Chemin de navigation

Dialogue social sectoriel - Commerce

Partenaires sociaux

Organisations syndicales Organisations patronales
Uni Europa EuroCommerce

Ce secteur couvre les activités définies par les classes 45, 46 et 47 de la NACE (Rév. 2):

  • commerce de gros et de détail.

Dans l’UE, plus de 30,5 millions de personnes travaillent dans le secteur du commerce (données de l’enquête sur les forces de travail 2014 d’Eurostat). Le commerce est l'un des principaux secteurs permettant aux jeunes d’entrer sur le marché du travail et à ceux qui l'ont quitté temporairement de le réintégrer.

Le secteur du commerce s’est considérablement développé ces 20 dernières années. Parallèlement, sa structure concurrentielle s’est transformée, avec une utilisation accrue des technologies et une évolution du cadre réglementaire (heures d’ouverture et taille des magasins, par ex.). Il est aujourd’hui dominé par les grandes entreprises.

De ce fait, le secteur compte aujourd’hui beaucoup moins de travailleurs indépendants et beaucoup plus de travailleurs à temps partiel (souvent des femmes) et de travailleurs ayant un contrat à durée déterminée. La productivité dans le secteur du commerce de détail est à présent plus élevée, tandis que les prix ont diminué. Ces changements ont entraîné une nouvelle demande de compétences spécialisées.

Domaines clés

Les priorités actuelles du comité sont les suivantes:

  • l’adaptation au changement, ainsi que les besoins en matière de formation professionnelle et de compétences (par exemple, les compétences nouvelles requises dans le domaine du commerce électronique);
  • la stratégie européenne pour l’emploi et le secteur du commerce (par exemple, promouvoir des emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour les jeunes, lutter contre le travail non déclaré, intégrer les travailleurs migrants);
  • l’action commune sur les politiques de l’UE ayant un impact social sur le commerce (par exemple, le plan d’action européen pour le commerce de détail);
  • la santé, la sécurité et le bien-être au travail (par ex., violences de la part de tiers, ergonomie, stress au travail);
  • la nécessité de rendre le dialogue entre les organisations patronales et syndicales plus efficace (et notamment renforcer les capacités de ces organisations dans les nouveaux pays membres de l’UE et dans les pays candidats).

En 2015, les partenaires sociaux ont mené à bien un projet visant à fournir aux jeunes des emplois plus nombreux et de meilleure qualité.

Ils travaillent actuellement sur un projet commun visant à améliorer la santé et la sécurité au travail et analysent le marché sectoriel du travail en rassemblant des données et des informations sur ce marché, sur l’évolution des formes de travail et sur les principales modalités de travail dans le secteur du commerce.

Activités et réunions

Consultez la bibliothèque de ce comité du dialogue social.

Réalisations récentes

  • 2015 - Engagement conjoint d’adhérer à l’Alliance européenne pour l’apprentissage
  • 2015 - Projet commun sur l’emploi des jeunes: des emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour les jeunes dans le secteur du commerce
  • 2014 - Recommandations et plan d’action communs sur le dialogue social dans l’UE-13 et dans les pays candidats
  • 2013 - Position commune sur la consultation au titre de l’article 154 du TFUE sur le travail non déclaré
  • 2013 - Déclaration commune sur la révision de la directive IRP (institutions de retraite professionnelle)
  • 2012 - Mise en place par les partenaires sociaux d’un conseil des compétences pour le secteur du commerce. Établi pour remédier à l’inadéquation entre les compétences des travailleurs et les besoins des entreprises dans les secteurs du commerce de détail et de gros, le conseil a achevé avec succès sa première année d’activités à la fin de 2014.
  • 2012 - Contribution commune: les aspects sociaux du plan d’action européen pour le commerce de détail
  • 2011-2012 - Projets de renforcement des capacités en faveur des organisations syndicales et patronales dans les nouveaux pays membres de l’UE et les pays candidats, en coopération avec le CIF-OIT (Centre international de formation de l’Organisation internationale du travail)