Chemin de navigation

Actualité rss

La Commission invite les États membres à mettre en place des stratégies nationales pour l’intégration des Roms

05/04/2011
Jeune fille rom dans un champ de maïs © rozhenyuk, under license of Shutterstock.com

La Commission européenne a proposé un cadre européen des stratégies nationales d’intégration des Roms, qui servira de fil conducteur pour les politiques nationales relatives aux Roms et contribuera à la mobilisation des fonds de l'UE pour appuyer les efforts d'intégration.

Le cadre de l’UE propose une approche ciblée en faveur de l'intégration des Roms, en fixant des objectifs dans les domaines suivants:

  • éducation: faire en sorte que tous les enfants roms terminent au moins l'école primaire;
  • emploi: réduire l’écart en matière d’emploi entre les Roms et le reste de la population;
  • santé: combler l’écart dans le domaine de la santé, par exemple en faisant baisser la mortalité infantile au sein de la population rom;
  • logement: s’attaquer aux inégalités en matière d’accès au logement et aux réseaux de service public, tels que l'eau et l'électricité.

Les États membres devront présenter leurs stratégies nationales d’intégration des Roms pour la fin 2011, en précisant comment ils entendent contribuer à la réalisation de ces objectifs. Ce cadre s’inscrit dans le droit fil des objectifs plus larges d’Europe 2020 en matière d’emploi, d’inclusion sociale et d’éducation.

La Commission propose également des solutions garantissant une utilisation plus efficace de fonds de l'UE qui peuvent servir à financer l'intégration des Roms. Les États membres sont invités à modifier leurs programmes opérationnels cofinancés par les Fonds structurels et le Fonds européen agricole pour le développement rural, et ce afin de renforcer les projets ciblant la population rom.

Enfin, pour que le cadre de l’UE pour les stratégies nationales entraîne une évolution tangible du quotidien des Roms, la Commission souhaite mettre en place un mécanisme de contrôle robuste par lequel elle mesurera les résultats obtenus. L'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne a un rôle clé à jouer, en rassemblant les données sur la situation socio‑économique des Roms, en coopération avec d'autres organisations. Les États membres sont invités à désigner leur propre point de contact pour gérer et surveiller la mise en œuvre de leur stratégie nationale en faveur de l'intégration des Roms, ainsi qu'en rendre compte. La Commission européenne rédigera à son tour, chaque année, un rapport au sujet des progrès réalisés dans les États membres.