Chemin de navigation

Articles

06/07/2011

Relever le défi d’une Europe vieillissante

Relever le défi d’une Europe vieillissante

Un rapport publié récemment attire l'attention sur le vieillissement démographique de l’Europe. En cause: une espérance de vie plus longue et un taux de fertilité insuffisant. Cette question représente un défi majeur pour l’UE dans de nombreux domaines de la vie tels que l’emploi, la durabilité des systèmes de prévoyance sociale et les régimes de retraite.

La principale révélation du «Rapport 2010 sur la démographie» c'est que la population augmente, veillit et se diversifie.

 

Une Europe plus diversifiée, plus mobile

Le rapport de cette année était spécialement centré sur la mobilité et l’immigration.

Il illustre combien l’accroissement de la population européenne reste alimenté par l’immigration. Les pays de l’UE ont accueilli des ressortissants extérieurs à l’UE à un rythme de un à deux millions de personnes par an (compensant de manière excessive la population sortante).

Entre-temps la mobilité augmente au sein de l’UE. Une étude révèle qu‘un répondant sur cinq a travaillé ou étudié dans un autre pays, a vécu avec un partenaire d'un autre pays ou est propriétaire d’un bien situé à l'étranger. Un répondant sur dix envisage de s’installer dans un autre État membre au cours des dix prochaines années.

 

La Commission européenne publie une actualisation de ce rapport tous les deux ans. L’objectif est de fournir des données permettant aux États membres de l’Union européenne d’élaborer des mesures et de prendre des initiatives dans le domaine du changement démographique.

Le taux de fertilité progresse lentement à travers l’Union européenne, de 1,47 enfant par femme en 2003 à 1,6 en 2009. Toutefois, une population dite autosuffisante devrait avoir 2,1 enfants par femme. Seuls deux États membres de l’UE sont proches de ce seuil. Etant donné les tendances actuelles en matière de migration et d’espérance de vie, les taux de fertilité actuels augurent une baisse de la population de l’UE dès 2040.

En 2008, l’espérance de vie moyenne dans l’UE s’élevait à 76,4 ans pour les hommes contre 82,4 ans pour les femmes. Le rapport indique également que l’espérance de vie continue d’augmenter de deux à trois mois chaque année.

En quelque sorte, l’Europe est devenue victime de son propre succès: la prospérité permet aux gens de mener une vie plus saine, plus longue et plus active. Si cette évolution est positive, elle a un inconvénient: il n'y a pas assez de jeunes pour remplacer les travailleurs qui partent à la retraite.

Selon l’Union européenne, la population en âge de travailler (de 20 à 64 ans) commencera à baisser à partir de 2013, précisément quand l’Europe aura besoin d’une main-d’œuvre accrue pour payer les retraites et alimenter les systèmes de prévoyance sociale. Ces prestations sociales vont probablement subir une pression encore plus lourde au cours des 20 prochaines années, à mesure que la génération des «baby boomers» prendra sa retraite.

Répondre au changement

L’UE aborde des problèmes liés au changement démographique dans toute une série de domaines politiques.

Europe 2020, la stratégie de l’UE pour la croissance économique, reconnaît explicitement la nécessité de conserver des taux d’emploi élevés en Europe pour composer avec la population vieillissante. L’un des objectifs majeurs de cette stratégie consiste à atteindre un taux d’emploi de 75% pour les hommes et les femmes âgés de 20 à 64 ans d’ici 2020. Selon les estimations, ce chiffre devrait représenter le plein emploi d’ici la fin de la décennie.

Dans cette perspective, Europe 2020 a lancé une initiative phare baptisée «Stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois». L’objectif consiste à aider les gens à acquérir les compétences nécessaires pour avoir des emplois de qualité et travailler plus longtemps. L’initiative vise également à accroître l’efficacité des marchés du travail en vue d’augmenter le taux d’emploi et la productivité.

Au cours des dernières années, l’UE a réalisé quelques changements législatifs qui permettront aux citoyens de concilier vie privée et vie professionnelle, afin qu’ils puissent élever plus facilement des enfants. Sur le long terme, de telles actions devraient contribuer à l'augmentation du taux de fertilité.

A titre d’exemple, des modifications effectuées l’année dernière visent à étendre la période minimale de congé parental de trois à quatre mois par enfant. La Commission européenne a également proposé d’allonger la période du congé de maternité rémunéré de 14 à 18 semaines. Cette proposition est actuellement examinée par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne.

Soutenir la réforme des retraites

La Commission européenne a formulé des propositions sur la réforme des retraites afin que les États membres de l’UE et leurs citoyens puissent financer correctement le vieillissement démographique.

Le «Livre vert – Vers des systèmes de retraite adéquats, viables et sûrs en Europe» a été ouvert à la consultation en 2010. Il aborde plusieurs questions connexes, notamment:

  • comment assurer des revenus appropriés aux personnes âgées tout en garantissant la durabilité à long terme des régimes de retraite;
  • comment établir le juste équilibre entre travail et retraite tout en permettant de vivre plus facilement une vieillesse active;
  • comment rendre les retraites plus sûres en période de crise économique; et
  • comment assurer la transparence des systèmes de retraite afin que les citoyens soient mieux informés pour prendre leurs propres décisions en la matière.

Vieillissement actif 

L’UE œuvre à la promotion du concept de vieillissement actif. Il s’agit d’aider les personnes âgées à jouer un rôle actif dans la société et l’économie. La promotion du vieillissement actif requiert des actions dans de nombreux domaines tels que l’emploi, la protection sociale, l’éducation et la formation, la santé et les services sociaux, le logement et les infrastructures publiques. Et nécessite l’implication de nombreux acteurs: les États membres de l’UE, les gouvernements régionaux et locaux, la société civile et les partenaires sociaux doivent tous œuvrer pour faire du vieillissement actif une réalité. Dans cette perspective, 2012 a été désignée Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle.

En outre, un partenariat européen d'innovation pilote pour un vieillissement actif a été mis sur pied cette année. Ce partenariat pilote vise à assurer un triple avantage pour l’Europe: améliorer l’état de santé et la qualité de vie des personnes âgées; promouvoir la durabilité et l’efficacité à long terme des systèmes de soins de santé et d’aide sociale; et renforcer la compétitivité de l’industrie européenne via le commerce et le développement de nouveaux marchés.

Le partenariat pilote et l’Année européenne 2012 doivent aller au-delà de la sensibilisation et de la diffusion des exemples de bonnes pratiques. Ils doivent également mobiliser les responsables politiques et les parties prenantes à tous les niveaux pour soutenir le vieillissement actif. Les responsables politiques et les parties prenantes sont invités à formuler leurs engagements en vue de l’Année européenne 2012 sur le site web officiel. Un plan de mise en œuvre stratégique, sur la base duquel des initiatives seront lancées pour guider le partenariat pilote, sera élaboré en automne.

Retour

    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+