJC is sending a pretty powerful message with this “women-only” Global Leaders’ session. Well done! And today we somehow talk about women, and men, and their lives.This is a very special day and moment to join you, for so many reasons. It is a delicate moment for America. It is a difficult moment for Europe, and for the Middle East – and in a few days we will present, together with the other leaders of the Middle East Quartet, a report on how to preserve the two-State solution, and turn it into reality.Today is also the first day of Ramadan. And I am sure you will allow me to wish our Muslim friends all the best, and to do it from here. Because one thing Europeans have learnt – or rather, should have learnt, in our long history – is that religions should unite people, and when they don’t, we are all in trouble.But today also marks the anniversary of D-Day, and there could be no better opportunity to be here and celebrate the friendship between Europe and the United States.On D-Day a new chapter in our common history began. The free people of the world stood up against Nazism and Fascism. My generation can only remember the stories we heard from our grandparents. Just two days before D-Day, the Allied forces had liberated my hometown, Rome. We must all keep in mind how much we owe to those who sacrificed for our own liberty – be they Europeans or Americans, all togetherThat was not simply a battle between two armies. On D-Day President Roosevelt reminded the whole world, what the Allied forces were fighting for: (I quote) “They fight not for the lust of conquest. They fight to end conquest. They fight to liberate. They fight to let justice arise.”And they won. In fact, that day we all won – because it was a victory against tyranny and racism. We all won, against the mad idea that one nation, one people, one ideology should enslave all others. That society would be stronger, “perfect,” with all differences eliminated, with all people identical, with all diversity destroyed.But we won. We won against the Holocaust, the shame of our continent and of all human history.The Americans who died in Normandy, were not just fighting for America, but for the whole of us. They were black and white, Christians, non-believers – and Jews. And as an Italian, I can only be grateful to the Jewish Brigade for their contribution to the liberation of Italy.The possibility of a free and united Europe, was born on that day, on D-Day. And it was born thanks to our American friends. Our continent rose up, with America’s economic support, and friendship. The Transatlantic bond is written in our European Union’s DNA.This does not mean we didn’t have our tough moments. The AJC’s Transatlantic Institute was funded during one of those bad moments – back in 2004, at the height of the crisis sparked by the war in Iraq. And we must truly be thankful to the American Jewish Committee and to the Baruch [read: Barùsh] family for having invested in our friendship right when we needed it the most. True friends know how to overcome difficult moments.The very night Barack Obama got elected in 2008, he spoke clearly about “alliances to repair.” Eight years later, our alliance couldn’t be in better shape. And let me tell you: Whoever the next President will be, I can only hope that our European Union and the United States of America will keep working together, as we’ve done in the past years. Hand in hand, always. Because in difficult times, there’s nothing you need more than good friends. Both Europe and America need our friendship to remain strong. Is the entire world needs our friendship to remain strong. In Europe, we know it well. I’m sure Americans know it too. 00:06:36
00:00:00 SOUNDBITE by David Nabarro, Special Adviser on the 2030 Agenda for Sustainable Development, (in ENGLISH) giving some welcoming words to open the closing session and introducing the speakers in the framework of the European Development Days (EDD) at Tour et Taxi in Brussels, Belgium 00:06:44
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Tilte 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:02:26
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Handshake between Federica Mogherini, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and President of the Council, and Peter Maurer, President of the International Committee of the Red Cross (ICRC) 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:11
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Jean-Claude Juncker, President of the EC, and Hailemariam Desalegn, Ethiopian Prime Minister, and handshake (3 shots) 00:03:12
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 SOUNDBITE by Mars Di Bartolomeo, President of the Chamber of Deputies of Luxembourg, (in FRENCH) welcoming Jean-Claude Juncker and giving some introductory words to open the Conference of the Speakers of the European Union Parliaments, in Luxembourg 00:03:32
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Karl-Heinz Grasser, ministre fédéral autrichien des Finances et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) disant que le Conseil est satisfait de la situation économique de l'UE; sur le programme de la présidence autrichienne; sur les perspectives financières; sur l'initiative Croissance et emploi; sur les programmes de stabilité et de convergence; sur le déficit excessif britannique; sur les taux réduits de TVA (19:41:20); disant qu'un accord a été conclu à 22 Etats membres (sans la République tchèque, la Pologne et Chypre); sur l'annexe K; sur le chauffage urbainLászló Kovács, membre de la CE chargé de la Fiscalité et de l'Union douanière, (en ANGLAIS) disant que l'objectif de la CE était de contribuer à un accord sur les taux réduits de TVA; sur l'annexe K; sur le chauffage urbainQuestions des journalistes (19:50:14) 00:47:42
00:00:00 Frank-Walter Steinmeier, ministre fédéral allemand des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil (en ALLEMAND) disant qu'ils ont discuté du statut final du Kosovo et ont insité les deux parties à trouver un compromis réaliste; disant que le Conseil signale son engagement en faveur d'une résolution sur le statut du Kosovo; sur leur visite de la troika à la Serbie au lendemain des élections; appelant à la formation rapide d'un gouvernement en Serbie; sur le Proche-Orient suite aux accords de La Mecque; appelant à la formation d'un gouvernement d'union nationale; sur l'engagement du Quartet dans le processus de paix; sur les négociations avec l'Iran; sur l'Afghanistan et le renforcement de la présence civile et militaire de l'UE dans le pays; sur la Somalie.Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) sur la Serbie et le Kosovo; sur le Proche-Orient; sur l'Afghanistan et la formation des policiers afghans par l'UE; sur l'Iran.Benita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage (en ALLEMAND) sur le Proche-Orient et le mécanisme temporaire international; sur l'Afghanistan, en particulier concernant l'Etat de droit et la réforme du système judiciaire.Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) sur la Serbie, la création d'un gouvernement pro-européen et la coopération avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, deux conditions essentielles à la conclusion des négociations pour l'accord de stabilisation et d'association; sur le Kosovo.Questions des journalistes (17:38:37) 00:45:22
00:00:00 Stavros Dimas, membre de la CE chargé de l'Environnement, (en ANGLAIS) disant que le ministre polonais de l'Environnement a décidé de donner le feu vert aux travaux de construction des voies de contournement d'Augustow et Wasilkow à travers la forêt vierge qui est un habitat pour beaucoup d'espèces très rares d'animaux; disant qu'il s'agit d'une zone qui fait partie de Natura 2000 et est, à ce titre, une zone protégée; disant que la CE a mis les autorités polonaises en garde contre ces projets d'infrastructures routières; disant que celles-ci ont malgré tout donné le feu vert à la construction, d'où la décision de la CE d'accélérer la procédure d'infraction contre la Pologne; disant que la CE a décidé d'envoyer à la Pologne un dernier avertissement exigeant qu'elle se conforme à la législation européenne dans le délai d'une semaine; disant que si le pays ne répond pas en temps voulus et de façon satisfaisante, la CE envisagera une action d'urgence et saisira la Cour de justice européenne; disant que la CE soutient l'amélioration des infrastructures routières en Pologne mais n'accepte pas les dommages irréversibles qui seraient générés par ces constructions dans la vallée de la Rospuda; disant que cette vallée est un écosystème marécageux unique et très complexe, peut-être le dernier du genre dans l'UE; disant que de nombreux scientifiques sont d'avis que ces projets mettront en danger l'équilibre délicat du système aquifère de cette vallée, ce qui engendrera des dommages irréversibles à l'ensemble de l'écosystème, et nuiront à l'héritage de la vallée en termes d'ornithologie.Questions des journalistes (11:41:20) 00:44:27
00:00:00 Lech Kaczyński, président de la Pologne, (en POLONAIS) Questions des journalistes (14:01:32) 00:41:25
00:00:00 László Kovács, membre de la CE chargé de la Fiscalité et de l'Union douanière, (en ANGLAIS) disant que la proposition correspond tout à fait aux politiques énergétique et environnementale; disant que la proposition vise à réduire les émissions à effet de serre et à améliorer le marché intérieur en créant une situation égale pour tous en matière de transport; disant que le taux d'accises minimal pour le diesel commercial va être augmenté jusqu'à 2012, ce qui mettra de mettre un terme aux différences actuelles entre le diesel et l'essence sans plomb; disant que la proposition donne plus de souplesse aux Etats membres pour faire la différence entre le taux d'accises sur le diesel commercial et non commercial puisque cela permet de réduire la fiscalité sur le diesel commercial en deçà du niveau national au 1er janvier 2003; disant que la proposition prévoit deux ans entre chaque augmentation pour les Etats membres qui disposent de périodes transitoires; disant que l'augmentation des taux minimaux et le découplage entre diesel commercial et non commercial entraînera une tendance à la convergence.Questions des journalistes (18:05:51) 00:29:57
00:00:00 Silvio Berlusconi, président du Conseil des ministres italien et président en exercice du Conseil, (en ITALIEN) sur l'accord sur la stratégie européenne de sécurité; sur les relations transatlantiques; sur les accords sur les agences européennes; sur la CIG; sur l'accord sur la composition de la CE (un commissaire par Etat); sur le nombre de membres du PE pour les Etats les moins peuplés qui sera de cinq; sur le désaccord concernant les points qui seront soumis à la majorité qualifiée bien qu'il y ait eu des compromis de la part de l'Espagne et de la Pologne; sur la rupture des négociations; disant que les points sur lesquels il y a un accord ne seront pas réouvertsRomano Prodi, président de la CE, (en ITALIEN) disant qu'un accord n'a pas été possible mais que l'esprit de la Convention sur l'avenir de l'Europe est resté vivant; sur les défis des mois à venir; disant que le projet de constitution européenne existe et qu'il faut repartir de cette basePat Cox, président du PE, (en ANGLAIS) disant que le non-accord n'est pas un échec de la présidence italienne et qu'il ne fait que refléter l'immensité des défis qui étaient à relever; sur les tâches qui attendent la présidence irlandaisePrésence de Franco Frattini, ministre italien des Affaires étrangèresQuestions des journalistes (16:39:44) 00:57:07
00:00:00 Romano Prodi, président de la CE, (en ANGLAIS) disant que c'était la première visite d'Ilham Aliyev à la CE et qu'elle fut très fructueuse; sur l'approfondissement des relations avec l'Azerbaïdjan; sur le conflit au Nagorny-Karabakh qui préoccupe l'UEIlham Aliyev, président de l'Azerbaïdjan, (en ANGLAIS) exprimant sa gratitude à la CE pour son invitation; sur la volonté de l'Azerbaïdjan d'approfondir ses relations avec l'UE; disant la nomination d'un représentant de l'UE pour le Caucase du sud et la nouvelle politique européenne de voisinage démontrent la volonté de l'UE de privilégier cette région; sur les sujets abordés durant la réunionQuestions des journalistes (11:05:05) 00:13:20
00:00:00 Vladimír Špidla, membre de la CE chargé de l'Emploi, des Affaires sociales et de l'Egalité des chances, (en TCHEQUE) disant que l'Europe a un problème avec le vieillissement de la population; disant que le Livre vert révèle l'allongement de la durée de la vie dans des conditions de santé meilleures mais cela implique des conséquences au niveau des pensions d'autant plus que les naissances reculent; disant que l'espérance de vie augmente alors que, dans le même temps, l'âge de la retraite a diminué; disant qu'il n'est pas rare qu'un être humain soit inactif pendant plus de 50 ans de sa vie (enfance, études, diverses pause-carrières et retraite); disant que la situation démographique est des plus sérieuses et qu'il est urgent de réagir (transport public, soins de santé spécifiques); disant qu'il faut envisager une réforme des retraites; disant que la situation est semblable au Japon ou en ChineQuestions des journalistes (11:33:31) 00:41:02
00:00:00 Francis Mer, ministre français de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, (en FRANCAIS) sur l'harmonisation des droits d'accises sur le tabac; sur le taux de TVA dans le secteur de la restauration; sur les taux de change; sur le succès de l'euroQuestions des journalistes (13:04:36) 00:20:48
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que la Serbie-et-Monténégro est suffisamment préparée pour avancer dans des négociations avec l'UE car elle a fait de nombreux progrès dans ces rapports avec le Tribunal de La Haye. Cet accord de stabilité et d'association est l'amorce de la voie européenne pour la Serbie-et-Monténégro et est un processus de stabilisation pour le pays. Le pays a obtenu des résultats remarquables et il est temps d'aller plus loin. L'accord qui y a été conclu la semaine passée sur la charte constitutionnelle garantit la légitimité du parlement de l’union étatique. La Serbie-et-Monténégro a enfin fait de gros progrès dans sa coopération avec le Tribunal de la Haye en lui transférant à ce jour une douzaine de personnes inculpées pour crimes de guerre. Cette tendance se doit se poursuivre et se renforcer jusqu'à ce qu'il ne reste plus un seul inculpé en fuite. Tant que le pays ne coopère pas pleinement avec le TPIY, aucune négociation d'adhésion proprement dite ne peut être envisagée. Le dixième anniversaire des événements de Srebrenica approchant, en juillet, Radovan Karadzic et Ratko Mladic doivent être livrés à la justice. C'est la seule façon d'arriver à la réconciliation et d'avancer vers l'adhésion à l'Union européenne. Une accord de stabilisation et d'association peut avoir pour résultat concret d'avoir un cadre contractuel entre les Balkans et l'UE pour créer une zone de libre échange, de rapprocher la légilsation de l'acquis communautaire, de permettre une coopération très large dans tous les domaines, de renforcer le dialogue politique et d'avoir une coopération régionale. Questions-Réponses des journalistes (14:47:29:16) 00:27:58
00:00:00 Jean-Claude Trichet, président de la BCE, (en ANGLAIS) exprimant ses voeux pour la nouvelle année; sur la décision de la BCE de laisser les taux d'intérêt inchangés en dépit du taux élevé du dollar par rapport à l'euro; sur la conjoncture; sur l'inflation; sur la politique monétaire; sur la politique fiscalePrésence de Lucas Papademos, vice-président de la BCEQuestions des journalistes (14:40:51) 00:39:55
00:00:00 Gerassimos Thomas, porte-parole de Pedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) sur la coordination des politiques économiques; sur la gouvernance économique; sur les procédures pour déficit excessifQuestions des journalistes (17:03:23) 00:32:45
00:00:00 Jaap de Hoop Schefr, secrétaire général de l'OTAN, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été très fructueuse; sur la situation au Kosovo et en Bosnie-Herzégovine; sur la reprise de la mission de la SFOR par l'UE; sur l'AfghanistanJavier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été très fructueuse; sur la reprise de la mission de la SFOR par l'UE; sur le rôle de l'OTAN en AfghanistanDeclan Kelleher, président en exercice du Comité politique et de sécurité permanent, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été très fructueuse; sur l'AfghanistanQuestions des journalistes (17:47:01) 00:14:22
00:00:00 Poul Nielson, membre de la CE chargé du Développement et de l'Aide humanitaire, (en ANGLAIS) disant que les produits agricoles sont une source importante d'emplois et de revenus pour les populations des pays en voie de développement; sur la nécessité d'agir pour garantir les recettes à l'exportation; sur les mesures proposées (approche intégrée de la chaîne, mécanismes novateurs, révision de l'instrument FLEX); sur la culture du cotonPascal Lamy, membre de la CE chargé du Commerce, (en FRANCAIS) disant que ces propositions de la CE répondent à une demande des pays en voie de développement; sur l'ouverture du marché européen (processus "tout sauf les armes"); sur l'escalade tarifaire; sur la culture du cotonQuestions des journalistes (13:01:06) 00:43:51
00:00:00 Jean Claude Juncker, ministre luxembourgeois des Finances et président en exercice du Conseil, prend la parole (en FRANCAIS) pour parler de la réforme du Pacte de stabilité. Le pacte sera dorénavans appliqué de manière plus économique, sur toute l'étendue du site économique et que la CE et la Conseil travailleront en toute confiance. Joaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, a expliqué (en FRANCAIS) que les positions de la CE sur le rapport du Pacte de stabilité étaient acceptées par les ministres mais pas dans sa totalité.Questions-Réponses des journalistes (28:38:08:14) 00:22:49
00:00:00 Viviane Reding, membre de la CE chargée de la Société de l'information et des Médias, (en ANGLAIS) sur la nouvelle communication stratégique "Combler le fossé du haut débit" qui servira à apporter la croissance et l'emploi dans les zones moins développées ou rurales; sur le potentiel de la large bande; disant que le haut débit est un facteur de croissance et de productivité; disant que les lignes à haut débit ont quadruplé ces trois dernières années en Europe; sur l'insuffisance d'accès dans les zones moins développées et ruralesNeelie Kroes, membre de la CE chargée de la Concurrence, (en ANGLAIS) sur ce que peut apporter la politique de concurrence dans ce dossier; sur les aides d'EtatDanuta Hübner, membre de la CE chargée de la Politique régionale, (en ANGLAIS) disant que cette initiative ne sera un succès que si elle est fondée sur un partenariat ; disant que le monde change très rapidement et que les politiques doivent suivre ; sur le défi de la cohésion interne ; disant que le haut débit n'est plus un luxe mais une nécessité ; disanr qu'investir dans le haut débit est une des façons pour la politique régionale de renforcer à la fois la cohésion et la compétitivitéMariann Fischer Boel, membre de la CE chargée de l’Agriculture et du Développement rural, (en ANGLAIS) sur les zones rurales 00:35:18
00:00:00 Tony Blair, Premier ministre britannique et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) disant que c'est un grand honneur pour le Royaume-Uni de présider l'UE; sur la priorité: initier un débat sur la direction future de l'UE; disant qu'il y aura un Conseil européen informel en automne pour discuter de la nouvelle énergie à insuffler au projet européen; sur les autres priorités: initiative "Mieux légiférer", directive sur les service, directive sur le temps de travail, coopération en matière de renseignement pour lutter contre le terrorisme et PESD; remerciant José Manuel BarrosoJosé Manuel Barroso, président de la CE, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été très constructive; disant que l'UE est à un moment critique; se félicitant de la tenue d'un Conseil européen informel en automne sur l'avenir de l'Europe; sur le budget qui est un problème qu'il faut régler rapidement en trouvant un consensus; sur la réforme économique et la stratégie de Lisbonne; sur l'initiative "Mieux légiférer"; sur l'aide à l'AfriqueQuestions des journalistes (17:04:08) 00:31:26
00:00:00 Charlie McCreevy, membre de la CE chargé du Marché intérieur et des Services, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) qu'il s’agit d’une solution réaliste, pratique et faisable. À un moment critique pour l’Europe, elle devrait permettre à celle-ci de prendre un avantage économique réel. Elle déclenche un processus qui conduira à une meilleure intégration du marché des services sur lesquels les acheteurs et les vendeurs de services bénéficieront d’une plus grande sécurité juridique. Les entreprises auront la possibilité de développer et d’offrir des services sans être soumis à des dispositions visant à les empêcher de le faire. Les consommateurs auront davantage de choix, bénéficieront d'une concurrence accrue et de prix plus bas. Les normes en vigueur au lieu de la prestation ne seront pas mises à mal. Il faut maintenant attendre de pouvoir travailler avec le Conseil afin de dégager un accord final avant la fin de l’année.Vladimír Špidla, membre de la CE chargé de l'Emploi, des Affaires sociales et de l'Egalité des chances, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que les travailleurs ont le droit d'offrir leurs prestations lorsqu'ils sont détachés. Il parle des 4 caractéristiques spécifiques de cette directive.Questions (16:36:57:01) 00:38:05
00:00:00 Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS traduit en UKRAINIEN) disant qu'ils ont parlé de la situation en Ukraine et disant que l'Ukraine continuera à avoir le support de l'UE; sur la frontière Ukraine/TransnistrieYuriy Yekhanurov, Premier ministre ukrainien, (en UKRAINIEN traduit en ANGLAIS) sur la contribution personnelle de Javier Solana à la révolution orange en UkraineQuestions des journalistes (17:39:10) 00:18:46
00:00:00 Alan Johnson, ministre britannique du Commerce et de l'Industrie et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur l'amélioration de la régulation; sur le programme REACH; sur le tableau de bord du marché intérieur; sur le plan d'action sur les aides d'État et la communication sur les aides d'État à l'innovation; sur le prix de l'entreprise européenneGünter Verheugen, vice-président de la CE chargé des Entreprises et de l'Industrie, (en ANGLAIS) sur REACH disant qu'un accord est proche qui combinera les soucis de santé, d'environnement et de compétitivité; sur la réduction du fardeau administratif pour les PME; sur la mise en place d'un groupe à haut niveau qui va s'occuper des questions de compétitivité, d'énergie et d'environnementQuestions des journalistes (15:35:20) 00:14:48
00:00:00 Markos Kyprianou, membre de la CE chargé de la Santé et de la Protection des consommateurs, (en ANGLAIS) disant qu'il a reçu confirmation du fait que le virus constaté en Turquie est bien le H5N1; disant qu'en Roumanie, les premiers tests étaient négatifs mais une deuxième série de tests a été lancée afin d'être sûr; disant que, pour le moment, il ne s'agit que d'un problème de santé animale; disant qu'il y aura demain une réunion d'experts sur les oiseaux migrants et les risques qu'ils peuvent poser; sur les capacités de fabrication des vaccins dans les Etats membres; disant qu'il faut être prêt à gérer tout risque de pandémieQuestions des journalistes (12:28:45) 00:48:57
00:00:00 Jacques Chirac, président de la République française, dresse un bilan de la présidence finlandaise et évoque pour ce faire (en FRANCAIS) notamment: les problèmes de l'élargissement de l'UE à la Turquie et aux pays des Balkans; la question institutionnelle européenne; le financement de l'aide au développement; les changements climatiques; la politique de l'innovation.Questions des journalistes (13:35:39:00). 00:36:15
00:00:00 Viviane Reding, membre de la CE chargée de la Société de l'information et des Médias, (en ANGLAIS) disant que le cadre légisatif existe mais n'est pas toujours appliqué sur le terrain; disant que le numéro 112 peut maintenant être utilisé partout, d'un téléphone fixe ou mobile; disant qu'elle a invité des experts en télécommunications et de la protection civile des Etats membres à une conférence à Bruxelles; sur l'exemple de l'Espagne qui a mis en place une technologie automatique de repérage de l'appellant; sur la barrière linguistique si l'appellant ne parle pas la langue du paysViviane Reding porte un gilet fluorescent d'urgenceQuestions des journalistes (11:39:15) 00:35:31
00:00:00 Charles Clarke, ministre britannique de l'Intérieur et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) disant que c'était un Conseil important; sur l'accord sur la procédure européenne d'injonction de payer; sur la discussion sur la conservation des données et l'échange des données; disant que les données de télécommunications doivent être retenues pour des périodes allant de 6 mois à deux ans en fonction du type de données; sur la situation à Ceuta et Melilla et le problème des réfugiésFranco Frattini, vice-président de la CE chargé de la Justice, de la Liberté et de la Sécurité, (en ANGLAIS) sur la rétention de données qui va de pair avec la protection des données; sur la situation à Ceuta et Melilla; disant que la CE est prête à accroître sa coopération avec le Maroc (formation de garde-frontières, lutte contre la traite des êtres humains); sur la coopération politique avec les pays d'Afrique sub-saharienneAntónio Guterres, Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, (en ANGLAIS) sur le plein support du HCR au programme de la CE; disant que les réfugiés ne sont pas de terroristes et même les premières victimes du terrorisme; disant qu'il faut punir les trafiquants; disant qu'il faut lutter contre la pauvreté et permettre aux gens de vivre dans des conditions honorablesQuestions des journalistes (14:03:30) 00:36:01
00:00:00 Jack Straw, ministre britannique des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) des négociations OMC de Doha et des résultats en terme d'agriculture et comment la situation peut évoluer; de la grippe aviaire et pandémique et de la préparation de l'UE à l'éventualité d'une confrontation au virus; des catastrophes naturelles du tremblement de terre en Asie du sud-est et de la tempête tropicale Stan.Questions-Réponses des journalistes (14:32:10:00) 00:21:16
00:00:00 Janez Potocnik, membre de la CE chargé de la Science et de la Recherche, (en ANGLAIS) disant qu'il est ravi du travail effectué par le groupe d'experts; disant que la productivité européenne est inférieure à celle des Etats-Unis; disant que les entreprises européennes se fondent sur des secteurs traditionnels; sur le défi du vieillissement de la population; disant que le marché est la clé de voûte de l'Europe de l'innovation; sur la mobilité des capitaux à risque; sur les actions à menerEsko Aho, ancien Premier ministre finlandais et président du Groupe d'experts sur les actions prioritaires à mener dans l'Union afin de stimuler les investissements dans la recherche, (en ANGLAIS) sur la raison pour laquelle ce groupe a été crééQuestions des journalistes (10:47:18) 00:54:52
00:00:00 Martin Bartenstein, ministre fédéral de l'Économie et du Travail et président en exercice du Conseil, parle (en ALLEMAND, traduit en FRANCAIS) des questions énergétiques et du livre vert à ce sujet. L'UE doit relever des défis majeurs sur les produits énergétiques qui coûtent cher. Il faut une nouvelle politique énergétique européenne. La CE, dans son livre vert sur l’énergie, a défini les priorités d’un approvisionnement énergétique sûr, durable et compétitif en Europe, les ministres ont quant à eux identifié 26 mesures et recommanderont 9 actions principales au Conseil européen à intégrer dans un plan sur l’énergie. Il ajoute qu'il faut que les pays européens s'expriment d'une seule voix en matière énergétique. Les petits états s'opposent à l'énergie nucléaire. A propos de la durabilité de la politique énergétique, il faudra augmenter le rendement d'ici à 2020 et faire une économie d'nergie de 20%. Il parle également des énergies renouvelables en disant que l’Europe doit devenir numéro un en terme d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.Andris Piebalgs, membre de la CE chargé de l'Energie, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) fait trois remarques: il y a eu un soutien des ministres de l'énergie au livre vert de la CE; chacun souhaite mieux légiférer pour permettre une meilleure application; les Etats membres ont fait leur propre proposition ou suggestion et également fait un pan d'action pour leur pays. Il est donc très satisfait.Questions (13:42:07) 00:27:02
00:00:00 Josep Borrell Fontelles, président du PE, dit (en ESPAGNOL, traduit en FRANCAIS) que le cheminement est long pour parvenir à un accord financier. Au PE, selon les groupes, il y a des insatisfactions partielles mais que chacun essaye de gérer afin d'aller de l'avant. Les insatisfactions portent sur les montants mais aussi sur la manière de gérer le budget.Wolgang Schüssel, président en exercice du Conseil de l'UE, explique (en ALLEMAND, traduit en FRANCAIS) que le résultat est commun et de qualité. Il y a une sécurité juridique et un budget de 864 millions d'euros supplémentaires pour les 7 années à venir. C'est à dire que le budget a augmenté, notamment pour les RTE, la recherche, l'enseignement et la PESC.José Manuel Barroso, président de la CE, parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) de sa satisfaction de l'accord sur les perspectives financières 2007-2013. Les fonds européens constituent un catalyseur pour les investisseurs et c'est élément favorisant pour la stratégie de Lisbonne. Une gestion financière saine va permettre de compléter le travail déjà accompli.Questions (11:51:21:08) 00:32:58
00:00:00 Joe Borg, membre de la CE chargé de la Pêche et des Affaires maritimes, (en ANGLAIS) disant qu'après 4 jours d'intenses négociations, un accord a été conclu entre l'UE et le Maroc; sur l'importance d'un tel accord principalement pour les flottes espagnoles et portugaises; sur les modalités de l'accord; félicitant les équipes de négociationsMustapha Mechahouri, ministre marocain du Commerce Extérieur, (en FRANCAIS) disant que cet accord traduit la volonté des parties de donner une nouvelle impulsion à leurs relations bilatérales dans le domaine des pêches maritimes; sur les modalités de l'accord; félicitant les équipes de négociationsQuestions des journalistes (17:15:28) 00:21:21
00:00:00 Philippe Busquin, membre de la CE chargé de la Recherche, (en FRANCAIS) disant que 50% de la croissance économique en Europe est due à la recherche et à l'innovation; disant que les perspectives financières 2007-2013 proposent de doubler l'argent alloué à la recherche et à l'innovation; sur la préparation du 7e programme-cadre pour la recherche et le développement technologique; disant que la recherche a des coûts de plus en plus importants; disant qu'il faut faire un saut quantitatif et qualitatif; sur les réseaux d'excellence; sur l'investissement privé; sur les plate-formes technologiques; sur l'évaluation du 6e programme-cadre pour la recherche et le développement technologique; donnant des exemples de pôles d'excellence; sur la mobilité des ressources humainesQuestions des journalistes (11:32:53) 00:54:06
00:00:00 Plans de coupe: arrivée de Condoleeza Rice, conseillère américaine à la sécurité nationale (14:50:51); Condoleeza Rice discutant avec Mary Harney, vice-Premier ministre irlandaise et ministre de l'Entreprise, du Commerce et de l'Emploi (14:51:38); arrivée de Colin Powell, secrétaire d'État américain (14:53:26); Brian Cowen, ministre irlandais des Affaires étrangères, et Dick Roche, ministre irlandais adjoint auprès du Premier ministre et au ministère des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes (14:54:56); Mary Harney, Rockwell A. Schnabel, chef de la mission des États-Unis auprès des CE, et Condoleeza Rice (15:00:18); Colin Powell et Ján Figel', membre de la CE (15:00:58); Pascal Lamy, membre de la CE chargé du Commerce (15:02:52) 00:33:16
00:00:00 Loyola de Palacio del Valle-Lersundi, vice-présidente de la CE chargée des Relations avec le Parlement européen, des Transports et de l'Energie, (en ESPAGNOL) sur la nouvelle proposition de directive sur la libéralisation des services portuaires; sur les discussions avec les secteurs touchés par la directive; disant que cette nouvelle proposition de directive est plus claire et plus simple; disant que seuls les services portuaires des ports d'une certaine taille (+ de 1,5 millions de tonnes et de 200.000 passagers) sont ouverts à la concurrence; disant que les prestataires de services doivent obtenir un agrément auprès des autorités compétentes; disant que les concessions sont limitées dans le temps; sur les services ouverts à la concurrence; sur le self-handling; disant que la directive essaie d'éviter le dumping socialQuestions des journalistes (12:55:02) 00:48:42
00:00:00 Charlie McCreevy, ministre irlandais des Finances et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur la situation économique générale disant que la stagnation cyclique est venue à son terme et qu'il faut donc se consacrer maintenant à la stratégie de Lisbonne; sur l'augmentation des prix pétroliers; sur le pacte de stabilité et de croissanceJoaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) disant que la CE est d'accord avec l'évaluation du FMI selon laquelle la zone euro est confrontée à des problèmes à long terme; sur la stratégie de Lisbonne; sur l'augmentation des prix pétroliers; disant que l'euro protège les économies de la zone; sur l'ouverture d'une procédure de déficit excessif pour la Grèce; sur les recommandations de la CE pour les Pays-BasQuestions des journalistes (23:22:00) 00:26:01
00:00:00 Introduction.Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'AEE, parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) de la politique environnementale et de l'importance de celle-ci et du contrôle environnemental. L'AEE fait rapport de la situation environnementale en Europe et remarque des améliorations dans ce domaine.Karl-Heinz Florenz, directeur de la commission de l'Environnement du PE, explique (en ALLEMAND, traduit en FRANCAIS) que l'UE s'engage dans la politique de l'environnement, dont l'objet est important et cela se voit à travaers les décsions prises.Margot Wallström sur le rapport de l'environnement 2005, vice-présidente de la CE chargée des Relations institutionnelles et de la Stratégie de communication parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) de l'AEE, qu'elle estime être une agence engagée. Cela se voit dans le rapport que l'agence a établit. On peut en tirer trois messages: la politique communautaire fonctionne; le changement climatique doit être pris en compte de manière sérieuse, notamment par la perte de biodiversité; les défis environnementaux ont une importance mondiale. En résumé, malgré les progrès réalisés ces 30 dernières années, l'UE n'a pas encore fait d'assez grandes évolutions, il faut encore faire plus pour l'environnement.Questions (11:14:04:16) 00:54:20
00:00:00 Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) disant qu'ils ont discuté des négociations sur l'accord d'association et de stabilisation; sur la coopération avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie; sur le statut du KosovoBoris Tadić, président de la Serbie, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été très constructive; sur l'arrestation du général Ante Gotovina; sur l'importance de la coopération avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie; sur l'accord d'association et de stabilisation; sur le Kosovo; (en SERBE); (en ANGLAIS) disant qu'il faut trouver une solution durable pour le KosovoQuestions des journalistes (18:12:45) 00:23:37
00:00:00 Viviane Reding, membre de la CE chargée de la Société de l'information et des Médias, (en FRANCAIS) disant que la situation est désormais multi-médiale et qu'il faut les mêmes réglements pour chaque média; sur le développement des télévisions satellitaires et de la video on demand; disant que la nouvelle directive réglementera les contenus; disant qu'il faut protéger les mineurs; sur la promotion de la diversité culturelle; sur le contrôle de la publicité (12 minutes par heure)Questions des journalistes (16:41:47) 00:23:33
00:00:00 Plans de coupe de la salle de presse; déclaration de Silvio Berlusconi, président du Conseil des ministres italien (en ITALIEN) et départ 00:08:11
00:00:00 Vladimír Špidla, membre de la CE chargé de l'Emploi, des Affaires sociales et de l'Egalité des chances, (en TCHEQUE) disant que le chômage demeure élevé en Europe; disant que la Stratégie sur l'emploi donne des résultats; disant qu'il faut une reprise de la demande intérieure pour booster le marché de l'emploi; (en FRANCAIS) sur la croissance de l'emploi qui est faible mais positive dans presque tous les Etats membres en 2004; sur le taux d'emploi des travailleurs âgés; sur les disparités salariales entre Etats membres, entre professions et entre hommes et femmes; sur le taux d'inactivitéQuestions des journalistes (12:53:18) 00:48:29
00:00:00 Günter Verheugen, vice-président de la CE chargé des Entreprises et de l'Industrie, explique (en ALLEMAND, traduit en FRANCAIS) comment s'établi, dans les faits, la simplification législative. Le nouveau programme spécifie les textes législatifs que la CE envisage de simplifier, abroger, codifier, refondre ou modifier au cours des trois prochaines années. La CE se rend compte que ce travail est important et que le but est de supprimer des obstacles qui existent et qui sont un frein à la croissance et à la concurrence. Le droit communautaire doit être simplifier afin de faciliter la vie des citoyens. Ensuite, Günter Verheugen parle de points qui ont été moins traités par le passé: la codification pour réduire le volume de la législation européenne, la refonte visant à clarifier et à améliorer la cohérence ou modification de l'approche réglementaire (co-réglementation, normalisation, recours aux règlements en tant qu'outil de simplification, renforcement de l'utilisation des technologies de l'information). Il ajoute que la simplification ne va pas résoudre seule les problèmes de croissance et de concurrence en Europe mais il faut croire à la force des accords qui sont conclus et aux retombées de la stratégie de Lisbonne.Questions-réponses des journalistes (16:20:39:11) 00:39:26
00:00:00 Vladimír Špidla, membre de la CE chargé de l'Emploi, des Affaires sociales et de l'Egalité des chances, (en ALLEMAND) sur le lancement de l'Année européenne sur la mobilité des travailleurs; sur la mobilité géographique et sectorielleMartin Bartenstein, ministre fédéral autrichien de l'Economie et du Travail et président en exercice du Conseil, (en ALLEMAND) sur le lancement de l'Année européenne sur la mobilité des travailleurs; sur la "flex-sécurité"Questions des journalistes (18:06:45) 00:23:16
00:00:00 Arrivée de Jean-Claude Trichet, président de la BCE, et de Lucas Papademos, vice-président de la BCE 00:00:46
00:00:00 Gordon Brown, ministre britannique des Affaires économiques et financières et président en exercice du Conseil, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) la teneur du conseil qui a eu lieu. Il dit que lors d'une discussion avec des chefs d'entreprise européens, les ministres, les gouverneurs de banques centrales et la CE sont parvenus à un accord sur les réformes nécessaires pour garantir une meilleure croissance économique et davantage de justice sociale. Il faut notamment parachever le marché intérieur, s'engager à mettre sur pied un marché des services, poursuivre la réforme de l'administration, mettre en oeuvre des politiques sociale et de l'emploi modernes. Le Conseil Ecofin informel a discuté de la situation économique actuelle et, notamment, de l'impact des prix du pétrole. Tout en reconnaissant que la hausse des prix du pétrole comporte des risques pour la croissance, les ministres ont conclu que, dans l'économie mondiale actuelle et avec une réponse politique appropriée, les conséquences économiques de la hausse des prix du pétrole devraient être limitées, notamment comparées à d'autres périodes. Les ministres mettent l'accent sur la coordination efficace et continue dont ils font preuve en réaction à la hausse du prix du pétrole et conviennent que la fiscalité distorsive et les autres interventions politiques qui empêchent les ajustements nécessaires devraient être évités. De plus, les ministres ont convenu de l'importance de soutenir la régénération économique en Cisjordanie et dans la bande de Gaza en ce moment historique. Ils ont accueilli favorablement l'idée d'un plus grand soutien de l'UE pour les infrastructures et le secteur privé, fourni conjointement par la Commission et la BEI à travers une assistance technique et des sources de financement appropriées. En outre, le quatrième anniversaire des monstrueux attentats du 11 septembre va être commémorer. À la veille de cet anniversaire, les ministres européens des finances ont renouvelé leur détermination à créer un environnement hostile pour les terroristes, et ceux qui financent le terrorisme. Ce travail continuera à nécessiter une action aux niveaux international, européen et national.Joaquín Almunia, membre de la CE chargé des affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS), parle d'un accord politique sur un projet de décision sur l'existence d'un déficit public excessif au Portugal et sur un projet de recommandation sur les mesures correctives à appliquer. Il parle également des effets de la mondialisation et dit que les ministres et la Commission européenne ont convenus que des mesures urgentes étaient nécessaires au niveau européen et de chaque état membre dans le cadre des programmes de réforme nationaux de Lisbonne pour garantir la croissance et le plein emploi pour l'Europe dans une économie mondiale.Jean-Claude Trichet, président de la BCE, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que le Conseil Ecofin fut très intéressant, notamment le défi de la mondialisation et lke fait d'avoir invité des personnalités du monde des affaires. Les ministres des finances et la Commission ont convenu de mettre ces thèmes au centre de leurs travaux tout au long de l'automne, en vue notamment de la prochaine réunion informelle des chefs d'état et de gouvernement, et en rédigeant d'autres rapports qui seront soumis au Conseil Ecofin sur la réforme réglementaire et sur les politiques requises pour faire en sorte que la mondialisation profite à l'Europe.Questions-Réponses des journalistes (13:56:52:00) 00:46:52
00:00:00 Erkki Tuomioja, ministre finlandais des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que les sujets qui ont été traités ont été: des questions internationales, des réformes dont les droits de l'homme, Chypre, les litiges frontaliers. Ils ont aussi parlé de différentes questions politiques en Turquie. La partie la plus importante a concerné les questions internationales concernant leur voisinage commun.Abdullah Gül, ministre turc des Affaires étrangères, parle (en TURC, traduit en FRANCAIS) de la réunion, la première partie a concerné le Moyen-Orient et des questions internationales tandis que la deuxième partie concernait l'acquis communautaire de la Turquie. Il y a des lacunes mais le gouvernement turc a la volonté d'y travailler et avancent malgré les difficultés. Il parle ensuite de ChypreQuestions Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que la partie la plus fructueuse de la réunion a porté sur des problèmes majeurs comme le Moyen-Orient, le Liban, l'Iran et le sud du Caucase. La Turquie est un point d'ancrage pour la paix au Moyen-Orient. Les négociations d'adhésion sont une évolution politique et les réformes doivent être faites dans leur entièreté.Questions (16:52:36) 00:52:00
00:00:00 John Wood, président du Forum stratégique européen pour les infrastructures de recherche, (en ANGLAIS, 11:19:58) disant que des Etats membres envisagent des investissements pour des infrastrutures de grande ampleur et que cela doit se faire à un haut niveau; sur l'idée d'installations paneuropéennes; sur l'ESFRI; sur la feuille de route qui identifie 7 domaines horizontaux et 35 projets qui couvrent les sciences humaines, environnementales, de la matière, etc...; sur l'attrait des jeunes pour les sciencesRemise de la feuille de route par John Wood à Janez Potocnik (11:30:10)Janez Potocnik, membre de la CE chargé de la Science et de la Recherche, (en ANGLAIS, 11:30:20) remerciant John Wood; disant que la recherche a besoin de capacités scientifiques; sur l'ESFRI qui primordiale pour identifier les priorités au niveau européenQuestions des journalistes (11:36:02) 00:39:32
00:00:00 Louis Michel, membre de la CE chargé du Développement et de l’Aide humanitaire, (en FRANCAIS) sur l'adoption par la CE d'une déclaration de politique de développement qui sera soumise au PE; disait qu'il fallait relever le niveau d'ambition et d'efficacité de la politique de développement; disant qu'il faut une stratégie commune de développement alors qu'il y en a actuellement 26; sur les principes de la déclaration: appui à la performance, appropriation de l'aide, dialogue politiqueQuestions des journalistes (14:03:08) 01:03:58
00:00:00 Vue générale 00:01:10
00:00:00 Romano Prodi, président de la CE, (en FRANCAIS) sur l'amitié qui unit l'UE au Maroc; sur les réformes entreprises par le Maroc; sur l'accord de réadmission; disant que la coopération est excellenteDriss Jettou, Premier ministre marocain, (en FRANCAIS) disant qu'il voulait rencontrer Romano Prodi pour faire une évaluation des relations UE/Maroc au lendemain de l'élargissement de l'UE; sur la politique de nouveau voisinageQuestions des journalistes (18:21:40) 00:15:32
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Josep Borrell, président du PE, rend compte du débat parlementaire (en ESPAGNOL, traduit en FRANCAIS) qui a eu lieu sur la furture présidence britannique. Il fait une introduction sur ce qu'a dit Tony Blair, tant au Parlement européen qu'au Conseil.Tony Blair, Premier ministre britannique, (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) s'adresse au PE en disant que le débat parlementaire fut très fructueux. Il ajoute qu'ayant tout expliqué en séance plénière, il ne va pas tout répéter maintenant.Questions-Réponses des journalistes (13:04:07:17) 00:31:29
00:00:00 Lucien Lux, ministre luxembourgeois des Transports et président en exercice du Conseil, rend compte (en FRANCAIS) des sujets traités: la nouvelle directive en projet sur le permis de conduire communautaire mais qui n'a pû aboutir; ensuite, le Conseil a débattu du programme d’action européen pour la sécurité routière qui vise à réduire jusqu’en 2010 de moitié le nombre des victimes de la route dans l’UE. Les ministres se sont majoritairement prononcés sur une implication active de l’UE dans le dossier de la sécurité routière. De plus, le Conseil a parlé de l’état d’avancement des travaux sur le 3e paquet ferroviaire et s’est prononcé contre une législation relative aux conditions de qualité à observer dans le fret ferroviaire préférant des solutions contractuelles à un cadre normatif. En outre, le Conseil est arrivé à un accord sur la directive concernant la licence des contrôleurs aériens, haromisant les conditions d'accès et d'exercice de cette profession.Jacques Barrot, vice-président de la CE chargé des Transports, félicite (en FRANCAIS) la présidence luxembourgeoise pour son travail et les éléments qui ont abouti durant cette présidence. Il parle également des relations extérieures de l'UE dans l'aviation. Un accord a été signé avec le Chili. Il faut projeter la force économique de ce ciel unique européen vers l'extérieur et entamer des négociations avec d'autres pays dans le monde. En ce qui concerne les négiciations avec les Etats-Unis, elles progressent. Il parle enfin du tachygraphe destiné à contrôler le respect du temps de conduite par les chauffeurs ainsi que de Galiléo et de son engagement avec un consortium permettant les premières applications en 2008.Questions-Réponses des journalistes (19:15:23:00) 00:25:33
00:00:00 Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) disant qu'il est très heureux d'avoir reçu Vojislav Kostunica; sur la coopération de l'UE avec Pristina; sur la situation au KosovoVojislav Kostunica, Premier ministre serbe, (en ANGLAIS) disant que ce fut un plaisir de rencontrer Javier Solana; sur les événements au Kosovo; sur la coopération avec l'UEQuestions des journalistes (14:55:52) 00:15:59
00:00:00 Vue générale de la réception(9 plans) 00:02:52
00:00:00 José Manuel Barroso, président de la CE, parle (en PORTUGAIS) du référendum français ainsi que de la situation économique du Portugal. Il parle du fait de construire une Europe solide et forte. Les deux hommes veulent une UE de cohésion sociale et durable. Il parle enfin du Pacte de stabilité et de croissance.José Socrates, Premier ministre portugais, parle (en PORTUGAIS) de la crise institutionnelle au Portugal et des problèmes sociaux liés à la situation conjoncturelle.Questions-Réponses des journalistes (18:46:33:01) 00:27:09
00:00:00 Mars Di Bartolomeo, ministre luxembourgeois de la Santé et de la Sécurité sociale, (en FRANCAIS) introduisant le débat sur le programme d'action santé et consommateurs 00:02:08
00:00:00 Siim Kallas, vice-président de la CE chargé des Affaires administratives, de l'Audit et de la Lutte anti-fraude, (en ANGLAIS) sur l'opération FAKE menée entre le 17 et le 27 mai à l'encontre des produits contrefaits d'origine chinoise; disant que la contrefaçon est un réel problème pour l'UE; sur la saisie des marchandises; disant que la contrefaçon ne concerne pas que les produits de luxe mais aussi des produits ordinaires; disant que FAKE fut un succèsLászló Kovács, membre de la CE chargé de la Fiscalité et de l'Union douanière, (en ANGLAIS) disant que FAKE fut un succès qui a confirmé la proportion de la contrefaçon; sur l'échange d'informations entre services douaniers; sur les marchandises saisies; sur son voyage en Chine pour parler de ce problèmeQuestions des journalistes (14:13:55) 00:29:33
00:00:00 Erkki Tuomioja, ministre finlandais des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) disant que c'est la 2e session extraordinaire du Conseil "Affaires générales et relations extérieures" qui a eu lieu en août pour discuter de la situation au Liban; sur la composition de la FINUL renforcée; sur la conférence qui aura lieu la semaine prochaine à Stockholm; sur la situation en République démocratique du CongoKofi Annan, secrétaire général des Nations unies, (en ANGLAIS) disant que plus de la moitié des forces a été trouvée aujourd'hui ce qui est encourageant; exprimant sa solidarité avec les peuples libanais et israélien; sur les pays non-européens qui se sont engagés à participer à la FINUL; sur le commandement de la FINUL qui sera confié à la France puis à l'Italie en février 2007Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) disant que l'UE est impliquée au Moyen-Orient depuis longtemps; sur l'IranBenita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, (en ANGLAIS) disant que l'aspect sécuritaire doit être vu dans un contexte politique et économiqueQuestions des journalistes (17:50:05) 00:34:03
00:00:00 Josep Borrell Fontelles, président du PE, fait (en ESPAGNOL, traduit en FRANCAIS) une introduction au discours de Tony Blair.Tony Blair, Premier ministre britannique, (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) fait son discours. Il commence par dire que l'UE est en plein coeur d'une crise profonde et il faut trouver les causes et les moyens d'en sortir. Il ne s'agit pas de trancher entre l'Europe du libre marché " et l'Europe sociale, entre ceux qui veulent en revenir à un marché commun et ceux qui croient en un projet politique. Il dit: "Je crois en l'Europe comme projet politique. Je crois en sa dimension sociale, forte et humaine. Jamais je n'accepterais qu'elle ne soit qu'une économie de marché. (...) La finalité de l'Europe sociale et de l'Europe économique, c'est de se soutenir l'une l'autre. La finalité de l'Europe politique, c'est de faire fonctionner des institutions démocratiques efficaces, qui conduisent des politiques dans ces deux sphères et dans tous les domaines où nous voulons coopérer dans notre intérêt mutuel". Il dit encore que le dessein d'une Europe unie dans la collaboration est essentiel pour que les nations soient assez fortes pour tenir leur place dans le monde. Le débat est de savoir comment lui faire faire ce pour quoi elle a été fondée: rendre la vie meilleure aux citoyens. Après analyse des résultats des referenda c'est que la Constitution a été le moyen d'expression d'un mécontentement plus général et plus profond de l'opinion vis-à-vis de la conduite des affaires de l'Europe. Il ajoute que quand de grands changements se produisent, c'est aux hommes politiques modérés de montrer la voie. Sinon, ce sont les extrêmes qui influencent le processus de décision. Cela se passe ainsi dans une nation. Il dit: "C'est ce qui est en train de se produire en Europe aujourd'hui. Il est temps de revenir sur terre, de se réveiller. Le peuple fait du tapage sous nos fenêtres. Y prêtons-nous l'oreille? Avons-nous la volonté politique de sortir et d'aller à sa rencontre, afin qu'il voie dans notre autorité une partie de la solution, et non le problème?" Voilà le contexte dans lequel il faut situer le débat sur le budget. On entend dire que l'UE a besoin du budget pour restaurer la crédibilité de l'Europe. D'accord mais à condition qu'il soit bon. Il ne faut pas l'isoler du débat sur la crise. Au contraire, il doit faire partie de la réaction à la crise. Il ajoute: "Je voudrais dire un mot du sommet de vendredi dernier. On a laissé entendre que je n'étais pas disposé à accepter un compromis sur le rabais consenti à la Grande-Bretagne; que je n'avais soulevé la question de la réforme de la PAC qu'à la dernière minute; que je comptais la renégocier le vendredi soir. Or je suis le seul dirigeant britannique à avoir jamais dit que je remettrais le rabais sur le tapis. Je n'ai jamais dit qu'il fallait mettre fin à la PAC maintenant, ni qu'il fallait la renégocier toutes affaires cessantes. Ce serait absurde. Toute réforme doit tenir compte des besoins des communautés rurales et prendre son temps". Il dit encore qu'il faut bannir l'idée que la Grande-Bretagne serait le porte-drapeau d'une conception anglo-saxonne extrémiste de l'économie de marché, où l'on écraserait les pauvres et les défavorisés. Le gouvernement actuel a adopté son " New Deal " en faveur des chômeurs, le plus grand programme européen de création d'emplois grâce auquel le chômage de longue durée des jeunes a pratiquement disparu. Toutes ces considérations étant faites, quelles pourraient être ces nouvelles lignes d'action pour l'Europe ?Premièrement, moderniser son modèle social. Deuxièmement, concevoir un budget qui reflète ces réalités.Troisièmement, respecter l'agenda de Lisbonne.Quatrièmement, donner à l'Europe un cadre macro-économique à la fois soumis à une discipline et flexible.Après les enjeux économiques et sociaux, il faut affronter d'autres sujets de société - le crime, la sécurité, l'immigration. Dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité commune, il faut s'entendre sur des mesures concrètes de nature à faire monter en puissance la capacité de défense de l'Europe.Il conclut en disant: "Lors de notre présidence, nous nous attacherons à parvenir à un accord sur le budget; à résoudre les dossiers les plus épineux, comme la directive sur les services et la directive sur le temps de travail; à honorer les obligations de l'Union vis-à-vis de pays comme la Turquie et la Croatie qui aspirent à en faire partie; et à conduire un débat sur l'avenir dans un souci d'ouverture et d'intégration, en faisant valoir nos vues fermement mais en nous montrant attentifs aussi à celles des autres." 00:40:43
00:00:00 Louis Michel, membre de la CE chargé du Développement et de l’Aide humanitaire, (en FRANCAIS) disant que le Congo a une chance unique d'aller vers la stabilité; disant que c'est un pays potentiellement riche; sur le processus électoral et l'aide financière apportée par l'UE; sur la préparation du scrutin et l'enregistrement des électeursWilliam Lacy Swing, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour la République démocratique du Congo (RDC) et chef de la MONUC, (en FRANCAIS) remerciant Louis Michel; sur l'enregistrement des électeurs; sur les difficultés rencontréesQuestions des journalistes (12:04:40) 00:15:18
00:00:00 Mariann Fischer Boel, membre de la CE chargée de l'Agriculture et du Développement rural, (en ANGLAIS) disant que le secteur des fruits et légumes fait l'objet de pressions croissantes de la part des grosses chaînes de détail; sur la mise en place d'une action pour encourager la consommation des fruits et légumes; disant qu'il n'y a plus eu de réforme du secteur depuis 1996; sur les situations de crise (invasion d'insectes, etc...); disant que la production de fruits et légumes fera dorénavant partie du régime d'aide unique à l'exploitation découplée; sur la protection de l'environnement; sur la possibilité d'améliorer la santé de la population via la consommation des fruits et légumes; disant que le co-financement de l'UE augmentera à 60% pour la promotion de la consommation des fruits et légumes en ciblant surtout les moins de 18 ans; sur la position du PE et du ConseilQuestions des journalistes (13:50:09) 00:46:49
00:00:00 José Manuel Barroso, président de la CE, dit (en FRANCAIS) que le Conseil européen prochain marquera un tournant dans la construction européenne. Les résultats des référenda en France et aux Pays-Bas ont plongé l'UE dans le doute: au-delà du vote sur la constitution, ils expriment en effet une profonde interrogation sur le sens du projet européen. José Manuel Barroso dit qu'il faut redonner confiance aux citoyens dans le projet européen. Sinon, l'UE s'enfoncera dans une crise durable et la paralysie, avec toutes les conséquences politiques et économiques que ceci aura pour tous. Il n'y a donc qu'un choix possible: celui du succès et de la responsabilité de tous, au cours de ces 2 jours, pour transformer la crise en opportunité. Ces conditions existent. Ce n'est pas le moment de jouer la carte nationale. C'est le moment de défendre l'intérêt national mais de le faire dans un esprit européen et avoir le courage de le dire aux concitoyens. Il n'y aura pas de meilleure occasion. Chaque Etat membre a devant lui un rendez-vous historique qu'il ne faut pas manquer. Il parle ensuite des points qui vont être abordés durant le Conseil: les perspectives financières, la cohésion et le principe de solidarité entre les Etats membres, les ressources propres et une solution au problème du chèque britannique.Il dit encore que tout le monde doit bouger. Tout le monde doit faire un effort de compromis. Il ne faut pas voir ce Conseil européen en terme de gagnants et de perdants. Il faut que tous donnent quelque chose pour que tous puissent sortir gagnants de ce Conseil européen. Pour le reste, le président explique que la CE fait des propositions ambitieuses dans les domaines porteurs de développement pour l'avenir. Il faut penser à l'agriculture, il faut penser à la cohésion mais il nous faut aussi penser aux politiques spécifiquement tournées vers l'avenir notamment en terme de recherche, connaissance, éducation, réseaux qui sont des éléments essentiels du développement économique futur.Sur le chapitre des relations extérieures, la situation est même un peu préoccupante. L'UE a des engagements politiques majeurs, en particulier dans le domaine du développement, et il est difficile de voir comment, avec les chiffres actuels, elle pourrait les respecter.Pour toutes ces raisons, il semble que se mettre d'accord pour une période de sept années alors que les circonstances restent incertaines, mettrait l'UE à la merci d'événements futurs auxquels elle ne serait peut-être pas en mesure de faire face. C'est pourquoi, la CE souhaite que le Conseil européen envisage une clause de révision par exemple à échéance lors du Conseil européen de fin 2008. En ce qui concerne la constitution et vu la complexité de la situation et la contamination probable des deux référenda négatifs, la prudence recommande qu'on envisage collectivement une période de réflexion, une pause. C'est sans doute encore le meilleur moyen de sauver la constitution. Cette pause doit être mise à profit pour approfondir la réflexion.Il y a une vie au-delà des questions institutionnelles, au-delà de la ratification. Par contre, ce qui importe, c'est que l'UE puisse démontrer qu'elle a entendu le message des citoyens et que ça n'est pas être "business as usual".Les décisions qui seront prises, quelles qu'elles soient, doivent l'être par consensus, comme une expression de responsabilité politique des gouvernants européens à l'égard de leurs citoyens qui ne se retrouvent plus vraiment dans cette Europe qui a été construite trop vite, parfois sans assez d'explication, parfois avec une grande distance par rapport aux attentes des citoyens. En un mot, chacun doit, collectivement, faire preuve de maturité et de responsabilité politique. C'est cela que la CE attend du prochain Conseil européen. 00:48:39
00:00:00 Pedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) présentant les mises à jour 2003 des programmes de convergence et de stabilité d'une série d'Etats membres:- sur la situation de la Grèce: taux de croissance du PIB de 4,2 % en 2004- sur la situation de la France qui prévoit un scénario macroéconomique prudent (réduction du déficit de 4% du PIB en 2003 à 2,9% du PIB en 2005); la CE estime que ces efforts sont insuffisants et préconise des ajustements budgétaires supplémentaires; la CE salue la réforme du système de retraite- sur la situation de l'Irlande qui prévoit un scénario macroéconomique réaliste- sur la situation de l'Italie: les objectifs en termes de déficit et d'endettement ont été reportés de deux ans; sur la viabilité à long terme des finances publiques qui est risquée- sur la situation du Luxembourg: le bilan budgétaire devrait se détériorer de façon significative et un léger déficit est prévu en 2003 mais il n'y a pas de risque de finances publiques non viables à long terme et le taux d'endettement reste très bas- sur la situation des Pays-Bas: la situation des finances publiques demeurent difficile malgré les mesures d'assainissement- sur la situation du Royaume-Uni: l'économie britannique a bien supporté le ralentissement de la croissance; les finances publiques sont saines mais des risques de déficit excessif existentQuestions des journalistes (11:41:09) 00:31:05
00:00:00 Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) disant que ce fut un grand plaisir pour lui de recevoir Abdullah Gül; sur les sujets abordés: Chypre, Proche-Orient; sur la confiance qui les lieAbdullah Gül, ministre turc des Affaires étrangères, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été utile et fructueuseQuestions des journalistes (18:20:45) 00:15:55
00:00:00 Margot Wallström, membre de la CE chargée de l'Environnement, (en ANGLAIS) sur la conférence internationale qui s'ouvre à Kuala Lumpur et qui va durer 3 semaines; sur la nécessité d'une politique globale pour protéger la biodiversité; disant que la question la plus importante n'est pas de savoir s'il y a de la vie sur Mars mais s'il y aura encore de la vie sur la Terre; sur les espèces qui sont menacées; disant que la biodiversité n'est pas un luxe mais un pré-requis à la vie; présentant Mathias Klum, photographe du National GeographicMathias Klum (en ANGLAIS) présentant ses photos et ses réflexions sur la disparition des espèces (12:55:30)Questions des journalistes (13:03:50) 00:36:33
00:00:00 Début du débat présidé par Jean-Marie Cavada, membre du PE; différentes interventions 00:26:05
00:00:00 Charlie McCreevy, membre de la CE chargé du Marché intérieur et des Services, (en ANGLAIS) sur le Livre vert qui fixe les priorités pour les services financiers pour les 5 années à venir; sur l'importance de l'intégration des services financiers; sur les priorités: maximalisation du cadre juridique, finalisation de la directive sur les capitaux et de la directive sur le droit des sociétés, consolidation de la réglementation et des structures de surveillance, consolidation de la position de l'UE dans le contexte globalQuestions des journalistes (12:48:06) 00:46:51
00:00:00 Günter Verheugen, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) disant qu'on a jamais été aussi prêt d'une solution pour la réunification de Chypre mais qu'il y a encore du chemin à faire; disant qu'il se rendra à Chypre le lendemain; disant que l'UE a toujours soutenu les initiatives de l'ONUAlvaro de Soto, conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU pour Chypre, (en ANGLAIS) sur l'impact qu'a l'accession de Chypre à l'UE sur l'accélération du processus de réunification de l'îleQuestions des journalistes (13:07:12) 00:19:23
00:00:00 Plans de coupe et atmosphère générale; arrivée de Romano Prodi, président de la CE (14:45:36) 00:05:57
00:00:00 Jacques Barrot, membre de la CE chargé de la Politique régionale et de la Conférence intergouvernementale, (en FRANCAIS) disant que la politique de cohésion est d'autant plus importante après l'élargissement car on assiste à un écart croissant entre les 10% de la population vivant dans les régions les plus prospères et les 10% de la population vivant dans les régions les moins prospères; disant que le but est que la convergence et la compétitivité se renforcent mutuellement; sur les 5 règlements adoptés par la CE: un règlement général qui fixe les objectifs et les règles d'éligibilité et d'intervention, un règlement pour le FEDER, un règlement pour le Fonds social européen, un règlement pour le Fonds de cohésion, un règlement sur le Groupement européen de coopération transfrontalière; sur les priorités politiques: convergence, compétitivité régionale et coopération territoriale; disant que l'approche est désormais plus stratégique et les ressources budgétaires plus concentrées; sur l'approche territoriale spécifique pour les zones urbaines ou à handicap géographique; sur la simplification des procédures; sur le contrôle financierPéter Balázs, membre de la CE, (en FRANCAIS) sur sa bonne coopération avec Jacques Barrot; (en ANGLAIS) sur l'importance du Fonds de cohésion; disant qu'il y aura des paiements anticipés; sur les régions frontalièresQuestions des journalistes (12:46:16) 00:57:47
00:00:00 Mario Monti, membre de la CE chargé de la Concurrence, (en FRANCAIS) sur le régime dérogtaoire à la taxe professionnelle dont France Télécom bénéficie jusque fin 2002 qui est illégale et doit donc être remboursée à l'Etat français; sur la mise à disposition d'une avance d'actionnaire de 9 milliards d'euros en 2002 qui constitue également une aideQuestions des journalistes (18:05:08) 00:24:37
00:00:00 Gordon Brown, chancelier de l'échiquier britannique et président en exercice du Conseil, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) l'adoption des conclusions sur une réduction du fardeau réglementaire auquel se sont confrontées les entreprises, demandant à la Commission d'évaluer ce fardeau en l'intégrant dans les études d'impact des nouvelles propositions réglementaires de l'UE, à partir de janvier 2006. Il dit que le Conseil a également adopté des conclusions sur les mesures nécessaires à l'amélioration de la qualité des données statistiques utilisées pour évaluer les situations budgétaires des États membres, ainsi qu'à l'amélioration des contrôles du budget de l'UE. Il ajoute que le Conseil a discuté des services financiers pour créer un environnement favorable afin de favoriser des investissements étrangers. Enfin, ils ont discuté du déficit budgétaire en Hongrie et du sucre.Questions (12:43:42:00) 00:27:28
00:00:00 Jean-Claude Juncker, Premier ministre luxembourgeois et ministre des Finances, dit (en FRANCAIS) que les ministres avaient fait le constat que la croissance dans la zone euro est en train de prendre corps et que, en dépit de quelques risques, la croissance se poursuivra en 2006 à un rythme soutenu et s'approchera vraisemblablement de son potentiel. Jean-Claude Juncker a également relevé que le FMI s'est dit satisfait des résultats des réformes structurelles entreprises dans les États membres, mais a souligné qu'il voyait encore un grand besoin de réformes en relation avec les marchés de l'emploi. Il ajoute que l'Eurogroupe a brièvement discuté de la décision récente de la Banque centrale européenne (BCE) de relever ses taux directeurs et se dit satisfait que la BCE considère que la croissance dans la zone euro est suffisamment robuste pour pouvoir encaisser ce coup léger. Enfn, les ministres ont ensuite évoqué les difficultés budgétaires que connaissent un certain nombre de pays et notamment les cinq pays qui affichent un déficit excessif.Joaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, explique (en FRANCAIS) que les ministres ont eu une vision optimiste de la zone euro, fondée sur les chiffres, sur la croissance et aussi sur l'impact des réformes structurelles. Il ajoute qu'il faut prévoir les conséquences des réformes économiques sur la stabilité budgétaire.Questions (22:39:32:14) 00:24:10
00:00:00 Ursula Plassnik, ministre fédérale autrichienne des Affaires étrangères, parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) des relations avec la Serbie-et-Monténégro, dont l'établissement de relations contractuelles entre la Serbie, le Monténégro et l'UE et la position de l'UE dans les relations de la Serbie-et-Monténégro avec le TPI. Le Conseil a également parlé du Kosovo ainsi que des perspectives régionales dans les Blakans.Vuk Draskovic, ministre des Affaires étrangères de Serbie-et-Monténégro, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) qu'il n'y a aucune excuse au retard dans les obligations vis-à-vis du TPI de La Haye. Les forces politiques de l'ancien régime souhaitent la suspension de l'accord d'association avec l'UE et protège donc les personnes recherchées par le TPI. A propos du Kosovo, toutes les normes doivent être mises en vigueur afin d'étendre la liberté. Il faut une solution de compromis européenne pour le Kosovo afin que chaque droit soit respecté.Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que la réunion fut très utile. La Serbie-et-Monténégro est confrontée à des problèmes de statut et il faut encourager l'évolution économique de ce pays car l'avenir européen est très souriant pour eux mais il faut aider le TPI pour pouvoir avancer dans les relations avec l'UE.Erkki Tuomioja, ministre finlandais des Affaires étrangères, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que la politique régionale doit être développée mais que la coopération doit se faire auparavant.Questions (19:17:37) 00:42:32
00:00:00 Vue générale de la salle de presse 00:07:11
00:00:00 Mauri Pekkarinen, ministre finlandais du Commerce et de l'Industrie et président en exercice du Conseil, évoque (en FINNOIS, traduit en FRANCAIS) le débat sur le mix énergétique de l'Union européenne; sur la nécessité de réduire la dépendance énergétique; sur la poursuite de l'utilisation du charbon propre; sur l'importance pour l'Europe de s'exprimer d'une seule voix face aux fournisseurs d'énergie et annonce l'adoption les conclusions du plan efficacité énergétique de la Commission. Il évoque enfin les conclusions quant à l'utilisation des sources d'énergies renouvelables.Andris Piebalgs, membre de la CE chargé de l'Energie, évoque (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) évoque les deux points importants des débats à savoir: les pannes d'électricité survenues récemment en Europe de l'Ouest et la préparation d'un nouvel accord avec la Russie dans le cadre de la ratification de la charte énergétique.Questions des journalistes (14:32:04:00). 00:31:15
00:00:00 Joaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) disant que l'euro s'est établi en tant que devise forte et stable et est un des piliers de systèmes monétaires internationaux; disant que les performances économiques sont en demi-teinte depuis le début de la décennie; sur la situation spécifique de certains Etats membres: Espagne, Allemagne, Italie; disant qu'il faut davantage de réformes structurelles; disant que des politiques fiscales prudentes sont nécessaires pour avoir la marge de manoeuvre nécessaire pour se préparer à un ralentissement éventuel de l'économie et faire face à l'impact du vieillissement de la population; sur la coordination des politiques économiques qui doit être renforcée; sur l'amélioration du dialogue avec la BCE; disant que l'UEM a apporté beaucoup de bénéfices aux Etats membres et aux citoyensQuestions des journalistes (11:16:53) 00:31:56
00:00:00 Andris Piebalgs, membre de la CE chargé de l'Energie, (en ANGLAIS) disant qu'un marché de l'énergie efficace aidera à atteindre les objectifs de Lisbonne; disant que les directives prévoient l’ouverture des marchés de l’électricité et du gaz au 1 juillet 2004 pour les clients industriels et au 1 juillet 2007 pour les clients domestiques; disaant que quand il est entré en fonction, 18 Etats membres n'avaient pas encore transposé la législation et avaient reçu une mise en demeure et, aujourd'hui, des avis motivés vont être envoyés à 10 Etats membres; disant qu'ils disposent de deux mois pour réagir, faute de quoi la CE introduira une action devant la Cour de justiceQuestions des journalistes (11:38:50) 00:27:58
00:00:00 Jean-Claude Juncker, Premier ministre luxembourgeois et président en exercice du Conseil, (en FRANCAIS) sur la réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui a été entérinée; disant que cette réforme renforcera la dimension préventive du Pacte et permettra une interprétation économiquement plus correcte; sur l'agenda de Lisbonne; disant que le marché européen des services doit devenir pleinement opérationnel pour pouvoir promouvoir la croissance et l'emploi et renforcer la compétitivité; disant que ce marché des services doit toutefois préserver le modèle social européen; disant que la directive Bolkestein ne répond pas pleinement à ces exigences et que le Conseil demande donc une nouvelle discussion à ce sujetJosé Manuel Barroso, président de la CE, (en FRANCAIS) félicitant Jean-Claude Juncker pour être parvenu à dégager un accord sur le Pacte de stabilité et de croissance; sur le consensus sur la directive sur les services; sur l'agenda de LisbonneQuestions des journalistes (22:39:50) 00:50:50
00:00:00 Gordon Brown, chancelier de l'échiquier britannique, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) à partir de la moitié de la CP) que la présidence envisage d'examiner en détail la lutte contre le terrorisme, en particulier la question de la lutte contre le financement du terrorisme, lors d'une réunion informelle des ministres des finances qui se tiendra à Manchester les 9 et 10 septembre. Ensuite, la présidence parle de son programme de travail est axé sur deux priorités essentielles: mettre en place des économies européennes prospères et dynamiques et faire face aux défis internationaux grâce. Elle projette également de poursuivre le débat sur le cadre budgétaire de l'UE pour la période 2007-2013, sur la base des progrès accomplis à ce jour et en vue de définir tous les éléments nécessaires pour parvenir à un accord global le plus rapidement possible. Elle consultera d'abord les Etats membres sur la marche à suivre. En outre, Le programme de travail mentionne également la mise en œuvre du pacte de stabilité et de croissance, la nouvelle stratégie de l'UE en faveur du développement durable ainsi que la modernisation du système de TVA et les travaux concernant les taux de TVA. Le Conseil a aussi abordé le financement de l'aide au développement; le retrait de la bande de Gaza et sa régénération économique; le cadre de contrôle intégré pour le budget de l'UE; le programme de stabilité actualisé au Portugal et le procédure de déficit excessif en Italie.Joaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, prend la parole (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) pour parler de trois points importants: 1) la lutte contre le terrorisme, le blanchiment d'argent et les mouvements d'argent liquide pour lutter contre le financement du terrorisme. 2) l'appui de la réforme économique et la contribution des politiques économiques à l'amélioration de la croissance et de l'emploi. 3) le pacte de stabilité rénové et les mesures que les états membres devraient appliquer pour stimuler la connaissance et l'emploi.Questions-Réponses des journalistes (13:42:40:00) 00:24:26
00:00:00 Jacques Barrot, vice-président de la CE chargé des Transports, (en FRANCAIS) disant que cette décision met fin à la procédure d'enquête que la CE a ouverte en mars 2004; l'objet de cette enquête était de faire le point sur les mesures prises par la Grèce à l'égard d'Olympic entre 2002 et 2004; disant que ces aides d'Etat ont été accordées via différents mécanismes; sur le remboursement des aides indues; disant que la Grèce a versé des aides sans respecter les conditions puisque la restructuration n'a pas eu lieuQuestions des journalistes (11:59:26) 00:21:50
00:00:00 Neelie Kroes, membre de la CE chargée de la Concurrence, s'exprime (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) et dit que même si une concurrence effective constitue la meilleure façon d'accroÒtre l'innovation et la compétitivité en Europe, les aides d'tat peuvent également jouer un rôle très utile en la matière. Dans le document de consultation, la Commission expose pour la première fois des idées concrètes sur les moyens d'encourager l'innovation par des aides publiques. Il s'agit également de la première mise en oeuvre concrète de l'approche économique affinée esquissée dans le plan d'action dans le domaine des aides d'tat. Une autorisation peut être accordée lorsque: 1) l'aide cible une défaillance du marché bien définie; 2) l'aide constitue l'instrument le plus approprié (ce qui n'est pas toujours le cas ñ parfois, des politiques structurelles ou des mesures réglementaires peuvent s'avérer plus indiquées); 3) l'aide pousse les bénéficiaires à innover et est proportionnelle à l'objectif défini; et 4) les distorsions de concurrence sont limitées. La communication présente ensuite six mesures concrètes visant à encourager l'innovation par des aides d'tat: 1) soutien en faveur de la création et de la croissance d'entreprises innovantes en phase de démarrage (par des exonérations fiscales et des subventions); 2) souplesse accrue en ce qui concerne les aides d'tat en faveur du capital-investissement; 3) extension de la portée des règles actuellement applicables aux aides d'tat à la recherche et au développement et autorisation des aides d'tat en faveur des PME engagées dans des activités d'innovation (telles que le développement de prototypes pouvant être utilisés commercialement, la conception technologique ou la réalisation d'études de faisabilité); 4) octroi de subventions aux PME en vue de l'achat de services aux intermédiaires en innovation; 5) octroi de subventions aux PME afin de leur permettre d'engager des chercheurs et des ingénieurs hautement qualifiés et de bénéficier d'un échange d'effectifs avec des universités et de grandes entreprises; 6) promotion du développement de pôles d'excellence par le biais de collaborations, de regroupements et de projets présentant un intérêt européen commun.Questions-Réponses des journalistes (12:33:17:00) 00:32:27
00:00:00 Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) sur les progrès réalisés par la Bulgarie en vue de son adhésionSergueï Stanichev, Premier ministre bulgare, (en ANGLAIS) disant que la Bulgarie est motivée à poursuivre les réformes; disant que la Bulgarie contribue à la stabilité de la régionQuestions des journalistes (18:00:43) 00:19:31
00:00:00 Jacques Chirac, président de la République française, dit (en FRANCAIS) que la présidence autrichienne a extrêmement bien travaillé, que les entretiens ont notamment porté sur la capacité européenne de réponse en cas de crise internationale, l'immigration, la politique énergétique, les problèmes intitutionnels dont la constitution et l'élargissement avec sa capacité d'absorption.Questions (13:39:45) 00:36:19
00:00:00 Pervenche Berès, membre du PE, (en FRANCAIS) introduisant le débat 00:06:04
00:00:00 Franco Frattini, vice-président de la CE chargé de la Justice, de la Liberté et de la Sécurité, (en ANGLAIS) sur sa volonté de mettre en oeuvre et d'améliorer la législation européenne en matière de réfugiés et de demandeurs d'asile; disant que la politique d'asile et la lutte contre le terrorisme sont deux choses différentesAntónio Guterres, haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, (en ANGLAIS) disant que la CE et le HCR ont la même préoccupation de développer la conscience publique sur cette distinction entre la sécurité et l'asile; disant que le terrorisme doit être séparé des réfugiés car ils sont eux-mêmes souvent les premières victimes du terrorisme; sur les quatre directives qui vont définir la politique européenne d'asile et qui ont le plein soutien du HCRQuestions des journalistes (16:22:03) 00:14:06
00:00:00 Dalia Grybauskaitė, membre de la CE chargée de la Programmation financière et du Budget, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que le budget, ce ne sont pas que des chiffres et qu'il traduit précisément en termes financiers concrets les objectifs politiques de l'Union – essentiellement stimuler la croissance et l'emploi. Ce budget, une fois qu'il sera exécuté, peut contribuer sensiblement au renforcement de la compétitivité économique européenne. Le total de crédits d'engagement s'établit à 126,8 milliards d'euros, dont 54,3 milliards seront consacrés à la compétitivité et aux politiques de cohésion pour la croissance et l'emploi (nouvelle rubrique 1 du cadre financier). Il s'agit d'une hausse de 6,8 milliards par rapport au montant de 2006, qui était de 47,5 milliards d'euros. Les crédits proposés pour la conservation et la gestion des ressources naturelles (rubrique 2) s'élèvent à 57,2 milliards d'euros, ce qui représente une faible hausse de 1,2 % par rapport à 2006. Un montant total de 1,174 milliard d'euros est prévu pour les dépenses relatives à la citoyenneté, la liberté, la sécurité et la justice. L'UE investira 6,7 milliards d'euros dans des actions relatives aux relations extérieures. Enfin, un montant de 7 milliards d'euros (5,5 % du budget, soit la même part qu'en 2006) est affecté aux dépenses pour l'administration.Questions (13:16:20:22) 00:35:29
00:00:00 Janez Potocnik, membre de la CE chargé de la Science et de la Recherche, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que la CE insiste sur l'innovation et la connaissance; L'UE n'investit pas assez dans la recherche et n'a pas atteint 2% du budget. La structure des fonds doivent être synchronisés afin d'atteindre les objectifs définis pas Lisbonne. 55% du budget sera consacré à la coopération, 15% aux nouvelles idées, structure et conseil dans la recherche, 20% au renforcement des capacités, 5% à Euratom et ECCR. Il existe également un soutien aux PME et aux régions pour avoir des liens renforcés avec les fonds structurels. Il faut avoir une continuité et intégrer de nouvelles impulsions pour la recherche en Europe. Questions-Réponses des journalistes (12:28:55:22) 00:42:36
00:00:00 Jeannot Krecké, ministre luxembourgeois de l'Economie et du Commerce extérieur, et président en exercice du Conseil, donne (en FRANCAIS) les conclusions des discussions qui ont eu lieu au conseil et au dîner informel. Il y a deux points à l'ordre du jour: d'une part, les conséquences de Kyoto et de post-Kyoto. Les objectifs de Kyoto sont trop ambitieux. Car la relance de la croissance devrait être en partie dûe à une efficience énergétique or les résultats ne sont pas ceux escomptés.d'autre part, les lignes directrices intégrées présentées par la CE. 3 points importants ont été adoptés: la directive sur les pratiques commerciales déloyales, la directive sur les rayonnements optiques, la directive sur les véhicules auto-moteur et les accidents de la route. Le conseil a également parlé de la simplification administrative. Günter Verheugen, vice-président de la CE chargé des Entreprises et de l'Industrie, explique (en ANGLAIS), qu'il est content de ce qui s'est discuté au conseil compétitivité. A propos du changement climatique, il reproche à certains pays de ne rien faire pour améliorer la situation. Il parle également du programme de compétitivité et d'innovation. Ce Programme regroupe des programmes spécifiques déjà existants dans un cadre de trois piliers:"Entrepreneuriat et innovation", "Soutien de la politique des technologies de l'information" et "Energie Intelligente pour l'Europe". Il est temps d'agir et de se concentrer sur une meilleure politique, plus ciblée, ainsi qu'une meilleure coordination, pour développer des plans d'action nationaux. Il faut également une meilleure réglementation pour la croissance et l'emploi.Questions-Réponses des journalistes (14:05:21:00) 00:35:26
00:00:00 Margot Wallström, vice-présidente de la CE chargée des Relations institutionnelles et de la Stratégie de communication, (en ANGLAIS) disant que l'Eurobaromètre est mené deux fois par an; disant qu'il faut écouter et répondre aux besoins des citoyens; disant que les personnes interrogées se montrent légèrement plus optimistes pour l’avenir et sont davantage satisfaits de leur situation personnelle se montrent légèrement plus optimistes pour l’avenir et sont davantage satisfaites de leur situation personnelle; disant qu'ils considèrent que le chômage demeure un des problèmes les plus importants; disant que plus d’une personne interrogée sur deux considère comme positive l’appartenance de son pays à l’UE, soit le niveau le plus élevé enregistré depuis près de dix ans; disant que la confiance envers la CE et le PE se renforce; disant que plus de deux tiers des personnes interrogées se montrent favorables à la Constitution européenne; disant que 53% des personnes se prononcent en faveur d’un nouvel élargissement de l’UE dans les années à venir; disant que la perception du rôle joué par les Etats-Unis sur la scène internationale s’est détériorée alors que celui de l'UE s'est amélioréQuestions des journalistes (11:19:16) 00:29:53
00:00:00 Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) disant que les Balkans occidentaux sont actuellement à la croisée des chemins; sur l'ancienne République yougoslave de Macédoine qui va répondre à un questionnaire de la CE; disant que la Bosnie-Herzégovine et la Serbie-et-Monténégro progressent; disant que la Croatie doit s'engager à une collaboration pleine et entière avec le tribunal pénal international; sur l'ouverture des négociations le 17 mars 2005 si cette collaboration est effective; disant qu'il est possible que cette date soit repoussée; sur la méthode de négociation; disant que la législation de l’UE sera divisées en 35 chapitres et que les négociations seront menées chapitre par chapitreQuestions des journalistes (13:11:56) 00:34:00
00:00:00 Danuta Hübner, membre de la CE chargée de la Politique régionale, (en ANGLAIS) disant que 2005 a été une très bonne année pour la politique régionale; disant que 27,1 milliards d'euros ont été engagés au titre de la politique régionale en 2005, ce qui est un record; sur quelques projets financés; disant qu'une fois que les fonds sont engagés dans une région, ils doivent être investis en l'espace de deux ans sinon ils retournent automatiquement dans le budget européen; sur la qualité des investissements; disant que la part des fonds investis dans le cadre du processus de Lisbonne va être augmentéeQuestions des journalistes (12:39:25) 01:00:48
00:00:00 Jean-Claude Trichet, président de la BCE, (en ANGLAIS) sur les cours élevés du pétrole qui vont continuer à exercer une incidence directe sur les taux d’inflation dans les mois à venir; sur la décision de la BCE de laisser les taux d'intérêt inchangés; sur la conjoncture disant que la reprise se confirme; disant que les exportations de la zone euro devraient demeurer élevées en 2005; sur l'incertitude générée par les cours du pétrole; sur l'inflation; sur la politique monétaire; sur la politique fiscalePrésence de Lucas Papademos, vice-président de la BCEQuestions des journalistes (14:43:01) 00:52:22
00:00:00 Jeannot Krecké, ministre luxembourgeois de l'Economie et du Commerce extérieur et président en exercice du Conseil, (en FRANCAIS) sur les grandes orientations de politique économique; sur le Pacte de stabilité et de croissance; sur les notifications budgétaires; sur les charges administratives pour les entreprises; sur le budget; disant que la taxe Tobin ne trouve pas d'adhérents au sein du Conseil; sur la transposition de la directive sur la fiscalité de l'épargne au Lichtenstein et à Monaco; sur les territoires dépendants et associés; sur l'aide aux victimes du tsunami; sur les accises sur les boissons alcooliséesLászló Kovács, membre de la CE chargé de la Fiscalité et de l'Union douanière, (en ANGLAIS) disant qu'il y a accord complet entre le Conseil et la CE Questions des journalistes (18:14:52) 00:24:15
00:00:00 Cees Veerman, ministre néerlandais de l'Agriculture, du Patrimoine naturel et de la Qualité des aliments et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur la réforme de l'Organisation commune de marché (OCM) fruits et légumes; sur le plan d'action pour l'agriculture biologique; sur le lait scolaire; énumérant les autres points abordés; sur l'état des négociations avec l'OMC et le Mercosur; sur la discussion publique sur la création d'une Agence européenne de contrôle des pêches qui sera établie à Vigo; sur l'accord bilatéral entre la Norvège et l'UE; sur les prix du gasoilFranz Fischler, membre de la CE chargé de l'agriculture et de la pêche, (en ALLEMAND) sur l'état des négociations entre la Norvège et l'UE: sur les TAC (total admissible des captures), sur l'exploitation du merlan bleu, sur le hareng atlantico-scandinave, sur les maquereaux, sur le braconnage ....Questions des journalistes (20:39:10) 00:33:53
00:00:00 Pascal Lamy, membre de la CE chargé du Commerce, (en FRANCAIS) disant que la CE a adopté une stratégie de lutte contre la contrefaçon dans les pays tiers; disant qu'en 2002, 80 millions d'euros de produits contrefaits ont été saisis; disant que la croissance est très préoccupante; montrant des exemples de produits contrefaits (12:45:15); disant que certains de ces faux, tels que les produits pharmaceutiques et les produits alimentaires constituent un véritable danger pour le public; disant qu'il s'agit d'abord de susciter une prise de conscience du public au sujet de l'impact de la contrefaçon et de rendre disponible aux autorités des pays tiers concernés un "guide sur la mise en oeuvre des droits de propriété intellectuelle"; sur la résolution des disputes au sein de l’OMC; sur la construction de partenariat public-privé; disant que l'objectif est d'augmenter la pression vis-à-vis de certains partenairesQuestions des journalistes (12:54:07) 00:49:18
00:00:00 Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, explique (en ANGLAIS), que leur réunion fut très constructive et que la Serbie et Monténégro ont un réel avenir avec l'UE car leur évalution est positive, notamment sur les études de visibilité qui ont été faites, que de nombreux progrès ont été faits et que des accords d'association sont envisagés. Que c'est dans les mains de la Serbie et Monténégro de s'améliorer encore, notamment en envoyant des accusés concernant le Kosovo devant le Tribunal pénal international.Boris Tadić, président de la Serbie, (en SERBE).Questions-Réponse des journalistes (14:11:12:15) 00:24:28
00:00:00 Photo de famille sur le balcon; plans sur - Walter Veltroni, maire de Rome, et Josep Borrell Fontelles, président du PE (00:59:25)- Gerhard Schröder, chancelier fédéral allemand, et Simeon Saxe-Cobourg Gotha, Premier ministre bulgare (00:59:44)- Jacques Chirac, président de la République française, Tony Blair, Premier ministre britannique, Gerhard Schröder, Romano Prodi, président de la CE, Simeon Saxe-Cobourg Gotha, Silvio Berlusconi, président du Conseil des ministres italien, José Luis Rodríguez Zapatero, président du gouvernement espagnol, Mikuláš Dzurinda, Premier ministre slovaque, et Anton Rop, Premier ministre slovène (00:59:51, de gauche à droite)(14 plans) 00:01:51
00:00:00 David Sainsbury of Turville, ministre britannique de la Science et président en exercice du Conseil, parle (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) de REACH, c'est-à-dire la gestion des produits chimiques.Günter Verheugen, vice-président de la CE chargé des Entreprises et de l'Industrie, dit (en ALLEMAND, traduit en FRANCAIS) que le résultat sur REACH est excellent car il résulte d'un compromis favorable tant à l'industrie européenne qu'au consommateur.Stavros Dimas, membre de la CE chargé de l’Environnement, dit que l'accord politique représente une grande réussite tant pour la santé des citoyens que pour l'environnement. La proposition est équilibrée et permet à l'Europe de rester compétitive sur le plan mondial.Questions (13:25:39:09) 00:28:06
00:00:00 Juan Manuel Fabra Vallés, président de la Cour des comptes européenne, (en ESPAGNOL) disant qu'en 2003, la CE a pris des mesures concrètes pour améliorer les prévisions budgétaires; disant qu'il persiste néanmoins un excédent élevé; disant qu'il faudrait faire des efforts supplémentaires en matière de gestion décentralisée pour appliquer de manière effective les mécanismes de contrôle; disant qu'on constate une amélioration dans la gestion du budget; sur la réforme de la CE et les progrès dans la mise en oeuvre des actions du Livre blanc sur les réformes du contrôle interneSzabolcs Fazakas, membre du PE et président de la commission du contrôle budgétaire du PE, (en ANGLAIS) sur les activités de la commission du contrôle budgétaire du PETerence Wynn, membre du PE, (en ANGLAIS) sur le rapport annuel de la Cour des comptes; disant que le problème est les paiements; sur l'interprétation des irrégularités; disant que le budget fédéral américain se trouve dans la même situationPrésence de Vitor Manuel da Silva Caldeira, membre de la Cour des comptes européenneQuestions des journalistes (12:46:11) 00:44:49
00:00:00 Discours d'introduction.Problèmes avec l'image. 00:05:56
00:00:00 Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) sur les sujets abordés, notamment l'étude de faisabilité qui est le début d'un processus; sur les relations économiques; sur la coopération avec le tribunal pénal de La Haye; sur le KosovoBoris Tadić, président de la Serbie, (en SERBE) Questions des journalistes (12:56:18) 00:13:47
00:00:00 Andris Piebalgs, membre de la CE chargé de l'Energie, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que cette initiative dans le domaine de l’efficacité énergétique aidera l’Europe à atteindre deux objectifs fondamentaux de la stratégie de Lisbonne: créer plus de croissance et de meilleurs emplois. Elle aidera également l’Europe à tenir ses engagements de Kyoto. Les tendances actuelles augurent en effet d’une consommation d’énergie toujours plus élevée et il se pourrait que le niveau de consommation dans l’UE augmente de 10 % au cours des 15 prochaines années si rien n’est fait. Avec ce livre vert, la CE propose de renverser la tendance et explique comment il est possible de réaliser de manière rentable 20 % d’économies d’énergie d’ici 2020. Exemples d'action: établir au niveau national des plans d’action annuels en matière d’efficacité énergétique; améliorer la tarification et la taxation de l’énergie afin que ce soit vraiment le pollueur qui paye; utiliser les marchés publics pour aider au démarrage de nouvelles technologies; élargir le champ d’application de la directive européenne concernant les bâtiments et trouver des possibilités de financement nouvelles et meilleures. En 2006, à la fin du processus de consultation, la Commission présentera un plan d’action complet recensant les mesures qui devraient être proposées.Questions-Réponses des journalistes (12:31:04:13) 00:25:52
00:00:00 Jacques Barrot, vice-président de la CE chargé des Transports, (en FRANCAIS) disant que 6 coordinateurs européens ont été nommés il y a un an; les remerciant pour le travail accompli; disant que les européens doivent comprendre ce qu'est la dimension du corridor, qui dépasse les frontières; disant qu'il faut une planification concertée pour chaque corridor; disant qu'il faut soigner particulièrement les sections transfrontalières des projets; disant qu'il faut veiller à l'interopérabilitéKarel van Miert, coordinateur du projet "Axe ferroviaire Berlin-Vérone/Milan-Bologne-Naples-Messine-Palerme" dans le cadre des réseaux transeuropéens de transports, (en FRANCAIS) disant qu'on est arrivé à un point de non-retour; sur le mécanisme de financement; sur le projet ferroviaire 00:14:56
00:00:00 Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, déclare (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que les problèmes économiques du Kosovo ne sauraient attendre qu'une réponse soit apportée à la question de son statut. Le développement économique de cette province doit être favorisé, afin de garantir un avenir meilleur à l'ensemble de ses habitants. Il faut construire un Kosovo véritablement pluriethnique, où l'ensemble de la population aura le sentiment d'être en sécurité et de bénéficier d'un traitement équitable. Il faut aider davantage le Kosovo à progresser vers ses aspirations européennes, pour autant que ses dirigeants politiques s'engagent clairement à réaliser une réforme en faveur de l'économie de marché et à respecter les principes démocratiques, les droits de l'homme, la protection des minorités, l'État de droit et les valeurs sur lesquelles se fonde l'Union européenne. En définitive, l'avenir du Kosovo est entre les mains des Kosovars.Il explique également que le présent document a pour vocation d'expliquer l'action en cours et à venir de la Commission européenne en faveur du Kosovo. Il envoie un message fort aux institutions provisoires d'auto-administration et aux habitants du Kosovo: le respect des normes en vue de garantir au Kosovo sécurité et stabilité à l'avenir, ainsi qu'une société pluriethnique, est un engagement à long terme, qui va bien au-delà de la simple question du statut et constitue un préalable sur la voie de l'adhésion à l'Union européenne.De 1999 à 2006, 1.6 milliard d'euros a été donné par l'UE comme aide humanitaire et aide à la reconstruction ainsi que sur les capacités administratives et la reconstruction économique.L'UE est disposée à continuer à aider le Kosovo pourvu qu'il respecte l'Etat de droit, protège les minorités et qu'il respecte les valeurs sur lesquelles reposent l'UE.Questions-Réponses des journalistes (11:42:55:20) 00:30:12
00:00:00 Peter Mandelson, membre de la CE chargé du Commerce, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que, à la suite de son entretien avec le ministre Bo Xilai, ministre chinois du Commerce, celui-ci a fait preuve de la disponibilité de la Chine à rechercher une issue à cette impasse même si il a été décidé de libérer tous les produits chinois actuellement bloqués dans les ports européens. Peter Mandelson a également établi une distinction claire entre l'objectif de débloquer d'ici à la mi-septembre les produits retenus dans les ports européens d'une part, et d'autre part la manière de prendre en compte ces quantités dans les quotas qui limitent les importations textiles chinoises dans l'UE.Questions-Réponses des journalistes (13:38:32:00) 00:22:20
00:00:00 François Biltgen, ministre luxembourgeois de la Culture, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, (en FRANCAIS) sur l'importance de la recherche et de l'innovation dans le cadre de la réforme de la stratégie de Lisbonne; disant qu'il faut concentrer les efforts sur l'objectif de Barcelone (3% du PIB consacré à la recherche), sur l'optimisation du capital humain, sur l'amélioration de la coopération entre la recherche publique et les entreprises et sur l'encouragement de la compétitivité des PME; sur le 7e programme-cadre; sur le dossier ITERJanez Potocnik, membre de la CE chargé de la Science et de la Recherche, (en ANGLAIS) sur la révision à mi-parcours de la stratégie de Lisbonne qui doit inclure l'économie de la connaissance; disant qu'on ne peut pas construire la compétitivité sur le détricotage de la sécurité sociale ou le non-respect de l'environnement; sur les perspectives financières qui seront le moment de vérité puisque la CE propose de doubler le budget de la recherche et qu'il s'agira de voir si les Etats membres sont prêts à la suivre; sur le dossier ITERQuestions des journalistes (16:24:30) 00:21:20
00:00:00 Lucien Lux, ministre luxembourgeois de l'Environnement et président en exercice du Conseil explique (en FRANCAIS) que l'UE doit garder le leadership dans le combat de tout ce qui concerne le changement climatique; en chiffre, l'accord qui est proposé aujourd'hui le prouve car c'est la CE qui a proposé que la température n'augmente pas de 2°C et qu'il y ait entre 15 et 30% de réduction des gaz à effet de serre endéans 2020 et jusqu'en 2050 de 60 à 80% de réduction. Il faudrait qu'il y ait encore plus de pays prêt à combattre sur le changement climatique.De plus, le Conseil est arrivé à un accord sur l'examen à mi-parcours de la Stratégie de Lisbonne. Les trois dimensions qui composent le développement durable sont la nécessaire compétitivité, croissance pour combattre le chômage, la cohésion sociale et un environnement sain pour les décennies à venir en Europe.Stavros Dimas, membre de la CE chargé de l’Environnement, prend la parole (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) pour dire que certains points fondamentaux ont été traités, à savoir: concernant l'importance de l'approche d'une stratégie durable; les modifications climatiques et le leadership de l'UE dans le combat des changements climatiques.Questions-Réponses des journalistes (17:39:12:20) 00:29:50
00:00:00 Mark Malloch Brown, administrateur du PNUD, (en ANGLAIS) disant que le projet du millénaire est un effort entrepris par les Nations unies qui s'est étalé sur plusieurs années et qui prend la forme d'un rapport adressé au secrétaire général; disant que l'aide aux pays en développement doit être ambitieuse; disant que la sécurité ne doit pas être destinée qu'aux pays riches; sur le soutien de la CE et des présidences luxembourgeoise et britannique à ce projetJeffrey Sachs, conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies pour les objectifs du millénaire pour le développement, (en ANGLAIS) disant que le rapport est le produit du travail de 265 experts; sur la lutte contre l'extrême pauvreté; sur la situation qui est particulièrement grave en Afrique; disant que des investissements décisifs peuvent faire la différence, par exemple dans la lutte contre la malaria ou dans l'amélioration du rendement des sols; sur le piège de la pauvreté qui fait que même des coûts faibles sont trop importants pour les plus pauvres de la planète; disant que le montant total de l'aide nécessaire est inférieur à ce que promet de donner le monde riche depuis des années (0,5% du PNB du monde riche serait suffisant pour financer les investissements de base); Louis Michel, membre de la CE chargé du Développement et de l’Aide humanitaire, (en FRANCAIS) disant que la CE accueille très favorablement ce rapport qui démontre la faisabilité de l'objectif; disant que ce rapport doit donner mauvaise conscience aux politiques; sur la nécessité d'une focalisation particulière sur l'Afrique; sur le financement de l'aide; disant qu'il est favorable à un allègement de la dette au cas par casQuestions des journalistes (10:47:14) 00:51:28
00:00:00 Stavros Dimas, membre de la CE chargé de l’Environnement, prend la parole (en ANGLAIS) pour dire qu'en ce jour, le protocole de Kyoto est entré en vigueur, après 10 ans d'effort sur le plan international dans lequel l'UE a joué un rôle prépondérant. Les changements climatiques et le réchauffement de la planète sont dûs aux gaz à effet de serre qu'il faut absolument limiter. Le protocole engage les parties à parler de la conduite à suivre après 2012. Le protocole va également permettre d'engager du matériel permettant la réduction de ces effets de serre. Lucien Lux, ministre luxembourgeois de l'Environnement, dit (en FRANCAIS) combien le protocole de Kyoto est important pour l'avenir des populations. L'entrée en vigueur est le message clair que la communuaté internationale prend ces effets de serre au sérieux. Il invite les états qui n'ont pas encore ratifié ce protocole à le faire, notamment les Etats-Unis. L'UE a réaffirmé que la température à la surface de la terre ne doit pas dépasser 2 degrés de la température avant l'ère industrielle.Karl-Heinz Florenz, membre du PE, président de la Commission sur l'environnement du PE. Il explique (en ALLEMAND, traduit en FRANCAIS) qu'il est très important que ce protocole reste vivant et ne devienne pas lettre morte. Il est très content que les institutions européennes se soient mises d'accord et aient été en symbiose au point de vue international pour arriver à faire ratifier ce protocole. Kyoto est de la responsabilité de tout le monde et même ceux qui n'ont pas signé, comme les Etats-Unis, ne pourront pas échapper à leurs responsabilités. L'Inde ou la Chine, qui veulent développer leur capacité industrielle peuvent être comprises dans leur volonté de croissance mais doivent comprendre l'intérêt général. Il y aura dans certains pays l'interdiction de créer de nouveaux dépôts de déchets et cela permettre a de faire de nouvelles politiques de réduction des déchets. Tout ceci est important pour l'avenir de nos enfants. Questions-Réponses des journalistes (11:53:09:12) 00:33:51
00:00:00 Benita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, (en ANGLAIS) sur l'adoption de la communication renforçant le partenariat UE/Etats-Unis; disant que les relations transatlantiques se sont améliorées depuis la visite de George W. Bush à Bruxelles en février; disant que la communication aborde les relations politiques et économiques; sur les points les plus importants: régulation, innovation et frontières; sur les nouvelles technologies qui génèrent croissance et emploi; sur la coopération spatiale civile; sur la coopération politique; prônant une coopération parlementairePeter Mandelson, membre de la CE chargé du Commerce, (en ANGLAIS) disant qu'il faut renforcer la coopération réglementaire; disant qu'un nouveau cadre institutionnel n'est pas souhaitableQuestions des journalistes (13:07:47) 00:43:41
00:00:00 Stavros Dimas, membre de la CE chargé de l’Environnement, (en ANGLAIS) sur le premier anniversaire du protocole de Kyoto sur le changement climatique; disant que le changement climatique est le plus grand challenge des années à venir car il menace la stabilité et la prospérité de nos sociétés; disant qu'on a déjà expérimenté des inondations, des cyclones et des feux de forêt et cela ne va aller qu'en empirant; sur la fonte des glaces; disant que le protocole de Kyoto a permis des progrès importants; sur la conférence mondiale de Montréal qui fut un succès; sur les partenariats établis avec la Chine et l'Inde; sur les plans nationaux d'émissions des Etats membres; disant que chacun à son niveau peut agir contre le changement climatique; disant qu'une vaste campagne d'information va être lancée sur ce sujetQuestions des journalistes (12:50:45) 00:36:58
00:00:00 Aapo Pölhö, directeur général du département "Afrique et Moyen-Orient" du ministère finlandais des Affaires étrangères, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été fructueuse; disant que l'UE et l'Afrique du sud ont les mêmes préoccupations en ce qui concerne les crises et les conflits en Afrique; disant qu'ils ont adopté un déclaration commune sur le partenariat stratégique UE/Afrique du sud; sur la révision de l'accord sur le commerce, le développement et la coopération (ACDC)Nkosazana Dlamini-Zuma, ministre sud-africaine des Affaires étrangères, (en ANGLAIS) sur la révision de l'accord sur le commerce, le développement et la coopération (ACDC); sur les questions mondiales telles que les négociations de l'OMC; disant que la réunion a été fructueuseLulama Xingwana, ministre sud-africaine de l'Agriculture, (en ANGLAIS) sur les engagements agricoles avec l'UEQuestions des journalistes (12:30:00) 00:30:09
00:00:00 Jack Straw, ministre britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) disant que les dernières 30 heures de négociations furent ardues mais qu'il peut maintenant annoncer un accord sur l'ouverture des négociations d'adhésion avec la Turquie; disant que c'est un moment historique pour l'UE et la communauté internationale; remerciant tous ses collègues; disant que chaque élargissement a rendu les Etats membres plus forts et prospères; sur l'ouverture des négociations d'adhésion avec la CroatieOlli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) félicitant Jack Straw pour son travail et sa détermination; disant que l'ouverture des négociations encouragera les réformateurs en Turquie; disant que la Turquie devra adopter l'acquis communautaire et adapter ses politiques; sur la Croatie; sur l'adoption du mandat de négociations avec la Serbie-et-MonténégroJavier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) félicitant Kack Straw et Olli Rehn ainsi que la délégation turque; disant que cette décision est bénéfique pour tousQuestions des journalistes (21:18:05) 00:52:59
00:00:00 Diffusion d'un clip sur les régions affectées par le tsunami et l'aide humanitaireBenita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, (en ANGLAIS) disant que la CE a tenu sa promesse en matière d'aide humanitaire; donnant quelques chiffres; disant que la situation est encore critique et que la région aura encore besoin d'aide dans les mois qui viennent; disant que la reconstruction exige une grande coordination; disant que la CE continuera à apporter son aide pour la reconstructionGareth Thomas, secrétaire d'Etat britannique au ministère du Développement international, (en ANGLAIS) disant que l'UE peut être fière de l'aide qu'elle a apporté; disant que la reconstruction prendra du temps et que le logement doit être la priorité; sur la bonne coopération entre l'UE et l'ONUQuestions des journalistes (12:52:39) 00:24:33
Jean-Claude Juncker, président en exercice du Conseil, dit (en FRANCAIS) que la somme des raisons contradictoires qui ont pu amener tant la France que les Pays-Bas à dire non est impressionnantes. Il ajoute qu'on n'aime pas l'Europe telle qu'elle est et par conséquent, on rejette l'Europe telle qu'elle est proposée par le traité constitutionnel. Cependant, le processus de ratification doit pouvoir continuer dans les autres pays. Dans les pays qui n'ont pas encore voté, les peuples ont le droit de s'exprimer et les parlements ont le droit de dire leur mot et de faire connaître leur opinion. Il faut poursuivre ce débat parce que en France et aux Pays-Bas, il y a eu débat. Et il faut que les autres pays aient l'occasion de se livrer avec la même intensité au même débat portant sur les mêmes sujets. Il faut continuer le processus de ratification, parce que dans la déclaration numéro 30 qui accompagne le projet de traité constitutionnel, l'issue que le Conseil européen pourrait donner à la situation doublement présente ce soir était prévue. Il dit enfin qu'il saisira les 16 et 17 juin, comme annoncé, le Conseil européen de cette question. Il faudra procéder à une analyse collective de la situation dans laquelle l'Europe se retrouve ce soir et prouver au monde extérieur surtout que l'Europe fonctionne, que l'Europe est en marche, que l'Europe sait décider.Josep Borrell Fontelles, président du PE, explique (en FRANCAIS) que la peur a été plus forte que les rêves et qu'il faut donner à tous les pays l'opportunité de se prononcer. Il y a une forte majorité au sein du PE de donner la possibilité à chaque pays de donner son avis. José Manuel Barroso, président de la CE, dit (en FRANCAIS), qu'il est important maintenant pour chaque pays de s'abstenir de toute initiative avant le Conseil européen. En effet, la présidence a décidé que le Conseil européen des 16 et 17 juin prochains pourrait utilement se livrer à une analyse collective et approfondie de la situation et qu'il ne fait plus agir avant cela. Les citoyens attendent des réponses au niveau national et au niveau européen. Il faut répondre aux questions des citoyens et continuer à privilégier la lutte contre le chômage, la croissance, la sécurité. L'Europe doit continuer car l'Europe, ce n'est pas le problème mais c'est la solution aux problèmes des citoyens.Questions-Réponses des journalistes (21:56:03:21)
00:00:00 Leena Luhtanen, ministre finlandaise de la Justice et présidente en exercice du Conseil, parle (en FINNOIS, traduit en FRANCAIS) du programme pluri-annuel de La Haye qui va permettre d'améliorer la coopération au niveau de l'UE dans son ensemble, de l'Agence européenne des droits fondamentaux et des questions sécuritaires.Kari Rajamäki, ministre finlandais de l'intérieur, explique (en FINNOIS, traduit en FRANCAIS) qu'il faut renforcer la sécurité aux frontières, avoir une approche franche avec l'immigration, garder un dialogue permanent avec les pays d'Afrique, parler de la gestion de l'immigration, lutter contre l'immigration clandestine. Il parle également de la crise au Liban.Franco Frattini, vice-président de la CE chargé de la Justice, de la Liberté et de la Sécurité, présente (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) les communications suivantes de la Commission: l'évaluation des politiques de l'Union européenne en matière de liberté, de sécurité et de justice; la mise en œuvre du programme de La Haye: le Liban; l'immigration, avec une différence entre l'immigation légale et la clandestine; le système d'information Schengen de deuxième génération (SIS II).Questions (18:12:04:13) 00:52:35
00:00:00 Jean Asselborn, ministre luxembourgeois des Affaires étrangères et de l'Immigration et président en exercice du Conseil, (en FRANCAIS) se félicitant de la tenue du 2e Conseil d'association UE/Chili au Luxembourg; sur le dialogue politique; sur le rôle du Chili dans les missions de l'ONU telles qu'Althea; sur l'augmentation de l'aide publique au développement des Etats membresBenita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, (en ESPAGNOL) sur le dialogue politique; se félicitant des bonnes relations avec le Chili qui est un îlot de stabilité au sein de l'Amérique latine Jean Asselborn (en FRANCAIS) sur les chiliens qui ont trouvé refuge au Luxembourg suite au coup d'Etat racontant l'exemple de sa collaboratrice; gros plan sur elle pleurant (11:12:59)Ignacio Walker, ministre chilien des Affaires étrangères, (en ESPAGNOL) sur le cas de la collaboratrice de Jean Asselborn; sur l'accueil des réfugiés chiliens par l'Europe sous la dictature; se félicitant de l'Accord d'association UE/Chili; disant qu'il y a beaucoup de convergences au niveau politique entre l'UE et le Chili; sur les relations commerciales qui sont très importantesQuestions des journalistes (11:20:09) 00:27:28
00:00:00 Introduction de Josep Borrell Fontelles, président du PE.Prennent ensuite la parole:Douglas Alexander, ministre adjoint britannique chargé des questions européennes et président en exercice du Conseil (09:05:12)Olli Rehn, membre de la CE chargé de l'Elargissement, prend ensuite la parole (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) pour parler de la Turquie. L'UE a décidé d'ouvrir les discussions avec la Turquie car elle sait qu'elle se trouve à un moment crucial, dont il ne faut pas sous-estimer l'importance. En ouvrant des négociations d'adhésion avec la Turquie, une option est prise sur la poursuite de la métamorphose politique, économique et sociale de ce pays. Il parle ensuite du protocole additionnel à l'accord d'Ankara (la déclaration de la Turquie est unilatérale et n'a pas d'effet juridique; l'UE attend une mise en oeuvre pleine et entière du protocole dont la libre circulation des marchandises; mise en oeuvre des obligations contractuelles auprès de tous les Etats membres; reconnaissance de tous les Etats membres; avoir un règlement global de la question chypriote comme l'entend l'ONU), du cadre de négociation proposé par la CE et devant être accepté par le Conseil et enfin de la réforme politique (faisant de la Turquie une démocratie libérale respectant les droits de l'homme et des minorités). Au cours de la période à venir, la Turquie aura l'opportunité de démontrer qu'elle est sérieusement engagée à intégrer les valeurs européennes. Les pays qui souhaitent adhérer à l'Union doivent en effet partager une même vision de l'Europe et la conception de relations internationales basées sur la démocratie, l'état de droit, les droits de l'homme et la solidarité. Ils doivent également partager nos normes, que ce soit entre autres dans le domaine social, environnemental ou industriel. Si l'Union européenne prend un pari sur leur adhésion future, c'est parce qu'elle croit aussi que c'est dans un meilleur intérêt et que c'est pour le bénéfice des concitoyens. Il explique encore que bien que l'objectif commun des négociations soit l'adhésion, de telles négociations sont de par leur nature même ouvertes quant au résultat. Mais c'est dans l'intérêt réciproque que ce processus soit encadré dans des principes clairs et rigoureux tels que ceux prévus dans le cadre de négociation 00:24:43
00:00:00 Jacques Barrot, vice-président de la CE chargé des Transports, (en FRANCAIS, 11:42:15) sur l'importance de politique de mobilité en Europe; disant que la mobilité doit être durable et protéger l'environnement via une politique volontariste; sur la promotion des transports intermodaux; sur l'utilisation des énergies alternatives; sur les systèmes de transports intelligents; sur la mobilité urbaine qui devient un problème quotidien pour les citoyens; sur la sécurité routière; sur la politique des portsQuestions des journalistes (11:56:04) 00:37:35
00:00:00 Brian Crowley, membre du PE et président du Groupe Union pour l'Europe des Nations du PE, (en ANGLAIS) souhaitant la bienvenue à José Manuel Barroso; sur le déroulement de la séance 00:02:04
00:00:00 Peter Mandelson, membre de la CE chargé du Commerce, (en ANGLAIS) disant qu'il y a eu, fin juillet, un large dépassement des quotas textiles convenus avec la Chine ce qui n'était pas une surprise puisque les importations chinoises envahissent littéralement l'UE depuis début 2005; disant que chacun porte une responsabilité dans cette situation; disant que les vendeurs au détail ne peuvent pas être pénalisés par l'entrée en vigeur de l'accord et c'est pourquoi les marchandises bloquées aux frontières vont être débloquées; disant qu'il va présenter une proposition à la CE; disant qu'il est très difficile d'introduire des restrictions commercialesQuestions des journalistes (10:50:01) 00:19:47
José Manuel Barroso, président désigné de la CE, (en ANGLAIS) disant qu'il a informé le matin-même les futurs membres de la CE du portefeuille qu'ils auront; disant que le travail d'équipe, au service des citoyens, sera très important; disant que son équipe est équilibrée et compte beaucoup de femmes; disant que chaque membre aura le même poids au sein du collège et que les décisions seront prises collectivement sous son leadership; disant qu'il y aura des groupes informels de membres de la CE; disant qu'il y aura 5 vice-présidents; disant que, pour faire face au désintérêt des citoyens pour l'Europe, il a nommé Margot Wallström au poste de vice-présidente pour les relations institutionnelles et la stratégie de communication; sur la mise en oeuvre de la stratégie de Lisbonne; disant que Günter Verheugen sera chargé des entreprises et de l'industrie pour que l'Europe parle d'une seule voix dans ce monde compétitif; (en FRANCAIS) sur le rôle de Jacques Barrot et de Rocco Buttiglione qui occuperont des portefeuilles importants; sur les nouveaux portefeuilles; sur la méthode de travail de la future CE; espérant que le PE approuvera cette composition pour qu'ils puissent commencer à travailler le 1er novembreQuestions des journalistes (15:08:29)
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Neelie Kroes, membre désignée de la CE chargée de la Concurrence, (en ANGLAIS) disant qu'elle a été impressionée par le degré d'implication des membres du PE; disant qu'elle ne blâme pas ceux qui lui ont posé des questions sur son passé et qu'on ne peut pas espérer une discussion sur le fond quand on a deux minutes pour s'exprimer; sur les priorités de son mandat: combattre les cartels, combattre les aides d'Etat, favoriser la transparence et expliquer l'action de la CE; disant qu'elle espère avoir convaincu les membres du PE qu'elle est la personne idéale pour ce poste; sur les subventions croisées; sur la transparence envers la presse; disant qu'elle est parfois trop enthousiaste; sur les accusations de Paul van Buitenen(27 plans) 00:13:00
00:00:00 László Kovács, membre désigné de la CE chargé de l'Energie, (en HONGROIS) sur ?; (en ANGLAIS) disant qu'il est trop tôt pour identifier les éventuels conflits d'intérêt entre les différentes portefeuilles des membres de la CE; (en HONGROIS) sur ?; (en ANGLAIS) sur la séparation des portefeuilles de l'énergie et des transports disant qu'il travaillera en collaboration avec Jacques Barrot(43 plans) 00:24:40
00:00:00 Olli Rehn, membre de la CE chargé des Entreprises et de la Société de l'information, (en ANGLAIS) sur la proposition de règlement sur les médicaments pédiatriques; disant que cette proposition est un bon équilibre entre les objectifs de santé publique et la nécessité de renforcer la compétitivité du secteur pharmaceutique; disant que plus de 50% des médicaments utilisés par les enfants de l'UE n'ont pas été testés car le marché est plus petit et les études sur les enfants sont difficiles à réaliser; disant que la CE a étudié l'expérience américaine en la matière; sur les objectifs de la proposition: améliorer la santé des enfants en Europe grâce à une recherche de haute qualité, promouvoir le développement et l'autorisation de ces médicaments et améliorer l'information sur les médicaments pédiatriques; sur les mesures-clés pour les médicaments brevetés, non-brevetés et horizontaux; disant qu'il faut récompenser l'industrie pharmaceutique pour les études supplémentaires à effectuer via une prolongation de 6 mois des certificats de protection supplémentaire du brevet; sur les médicaments orphelins; sur la mise en place d'un groupe d'experts en médicaments pédiatriquesQuestions des journalistes (11:33:04) 00:38:13
00:00:00 Javier Solana, Haut représentant pour la PESC, dit (en FRANCAIS) que la réunion fut fructueuse et qu'elle leur a permis d'examiner ensemble le dossier de l'Afrique y compris les problèmes du Soudan, du Congo, de la Côte d'Ivoire, de la Somalie. La coopération va être le plus rapprochée possible. Alpha Oumar Konaré, président de la Commission de l'union africaine, explique (en FRANCAIS) que l'essentiel de leurs entretiens a tourné autour des problèmes de paix, de sécurité et de bonne gouvernance. Il y a une détermination commune a faire évoluer ce partenariat. Tous les thèmes ont été abordés avec franchise et la volonté d'avancer ensemble.Questions-Réponses des journalistes (17:56:10:00) 00:16:48
00:00:00 Danuta Hübner, membre de la CE chargée de la politique régionale, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) que les initiatives, tout en étant très différentes, sont toutes deux au cœur d'un programme de réforme pour l'avenir de la politique de cohésion. L'initiative JASPERS permettra aux autorités nationales et régionales de bénéficier du soutien d'experts afin de produire dans des délais convenables des projets de qualité. Elles pourront ainsi faire bénéficier plus rapidement et plus efficacement les citoyens des retombées positives de la politique de cohésion de l'UE. L'initiative JEREMIE permettra d'améliorer l'accès au financement dans les régions, favorisant ainsi la création de nouvelles entreprises et de nouveaux projets. L'Europe doit accentuer son effort dans ce domaine si elle veut créer de nouveaux emplois dans des secteurs d'activité innovants. Elle explique les deux initiatives: JASPERS (Joint Assistance to Support Projects in the European Regions) devrait aider les Etats membres à concevoir et à élaborer de grands projets financés par les Fonds structurels de l'UE et le Fonds de cohésion; JEREMIE (Joint European Resources for Micro-to-Medium Enterprises) est due à une proposition de la Commission et du groupe BEI de lancer une initiative commune afin d'améliorer l'accès des petites à moyennes entreprises au financement. Philippe Maystadt, président de la Banque européenne d'investissement, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) parle des trois objectifs de ces projets: aider les pays et les régions récipiendaires afin d'assurer de meilleurs investissements en terme de croissance et d'emploi; de rassembler les expertises disponibles de la part des partenaires désireux d'aider la BEI et enfin d'essayer de mieux combiner les ressources budgétaires de l'UE avec les ressources de la BEI. Il détaille ensuite les objectifs des dispositifs Jaspers et Jeremie, à savoir qu'ils sont conçus pour aider les autorités nationales et régionales à préparer, pour le premier, les grands projets d'infrastructure et à améliorer, pour le second, l'accès des micro-entreprises et des PME au financement.Steven Kaempfer, vice-président de la BERD, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) qu'il est content de participer aux programmes présentés ici. Ils sont efficaces car ils permettent de regrouper les ressources au sein des 25 Etats membres et des institutions. La BERD apportera la valeur ajoutée de ses ressources à elle et est ravie d'apporter sa contribution. Pour Jaspers, elle espère apporter ses expertises dans différents domaines. Pour Jeremie, elle veut amélier les intermédiaire avec les institutions financières et financer des petites entreprises.Questions-Réponses des journalistes (13:27:20:22) 00:49:44
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Pascal Lamy, membre de la CE chargé du Commerce, (en FRANCAIS) sur la réforme du système des préférences généralisées; sur la perte à l'OMC du contentieux avec l'Inde sur le régime "drogues" qui oblige l'UE à se mettre en conformité; disant que le but est d'avoir un système plus clair, plus simple et plus transparent; disant qu'il n'y aura plus que 3 régimes: le régime normal, le régime "tous sauf les armes" et le régime "SPG+" qui regroupe tous les pays qui acceptent un certain nombre de conditions; sur le nouveau processus de graduation; sur les règles d'origine; disant que la réforme va maintenant être présentée au ConseilQuestions des journalistes (11:53:29) 00:32:54
00:00:00 Jan Peter Balkenende, Premier ministre néerlandais et président en exercice du Conseil, (en NEERLANDAIS) sur la présentation au PE des priorités de la présidence néerlandaise, à savoir la stratégie de Lisbonne, la sécurité et la lutte contre le terrorisme et les perspectives financières; félicitant Josep Borrell Fontelles pour son élection; sur la Constitution européenneJosep Borrell Fontelles, nouveau président du PE, (en ESPAGNOL) disant que le PE a été très intéressé par la présentation de la présidence néerlandaisePrésence de Romano Prodi, président de la CEQuestions des journalistes (14:09:40) 00:25:47
00:00:00 Alistair Darling, secrétaire d’État britannique aux transports et président en exercice du Conseil, parle (en ANGLAIS) de plusieurs sujets: l'accord concernant les déplacements de personnes moins valides ou à mobilité réduite dans les aéroports; l'accès au marché réel par la libéralisation des passagers et la concurrence; un "open sky" entre l'UE et les Etats Unis.Jacques Barrot, vice-président de la CE chargé des Transports, explique (en FRANCAIS) qu'il est ravi de l'accord qui a été fait en faveur des personnes à mobilité réduite, de la bonne approche à propos de la libéralisation des trains de passagers et de l'accord aérien avec les Etats Unis.Questions-réponses des journalistes (01:12:15:00) 00:26:49
00:00:00 Janez Potocnik, membre de la CE chargé de la Science et de la Recherche, (en ANGLAIS) disant que 2003 est la première année à prendre en considération suite à l'accord intervenu sur l'objectif de 3% du PIB pour la recherche et développement; disant que l'Europe devient moins attrayante en matière de dépenses pour la recherche et le développement; disant que l'UE rattrappe son retard sur le marché des nouvelles technologies; disant qu'on investit trop peu en matière de R&D; sur les régions du monde qui sont les plus attrayantes pour les dépenses en R&D; sur les carrières scientifiques; demandant aux ministres de multiplier par deux la part consacrée à la recherche dans les nouvelles perspectives financièresErnest-Antoine Seillière, président de l'UNICE, (en ANGLAIS) disant que l'Europe doit comprendre que l'avenir des entreprises européennes dépend de la R&D; disant qu'une partie des carences en R&D est liée à la faible croissance; sur la nécessité du 7e programme-cadre sur la recherche et le développementQuestions des journalistes (12:08:27) 00:34:31
00:00:00 Franco Frattini, vice-président de la CE chargé de la Justice, de la Liberté et de la Sécurité, (en ANGLAIS) sur la communication sur la stratégie européenne pour répondre aux aspects internes et internationaux des migrations; sur les orientations de la proposition: améliorer la communication avec les Etats de transit et d'origine; disant qu'il faut développer un réseau de patrouilles dans la Méditerranée; disant qu'il faut contrôler les flux migratoires dès les ports de départ; sur la lutte contre la traite des êtres humainsBenita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, (en ANGLAIS) disant qu'il faut affronter les racines des problèmes de migrations; sur les accords de réadmission; disant qu'ils vont travailler avec l'Afrique sub-saharienneQuestions des journalistes (12:29:35) 00:43:29
00:00:00 José Manuel Barroso, président de la CE, (en FRANCAIS) sur le dialogue structuré entre la CE et le Comité des régions de l'UE sur le programme de travail de la CE; disant qu'il a reçu un appui large et fort; disant que les régions sont essentielles à l'UE et que la politique de cohésion est un des fondements de l'intégration européenne; sur le rôle du Comité des régionsPeter Straub, président du Comité des régions, (en ALLEMAND) disant qu'il a été positif de recevoir José Manuel Barroso en session plénière du Comité des régions; sur l'avenir de la politique de cohésion; disant que la stratégie de Lisbonne exige une dimension locale et régionale; sur la décentralisation de la gouvernanceQuestions des journalistes (12:55:00) 00:28:33
00:00:00 Margot Wallström, vice-présidente de la CE chargée des Relations institutionnelles et de la Stratégie de communication, explique (en ANGLAIS) qu'elles ont parlé des domaines dans lesquelles des coopérations peuvent avoir lieu, des rapports qui peuvent exister entre le PE et les divers parlements européens, de la conférence des présidents des parlements qui aura lieu à Budapest les 6 et 7 mai et d'une coopération encore plus rapporchée.Katalin Szili, présidente du Parlement hongrois et présidente de "l'EU speakers conference" parle (en HONGROIS, traduit en ANGLAIS) du rapprochement qui peut avoir lieu entre la CE et les parlements nationaux, principalement dans le cadre du traité constitutionnel. La Hongrie est le second état à avoir ratifié la Constitution et Katalin Szili est fière de cela. La conférence du 6 et 7 mai rassemblant les 25 présidents nationaux des 25 PE sera heureuse de recevoir La commissaire Wallström. Les parlements nationaux sont proches des citoyens et veulent l'être encore plus.Questions-Réponses des journalistes (15:27:51:14) 00:22:44
00:00:00 Guido Sacconi, membre du PE, explique (en ITALIEN, traduit en FRANCAIS) qu'un compris a été trouvé concernant les substances les plus dangereuses et qu'un équilibre entre la défense de la santé, des travailleurs, de l'environnement et le fait qu'il ne fallait pas mettre à mal la compétitivité des entreprises a été atteint. Il ajoute que les institutions se rejoignent sur les décisions à prendre en ce qui concerne des attentes différentes à propos de Reach.Stavros Dimas, membre de la CE chargé de l’Environnement, (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) est content du fait que Reach est entériné et qu'une décision a été prise. Les amendements apportés sont une nette amélioration en ce qui concerne la protection de la santé et de l'environnement.Questions (13:08:47:08) 00:37:14
00:00:00 Markos Kyprianou, membre de la CE chargé de la Santé et de la Protection des consommateurs, (en GREC) disant que la CE a adopté deux communications sur la préparation de l'UE à une possible pandémie de grippe; disant que l'objectif est de mieux préparer l'UE face aux menaces qui pèsent sur la santé publique; disant qu'il faut une gestion coordonnée; disant que les plans d'urgence existent déjà mais vont être modernisés; (en ANGLAIS) sur l'exercice de simulation concernant la grippe aviaire pour tester l'efficacité des plans des Etats membres; disant que l'exercice a duré deux jours mais n'était pas en temps réel; expliquant le scénario; sur le rôle des médias; sur les anti-viraux et les vaccinsQuestions des journalistes (12:41:55) 00:38:07
00:00:00 Charles Clarke, ministre britannique de la Justice et des Affaires intérieures et président en exercice du Conseil, explique (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) le plan d'action contre le terrorisme. Il a donc été convenu: d'un rapport relatif à la mise en œuvre du plan d'action, d'une évaluation des dispositions prises au niveau national, de recommandations concernant la politique de lutte contre le terrorisme, d'un rapport sur la lutte contre le financement du terrorisme, et de mesures de coordination de l'UE dans les situations d'urgence ou de crise. De plus, le Conseil a eu des échanges de vues au sujet de l'immigration sur la base d'une communication de la Commission. Il parle également de la lutte contre la drogue en Afghanistan. Enfin, le Conseil a pris des décisions quant à la coopération entre services de sécurité au sein de l'UE.Franco Frattini, vice-président de la CE chargé de la Justice, de la Liberté et de la Sécurité, dit (en ANGLAIS, traduit en FRANCAIS) qu'il y a eu de bons résultats en matière de lutte contre le terrorisme, notamment l'approbation d'initiatives contre la traite des êtres humains ainsi que les normes minimales en matière d'asile.Questions (17:32:43:12) 00:27:50
00:00:00 Mario Monti, membre de la CE chargé de la Concurrence, (en ANGLAIS) disant que cette semaine a été dure pour la politique de contrôle des fusions de la CE; présentant Philip Lowe, directeur général de la DG Concurrence de la CE; annonçant que Philip Lowe est, à dater de ce jour, directeur général adjoint pour les fusions faisant fonction; sur l'arrêt du tribunal de première instance qui annule la décision de la CE interdisant la fusion entre Laval et Sidel; sur l'examen par le tribunal de l'acquision de Legrand par Schneider qui confirme les constatations de la CE ce qui rend d'autant plus regrettable que des vices de procédure aient conduit à l'annulation de la décision de la CE interdisant la fusion; disant que ces décisions du tribunal de première instance ne doivent pas saper la crédibilité de la CE en matière de concurrence; la politique de la concurrence va d'ailleurs plus loin que le simple contrôle des fusions; sur la répartition des compétences entre autorités nationales et CE; disant que la CE doit consolider ses analyses économiques; sur la création d'un poste d'économiste en chef au sein de la DG Concurrence; disant que ces problèmes le confortent dans son engagement en faveur d'une mise en oeuvre ferme de la politique de concurrence; disant que les réformes de la politique des fusions ne sont pas le résultats des décisions du tribunal mais les confortentQuestions des journalistes (13:33:55) 01:10:44
00:00:00 Jacques Chirac, président de la République française, (en FRANCAIS) remerciant la présidence danoise pour la façon dont elle a mené le sommet; sur la prise d'otages à Moscou; sur l'élargissement; sur la Roumanie et la Bulgarie; sur Chypre; sur l'accord sur le volet financier et sur le différend qui opposait la France à l'Allemagne concernant les dépenses agricoles; sur l'accord sur Kaliningrad; sur l'ancienne République yougoslave de Macédoine; sur la situation préoccupante du secteur des télécommunicationsQuestions des journalistes (19:09:40) 00:35:21
00:00:00 Pat Cox, président du PE, (en ANGLAIS) rendant hommage aux victimes du tremblement de terre survenu en Italie; proposant une minute de silence; annonçant le crash d'un avion au Luxembourg et qu'un incendie est survenu dans un train en France; condamnant la prise d'otages dans un théâtre à Moscou 00:08:33
00:00:00 Cérémonie de commémoration à l'extérieur du PE: présence d'Erkki Liikanen, membre de la CE chargé des Entreprises et de la Société de l'information; de Poul Nielson, membre de la CE chargé du Développement et de l'Aide humanitaire; de David Byrne, membre de la CE chargé de la Santé et de la Protection des consommateurs; de Michel Barnier, membre de la CE chargé de la Politique régionale et de la Conférence intergouvernementale (ad personam); de Pedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires; et de Neil Kinnock, vice-président de la CE chargé de la Réforme administrative (13:58:01); fanfare du SHAPE (Supreme Headquarters Allied Powers in Europe) (14:00:12); arrivée de Romano Prodi, président de la CE; de Pat Cox, président du PE; et de Bertel Haarder, ministre danois des Réfugiés, de l'Immigration et de l'Intégration et ministre sans portefeuille chargé des Affaires européennes et président en exercice du Conseil (14:03:15) 00:08:21
00:00:00 Vue générale de l'hémicycle et plans de coupe 00:07:26
00:00:00 Wim Duisenberg, président de la BCE, (en ANGLAIS) annonçant que la BCE a laissé ses taux d'intérêt inchangés; sur l'évolution de la masse monétaire; sur l'activité économique dans la zone euro; sur la politique fiscale; sur les réformes structurellesPrésence de Lucas Papademos, vice-président de la BCEQuestions des journalistes (14:43:40) 00:42:12
00:00:00 Poul Skytte Christoffersen, représentant permanent danois auprès des CE, (en ANGLAIS) sur le Conseil "Affaires générales et relations extérieures" de la semaine prochaine qui se déroule en deux jours (un pour les sujets "Affaires générales" et un pour les sujets "Relations extérieures"); sur l'ordre du jour; sur les inondations; sur la préparation du Conseil européen de Bruxelles qui traitera du financement de l'élargissement et de Kaliningrad; Questions des journalistes à Poul Skytte Christoffersen (14:35:42) et, après son départ, à Samuel Magid, conseiller de presse de la représentation permanente danoise auprès de l'UE (14:52:45) 01:03:16
00:00:00 Philippe Busquin, membre de la CE chargé de la Recherche, (en FRANCAIS) disant que la CE est très préoccupée par la qualité de l'air; sur le Centre commun de recherche; sur le programme PEOPLEDidier Gosuin, ministre de l'Environnement et de la Politique de l'Eau, de la Conservation de la Nature et de la Propreté publique, et du Commerce extérieur de la Région de Bruxelles-Capitale, (en FRANCAIS) sur l'importance de la qualité de l'air; sur Bruxelles qui a été une des premières villes européennes à instaurer un système permanent de télémesures de la pollution de l'air; sur la pollution au benzène à Bruxelles; sur cette pollution qui est due à la circulation automobile et au tabagisme; sur la méthodologie du programme PEOPLEQuestions des journalistes (00:17:15) 00:51:24
00:00:00 Josep Piqué i Camps, ministre espagnol des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur le déroulement de la réunion Ismail Cem, ministre turc des Affaires étrangères, (en ANGLAIS) sur le fait que la réunion a été très positive; sur le Moyen-Orient; sur le processus de Barcelone (Euromed); sur Chypre; sur le CaucaseGünter Verheugen, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) sur le fait que la réunion a été très positive; sur l'élargissement; sur Chypre 00:23:31
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Josep Piqué i Camps, ministre espagnol des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ESPAGNOL) sur les résultats du Conseil de coopération; sur les nouveaux objectifs stratégiques; sur la coopération économique; sur le Moyen-OrientIgor Ivanov, ministre russe des Affaires étrangères, (en RUSSE) sur les résultats du Conseil de coopération; sur le Moyen-Orient; sur l'Afghanistan; sur les Balkans 00:27:34
00:00:00 Frits Bolkestein, membre de la CE chargé du Marché intérieur, (en ANGLAIS) sur l'adoption par la CE de la proposition d'amendement des règles en matière d'accises et dont le but est d'harmoniser les accises des Etats membres sur le gazole routier; expliquant que cela est nécessaire vu les grandes différences existant et qui crée des distorsions sur le marché; sur l'institution d'un taux pivot de 350 euros pour 1 000 litres à partir du 1er janvier 2003; sur l'application du taux d'accises minimal sur l'essence sans plomb au gazole non-professionnel d'ici 2006; expliquant que la proposition prévoit de faire passer le taux minimal actuellement appliqué à l'essence sans plomb de 287 euros à 360 euros pour tenir compte de l'inflation et, lorsque le taux d'accises minimal sur le gazole professionnel dépassera 360 euros dans le cadre de l'harmonisation progressive de la fiscalité, il devra également être appliqué au gazole non-professionnel et à l'essence sans plomb; ainsi, le taux d'accises minimal sur le gazole non-professionnel et l'essence sans plomb ne sera jamais inférieur à celui appliqué sur le gazole professionnel et sera en permanence indexé sur l'inflationQuestions des journalistes (13:55:20) 00:42:14
00:00:00 Michaele Schreyer, membre de la CE chargée du Budget, (en ALLEMAND) sur la nouvelle estimation du budget agricole 2004 d'où il ressort que les besoins sont moins importants que prévu; sur le budget rectificatif 2003 qui permet une restitution de 5 millards d'euros aux Etats membres; disant que cette somme provient des anciens programmes des fonds structurelsQuestions des journalistes (13:31:00) 00:19:12
00:00:00 Brian Cowen, ministre irlandais des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur la préparation du Conseil européen de printemps; sur les élections en Iran regrettant que certains candidats n'aient pas pu s'inscrire sur les listes électorales; sur les relations UE/Russie; sur le processus de paix au Proche-Orient; sur les visites de la troïka en Inde, au Pakistan et en Afghanistan; sur Chypre; sur la situation au Zimbabwé et en OugandaPrésence de Javier Solana, secrétaire général du Conseil de l'UE et Haut représentant pour la PESC, et de Christopher Patten, membre de la CE chargé des Relations extérieuresQuestions des journalistes (19:15:54) 00:22:10
00:00:00 Mary Harney, ministre irlandaise de l'Entreprise, du Commerce et de l'Emploi et présidente en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur le choix du site de Kadarache pour Iter et les négociations avec la Russie, la Chine et les Etats-Unis; Philippe Busquin, membre de la CE chargé de la Recherche, (en FRANCAIS) sur le travail de la CE pour qu'Iter soit installé en EuropeClaudie Haigneré, ministre française déléguée auprès du ministre de la Jeunesse, de l'Education nationale et de la Recherche chargée de la recherche et des nouvelles technologies, (en FRANCAIS) sur l'importance du projet Iter au niveau scientifique et économiqueQuestions des journalistes (15:12:36) 00:29:37
00:00:00 Introduction de Luc Frieden, ministre luxembourgeois de la Justice et président en exercice du Conseil (en ANGLAIS). Il présente Roman Zvarytch, ministre ukrainien de la justice, de la Liberté et de la Sécurité et explique que le fait qu'il y ait eu des éléctions présidentielles démocratiques en Ukraine favorise le bon déroulement de la justice et des affaires intérieures. Ce que l'UE estime comme valeurs fondamentales, c'est-à-dire le respect du droit, l'indépendace d'idées, le respect des droits de l'homme permet de lutter contre des injustice et des inégalités et l'Ukraine a fait la preuve qu'elle tente de faire des efforts dans cette direction-là. Ce qui est important c'est que la discussion très fructueuse entre l'UE et l'Ukraine a permis de cloisonner les problèmes et d'y trouver des solutions.Roman Zvarytch (en ANGLAIS) remercie Luc Frieden et se félicite de la mutuelle confiance et de la mutuelle collaboration prévue entre L'UE et l'Ukraine. Certaines objectifs sont remplis mais d'autres demandent encore du travail, il faut donc avancer et maintenir des relations proches afin de montrer les futurs progrès concrets qui seront faits par l'Ukraine. Luc Frieden reprend la parole pour dire que cette collaboration entre l'Ukraine, la présidence luxembourgeoise et l'UE s'est passée dans une réelle atmosphère amicale et dans une bonne entente.Questions-Réponses des journalistes (14:32:22:00) 00:30:52
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:22
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:03:37
00:00:00 Title 00:00:00
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Ramón de Miguel y Egea, secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires européennes, (en ESPAGNOL) sur les bonnes avancées des négociations d'adhésion; sur les douze conférences d'adhésion qui ont eu lieu en deux jours; annonçant que beaucoup de chapitres ont été clos; sur les bonnes avancées de la Bulgarie et de la RoumanieGünter Verheugen, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) sur les bons résultats des conférences d'adhésion; complimentant la présidence espagnole; sur les sujets discutés: la politique régionale, la politique des transports, les questions institutionnelles et le budget; sur l'accord de la Lituanie de fermer la centrale nucléaire d'Ignalina; sur les négociations sur l'agricultureQuestions des journalistes (12:48:30) 00:39:35
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Margot Wallström, membre de la CE chargée de l'Environnement, (en ANGLAIS) sur la nouvelle politiques des produits chimiques; sur la hausse des cas d'allergies et de cancers suite à la présence de produits chimiques dans l'environnement; disant que la législation existante est lente et inefficace; détaillant le système REACHErkki Liikanen, membre de la CE chargé des Entreprises et de la Société de l'information, (en ANGLAIS) disant que cette politique des produits chimiques a été le plus grand défi rencontré par la CE dans sa mise en oeuvre d'une stratégie de développement durable; sur l'importance de l'industrie chimique; sur l'influence de la nouvelle proposition sur la compétitivité des entreprises; sur la consultation InternetQuestions des journalistes (12:48:11) 00:51:08
00:00:00 Joaquín Almunia, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) sur le rapport 2004 sur la convergence qui examine la compatibilité de la législation nationale avec l'euro et apprécie si les Etats membres ont réalisé un haut degré de convergence par rapport aux quatre critères; disant qu'aucun des pays examinés ne remplit toutes les conditions lui permettant d'adopter l'euro; sur les critères et la situation dans chaque pays: les objectifs des banques centrales, l'indépendance des banques centrales, l'intégration des banques centrales dans le système européen des banques centrales, la stabilité des prix, la situation des finances publiques; les taux de change, la durabilité de la convergence, les taux d'intérêt; sur la note d'information qu'il a présentée sur le déficit de la Grèce et sur la façon d'améliorer la gouvernance sur les statistiques budgétaires; sur les erreurs statistiques concernant la situation de la GrèceQuestions des journalistes (12:49:44) 00:48:10
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Loyola de Palacio on the structural measures 00:00:36
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Romano Prodi, président de la CE, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été fructeuse et amicale; sur l'établissement d'un accord d'association UE/Albanie; disant que le but est la mise en place d'institutions démocratiques et d'une économie performanteFatos Nano, Premier ministre albanais, (en ANGLAIS) sur les négociations UE/Albanie; sur la lutte conte le crime organisé; sur la libre circulation des personnesQuestions des journalistes (15:54:56) 00:14:28
00:00:00 Romano Prodi, président de la CE, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été fructueuse; sur l'élargissement; sur les questions bilatérales (industrie du saumonKjell Magne Bondevik, Premier ministre norvégien, (en ANGLAIS) disant que la réunion a été fructueuse; disant que c'est très important pour la Norvège d'avoir de bonnes relations avec les institutions de l'UE; sur la nouvelle constitution; sur les relations économiques de la Norvège avec les futurs Etats membres; sur les relations avec les pays nordiquesQuestions des journalistes (13:16:41) 00:18:58
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Jonathan Faull, porte-parole de Romano Prodi, président de la CE, (en ANGLAIS) présentant la conférence de presseGerassimos Thomas, porte-parole de Pedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) sur l'adoption des grandes orientations de politique économiqueQuestions des journalistes à Gerassimos Thomas (17:18:15)Jonathan Faull (en ANGLAIS, 17:30:15) sur les sujets abordés durant le lunch; sur la réforme des institutions; sur l'immigrationGustaaf Borchardt, directeur de la direction "Circulation des personnes, citoyenneté, droits fondamentaux" de la DG Justice et Affaires intérieures de la CE, (en ANGLAIS; 17:34:44) sur le plan d'action sur le contrôle des frontières extérieures; sur l'asile et l'immigrationJonathan Faull (en ANGLAIS, 17:36:10) sur la réforme des institutionsQuestion des journalistes (17:39:40)Présence de Stefaan De Rynck, prote-parole de Michel Barnier, membre de la CE chargé de la Politique régionale et de la Conférence intergouvernementale (ad personam) 00:59:41
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:16
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 José Manuel Barroso, président désigné de la CE, (en ANGLAIS) disant qu'il a eu un dialogue politique intense avec chacun des groupes politiques; disant qu'il a présenté ses valeurs qui combinent compétitivité et politique sociale; disant que c'est la première fois qu'un président désigné de la CE passe des auditions ouvertes au public; disant qu'il s'était fait un honneur de parler en plusieurs langues; disant que la CE doit pouvoir dire non aux Etats membresQuestions des journalistes (17:27:16) 00:27:35
00:00:00 Josep Borrell Fontelles, président du PE, (en ESPAGNOL) sur l'élection de José Manuel Barroso par le PE; le félicitantJosé Manuel Barroso, président désigné de la CE, (en ESPAGNOL) disant que c'est un grand plaisir pour lui de pouvoir travailler avec Josep Borrell Fontelles; (en ANGLAIS) disant qu'il est fier d'avoir été élu par le PE; disant qu'il pense pouvoir établir des passerelles; sur la façon dont il compte composer la future CE; disant que tous les membres de la CE seront rassemblés au Berlaymont; sur son idée de partenariat pour l'Europe; sur le défi de la ratification de la Constitution européenneQuestions des journalistes (13:42:40) 00:30:03
00:00:00 Vladimír Špidla, membre désigné de la CE chargé de l'Emploi, des Affaires sociales et de l'Egalité des chances, (en ALLEMAND) disant que l'audition a été intense et que les questions étaient intéressantes; disant que le modèle social européen doit être développé; répondant à des questions de journalistes (en TCHEQUE); sur la politique contre les délocalisations (en FRANCAIS) 00:10:04
00:00:00 Yiannos Papantoniou, ministre grec de la Défense, (en GREC) sur la réunion informelle des ministres de la Défense qui a eu lieu en Crète en octobre et au cours de laquelle des décisions ont été prises; ces décisions informelles ont été ratifiées au cours de la réunion d'aujourd'hui; sur les capacités militaires européennes et la Force de réaction rapide qui devra être mise en oeuvre en 2003; sur le financement; sur le développement des procédures qui vont permettre à la Force de réaction rapide de réagir immédiatement; sur la dimension méditerranéenne de la PESD; sur la formation commune des personnes qui vont participer à la Force de réaction rapide; sur la mise en oeuvre d'un exercice de gestion de crise; sur la participation de l'UE à des opérations de lutte contre le terrorisme; sur le développement de la Force de réaction rapide de l'OTAN qui est complémentaire à celle de l'UEJavier Solana, secrétaire général du Conseil et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) disant que les capacités militaires qui sont au coeur du système; sur la Force de réaction rapide de l'OTANQuestions des journalistes (15:23:13) 00:52:42
00:00:00 Göke Frerichs, président du Comité économique et social européen, (en ALLEMAND) souhaitant la bienvenue aux participants à ce symposium organisé à l'occasion de l'expiration du traité CECA; disant que nous ne pourrons construire valablement l'avenir de l'UE qu'en affermissant la conscience de notre passé; ce débat est d'autant plus d'actualité au moment où a lieu la Convention sur l'avenir de l'Europe; disant qu'il faut cultiver l'histoire de l'UE, la fêter et la commémorer; disant que la CECA était un projet éthique (garantir la paix entre les Etats européens) mais aussi éminemment politique; sur le CESEnrico Gibellieri, président du comité consultatif de la CECA, (en ITALIEN, 15:26:37) sur son émotion; sur l'expérience de la CECA qui est basée sur le dialogue; sur la Convention sur l'avenir de l'EuropeMichel Theys, journaliste, (en FRANCAIS, 15:34:22) sur la CECA; présentant les travaux du symposiumMarie-Thérèse Bitsch, professeur à l'Institut des hautes études européennes de l'Université Robert Schuman, Strasbourg, (en FRANCAIS, 15:37:59) sur l'histoire de la CECAMichel Theys (en FRANCAIS, 15:55:42) remerciant Marie-Thérèse Bitsch et présentant Wolfgang WesselsWolfgang Wessels, professeur de sciences politiques à l'Université de Cologne et président de la Trans-European Political Studies Association, (en ALLEMAND, 15:56:50) sur les enseignements de la CECA pour l'avenir Michel Theys (en FRANCAIS, 16:08:40) remerciant Wolfgang Wessels et présentant Max KohnstammMax Kohnstamm, ancien secrétaire général de la Haute Autorité de la CECA, (en FRANCAIS, 16:10:30) expliquant comment cette période a influencé sa vieMichel Theys (en FRANCAIS, 16:24:29) remerciant Max Kohnstamm et présentant Fritz HellwigFritz Hellwig, ancien membre de la Haute Autorité de la CECA, (en ALLEMAND, 16:26:35) expliquant comment cette période a influencé sa vieMichel Theys (en FRANCAIS, 16:47:10) remerciant Fritz Hellwig et présentant Jacques-René RabierJacques-René Rabier, ancien directeur de cabinet du président de la Haute-Autorité de la CECA, (en FRANCAIS, 16:48:44) expliquant comment cette période a influencé sa vieMichel Theys (en FRANCAIS, 17:07:25) remerciant Jacques-René Rabier et présentant Ana Palacio VallelersundiAna Palacio Vallelersundi, ministre espagnole des Affaires étrangères, (en ESPAGNOL, 17:08:35) disant qu'elle est là pour écouter les témoignages des acteurs de la CECA; sur le fait que l'Espagne a été considérée longtemps comme ne faisant pas partie de l'Europe ce qui lui permet de comprendre actuellement la position des pays candidats; sur la Convention sur l'avenir de l'EuropeMichel Theys (en FRANCAIS, 17:16:20) remerciant Ana Palacio Vallelersundi et introduisant le débatDébat entre les participants (17:17:00) Romano Prodi, président de la CE, (en ITALIEN, 17:50:07) sur les buts et l'originalité de la CECA; expliquant que cette méthode a fait ses preuves et que, dés lors, la Convention sur l'avenir de l'Europe doit s'inspirer de cette réussite 03:06:15
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Dimitri Rogozin, membre de la Douma et envoyé spécial de Vladimir Poutine, président de la Russie, (en RUSSE traduit en ANGLAIS) sur les relations UE/Russie; sur les propositions russes concernant l'enclave de Kaliningrad; sur le sommet UE/Russie à venir; disant que la Russie voit d'un bon oeil l'élargissement de l'UE pour autant qu'il ne cause pas de dommages à la Russie; disant que la Russie est ouverte au dialogue; sur KaliningradQuestions des journalistes (19:57:54) 00:32:37
00:00:00 Wim Duisenberg, président de la CE, (en ANGLAIS) sur le fait que les prix sont stables et que la BCE a donc décidé de laiser les taux d'intérêt inchangés; sur la masse monétaire; sur la situation économique; sur l'inflation; sur les conséquences des inondations en Europe; sur la politique fiscaleQuestions des journalistes (14:43:20) 00:38:54
00:00:00 Poul Nielson, membre de la CE chargé du Développement et de l'Aide humanitaire, (en ANGLAIS) sur le fait que la CE a toujours voulu renforcer le lien entre commerce et développement; sur les différents aspects de l'assistance commerciale de la CEPascal Lamy, membre de la CE chargé du Commerce, (en FRANCAIS) sur la volonté de mettre le commerce au service du développement; sur le plan d'action adpoté par la CE; sur les difficultés des pays en voie de développement d'écouler leurs produits sur le marché européen à cause de barrières douanières dans leur pays et à cause de normes sanitaires européennes trop difficiles à respecter; sur l'assistance technique en matière commerciale qui vise à surmonter ces obstaclesQuestions des journalistes (11:51:48) 00:37:35
00:00:00 Nikos Christodoulakis, ministre grec de l'Economie et des Finances et président en exercice de l'Eurogroupe, (en ANGLAIS) sur la croissance dans l'eurozone; sur le pacte de stabilité et de croissance; sur la conjoncture aux Etats-Unis et au JaponWim Duisenberg, président de la BCE, (en ANGLAIS) sur l'activité économique dans l'eurozone; sur la consommation; sur l'inflationPedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS) disant que la CE partage l'analyse faite par Nikos Christodoulakis et Wim Duisenberg; sur les prévisions de croissance; sur la lutte contre le financement du terrorismeQuestions des journalistes (07:05:55) 00:30:53
00:00:00 Per Stig Møller, ministre danois des Affaires étrangères et président en exerice du Conseil, (en ANGLAIS) sur la préparation du Conseil européen de Bruxelles; sur le financement de l'élargissement; sur KaliningradGünter Verheugen, membre de la CE chargé de l'Elargissement, (en ANGLAIS) disant qu'il est très confiant sur la poursuite des négociations; disant qu'il est très heureux que les Etats membres aient approuvé les recommandations de la CE; sur les problèmes qu'il reste à régler; sur KaliningradQuestions des journalistes (14:24:40) 00:30:00
00:00:00 Anders Fogh Rasmussen, Premier ministre danois et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS) sur les réunions bilatérales entre les ministres danois et leurs homologues au sein de la CE; sur l'agenda chargé qui attend la présidence danoise; sur les principales priorités: élargissement, espace de liberté, de sécurité et de justice, développement durable, sécurité alimentaire, responsabilité globale; sur l'élargissement; sur l'importance d'entretenir de bonnes relations avec la CERomano Prodi, président de la CE, (en ANGLAIS) sur l'importance de l'élargissement et sur la réforme des institutions qui va en résulter; sur le sommet mondial sur le développement durable de JohannesbourgQuestions des journalistes (15:08:15) 00:31:50
00:00:00 Christos Protopapas, ministre grec de la Presse, (en GREC) introduisant la conférence de presseConstantin Simitis, Premier ministre grec et président en exercice du Conseil, (en GREC) sur les priorités de la présidence grecque (élargissement, poursuite de la stratégie de Lisbonne, politique de l'immigration, Convention sur l'avenir de l'Europe, PESD)Romano Prodi, président de la CE, (en ANGLAIS) disant que les priorités de la présidence grecque sont également les priorités de la CE; sur l'élargissement; sur la politique en faveur de la Méditerranée; sur le sommet de printemps qui se concentrera sur la situation économiqueQuestions des journalistes (12:23:55) 00:33:05
00:00:00 Lars Løkke Rasmussen, ministre danois de l'Intérieur et de la Santé et président en exercice du Conseil, (en DANOIS) présentant le débat sur la directive concernant la publicité et le parrainage pour le tabac 00:02:38
00:00:00 Flemming Hansen, ministre danois des Transports et président en exercice du Conseil, (en DANOIS) sur la création d'un espace aérien commun ("ciel unique"); sur l'accord sur l'amélioration des droits des passagers; sur l'accord sur Marco Polo; sur l'accord sur GalileoLoyola de Palacio del Valle-Lersundi, vice-présidente de la CE chargée des Relations avec le Parlement européen, des Transports et de l'Energie, (en ESPAGNOL) sur la création d'un espace aérien commun; sur l'accord sur l'amélioration des droits des passagers; sur l'accord sur Galileo; sur l'accord sur Marco Polo; Questions des journalistes (19:39:53) 00:32:38
00:00:00 Robert J. Evans, membre du Parlement européen et vice-président de la commission des libertés et des droits des citoyens, de la justice et des affaires intérieures (en ANGLAIS) disant que ce rapport est très important; disant que la priorité est de mettre en place une politique d'asile commune; sur la nécessité de se respecter et de développer une compréhension mutuelle entre les culturesBob Purkiss, président du Conseil d'administration de l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (en ANGLAIS) disant que gagner sa vie est fondamental; c'est la base de la cohésion sociale; disant que l'immigration a toujours été nécessaire; disant que l'exclusion des immigrés dans le monde du travail est répandue dans tous les Etats membres; disant que la CE pourrait donner l'exemple en pratiquant l'égalité des chancesBeate Winkler, directrice de l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes, (en ANGLAIS) sur le rapport annuel; sur les attentats du 11 septembre; sur le rôle des médias; disant que le taux de chômage est plus élevé chez les migranst et que, quand ils ont un travail, ils sont moins payés et moins susceptibles d'être promusQuestions des journalistes (13:28:45) 00:52:24
00:00:00 Michaele Schreyer, membre de la CE chargée du Budget, (en ALLEMAND) sur les résultats du Conseil européen de Copenhague et sur le budget de l'élargissementQuestions des journalistes (13:15:25) 00:40:32
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Valéry Giscard d'Estaing, président de la Convention sur l'avenir de l'Europe, (en FRANCAIS) sur la 3e session de la Convention qui était concacrée aux tâche de l'UE; sur la nouvelle méthode de travail qui rend les débats beaucoup plus vivants; sur les points abordés durant les débats 00:46:14
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Jean-Claude Trichet, président de la BCE, (en ANGLAIS) sur la décision de la BCE de laisser les taux d'intérêt inchangés; sur la conjoncture disant que la reprise s'amorce; sur l'inflation; sur la politique monétaire; sur la politique fiscale; sur la baisse constante de la productivité du travailPrésence de Lucas Papademos, vice-président de la BCEQuestions des journalistes (14:44:24) 00:47:31
00:00:00 Ioannis Magriotis, secrétaire d'Etat grec aux Affaires étrangères, (en GREC) sur les bonnes relations qui unissent l'UE et le Maroc; annonçant la création de 6 sous-comitésTaïeb Fassi-Fihri, ministre marocain délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, (en FRANCAIS) sur l'atmosphère chaleureuse des travauxQuestions des journalistes (15:19:27) 00:32:26
00:00:00 Wim Duisenberg, président de la BCE, (en ANGLAIS) annonçant que le Conseil des gouverneurs, vu l'évolution des prix, a décidé de baisser les taux d'intérêt; sur la politique monétaire; sur l'inflation; sur la politique fiscalePrésence de Lucas Papademos, vice-président de la BCEQuestions des journalistes (14:43:40) 00:37:29
00:00:00 Viviane Reding, membre de la CE chargée de l'Education et de la Culture, (en FRANCAIS) sur la révision de la communication de 2001 sur les aides d'Etat à la production cinématographique; sur la difficulté de conservation du patrimoine cinématographique; disant que la CCE propose la création de base de données et la restauration de films; sur le festival de Cannes 2004Questions des journalistes (11:41:23) 00:33:07
00:00:00 Ana María Birules y Bertrán, ministre espagnole des Sciences et des Technologies et présidente en exercice du Conseil, (en ESPAGNOL) sur la productivité comme clé de la compétitivité; sur la contribution de la politique d'entreprise au développement durable; sur l'expiration du traité CECA; sur la mise à jour du Tableau de bord de la Commission sur les aides d'Etat; sur les sciences de la vie et la biotechnologieErkki Liikanen, membre de la CE chargé des Entreprises et de la Société de l'information, (en ANGLAIS) sur la compétitivité et la politique d'entreprise; sur la durabilité; sur la biotechnologie; sur le rapport du G10 médicaments; sur l'expiration du traité CECAMario Monti, membre de la CE chargé de la Concurrence, (en ANGLAIS) sur la modernisation de la politique de la concurrence; sur le rapport sur la situation du marché de la construction navale et les pratiques de concurrence déloyale de la Corée du sudPascal Lamy, membre de la CE chargé du Commerce, (en FRANCAIS) sur les mesures protectionnistes américaines dans le secteur de l'acier; sur la situation du marché de la construction navale et les pratiques de concurrence déloyale de la Corée du sudQuestions des journalistes (19:20:50) 00:33:54
00:00:00 Celia Villalobos Talero, ministre espagnole de la Santé et de la Consommation et présidente en exercice du Conseil, (en ESPAGNOL) sur la révision de la législation pharmaceutique; sur les médicaments à base de plantes; sur la lutte anti-tabac; sur la promotion de la santé sur le lieu de travailDavid Byrne, membre de la CE chargé de la Santé et de la Protection des consommateurs, (en ANGLAIS) sur la lutte anti-tabac; sur la mobilité des patientsPrésence d'Erkki Liikanen, membre de la CE chargé des Entreprises et de la Société de l'informationQuestions des journalistes (14:15:45) 00:34:50
00:00:00 Josep Piqué i Camps, ministre espagnol des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ANGLAIS et en ESPAGNOL) sur la situation au Moyen-Orient Romano Prodi, président de la CE, (en ANGLAIS) disant qu'il n'y a rien à ajouterJavier Solana, secrétaire général du Conseil et Haut représentant pour la PESC, (en ANGLAIS) sur la position de l'UE qui demande que les résolutions de l'ONU soient appliquéesQuestions des journalistes (23:58:15) 00:26:03
00:00:00 Rodrigo de Rato y Figaredo, ministre espagnol de l'Economie et président en exercice du Conseil, (en ESPAGNOL) sur l'analyse de la situation économique; sur le fonctionnement de l'EurogroupePedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ESPAGNOL) sur la situation économique notamment aux Etats-Unis et au Japon et dans la zone euroQuestions des journalistes (23:00:40) 00:28:09
00:00:00 Franz Fischler, membre de la CE chargé de l'agriculture et de la pêche, (en ALLEMAND) disant que ce n'est pas la première fois que les scientifiques avertissent sur le risque d'épuisement des stocks de cabillaud mais que ce nouvel avis est le plus alarmant de tous; sur la nécessité d'agir pour reconstituer les stocks; sur ce que la CE compte faire et de la réforme de la politique commune de la pêche; sur l'aide à apporter aux pêcheurs et à leur famille via les fonds structurelsQuestions des journalistes (12:34:45) 00:43:37
00:00:00 Josep Piqué i Camps, ministre espagnol des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil, (en ESPAGNOL) sur les thèmes du Conseil européen de Séville: le processus de réforme économique, l'état des négociations d'adhésion, les affaires de justice intérieure, les aspects institutionnels, la réforme du Conseil et les relations extérieures, la PESC et la PESDQuestions des journalistes (10:32:05) 00:56:52
00:00:00 Günter Verheugen, vice-président de la CE chargé des Entreprises et de l'Industrie, (en ANGLAIS) disant que l'industrie automobile est d'une importance cruciale pour la compétitivité européenne et donc pour la stratégie de Lisbonne; diqant qu'elle offre de l'emploi à plus de 2 millions de citoyens européens; disant qu'il n'y a pas de raison d'être trop pessimiste car les voitures européennes sont connues pour leur technologie de pointe et leur innovation; disant qu'il y a néanmoins des défis à relever: coûts salariaux, surcapacité de production, concurrence des PECO; sur la mise en place du groupe de haut niveau "CARS 21"; disant que ce groupe devra indiquer les moyens d'avoir un développement durable de l'industrie automobile et définir les meilleures approches réglementaires; sur la composition éminente du groupe qui devra remettre ses conclusions à la fin 2005; sur son intention de faciliter la tâche des entreprises en rendant moins complexe la réception par type des véhicules automobiles dans l'UE par l'application croissante des règles de l'ONU 00:13:41
00:00:00 Franco Frattini, vice-président de la CE chargé de la Justice, de la Liberté et de la Sécurité, (en ANGLAIS) sur le 60e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau et le devoir de mémoire; sur la lettre de menace qu'il a reçue disant que ça ne remettra pas en cause sa détermination de lutter contre toutes les formes de racisme et d'intolérance; sur la création d'une agence européenne des droits fondamentaux; disant qu'il faut renforcer la capacité de l'UE à lutter contre le crime organisé transfrontalier; sur la définition d'une organisation criminelle (au moins deux personnes qui, en vue d'un gain matériel, commettent une infraction pénale grave punissable d'au moins 4 ans d'emprisonnement); donnant des chiffres provenant d'Europol; sur le Livre blanc sur l'échange d'informations sur les condamnations afin qu'elles soient reconnues d'un Etat membre à l'autreQuestions des journalistes (11:45:49) 00:38:17
00:00:00 Gerhard Schröder, chancelier fédéral allemand, (en ALLEMAND) disant que c'est un grand jour pour l'Europe et donc pour l'Allemagne; faisant l'historique de l'élargissement; sur l''accord intervenu à propos de la PAC; disant que l'Allemagne souhaitait une stabilisation des dépenses de la PAC; sur les fonds structurels; sur la Turquie; sur KaliningradQuestions des journalistes (18:04:40) 00:25:58
00:00:00 Romano Prodi, président de la CE, (en ITALIEN) disant qu'il accorde beaucoup d'importance à la coordination des politiques économiques en Europe; disant que le pacte de stabilité et de croissance n'est pas modifié mais va être lu de manière plus ouverte et plus intelligente; le but est que les Etats membres respectent de manière rigoureuse les engagements qu'ils prennent; disant qu'Eurostat s'engage à fournir des données selon les normes les plus élevées et les meilleures pratiques; sur les procédures à disposition de la CEQuestions des journalistes (12:24:15)Pedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ANGLAIS, 12:27:00) disant que les décisions adoptées par la CE peuvent être appliquées dans le cadre juridique existant et ne nécessitent pas de nouvelles procédures; par ces décisions, la CE réaffirme sa volonté à tenir son rôle; sur les dispositions de la communication; sur le code de bonne conduite sur les données statistiquesQuestions des journalistes (12:36:30) 00:51:44
00:00:00 Michalis Chrisochoidis, ministre grec de l'Ordre public et président en exercice du Conseil, (en GREC) sur la méthodologie qu'il entend appliquer à ce débat afin de susciter un dialogue politique; introduisant le débat sur la lutte contre la criminalité organisée dans les BalkansPhilippos Petsalnikos, ministre grec de la Justice, (en GREC) introduisant le débat sur la lutte contre la criminalité organisée dans les Balkans 00:16:15
00:00:00 Pedro Solbes Mira, membre de la CE chargé des Affaires économiques et monétaires, (en ESPAGNOL) disant que l'embellie espérée est retardée d'un an par rapport aux prévisions de printemps; disant que le taux de croissance n'atteindra que 0,8% en 2002; sur les prévisions pour 2003; disant que l'augmentation de la consommation des ménages (grâce à l'augmentation des salaires) est la clé de la reprise; sur l'augmentation très nette de l'épargne des ménages en 2002 (15% du revenu disponible); sur le taux de chômage qui reste stable; sur l'inflation; disant les réformes des marchés des services financiers et du travail sont prioritaires; sur les finances publiques des pays de la zone euro (passant la situation de chaque pays en revue); sur les prévisions économiques en ce qui concerne les pays candidatsQuestions des journalistes (11:55:50) 00:37:33
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 TitleTitle 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:11
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Ext. shot 00:00:08
00:00:00 Arrival of the EP delegation 00:00:14
00:00:00 Exterior of building 00:00:07
00:00:00 Ext. shot 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:13
00:00:00 Title 00:00:11
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Ext. shot 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Ext. shot 00:00:15
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Ext. shot Ljublijana city 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Exterior view 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Ext.shot EP-building in Brussels 00:00:06
00:00:00 Arrival of the group from the European Parliament 00:00:07
00:00:00 Title 00:00:12
00:00:00 On enlargement 00:00:28
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Logo of the EPP summit 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Exterior view of the EP building 00:00:05
00:00:00 Exterior shot of the european conference centre 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Exterior view 00:01:46
00:00:00 Ext. 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Speech by José Manuel Barroso, President of the EC, (in ENGLISH):Ministers,Excellencies, Ladies and gentlemen,Distinguished guests, First of all let me thank Abu Dhabi for receiving us here today and organising this very important conference, for their hospitality. I would also like to thank Secretary General Ban Ki-moon and the Bill and Melinda Gates Foundation for this very important initiative. Ladies and gentlemen, Of course I don't have to convince you of the need to fight for immunisation and polio eradication.We all know that, every day, there are 19.000 clear and convincing reasons for doing so. Because that is the number of children under the age of 5 who on average die every day from perfectly preventable causes.More and more, the world unites to bring this tragedy, this insult to human dignity, to an end - because it is simply unacceptable. We can stop this, and we will.And this impressive conference is another milestone in this global effort, and the European Union is proud to be part of that coalition. It shows how this campaign continues to gather momentum. In particular, the enormous energy and effort that Bill Gates puts into this, is an inspiration to us all. 00:01:19
00:00:00 Ext. shot 00:00:05
00:00:00 Ext. shot 00:00:05
00:00:00 Exterior 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Introductory speech by Belgian journalists (in FRENCH and in DUTCH) - Viewing of the video ‘Hello Europe’ - Arrival on the stage of Charles Picqué, Minister-President of the Government of the Brussels-Capital Region responsible for Local Authorities, Regional Development, Monuments and Sites, Public Hygiene, Development Cooperation and Regional Statistics. 00:07:39
00:00:00 Title 00:01:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Ext. shot 00:00:07
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Credits and title 00:00:20
00:00:00 Catherine Ashton, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the EC, and Salam Fayyad, Palestinian Prime Minister, at the press conference 00:00:28
00:00:00 Credits and title 00:00:20
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:06
00:00:00 Title 00:00:04
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Ext.shot 00:00:08
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 General view of the press room 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Arrival of Androulla Vassiliou, Member of the EC in charge of Education, Culture, Multilingualism and Youth, to the 13th Annual EU Studies Education Fair, at Thon Hotel, in Brussels 00:00:11
00:00:00 Title 00:00:09
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:10
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05
00:00:00 Title 00:00:05