Chemin de navigation

Actualité rss

Agenda social – Les entrepreneurs absents de l’UE

19/06/2014 Agenda social – Les entrepreneurs absents de l’UE

Le numéro 37 d’Agenda social est consacré au nouveau Fonds social européen et au Fonds européen d’ajustement à la mondialisation pour la période 2014-2020.

Au cours des sept prochaines années, l’Union européenne investira plus de 80 milliards d’euros dans ses citoyens par le biais du Fonds social européen. Les travailleurs indépendants, intérimaires et à durée déterminée peuvent désormais également bénéficier du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation 2014-2020 lorsqu’ils perdent leur emploi à la suite de changements structurels majeurs survenus dans le commerce international en raison de la mondialisation.

Par ailleurs, ce numéro souligne l’importance pour les gouvernements d’aider les individus sous-représentés et défavorisés – les entrepreneurs absents de l’UE – à créer des entreprises.

Il traite également de la collaboration entre la Commission européenne et l’Organisation de coopération et de développement économiques en vue de rassembler les informations, d’organiser des séminaires de renforcement des capacités et de formuler des recommandations.

Ce numéro aborde en outre les sujets suivants:

  • comment participer à la consultation publique en ligne sur la stratégie pour la croissance et l’emploi 2010-2020 de l’UE, qui fera prochainement l’objet d’une évaluation à mi-parcours;
  • comment améliorer la qualité des stages;
  • comment mieux anticiper et gérer les restructurations (dans les secteurs public et privé).

Agenda social n° 37: statistiques

■ Rien que pour revenir aux niveaux d’emploi d’avant la crise, l’UE doit créer 4 millions d’emplois.

■ En 2013, 216,4 millions de personnes travaillaient dans l’UE. Parmi celles-ci, 43,7 millions occupaient un travail à temps partiel, dont 9,9 millions (23 % des travailleurs à temps partiel) étaient sous-employées. Par ailleurs, 26,2 millions de personnes étaient au chômage et 137,2 millions étaient inactives sur le plan économique.

■ 4 millions de personnes devraient bénéficier d’une aide matérielle non financière (denrées alimentaires, vêtements, chaussures, savon, shampoing, etc.) au titre du nouveau Fonds européen d’aide aux plus démunis dans les sept prochaines années.

■ Le portail du réseau paneuropéen pour l’emploi EURES est passé de 175 000 demandeurs d’emploi inscrits en 2007 à 1 100 000 en 2013. Néanmoins, le portail ne présente qu’environ 30 % des offres d’emploi nationales.

■ À l’heure actuelle, environ 700 000 personnes par an déménagent d’un pays de l’UE à un autre et quelque 2,9 millions de citoyens européens souhaiteraient le faire.

■ Plus de 16 000 opérations de restructuration ont eu lieu depuis 2002 dans l’UE, entraînant une perte nette de plus de 2 millions d’emplois. La Commission européenne a présenté des lignes directrices afin de mieux anticiper et gérer les restructurations.

■ Les taux de chômage en général et parmi les jeunes en particulier varient d’un pays de l’UE à l’autre depuis 2008. La zone euro affiche des différences plus marquées, comparé à l’ensemble de l’UE.

■ Le rapport annuel de 2012 sur le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) révèle que la moitié des travailleurs ayant participé aux 41 projets FEM couverts par le rapport ont trouvé un nouvel emploi ou sont devenus indépendants avant la fin de la période d’aide au titre du FEM, tandis que de nombreux autres ont intégré un programme d’éducation ou de formation afin d’accroître leurs possibilités d’emploi futures.

■ Dans l’UE, un stage sur trois ne respecte pas les normes européennes en matière de conditions de travail ou de contenu de l’apprentissage. 45 % des participants à un sondage Eurobaromètre (avril-mai 2013) sur l’expérience des stagiaires dans l’UE ont effectué un ou plusieurs stages. Seuls 27 % des participants se sont vu offrir un contrat de travail au terme de leur stage, tandis que 23 % ont eu la possibilité de prolonger leur stage.