Chemin de navigation

Actualité rss

Emploi et situation sociale: la note trimestrielle indique peu d’amélioration malgré de premiers signes de reprise

31/03/2014 Emploi et situation sociale: la note trimestrielle indique peu d’amélioration malgré de premiers signes de reprise

La récente reprise économique n’a pas encore pu créer de nouveaux emplois et la situation sociale dans l’UE ne laisse pour l’heure entrevoir aucun signe d’amélioration, selon la dernière Note trimestrielle sur l'emploi et la situation sociale de la Commission européenne.

Cette analyse révèle aussi une hausse attendue du niveau de pauvreté et une légère amélioration de l’efficacité des dépenses de protection sociale en 2013, même si son impact demeure très faible. La note a aussi fourni la preuve empirique que la crise à son apogée avait une très forte incidence négative sur la situation de l’emploi des hommes et des jeunes.

La dernière note trimestrielle souligne que les améliorations sur le marché de l’emploi européen sont encore faibles. L’emploi a montré les premiers signes de stabilisation en 2013, avec une croissance de 0,1 % au second semestre.

Un accroissement des difficultés financières

Le revenu dont disposent les ménages accuse un retard par rapport à la croissance du produit intérieur brut (PIB). En 2013, le revenu disponible brut réel des ménages a continué de diminuer d’une année sur l’autre dans la zone euro en termes réels, bien qu’à un rythme plus lent qu’auparavant.

Une autre tendance préoccupante est la croissance continue des difficultés financières depuis 2010: de plus en plus de personnes déclarent qu’elles doivent prélever sur leur épargne et même, plus récemment, qu’elles doivent s’endetter pour faire face au coût de la vie.

Une forte diminution de la stabilité de l’emploi

Le chômage se situait encore à un niveau record en janvier 2014, avec près de 26 millions de personnes à la recherche d’un emploi dans l’UE (soit 10,8 % de la population active). Dans plusieurs États membres, le chômage demeure proche des niveaux historiquement élevés constatés pour la première fois lors de la crise actuelle.La note révèle également un recours accru au travail temporaire et à temps partiel.

Il existe des preuves que l’emploi temporaire sert moins de tremplin vers un emploi permanent depuis le début de la crise. Simultanément, la stabilité de l’emploi a fortement diminué, notamment pour les hommes et les jeunes, et les divergences entre les États membres se sont accentuées.

Une hausse probable du niveau de pauvreté

Les niveaux de pauvreté et d’exclusion sociale ont continué de croître en 2011 et 2012 et, selon les dernières données disponibles, ils devraient encore augmenter en 2013 dans les pays où la situation économique et l’état du marché du travail ont continué de se détériorer.

L’effet des dépenses de protection sociale

L’effet stabilisateur des dépenses de protection sociale est demeuré très faible en 2013 et a progressé beaucoup moins que prévu, malgré une légère amélioration. L’analyse reflète des différences importantes entre les pays.