Chemin de navigation

Actualité rss

Les parents sont confrontés à une pénurie de services de garde d’enfants

03/10/2008 Les parents sont confrontés à une pénurie de services de garde d’enfants

Les services de garde d’enfants dans les pays de l’UE ne répondent pas aux besoins des parents, malgré quelques progrès.

C’est ce que révèle un rapport publié  le 3 Octobre 2008 par la Commission européenne. Le rapport constate que la plupart des pays n’atteignent pas les objectifs relatifs à la disponibilité de structures d’accueil des enfants (pour 90 % des enfants entre trois ans et l’âge scolaire et pour 33 % des enfants de moins de trois ans), que les dirigeants européens ont eux-mêmes fixés à Barcelone en 2002. Ces «objectifs de Barcelone», qui s’inscrivent dans la stratégie de l’UE pour la croissance et l’emploi, ont pour but d’aider les jeunes parents – et en particulier les femmes – à exercer une activité professionnelle. Le rapport publié aujourd'hui fait partie du train de mesures proposées par la Commission pour mieux concilier la vie familiale et professionnelle des Européens. 

 «Les services de garde d’enfants constituent également un élément essentiel dans la lutte contre le vieillissement démographique: en l'absence d'une offre de structures d’accueil suffisante, les parents sont moins enclins à avoir des enfants. L’offre actuelle reste inadéquate. Les gouvernements nationaux doivent remédier à ce problème; l’UE les aidera en cofinançant la création de structures d’accueil à concurrence d'un demi milliard d’euros jusqu’en 2013.»a déclaré Vladimír Špidla, commissaire chargé de l’emploi, des affaires sociales et de l’égalité des chances.

Il existe un lien direct entre l’offre de services de garde d'enfants et l’accès des parents à un emploi rémunéré. Dans l’ensemble de l’Union, plus de six millions de femmes de 25 à 49 ans déclarent ne pas pouvoir exercer d’activité professionnelle ou être contraintes de travailler à temps partiel en raison de leurs responsabilités familiales. Pour plus d’un quart de ces femmes, l'absence de services de garde d'enfants, ou leur coût, représente le principal problème. L'accès à des structures d'accueil de qualité, financièrement abordables et adaptées aux rythmes des parents et des enfants constitue dès lors un élément indispensable pour faciliter l'accès des femmes au marché du travail.

Permettre aux parents d'occuper un emploi rémunéré peut également contribuer à éviter la pauvreté au travail et à réduire la pauvreté des ménages monoparentaux, qui affichent un taux de pauvreté nettement plus élevé (32 %) que l’ensemble des ménages avec enfant (17 %).

Enfin, dans le contexte du ralentissement démographique que connaît aujourd'hui l'Europe, la mise à disposition de structures d'accueil adéquates constitue une incitation à la concrétisation des projets familiaux. Les États membres dont le taux de natalité est le plus élevé sont ceux qui ont adopté le plus de mesures pour faciliter la conciliation des obligations familiales et professionnelles des parents et dont le taux d’emploi des femmes est également élevé.

Quelques progrès ont bien été enregistrés, mais il reste beaucoup à faire pour atteindre un niveau d’offre satisfaisant, en particulier pour l’accueil des enfants de moins de trois ans.

La situation pourrait être améliorée à la fois par l’ouverture de nouvelles structures d’accueil et par la professionnalisation des services de garde informels, par exemple par la définition de normes de qualité, l’amélioration des conditions de travail et de rémunération et la formation du personnel. De plus, les besoins spécifiques des parents ayant des horaires atypiques ou des enfants malades doivent également être satisfaits.

La Commission n'a pas de compétences directes dans le domaine des  gardes d'enfants, mais elle soutiendra les progrès accomplis par les États membres sur la voie de la réalisation des objectifs de Barcelone et, en particulier:

  • encouragera la pleine utilisation des possibilités de cofinancement, par exemple au titre du Fonds social européen;
  • continuera à suivre les progrès accomplis sur la voie de la réalisation des objectifs de Barcelone, en offrant un appui grâce à des statistiques comparables de qualité et en adressant, au besoin, des recommandations spécifiques à  certains États membres;
  • favorisera l’échange de résultats d'actions menées à l'échelon national concernant les services de garde d’enfants, grâce à ses différents programmes d’échange de bonnes pratiques, et encouragera la recherche sur les conditions de travail dans le secteur de l’accueil des enfants en âge préscolaire.