AVIS JURIDIQUE IMPORTANT - Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de non-responsabilité et sont protégées par un copyright.

Drapeau européenEuropa
La Commission européenne
image
image

Banner Innovation en Europe
 
Agriculture et alimentation Title

De nouveaux débouchés pour les cultures oléagineuses

   
 
Picture

Source essentielle de lipides pour l'alimentation humaine, les cultures oléagineuses sont une production agricole de premier plan en Europe. Le projet européen SONCA leur ouvre d'intéressantes perspectives de nouveaux débouchés dans l'industrie oléochimique.

A la belle saison, les campagnes du Vieux Continent se colorent massivement dans les tons jaunes vifs. Au nord, ce sont les champs de colza. Au sud, les exploitations de tournesol. Ces deux cultures sont une source majeure de production d'huiles alimentaires et se sont considérablement développées au cours des dernières décennies. Elles répondent, en effet, à un impératif diététique majeur: tous les spécialistes de la santé recommandent de satisfaire les besoins en lipides indispensables à l'alimentation humaine sous forme d'acides gras d'origine végétale plutôt qu'animale. Un message dont les consommateurs ont largement pris conscience aujourd'hui.

Créer des synergies entre équipes de recherche

Mais cette ressource, primordiale pour l'agriculture européenne, peut encore élargir ses débouchés. Au-delà de l'alimentation, les acides gras d'origine végétale intéressent, en effet, l'industrie oléochimique. Celle-ci peut les utiliser comme substances chimiques de base - dont l'avantage primordial est de constituer des matières premières biodégradables - entrant, par exemple, dans la fabrication des détergents ou de produits finis en matériaux bioplastiques ou copolymères.

C'est pour développer cette nouvelle filière agro-industrielle qu'a été mené le projet de recherche européen SONCA (Seed Oils for New Chemical Applications). Son but: créer des variétés de plantes oléagineuses - colza, tournesol, mais aussi d'autres espèces végétales moins traditionnelles - affichant des teneurs élevées en acides gras spécifiquement adaptés aux exigences physico-chimiques des usages industriels. Loin de se cantonner à une recherche purement fondamentale sur ce thème, SONCA a expérimenté en "vraie grandeur" les résultats obtenus: essais de viabilité agronomique des nouveaux plants, études sur les conditions d'extraction des corps gras, évaluation de leur utilisation à des fins industrielles.

"Lancé en 1990, ce projet a rassemblé, à la demande de la Commission européenne, des équipes de recherche qui travaillaient déjà sur ce thème", explique Gerhard Röbbelen, coordinateur de SONCA et professeur à l'Université Georg August de Göttingen en Allemagne. "Un premier partenariat, spécifiquement allemand et vieux de plus de 20 ans, liait les industriels de la chimie des huiles et les cultivateurs de colza. Une seconde coopération de recherche, démarrée en 1987, rassemblait des partenaires méditerranéens travaillant sur le tournesol. Une collaboration active s'est donc établie entre ces deux groupes réunis dans le projet SONCA, mené de 1990 à 1994 au sein du programme communautaire ECLAIR".

De nouvelles variétés prometteuses

Après une série d'études génétiques et d'essais de croisements, les résultats du projet SONCA ont permis d'intéressantes avancées scientifiques: les chercheurs ont longuement travaillé sur la sélection de nouvelles variétés de plants de colza et de tournesol dont les graines offrent une teneur considérablement améliorée pour les acides gras spécifiques qui intéressent l'industrie oléochimique (l'acide érucique fourni par le colza et l'acide oléique pour le tournesol).

Pour élargir le champ des huiles utilisables dans l'industrie oléochimique, les scientifiques ont étudié également différentes plantes sauvages et ont testé les propriétés des huiles qui en sont extraites. Trois espèces ont retenu leur attention: Calendula, Euphorbia lagascae et Coriandre. Des cultures à petite échelle de ces plantes ont montré leur excellent potentiel en graines oléagineuses riches en acides gras intéressants pour l'industrie et des essais ont démarré pour la domestication sélective de ces espèces.

"La collaboration internationale a été décisive dans ce projet", souligne Gerhard Röbbelen. "Sur le plan technique, il est indispensable de réaliser, sous des conditions climatiques différentes, des essais de culture des nouvelles variétés obtenues par sélection pour déterminer leurs potentialités génétiques. C'est vrai pour les espèces classiques comme le colza et le tournesol mais aussi pour les nouvelles plantes étudiées, notamment l'euphorbe et le coriandre qui sont d'origine méditerranéenne. En outre, les synergies entre les agronomes et les spécialistes de l'oléochimie ont largement contribué à faire progresser les connaissances sur les utilisations intéressantes des acides gras d'origine végétale".

Aujourd'hui, les chercheurs qui ont mené à bien ce programme poursuivent ensemble d'autres travaux. Grâce aux nouveaux outils de génie génétique disponibles, les recherches portent notamment sur les possibilités d'améliorer les teneurs en acides gras utiles, par exemple en transférant des gènes présents dans les plantes sauvages sur des espèces à très haut rendement productif comme le colza.

 

 

Titre du projet:
Seed Oils for New Chemical Applications

Programme: Agriculture et Agro-industries - ECLAIR
Référence du contrat: AGRE 0039

Base de données CORDIS Pour plus d'informations sur ce projet,
voyez la fiche dans la Base de données CORDIS

Top
image

image