Chemin de navigation

Actualité rss

Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation vient en aide à 3 582 travailleurs licenciés par Renault

11/07/2011 Plusieurs voitures garrées

La Commission européenne a approuvé une demande d’intervention du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) introduite par la France. Les autorités françaises ont sollicité une aide de 24 493 525 euros pour faciliter le retour à l’emploi de 3 582 personnes licenciées par Renault et sept de ses filiales et producteurs en aval.

Cette demande va maintenant être transmise au Parlement européen et au Conseil (en tant qu’autorité budgétaire de l’Union européenne), qui doivent donner leur feu vert.

La demande de la France concerne 4 445 travailleurs licenciés par Renault et sept de ses fournisseurs et producteurs en aval. Les licenciements résultent de la crise économique et financière.

Les régions les plus touchées par les licenciements sont l’Île de France, la Haute-Normandie et le Nord-Pas-de-Calais. En Île de France, la plupart des licenciements sont survenus dans l’usine de Guyancourt Aubevoie et au siège de Renault. En Haute-Normandie, les pertes d’emploi sont survenues à Cléon, près de Rouen, et à Sandouville, près du Havre. Le Havre a particulièrement pâti du déclin industriel et les perspectives d’emploi pour les travailleurs licenciés y sont donc plus rares. Dans le Nord-Pas-de-Calais, ce sont les villes de Douai et de Maubeuge les plus concernées, deux villes situées dans des zones déjà durement frappées par le chômage (13,8 % et 15,5 %).

L’aide financière du FEM servira à faciliter le retour à l’emploi des 3 582 travailleurs les plus défavorisés, grâce à des services de conseils (en matière de recherche d’emploi, de création d’une entreprise, etc.), à des mesures de formation et de reconversion, à des mesures d’aide à la création d’une entreprise et à des allocations.

Le coût total du dispositif d’aide devrait atteindre 37,6 millions d’euros, que l’Union européenne est invitée à financer à hauteur de 24,4 millions d’euros via le FEM.