Chemin de navigation

Actualité rss

Incidence sociale de l'émigration et de la migration rurales vers les zones urbaines en Europe central et orientale

20/12/2012 Carte de l'Europe

L’étude “Incidence sociale de l’émigration et de la migration des populations rurales vers les zones urbaines en Europe centrale et orientale” est maintenant en ligne.

Cette étude réalisée par GVG (Gesellschaft für Versicherungswissenschaft und -gestaltung e.V.) fournit une analyse de l’impact social des migrations internationales et intérieures en Europe centrale et orientale au cours des deux dernières décennies, offrant ainsi une base de connaissances sur les effets des migrations sur le marché du travail, le développement du capital humain, la pauvreté, l’exclusion et la cohésion sociale.

Sur la base d’une analyse des tendances et caractéristiques des mouvements migratoires récents, l’étude examine les liens entre les migrations et les évolutions en matière de marché du travail et d’éducation dans les pays d’origine tout en pointant les défis majeurs tels la mobilité des professionnels de la santé, la fuite des cerveaux, l’adéquation entre emplois et compétences et la réinsertion des migrants dans leur pays d’origine. La situation des régions particulièrement affectées par la migration est analysée séparément.

De plus, les rapports d’étude présentent l’importance et l’usage des transferts de fonds opérés par les migrants et en analyse les conséquences pour la participation sur le marché du travail des membres de la famille restés au pays d’origine ainsi que l’impact des transferts sur la pauvreté et l’inégalité.

Un chapitre distinct est consacré à la protection sociale des migrants et de leur famille restée au pays d’origine.

Enfin, l’étude traite de l’impact des migrations sur différentes populations vulnérables tels les enfants, les personnes âgées, les Roms, les déplacés internes du fait de conflits armés et les réfugiés retournant dans leur pays.

Les résultats de l’étude ont été recueillis dans un rapport de synthèse reposant sur 25 rapports nationaux préparés par des équipes d’experts des pays concernés entre novembre 2010 et avril 2012. Ils couvrent les 10 pays d’Europe centrale et orientale devenus membres de l’UE en 2004 et 2007, les pays de l’élargissement et ceux de la région du Partenariat oriental. La Grèce et la Turquie ont été incluses dans l’étude comme cas de référence dans la mesure où elles ont connu de fortes vagues de migration externe et interne dans les années 1960 et 1970.

Le rapport de synthèse prête une attention particulière aux mesures et politiques existantes et formule des recommandations à l’attention des principaux acteurs politiques, présentées de manière synthétique dans une note de politique. En vue d’une meilleure comparabilité et compte tenu de la situation géopolitique des pays ainsi que des différents cadres juridiques, orientations politiques et instruments financiers dont dispose l'UE, les 25 pays de l'étude ont été répartis en trois groupes, à savoir le groupe des États membres de l’UE, celui des pays de l’élargissement et ceux de la région du Partenariat oriental.

Rapports nationaux, rapport de synthèse, y compris version résumée du rapport, et note de politique


autres actualités

    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+