Chemin de navigation

Actualité

Le dialogue social européen : un instrument vital pour surmonter la crise

03/03/2011
Trois personnes ayant une réunion © Konstantin Chagin, under license of Shutterstock.com

La participation des partenaires sociaux aux négociations et aux consultations a aidé les entreprises et les travailleurs à s’adapter au changement et a contribué, notamment, à réduire autant que possible les pertes d’emplois en Europe. C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport publié par la Commission.

Un dialogue social dynamique a abouti à des solutions telles que l’introduction ou l’extension de régimes de chômage partiel dans plusieurs États membres et secteurs d’activité. Les partenaires sociaux jouent en outre un rôle important dans la bonne application de la stratégie « Europe 2020 » de l’Union pour une croissance intelligente, durable et inclusive.

Dans une analyse de la première phase de la crise, le rapport sur les Relations du travail en Europe en 2010 passe en revue les accords conclus dans plusieurs États membres et secteurs pour faire pièce à la crise. Dans plus de la moitié de ces pays, les fédérations patronales et syndicales ont tantôt signé des accords spécifiques entre elles ou avec les pouvoirs publics, tantôt pris part à la conception de mesures politiques gouvernementales consistant essentiellement en l'instauration de régimes de chômage partiel. Dans quelques pays, la crise a débouché pour la première fois sur de tels accords entre partenaires sociaux à l’échelon interprofessionnel national. Cependant, le degré de consensus varie largement d’un pays ou d’un secteur d’activité à l’autre et des conflits du travail continuent à éclater dans divers États membres.

Selon le rapport, la tendance à une décentralisation accrue des processus de fixation des salaires au profit de négociations salariales à l’échelon de l’entreprise se confirme avec la conclusion d’accords salariaux directs entre travailleurs et employeurs.

Parmi les autres aspects mis en lumière par le rapport, citons l’intérêt croissant que manifestent les partenaires sociaux pour le passage à une économie à faibles émissions de carbone. Le rapport souligne qu’à longue échéance le dialogue social est crucial pour un passage bien géré et socialement équitable à une économie à faibles émissions de carbone.

Dans l’ensemble, le rapport confirme que la négociation collective continue à se pratiquer couramment en Europe, où deux tiers des travailleurs sont couverts par une convention collective. On a constaté une lente diminution du nombre de travailleurs syndiqués – moins de 31 % des travailleurs en 2008, contre 37 % en 2000 –, mais celui des adhérents aux organisations patronales, qui détermine largement la couverture des négociations collectives, apparaît comme stable.


autres actualités