Chemin de navigation

Investir dans l'enfance

Définition

Les enfants qui grandissent dans la pauvreté sont plus susceptibles de souffrir d'exclusion sociale et de problèmes de santé à l'avenir, et ont également moins de chance de s'épanouir pleinement à l'âge adulte.

Briser le cercle vicieux de l'inégalité à un stade précoce et investir dans l'enfance en adoptant une approche préventive contribuent à réduire le risque de pauvreté et d'exclusion sociale.

Pour cela, il ne suffit pas d'assurer aux enfants un niveau de vie correct: il faut aussi les aider à exploiter pleinement leur potentiel au moyen d'une approche intégrée leur permettant de bénéficier des meilleures conditions en matière d'éducation et de santé.

Objectifs

  • La crise économique a entraîné une hausse des taux de pauvreté en Europe, les enfants étant particulièrement touchés. En 2011, 27,1 % des enfants étaient menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale, contre 24,2 % pour la population totale.
  • Il faut investir davantage en faveur de l'enfance et renforcer les actions de prévention, afin de remédier aux lacunes suivantes:
    • les mesures dissuadant les parents de travailler;
    • l'octroi d'allocations familiales inefficaces ou inadéquates;
    • le manque d'accès à des services de qualité.

Réponse politique

Le train de mesures sur les investissements sociaux et la recommandation intitulée «Investir dans l'enfance pour briser le cercle vicieux de l'inégalité» soulignent l'importance d'intervenir à un stade précoce et d'adopter des approches préventives. Ils appellent les pays de l'UE à:

  • faciliter l'accès des parents au marché du travail et garantir qu'il soit financièrement intéressant pour eux de travailler;
  • améliorer l'accès à des services d'accueil et d'éducation des jeunes enfants financièrement abordables;
  • fournir une aide aux revenus adéquate, par exemple avec les allocations familiales, qui doivent avoir une fonction de redistribution entre les différentes catégories de revenus, tout en évitant les pièges de l'inactivité et la stigmatisation;
  • améliorer l'accès à des services de qualité, essentiels pour l'avenir des enfants: favoriser l'accès à des services d'accueil et d'éducation, y compris pour les enfants de moins de trois ans, éliminer la ségrégation scolaire et améliorer l'accès aux services sociaux, de santé et de logement;
  • encourager les enfants à participer à des activités extrascolaires ainsi qu'aux services et décisions les concernant tels que les services sociaux, l'éducation et les autres modèles de prise en charge.

La Commission suivra et soutiendra la mise en œuvre de la recommandation. Elle entend notamment:


    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+