Chemin de navigation

Actualité rss

La Commission lance un ambitieux plan pour rétablir la confiance dans l’économie européenne

27/11/2008 La Commission lance un ambitieux plan pour rétablir la confiance dans l’économie européenne

Le 26 Novembre 2008, la Commission européenne a présenté un vaste plan destiné à sortir l’économie européenne de la crise économique actuelle.

Le plan de relance est basé sur deux éléments principaux qui se renforcent mutuellement. Tout d'abord, des mesures à court terme pour stimuler la demande, préserver l’emploi et contribuer à rétablir la confiance. Ensuite, des «investissements intelligents» pour favoriser la croissance et assurer une prospérité durable. Le plan prévoit des mesures de relance budgétaire rapides, ciblées et temporaires de l’ordre de 200 milliards d’euros, soit 1,5 % du PIB de l’UE, faisant appel tant aux budgets nationaux (environ 170 milliards d’euros, soit 1,2 % du PIB) qu’aux budgets de l’UE et de la Banque européenne d’investissement (environ 30 milliards d’euros, soit 0,3 % du PIB). Chaque État membre est invité à prendre des mesures importantes favorables pour ses propres citoyens et pour le reste de l'Europe. Le plan de relance renforcera et accélérera les réformes déjà engagées dans le cadre de la stratégie de Lisbonne pour la croissance et l'emploi. Il prévoit un vaste éventail d’actions au niveau national ainsi qu’au niveau de l’Union pour aider les ménages et l’industrie et concentrer l’aide sur les plus vulnérables. Le plan présente des mesures concrètes pour promouvoir l’esprit d’entreprise, la recherche et l’innovation, notamment dans les secteurs de l’automobile et de la construction. Il vise à encourager les efforts de lutte contre le changement climatique et à favoriser la création d’emplois bien nécessaires, notamment en réalisant des investissements stratégiques dans des bâtiments et des technologies économes en énergie.

Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a déclaré: «Le plan de relance permet à des millions de personnes de conserver leur emploi dans l’immédiat. Il peut transformer la crise en une occasion unique de créer une croissance propre et des emplois plus nombreux et de meilleure qualité. 

Protection et création d’emplois

La priorité absolue est de protéger les citoyens européens des conséquences les plus dramatiques de la crise financière. Travailleurs, ménages ou entrepreneurs, ils sont en effet les premiers à souffrir de la situation.

La Commission propose de simplifier les critères de soutien du Fonds social européen, de reprogrammer les dépenses et d’accélérer les avances dès le début de l’année 2009 pour que les États membres puissent accéder plus rapidement à une enveloppe pouvant atteindre 1,8 milliard d’euros, et ce afin de renforcer les politiques actives sur le marché du travail, réorienter le soutien vers les plus vulnérables, intensifier les efforts visant à développer les compétences et, le cas échéant, procéder à un financement communautaire intégral des projets durant cette période.

Un montant pouvant atteindre 4,5 millions d’euros sera également mis sur la table, au titre des fonds de cohésion, et d’autres mesures seront proposées pour accélérer la mise en œuvre de grands projets d’investissement, ce qui contribuera également à la protection et la création d’emplois.

Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation sera remanié pour améliorer sa vitesse de réaction et son champ d’action sera élargi afin d’aider les personnes à conserver leur emploi ou à en trouver un nouveau. Le budget de ce Fonds sera également revu.

Pour susciter une demande de main-d’œuvre, le plan invite les États membres à envisager une réduction des charges sociales patronales sur les plus bas revenus et il invite le Conseil à adopter, avant le Conseil européen du printemps 2009, la proposition de directive visant à rendre permanents les taux de TVA réduits sur les services à forte intensité de main-d'œuvre.