Chemin de navigation

Actualité rss

Revue trimestrielle sur l'emploi et la situation sociale dans l'UE – septembre 2013

02/10/2013 Revue trimestrielle sur l'emploi et la situation sociale dans l'UE – septembre 2013

Une reprise économique fragile semble être en vue mais la croissance ne sera pas soutenue si elle n'est pas inclusive et génératrice d'emplois, selon l'édition de septembre de la Revue trimestrielle sur l'emploi et la situation sociale de l'UE. Les conditions du marché du travail et la situation sociale demeurent très difficiles et les divergences entre Etats Membres s'intensifient.

L’UE est en effet confrontée à de nombreux défis:

  • Le chômage de longue durée est à un niveau record et les destructions de postes ont encore affaibli le volume global de l'emploi.
  • Dans le même temps, on assiste à une augmentation de l'emploi précaire et l'inadéquation de l'offre et la demande sur le marché du travail ont accentué le chômage structurel.
  • Le nombre des jeunes qui ne sont ni étudiants, ni en emploi et qui ne suivent pas de formation ('NEET' – neither in education, employment or training) s'est accru, principalement dû à l'augmentation du chômage.
  • La pauvreté et l'exclusion sociale se sont aggravées, du fait de l'accroissement du nombre de ménages sans emploi mais aussi du nombre de travailleurs pauvres et les revenus des ménages ont subi une diminution.

Comme la situation s’est dégradée davantage dans certains Etats membres, les divergences entre pays se sont accrues, en particulier au sein de la zone euro. Les pays du Sud et périphériques de l'UE ont été particulièrement touchés.

Cependant, même des pays qui avaient mieux résisté à la crise subissent actuellement des retombées négatives du déclin de la demande globale, de la baisse de la confiance et de la situation des marchés financiers. Cela pourrait, à terme, menacer les objectifs de l'Union économique et monétaire (UEM), à savoir la convergence économique de ses Etats membres et l'amélioration des conditions de vie de ses citoyens.

L’incidence inégale de la crise a engendré une hausse des inégalités et l’assainissement budgétaire a été davantage ressenti par les groupes à faible revenu, également les plus touchés par les pertes d’emplois.

Dans la première phase de la crise, les dépenses de protection sociale avaient joué un rôle important de stabilisation des revenus. Elles ont maintenant été réduites, devenant pro-cycliques, et cela aura probablement des effets négatifs dans le futur. Retrouver le chemin d'une croissance économique durable sera un véritable défi.

Des réponses politiques pour affronter les difficultés sociales et du marché du travail et assurer une reprise génératrice d'emplois sont nécessaires dans quatre domaines: investir dans l’emploi et les personnes; améliorer le fonctionnement du marché du travail; améliorer l’efficacité des systèmes d’imposition et de prestations; et, construire une véritable dimension sociale de l’UEM.