Chemin de navigation

Actualité rss

Carte européenne d’assurance maladie: deux Européens sur cinq en ont une

11/07/2013

L'été sera chaud

Selon les derniers chiffres disponibles, plus de 190 millions de personnes sont titulaires d’une carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Véritable sésame pour les soins de santé urgents dans l’Union européenne, l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse, cette carte permet aux vacanciers de partir l’esprit tranquille.

Le nombre de ses titulaires ne cesse d’augmenter: en 2012, il a crû de 15 millions de personnes par rapport à l’année précédente.

La CEAM atteste que son titulaire est en droit de recevoir des soins de santé urgents dans le système de soins public du pays dans lequel il séjourne, dans les mêmes conditions et au même prix que les citoyens de ce pays.

La carte est délivrée gratuitement par l’organisme d’assurance maladie du pays d’origine. Elle ne peut servir à couvrir les frais d’un traitement planifié dans un autre pays.

Dans la plupart des cas, les patients qui présentent leur carte reçoivent les soins nécessaires et sont remboursés sans la moindre difficulté. En cas de refus de la carte, les patients peuvent prendre contact avec l’autorité sanitaire compétente du pays visité. Lorsque le refus persiste, les patients ont intérêt à demander de l’aide aux autorités sanitaires de leur pays d’origine. Si la situation reste bloquée, les patients ont la possibilité de faire appel à la Commission européenne, qui peut mener une enquête et intervenir auprès des autorités du pays concerné, comme elle l’a fait récemment en Espagne.

N’hésitez pas à télécharger l’application

L’application CEAM donne accès aux numéros de téléphone d’urgence ainsi qu’à des informations sur la carte, sur les soins pris en charge et leur coût, sur les modalités de remboursement et sur les services auxquels s’adresser en cas de perte de la carte.

L’application couvre 27 États membres, l’Islande, le Lichtenstein, la Norvège et la Suisse. Elle est disponible dans 24 langues et permet à son utilisateur de passer de l’une à l’autre. Elle sera bientôt adaptée pour tenir compte de la récente adhésion de la Croatie à l’Union européenne.

L’application ne remplace pas la CEAM.