Chemin de navigation

Actualité rss

Les femmes et les hommes dans la prise de décision: faits marquants (troisième trimestre 2010)

23/08/2010 Balance d'égalité entre les sexes

Une mise à jour de la base de données de la Commission européenne sur les femmes et les hommes dans la prise de décision vient juste de s’achever et comprend :

  • Une mise à jour trimestrielle des données politiques aux niveaux européen et national, ainsi qu’au niveau régional pour les régions où des élections ont été organisées. Les données ont été collectées durant les trois premières semaines de juillet 2010 et couvrent les changements intervenus depuis la mi-mai.
  • Une mise à jour annuelle des informations concernant les décideurs clés des domaines suivants : banques centrales, cours des comptes, magistrature (cours suprêmes, cours administratives, conseils constitutionnels, procureurs généraux, cours européennes), administration européenne (agences européennes, comités européens, institutions européennes), institutions financières européennes, organisations non gouvernementales européennes. Les données ont été collectées à différentes périodes entre mai et juillet.

Sur la scène politique, les principaux faits en termes d’équilibre hommes/femmes sont :

  • Les élections législatives organisées fin mai en République tchèque on abouti à un nombre record de femmes à la Chambre des députés (44 sur un total de 200 membres, soit 22% comparé à 18% auparavant). Par ailleurs, fin juin, Miroslava Nemcova est devenue la première femme à présider cette assemblée. Ce résultat positif ne s’est cependant pas reflété dans la composition du gouvernement. Le nouveau conseil des ministres, dirigé par Petr Nečas, est exclusivement masculin alors que les femmes représentaient près du quart des ministres sortants.
  • D’autres élections ont entraîné de petits changements dans l’équilibre hommes/femmes des assemblées concernées. En Belgique il y a eu une faible augmentation du pourcentage de femmes dans la Chambre des représentants (de 38% à 40%) alors que ce pourcentage a diminué au Sénat (de 41% à 38%). Il y a eu également de légères diminutions du pourcentage de femmes aux Pays-Bas (41% contre 42%) et en Slovaquie (16% contre 18%) à la suite des élections de juin. Mme Gerdi Verbeet a été réélue présidente de la Chambre des représentants néerlandaise (Tweede Kamer) le 22 juin.
  • Suite à la formation de nouveaux gouvernements en Finlande et en Slovaquie, il y a maintenant trois pays membres de l’UE dont le gouvernement est dirigé par une femme, contre seulement un (Allemagne) au trimestre précédent. En Finlande, l’équipe du Premier ministre Mari Kiviniemi comprend onze femmes sur vingt membres (55%), une de moins que dans le gouvernement précédent. En Slovaquie, Iveta Radičova est devenue la première femme Premier ministre de la Slovaquie le 8 juillet 2010 mais a juste une collègue parmi les quatorze membres de son gouvernement (14% de femmes, 86% d’hommes).
  • Des élections présidentielles ont eu lieu en Hongrie, Allemagne et Pologne en juin-juillet 2010. Des hommes ont été élus dans les trois cas et messieurs Pál Schmitt, Christian Wulff et Bronisław Komorowski ont tous actuellement pris leurs fonctions de chefs d’état dans leurs pays respectifs.
  • Des élections régionales ont été organisées dans deux régions durant le trimestre : Nordrhein-Westfalen (Allemagne) et Burgenland (Autriche). Le conseil régional de Nordrhein-Westfalen est à présent présidé par un homme (contre une femme auparavant) et l’assemblée comprend 73% d’hommes et 27% de femmes. Au Burgenland, l’élection du 30 mai a entraîné une légère baisse du pourcentage de femmes au conseil régional (de 22% à 19%). Le conseil reste présidé par un homme.

Les principaux faits dans les autres domaines sont les suivants :

  • Toutes les banques centrales des 27 pays membres de l’UE restent gouvernées par des hommes et l’équilibre hommes/femmes au sein des organes décisionnels reste également inchangé à 82% d’hommes et 18% de femmes. Il y a eu cependant quelques améliorations en 2010. Au sein de la Banque nationale de Pologne, les membres combinés du comité de politique monétaire et du directoire comprennent maintenant quatre femmes (24%) contre juste une (6%) en 2009. Le conseil d’administration de la Banque de Slovénie a maintenant une femme parmi ses cinq membres alors qu’il n’y en avait aucune auparavant.
  • Il y a eu peu de changements dans l’équilibre hommes/femmes aux niveaux les plus élevés de la magistrature durant l’année écoulée :
    • Au sein des cours européennes, le seul changement notoire dans les nombres relatifs de femmes et d’hommes juges a été le remplacement d’un homme par une femme à la Cour de justice des Communautés européennes, ce qui a entraîné une représentation des femmes légèrement supérieure à un sur cinq pour l’ensemble des cours européennes (21% contre 19% en 2009). L’équilibre est cependant meilleur dans la Cour européenne des droits de l’homme - dont la juridiction couvre les 47 états membres du Conseil de l’Europe - où plus du tiers des juges (37%) sont des femmes.
    • Au niveau national, en raison des changements à la tête des cours suprêmes de Suède et de Slovénie, la plupart des juges senior sont des femmes dans sept états membres de l’UE contre cinq en 2009 (République tchèque, Luxembourg, Autriche, Roumanie et Finlande). Ailleurs, la récente nomination d’une femme à la tête de la cour suprême d’Islande fait qu’avec la Serbie, il y a actuellement deux pays européens supplémentaires où la présidence de la cour suprême est occupée par une femme. Au sein de l’UE, l’équilibre hommes/femmes parmi les juges des cours suprêmes a peu changé avec un pourcentage de femmes atteignant 32% (contre 31% auparavant).