Chemin de navigation

Actualité rss

Suivi mensuel du marché du travail – avril 2012

16/04/2012 Père et fils regardant l'écran d'un ordinateur

Le taux de chômage a atteint un nouveau sommet au sein de l'UE, à 10,2 % en février 2012, soit 0,1 pp de plus qu'au mois précédent. Il s'agit d'une hausse de 0,7 pp par rapport au mois de février de l'année dernière, correspondant à 1,9 million de demandeurs d'emploi supplémentaires, amenant leur nombre total à 24,6 millions.

La hausse a été très soutenue au cours des six derniers mois, surtout pour les hommes, de l'ordre de 200 000 chômeurs supplémentaires par mois.

Les divergences entre les marchés de l'emploi des États-membres se sont une nouvelle fois accrues en février, alors que l'écart entre le taux de chômage le plus bas et le taux le plus élevé, respectivement en Autriche (4,2 %) et en Espagne (23,6 %), était le plus important enregistré au cours de la décennie écoulée.

Pendant les douze derniers mois sous revue, 18 États-membres ont enregistré des hausses de leur taux de chômage, et huit des baisses. Au sein du premier groupe, les augmentations les plus significatives ont été relevées en Grèce, en Espagne, à Chypre et au Portugal. Dans le second, les principaux reculs se sont manifestés dans les États baltes et en Allemagne, malgré un essoufflement au cours des derniers mois.

Le chômage des jeunes reste critique dans l'UE, alors que son taux grimpait à nouveau de 0,1 pp en février 2012 par rapport au mois précédent, pour atteindre 22,4 %. C'est 1,4 pps de plus qu'en février 2011. D'énormes contrastes persistent entre États-membres: le taux de chômage des moins de 25 ans est supérieur à 20 % dans environ deux-tiers des pays et a, pour la première fois, franchi la barre des 50 % en Espagne et en Grèce, tandis qu'il n'est inférieur à 10 % qu'en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas.

L'activité de recrutement est restée positive en mars 2012, avec une nouvelle hausse des recrutements en ligne, quoique nettement plus modérée qu'auparavant, alors que les restructurations marquaient à nouveau le pas, tout en ayant toujours un léger impact négatif sur l'emploi.


autres actualités

    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+