Chemin de navigation

Articles

03/02/2011

Nouvelle stratégie pour donner plus de pouvoir aux personnes handicapées

Nouvelle stratégie pour donner plus de pouvoir aux personnes handicapées

Comment l’Europe peut-elle rendre les biens et services plus accessibles aux personnes handicapées?

Comment les personnes handicapées peuvent-elles exercer tous leurs droits de citoyens, alors qu’elles sont toujours si nombreuses à être exclues de la société? Ces deux problématiques sont abordées par la nouvelle stratégie européenne en faveur des personnes handicapées.

Des sondages révèlent qu’un citoyen européen sur six déclare souffrir d’un handicap ou d’un problème de santé persistant. Ce taux représente environ 80 millions de personnes. L’Union européenne estime que ces individus ont le droit de vivre dans la dignité, de bénéficier de l’égalité de traitement par rapport au reste de la population, de vivre de façon indépendante et de prendre un rôle entier et actif au sein de la société.

La législation européenne est déjà en place pour s’assurer que les personnes handicapées ne font pas l’objet de discriminations sur leur lieu travail. Des propositions sont également prévues afin d’étendre la protection contre la discrimination au-delà du lieu de travail.

Malgré le fait que leurs droits sont garantis par les législations européennes et nationales, de nombreuses personnes handicapées sont toujours confrontées à des difficultés dans leur vie quotidienne.

Elles sont généralement plus pauvres et sont plus exposées à l’exclusion sociale que la plupart des autres Européens. Elles sont davantage menacées par le chômage et doivent faire face à un accès limité aux biens et services tels que l’éducation, les soins de santé, les transports, le logement et la technologie.

Un détonateur pour le changement

Dans une déclaration visant à changer cette situation, la Commission a adopté une nouvelle stratégie européenne en faveur des personnes handicapées couvrant les années 2010 à 2020.

La Commission souhaite que cette stratégie fasse l’effet d’un détonateur pour donner plus de pouvoir aux personnes handicapées, afin qu’elles puissent bénéficier de tous leurs droits de citoyens. C’est pourquoi elle définit une série d’actions dans huit domaines clés, qui sont: l’accessibilité; la participation; l’égalité; l’emploi; l’éducation et la formation; la protection sociale; la santé et l’action extérieure.

Pour réaliser des progrès dans ces domaines, la stratégie a établi plusieurs activités à développer au cours des cinq premières années.

La Commission étudiera la rédaction d’un acte européen sur le handicap en 2012. L’objectif est d’améliorer l’accès aux biens, aux services et aux infrastructures publiques en développant des normes d’accessibilité et en améliorant l’utilisation des marchés publics pour acheter des biens et services accessibles.

Les efforts visant à améliorer l’accessibilité de cette façon doivent profiter à l’économie et à la société. Le marché des dispositifs d’assistance dans l’Union européenne se chiffre à environ 30 milliards d’euros par an. Davantage de normalisation et d’accessibilité sur un marché européen permettra de réaliser des économies d’échelle et aidera les entreprises à vendre leurs biens et services plus facilement au-delà des frontières nationales.

De plus, les marchés publics estiment que l’inclusion d’exigences en matière d’accessibilité pourraient rendre plus accessibles les infrastructures publiques, comme les gares et les bâtiments publics.

La stratégie cherche à améliorer le taux de participation des personnes handicapées au sein du processus politique. Les actions visent notamment à rendre l’organisation d’élections et les matériels de campagnes plus accessibles grâce, par exemple, à une utilisation plus intensive de la langue des signes et de l'alphabet Braille.

De nombreux États membres de l’Union européenne émettent des cartes d’invalidité qui permettent à leurs titulaires d’avoir accès à toutes sortes de biens et services. La stratégie promet que des actions seront adoptées en vue d’étudier et de promouvoir la possibilité d’une reconnaissance mutuelle de ce type de carte, ainsi que d’autres droits apparentés.

Elle abordera également la nécessité de s’assurer que les programmes européens sont utilisés dans l’intérêt des personnes handicapées.

Le Fonds social européen et d’autres instruments de financement vont continuer à soutenir des projets destinés aux personnes handicapées. De plus, la Commission développera des politiques d’éducation et de formation, afin de répondre aux besoins des adolescents handicapés grâce à sa nouvelle initiative «Youth on the Move» (Jeunesse en mouvement).

S’assurer que la Plateforme européenne contre la pauvreté est utilisée pour aider les personnes handicapées démunies est également l’une des priorités de la stratégie.

Dans une déclaration visant à améliorer les possibilités d’emploi pour les personnes handicapées, la stratégie a établi un calendrier pour améliorer la collecte et le contrôle des données et suggérer de nouvelles lignes de conduite à suivre.

Les droits des personnes handicapées doivent également servir de phare pour les activités extérieures de l’Union européenne, particulièrement dans le cadre du processus d’élargissement et via les programmes de développement.

Une ville reconnue pour son rôle d’exemple

La Commission a également créé l’Access City Award pour récompenser les villes européennes qui apportent des changements à leur environnement urbain afin d’offrir davantage de possibilités aux personnes handicapées.

La ville espagnole d’Ávila a été la première lauréate de ce prix. Les juges ont été impressionnés par la façon dont une cité médiévale comme Ávila a amélioré l’accès aux bâtiments publics, développé des infrastructures touristiques accessibles et amélioré les possibilités d’emploi pour les personnes handicapées.

Les résultats ont été annoncés lors de la «Conférence de la journée européenne des personnes handicapées», qui s’est tenue à Bruxelles le 2 décembre 2010.

Les délégués ont exploré les expériences des personnes handicapées par rapport à la citoyenneté européenne, aux études et au travail à l’étranger, à la sécurité sociale et la mobilité, ainsi qu’à l’accès aux loisirs et à la culture.

Retour

    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+