Chemin de navigation

Actualité rss

Suivi mensuel du marché du travail – mars 2012

13/03/2012 Une femme attend que son téléphone portable sonne

Le taux de chômage a battu un nouveau record dans l'UE en janvier 2012, à 10,1 %, au-dessus du seuil symbolique des 10 %. Il s'agit d'un taux supérieur de 0,1 pp par rapport aux deux mois précédents.

Le nombre de chômeurs s'est inscrit à la hausse pour s'établir à 24,3 millions en janvier, résultat d'une augmentation soutenue au cours des six derniers mois, de l'ordre de 200 000 chômeurs supplémentaires en moyenne par mois.

Les divergences entre les vingt-sept marchés du travail demeurent élevées au sein de l'UE. Tandis que le nombre de chômeurs a reculé au cours des trois derniers mois dans six États-membres, il progressait dans la plupart des pays, parfois nettement. Depuis mars 2011, le taux de chômage moyen de l'UE a progressé de 0.6 pp, ce qui représente 1,625 million de chômeurs en plus.

Si le chômage a reculé modestement dans quelques États-membres depuis le printemps 2011, il a progressivement gagné du terrain dans la plupart des États-membres. Bien qu'il ait reculé de façon régulière en Allemagne au cours des deux dernières années, pour atteindre un niveau historiquement bas à la fin de l'année dernière, il est légèrement remonté en janvier 2012, et ce pour la première fois depuis juin 2009.

Le nombre de chômeurs a crû dans la plupart des États-membres entre octobre 2011 et janvier 2012, et tous les grands États-membres sont à présent touchés par le phénomène. La détérioration actuelle concerne davantage les hommes que les femmes, de sorte que l'écart entre leurs taux de chômage a disparu comme il le fit à l'automne 2009: ils se sont tous deux établis à 10,1 % en janvier 2012.

Le chômage des jeunes reste une préoccupation majeure, alors que son taux a grimpé de 0,2 pp en janvier 2012, pour s'établir au niveau historiquement élevé de 22,4 %. Ce taux est 1,3 pp plus élevé qu'en janvier 2011 et 0,4 pp supérieur à taux d'octobre 2011. Le taux de chômage des moins de 25 ans demeure au minimum deux fois plus élevé que le taux relevé pour les adultes dans tous les États-membres, à l'exception de l'Allemagne.

D'énormes contrastes persistent entre États-membres: le taux de chômage des jeunes est supérieur à 20 % dans environ deux tiers des pays et proche des 50 % en Espagne et en Grèce, alors qu'il n'est inférieur à 10 % que dans trois pays: Allemagne, Autriche et Pays-Bas.

Dans le contexte économique actuellement incertain, les attentes des employeurs de l'UE en matière d'emploi demeurent largement optimistes dans l'industrie, mais déprimées dans les autres secteurs. Les recrutements en ligne poursuivent à la hausse, mais à un rythme nettement moins soutenu, tandis que les restructurations ont marqué le pas en février, avec un impact toujours légèrement négatif sur l'emploi.